Contenus

Où peut-on passer un test de dépistage de l’hépatite C?

Points essentiels

  • Les pratiques de dépistage de l’hépatite C varient d’un bout à l’autre du Canada.
  • Le dépistage peut avoir lieu dans divers cadres, notamment dans les cabinets des prestataires de soins de santé, les hôpitaux, les cliniques de santé publique, les prisons, les centres de santé, les unités de santé mobiles ou d’autres lieux de proximité.
  • Certains obstacles courants peuvent rendre difficile l’accès aux tests de dépistage de l’hépatite C. La levée de ces obstacles peut contribuer à améliorer l’accès au dépistage pour les groupes à risque et difficiles à atteindre.

Les pratiques de dépistage de l’hépatite C varient d’un bout à l’autre du Canada. Il revient à chaque province et territoire de déterminer :

  • la disponibilité des tests dans différents cadres d’intervention;
  • les modalités de réalisation des tests et les personnes autorisées à les réaliser;
  • les méthodes de dépistage les plus accessibles;
  • les renseignements personnels à recueillir;
  • le mode d’analyse des échantillons de sang en laboratoire.

La plupart des tests de dépistage de l’hépatite C au Canada se déroulent à l’initiative d’un prestataire de soins de santé, mais il n’est pas rare que cette première étape ait lieu dans d’autres cadres comme les hôpitaux, les cliniques de santé publique, les prisons, les centres de santé, les unités de santé mobiles ou d’autres lieux de proximité.

Obstacles au dépistage

Certains obstacles courants peuvent rendre difficile l’accès aux tests de dépistage de l’hépatite C

Du point de vue de la personne qui effectue le test (client.e), la crainte que les résultats ne soient pas confidentiels ou qu’un résultat positif ait des répercussions sociales telles que la stigmatisation et la discrimination, peut constituer un obstacle au dépistage. Il peut également s’agir d’un manque de connaissances concernant l’hépatite C et les risques d’exposition.

Les prestataires de services peuvent également faire obstacle au dépistage, notamment s’ils ne possèdent pas de connaissances sur le dépistage de l’hépatite C (p. ex., qui doit passer un test de dépistage, à quel moment le proposer, etc.). Les prestataires de services peuvent aussi être confrontés à d’autres obstacles, par exemple s’ils se sentent mal à l’aise d’aborder les comportements à risque passés ou actuels de leurs clients ou s’ils ont d’autres priorités (manque de temps, entre autres).

Les obstacles au dépistage de l’hépatite C peuvent également être de nature systémique, c’est-à-dire liés à la structure du système de soins de santé ou de ses services. Ces obstacles peuvent faire en sorte qu’il soit plus improbable que les personnes concernées fassent l’objet d’un suivi et reçoivent les résultats de leur test. Ce sera le cas, par exemple, s’il faut prendre plusieurs rendez-vous pour obtenir un diagnostic, ou si les services de dépistage sont assortis de longs délais d’attente ou d’heures d’ouverture limitées ou encore si les langues dans lesquelles ces services sont offerts sont limitées.

La levée de ces obstacles peut contribuer à améliorer l’accès au dépistage pour les groupes à risque et difficiles à atteindre.

Ressources à l’intention des prestataires de services

Ressources à l’intention des clients