Hépatite C : Un guide détaillé

Le traitement de l’hépatite C

Points clés

  • Il existe des traitements hautement efficaces qui guérissent plus de 95 % des personnes de l’hépatite C.
  • Toutes les personnes qui ont l’hépatite C devraient parler à un professionnel de la santé de leurs options de traitement.
  • Les médicaments utilisés pour traiter l’hépatite C s’appellent des antiviraux à action directe ou AAD.
  • Le traitement consiste habituellement à prendre un à trois comprimés une fois par jour pendant huit ou 12 semaines.
  • Les effets secondaires sont généralement légers et s’atténuent ou disparaissent complètement après quelques semaines.
  • Divers facteurs sont pris en considération pour choisir un régime de traitement, tels que le stade des lésions au foie et l’usage antérieur éventuel d’AAD par la personne.

Il existe des traitements hautement efficaces qui guérissent plus de 95 % de l’hépatite C. La guérison de l’hépatite C prévient toute lésion du foie additionnelle causée par le virus de l’hépatite C et empêche la progression vers la phase terminale de l’insuffisance hépatique. Chez certaines personnes, la santé du foie peut s’améliorer avec le temps. La guérison peut également améliorer la qualité de vie de la personne; notons par exemple que certaines personnes ont plus d’énergie ou moins de douleur dans le corps après le traitement. La guérison prévient également la propagation de l’hépatite C à d’autres personnes en éliminant le virus du corps.

Toute personne atteinte d’hépatite C devrait parler à un professionnel de la santé de ses options de traitement.

Les antiviraux à action directe (AAD)

Les médicaments utilisés pour traiter l’hépatite C s’appellent des antiviraux à action directe ou des AAD. Les AAD bloquent la capacité du virus de l’hépatite C de se répliquer. Les traitements de l’hépatite C consistent en des combinaisons de deux sortes d’AAD ou plus. Les différentes sortes d’AAD agissent contre la réplication virale de façons différentes. Dans certains cas, les gens prennent les AAD en combinaison avec un autre médicament appelé ribavirine. La ribavirine est un médicament antiviral, mais elle n’appartient pas à la catégorie des AAD.

Le traitement consiste généralement à prendre un à trois comprimés une fois par jour pendant huit ou 12 semaines. Chez la plupart des personnes, le traitement cause peu d’effets secondaires. Si des effets secondaires se produisent, ils sont habituellement légers et s’atténuent ou disparaissent complètement après quelques semaines.

L’affiche intitulée Médicaments anti-hépatite C courants au Canada pour les adultes inclut des renseignements généraux sur les traitements les plus utilisés au Canada par les personnes atteintes d’hépatite C chronique. Les feuillets d’information sur les traitements de l’hépatite C fournissent de l’information détaillée sur des traitements spécifiques.

La guérison

Être guéri de l’hépatite C veut dire que le virus de l’hépatite C (VHC) n’est plus présent dans son corps. Le terme guérison est synonyme de réponse virologique soutenue (RVS). Les personnes dont le résultat du test de recherche de l’ARN VHC est négatif ou indétectable 12 semaines après la fin de leur traitement sont considérées comme guéries (ou encore elles ont atteint une RVS).

Les personnes qui guérissent auront toujours des anticorps anti-hépatite C dans leur sang, mais le virus de l’hépatite C ne sera plus présent dans leur corps. Cela veut dire qu’elles recevront un résultat positif au test de dépistage des anticorps anti-hépatite C pour le reste de leur vie.

Il n’existe aucune immunité contre l’hépatite C. Même si une personne en guérit, elle pourra contracter à nouveau l’hépatite C. On parle alors de réinfection. Pour en savoir plus la prévention de l’hépatite C, voir La prévention et la réduction des méfaits.

Le traitement de l’infection à l’hépatite C aiguë ou chronique

Chez certaines personnes, l’hépatite C est diagnostiquée lorsque l’infection en est à la phase aiguë (ce qui veut dire que le diagnostic est posé dans les six mois suivant l’infection par le virus). Environ une personne sur quatre réussit toute seule à éliminer le virus de l’hépatite C de son corps dans les six mois suivant l’infection. Si une personne est diagnostiquée durant la phase aiguë, il est possible qu’un professionnel de la santé lui conseille d’attendre de voir si son corps se débarrassera du virus lui-même.

Au Canada, les lignes directrices thérapeutiques actuelles portent principalement sur le traitement de l’infection à l’hépatite C chronique (toute infection à l’hépatite C qui dure plus de six mois). Les lignes directrices recommandent que la nécessité de traiter l’infection à l’hépatite C aiguë soit évaluée au cas par cas. Souvent, l’infection doit progresser jusqu’à la phase chronique avant que le traitement de l’hépatite C soit couvert par un régime d’assurance médicaments public ou privé.

Choisir un régime de traitement

On doit prendre en compte plusieurs facteurs pour choisir son régime de traitement. L’examen approfondi de ces facteurs aidera la personne à choisir ses médicaments anti-hépatite C en collaboration avec son professionnel de la santé.

Les facteurs à prendre en compte

L’ampleur des lésions du foie

Dans le cadre de ses tests initiaux, le professionnel de la santé évaluera l’ampleur des lésions que le foie de la personne a déjà subies. Pour en savoir plus sur ce genre de tests, voir Les tests de contrôle de la santé du foie. L’ampleur des lésions du foie peut influencer les décisions concernant les meilleurs traitements à prendre, la durée de traitement optimale et le meilleur moment pour commencer. Si le foie de la personne est gravement endommagé, il est possible qu’elle ait besoin de subir une transplantation du foie avant d’être traitée pour l’hépatite C.

Les autres affections médicales ou médicaments

Si la personne a d’autres problèmes de santé, cela peut influencer le traitement choisi pour guérir l’hépatite C. Parfois, lorsque la personne prend des médicaments ou des suppléments pour plus d’une affection à la fois, ces médicaments peuvent exercer des effets les uns sur les autres. Le terme courant pour une telle réaction est interaction médicamenteuse. Les interactions médicamenteuses peuvent causer de nouveaux effets secondaires ou augmenter l’intensité des effets secondaires existants; dans d’autres cas, les interactions peuvent compromettre l’efficacité d’un médicament particulier. Les interactions peuvent se produire non seulement avec les médicaments sur ordonnance, mais aussi avec les médicaments en vente libre, les suppléments et les drogues.

S’il y a un risque d’interaction médicamenteuse, il est possible que certains médicaments ne doivent pas être utilisés ensemble, ou encore il est possible de les utiliser mais il faut les prendre à différentes heures de la journée afin de prévenir les interactions. Dans d’autres cas, certains médicaments peuvent être utilisés ensemble mais il faut en modifier les doses.

Un professionnel de la santé devrait être au courant de tous les médicaments (sur ordonnance ou pas), les suppléments et les drogues qu’une personne prend. De cette manière, il pourra choisir des médicaments anti-hépatite C qui n’interagiront pas avec ces autres produits, ou encore il pourra concevoir un plan pour gérer les interactions médicamenteuses.

Pour en savoir plus sur le traitement de l’hépatite C chez les personnes vivant également avec le VIH, l’hépatite B ou l’insuffisance rénale chronique, voir Les co-infections et les comorbidités associées à l’hépatite C.

Le génotype ou la souche du virus de l’hépatite C

Il existe six souches principales, ou génotypes, du virus de l’hépatite C qui sont numérotées de 1 à 6. Il peut exister aussi des sous-types, tels que les génotypes 1a et 1b. Un professionnel de la santé peut effectuer un test pour déterminer de quel génotype une personne est infectée. Certains traitements de l’hépatite C peuvent guérir n’importe quel génotype du virus. On appelle ceux-ci des traitements pangénotypiques. D’autres traitements agissent contre des génotypes spécifiques du virus.

La durée du traitement

On prend la plupart des traitements de l’hépatite C pendant huit ou 12 semaines. Dans certains cas, il peut être nécessaire de prendre le traitement pendant plus de 12 semaines. Un professionnel de la santé recommandera la durée de traitement appropriée.

L’expérience antérieure du traitement

Il existe deux catégories en ce qui concerne l’expérience du traitement :

  • les personnes qui n’ont jamais suivi de traitement contre l’hépatite C (personnes jamais traitées)
  • les personnes qui ont suivi un traitement, mais qui n’ont pas guéri (personnes déjà traitées)

Il existe des traitements qui réussissent très bien à guérir l’hépatite C chez les personnes déjà traitées.

Les raisons de reporter le traitement

La grossesse

De façon générale, le traitement de l’hépatite C n’est pas recommandé durant la grossesse. Les données sur les effets des AAD pendant la grossesse sont limitées. La recherche sur la prise d’AAD pendant la grossesse se poursuit, donc cela pourrait changer à l’avenir.

Tout traitement incluant la ribavirine peut causer de graves anomalies congénitales et est à éviter durant la grossesse. Si un couple souhaite avoir un bébé, les deux partenaires devraient éviter d’utiliser la ribavirine pendant au moins six mois avant d’essayer de concevoir.

Un professionnel de la santé peut aider à déterminer un plan de traitement et un calendrier approprié pour une personne atteinte d’hépatite C qui souhaite avoir un bébé.

Les enfants et adolescents

Les lignes directrices actuelles recommandent de consulter un spécialiste pour soigner un enfant atteint d’hépatite C. On attend généralement que les enfants soient plus âgés avant de les traiter. Il est rare qu’il soit nécessaire de commencer plus tôt le traitement. On peut généralement attendre que le développement physique et mental de l’enfant soit terminé.

Ressources à l’intention des fournisseurs de services

Ressources à l’intention des clients

Révisé en 2020.