Hépatite C : Un guide détaillé

Le tatouage et le perçage plus sécuritaires

Le tatouage et le perçage peuvent causer des risques d’hépatite C si l’environnement et le matériel ne sont pas aseptisés. Le matériel non stérilisé peut propager le virus par le sang, et étant donné que le tatouage et le perçage percent la peau, il y a un risque de contact de sang à sang. Le virus de l’hépatite C peut survivre longtemps en dehors du corps humain et il n’est pas nécessaire que le sang soit visible sur le matériel afin de propager une infection.         

Les environnements professionnels et les procédures de contrôle d’infection

Les studios de tatouage et perçage corporel ne sont pas tous inspectés par les autorités de la santé publique. Les inspections devraient avoir lieu au moins une fois par an. Plusieurs studios passent néanmoins entre les mailles du filet. Afin d’obtenir un tatouage plus sécuritaire, il est important de trouver un artiste qui :

  • a une bonne réputation
  • a beaucoup d’expérience (et un portfolio) dans son domaine particulier
  • a reçu un certificat d’inspection du bureau de santé publique local
  • affiche un calendrier précisant les dates des vérifications de stérilité de son autoclave (vérifications de stérilité au moyen de spores bactériennes)
  • suit les mesures de lutte contre les infections qui sont recommandées dans le but de prévenir la propagation de l’hépatite C et du VIH

Mesures de lutte contre les infections afin d’éviter de propager l’hépatite C et le VIH :

  • Utiliser des aiguilles stériles pour chaque perçage ou tatouage. Le partage d’aiguilles peut transmettre plusieurs infections, dont l’hépatite C. La réutilisation contribue également à émousser les aiguilles, ce qui augmente la douleur lors du perçage ou du tatouage.
  • Utiliser des gants en latex ou en vinyle neufs pour chaque perçage ou tatouage. On devrait changer de gants chaque fois qu’on touche n’importe quel objet autre que le matériel stérile et l’endroit où sera effectué le perçage ou le tatouage. Il faut notamment changer de gants après avoir nettoyé et préparé la surface de travail, et à nouveau après avoir nettoyé et préparé la partie du corps qui fera l’objet du tatouage ou du perçage.
  • Utiliser de l’encre et des pots d’encre neufs. En réutilisant de l’encre ou le même pot d’encre pour faire un tatouage, on risque de transmettre l’hépatite C. Un artiste d’expérience sait remplir des tasses jetables de la quantité d’encre précise dont il aura besoin. C’est un moyen peu cher et efficace de prévenir la propagation des maladies.
  • Utiliser du matériel d’appoint neuf : bouchons de liège, rasoirs, marqueurs, tampons, morceaux de coton, bavettes (pour les perçages de la bouche), papier stencil, etc. Le tout doit être utilisé sur une seule personne, puis jeté immédiatement.
  • Utiliser un autoclave pour stériliser tout matériel métallique — clamps, pinces, etc. Certains studios achètent de grandes quantités d’aiguilles jetables à usage unique qu’ils doivent stériliser à l’aide de l’autoclave avant de s’en servir. Le meilleur choix est un autoclave à chaleur humide. Un calendrier des vérifications de stérilité devrait être visible dans le studio pour confirmer que l’autoclave fonctionne bien.
  • Bien nettoyer l’endroit du corps où sera effectuée l’opération. L’artiste doit se servir d’un tampon alcoolisé, puis d’un désinfectant chirurgical topique pour nettoyer le site du perçage ou du tatouage. Il faut ensuite essuyer la zone dans un seul sens en commençant par le centre.
  • La surface de travail doit être propre, désinfectée et non poreuse, afin qu’aucun liquide ou agent infectieux n’y reste.
  • Les premiers bijoux utilisés après un perçage doivent être faits d’acier inoxydable ou de titane stérilisé, et on ne doit pas les changer avant la guérison complète.
  • L’expérience et la compétence de l’artiste doivent convenir à la zone du corps choisie, car le perçage et le tatouage de certaines zones exigent une habileté particulière.
  • L’artiste doit fournir de l’information sur les soins post-perçage ou post-tatouage. La prévention des infections ne se limite pas à la procédure suivie dans le studio. Elle consiste aussi à éduquer les clients sur les soins qui leur permettront de se protéger contre l’infection une fois qu’ils auront quitté le studio.

Contextes non professionnels

Lorsque les perçages ou les tatouages sont effectués dans des contextes non professionnels, les risques d’infections de la peau ainsi que la propagation des maladies transmises par le sang (comme l’hépatite C) augmentent.

Les aiguilles utilisées pour le perçage sont creuses. Elles permettent de pratiquer dans la peau une coupure chirurgicale suffisamment grande pour insérer un bijou. Les épingles de sûreté et les aiguilles à coudre, quant à elles, ne font que tasser la peau et sont plus susceptibles de laisser une cicatrice. Les bonnes aiguilles ne coûtent pas cher, et plusieurs programmes d’échange de seringues en distribuent. Il n’est pas recommandé d’acheter un nécessaire de perçage en ligne, car il est difficile de savoir si le matériel est sécuritaire et stérile.

Le tatouage non professionnel fait partie intégrante de certaines cultures. Il inclut la culture carcérale, mais va bien au-delà. Le nombre de tatouages effectués dans des sous-sols, arrière-cours et autres espaces en dehors des studios professionnels ne fait qu’augmenter. Ces pratiques présentent de sérieux défis en ce qui concerne le contrôle d’infection, entre autres :

  • le matériel et la même encre réutilisés (il n’y a pas d’autoclave pour stériliser le matériel en métal et il ne peut être stérilisé dans un four, un micro-ondes ou de l’eau bouillante)
  • une surface de travail difficile à aseptiser
  • un manque de moyen sécuritaire pour mettre au rebus les aiguilles et autre matériel qui peuvent causer accidentellement l’infection de l’hépatite C
  • les drogues et l’alcool qui réduisent les inhibitions, mais augmentent les saignements lorsqu’on les consomme avant de se faire tatouer
  • un manque d’information sur les soins post-perçage
  • la qualité du travail peut être compromise si le tatouage est fait à la hâte 

Les risques de contracter l’hépatite C, le VIH ou d’autres infections augmentent si vous obtenez un tatouage ou un perçage dans un contexte non professionnel. Vous réduirez les risques en suivant les mesures de contrôle d’infection suivantes :

  • apportez votre propre matériel stérile et refusez de le partager
  • attendez que votre tatouage ou perçage soit terminé avant de boire de l’alcool ou de consommer de la drogue, le cas échéant 
  • immédiatement après le tatouage, mettez au rebus les aiguilles et autre matériel dans un contenant ou bouteille avec un bouchon bien vissé (comme une bouteille d’eau de Javel ou de boisson gazeuse).

Les soins post-tatouage

Tous les tatoueurs devraient fournir des instructions sur les soins post-tatouage. Ces derniers comportent habituellement les éléments suivants :

  • Laissez le pansement en place de quatre à six heures après vous être fait tatouer. Lorsque le tatouage cesse de saigner, lavez-vous les mains, puis enlevez doucement le pansement. S’il est collé, mouillez-le avec un peu d’eau tiède.
  • Lavez-vous les mains, puis nettoyez le tatouage avec vos doigts et un savon doux. Rincez et séchez le tatouage en tapotant.
  • Si vous utilisez des onguents pour favoriser la guérison (vitamines A et D ou vitamine E), appliquez-en une couche mince deux fois par jour pendant deux jours. Certains studios offrent des onguents à leurs clients.
  • Lorsque la peau du tatouage devient sèche et squameuse, appliquez une lotion pour le corps non parfumée (du Lubriderm, par exemple). Il est normal qu’une croûte se forme et que la peau se mette à peler. Évitez de gratter, car cela peut causer des cicatrices, une perte d’encre et un risque d’infection.
  • Portez des vêtements amples et propres dans la zone du nouveau tatouage.
  • Évitez les piscines, les lacs, les spas et le soleil jusqu’à ce que la guérison soit complète, soit au bout de 10 à 14 jours.
  • En cas d’infection, appliquez une crème antibiotique SANS corticoïdes deux fois par jour pendant dix jours et consultez un professionnel de la santé.
  • Lorsque le tatouage est guéri, protégez-le avec de l’écran solaire afin de protéger la peau et d’éviter le ternissement de la couleur de l’encre.

Les signes d’infections cutanées

Les infections de la peau peuvent ruiner les perçages et causer une accumulation excessive de tissu cicatriciel. Elles peuvent également abîmer l’apparence et la texture d’un tatouage. Si l’endroit où le perçage a été fait est rouge et enflé, s’il y a des cloques ou du pus qui suinte ou une douleur qui persiste pendant plus longtemps que prévu, cela peut vouloir dire que la plaie ne guérit pas comme il faut et qu’elle est infectée. Il faut alors consulter un médecin ou se rendre à une clinique sans tarder en pareil cas.

Les soins post-perçage

On conseille à quiconque portant un nouveau piercing de suivre les instructions fournies par la personne qui a effectué le perçage. Ces instructions comportent généralement les éléments suivants :

  • Lavez-vous les mains avec du savon et de l’eau avant de nettoyer la zone du perçage et les bijoux. Lavez la zone deux fois par jour avec un savon doux pendant les deux premières semaines, puis une fois par jour par la suite.
  • Évitez d’exposer la zone d’un perçage récent à la salive, au sang, ou autres liquides corporels d’une autre personne, et ce, jusqu’à ce que la guérison soit complète. Cela aidera à prévenir les infections sérieuses de la peau, les infections transmissibles sexuellement (ITS), l’hépatite C et le VIH.

Les perçages externes

Le perçage crée une plaie ouverte qui, tant qu’elle n’est pas guérie, constitue une voie d’entrée potentielle pour les infections. Par exemple, un perçage génital récent risque de saigner durant les relations sexuelles, facilitant la transmission de l’hépatite C ou du VIH. Les instructions concernant les soins post-perçage visent à protéger la santé des personnes qui se font percer à l’extérieur du corps. Elles valent donc, notamment, pour les perçages aux oreilles, au nez, aux mamelons ou au nombril.

  • Enlevez les croûtes à l’aide d’un tampon de coton et de l’eau chaude.
  • Lavez les trous et les bijoux avec du savon non parfumé et de l’eau chaude. Une fois que les bijoux sont couverts d’eau savonneuse, faites-les tourner dans le trou afin d’en nettoyer l’intérieur. Rincez les bijoux et la zone du perçage de la même manière afin d’enlever tout le savon, puis séchez-les en tapotant.
  • Si la zone du perçage entre en contact avec des vêtements, assurez-vous que ceux-ci sont propres et amples.
  • Évitez les bains, les spas, les lacs et les piscines pendant la guérison.
  • Évitez de nettoyer à l’excès la zone du perçage afin qu’elle ne soit pas trop sèche.
  • Si la zone du perçage est infectée, consultez un médecin. Appliquez de la crème Polysporin deux fois par jour après avoir nettoyé la zone pour accélérer la guérison des infections légères. Appliquez de la crème sur les bijoux et insérez-les en les faisant pivoter. Évitez les crèmes médicamenteuses à moins que vous n’ayez une infection.

Les perçages oraux

Les instructions suivantes s’adressent aux personnes qui se font percer l’intérieur de la bouche, notamment la langue :

  • Pendant les deux premières semaines, rincez-vous la bouche à l’eau salée pendant 60 secondes ou utilisez un rince-bouche sans alcool après avoir mangé ou bu (à chaque fois).
  • Évitez la cigarette, les plats épicés, les levures actives, la bière et l’alcool pendant la première semaine.
  • Un rince-bouche antibactérien peut s’avérer utile pour accélérer la guérison ou combattre de légères infections. Les signes d’infection comprennent une enflure excessive ou de longue durée, l’apparition d’une couche jaunâtre ou verdâtre sur la langue, du pus, une rugosité localisée, des bosses ou des saignements.
  • Sucez des glaçons pour réduire l’enflure.
  • Brossez-vous les dents ou la langue deux fois par jour dans le cadre de votre routine d’hygiène dentaire habituelle.

Pour les perçages qui sont à la fois externes et oraux (un perçage de la lèvre, par exemple), il est important de suivre les instructions sur les soins post-perçage externes et internes.