TraitementActualités
228

juillet/août 2018 

Une étude pilote trouve que l’exercice intensif est bon pour les hommes séropositifs plus âgés

En moyenne, les adultes séropositifs semblent courir plus de risques de complications liées au vieillissement. Une stratégie potentielle pour réduire ces risques consiste à faire de l’exercice régulièrement. Une telle stratégie n’a cependant pas été testée chez des personnes séropositives plus âgées.

Des chercheurs à l’Université du Maryland aux États-Unis ont mené une étude pilote randomisée pour comparer l’exercice de haute intensité à l’exercice d’intensité modérée auprès de 22 hommes séropositifs plus âgés. L’exercice s’est fait sous supervision au même centre sportif à raison de trois séances par semaine pendant 16 semaines consécutives. Tous les participants étaient en relativement bonne santé et prenaient un traitement contre le VIH (TAR).

On utilise l’abréviation VO2 max pour désigner la capacité de l’organisme à maximiser son utilisation de l’oxygène. En général, les spécialistes en matière d’exercices sportifs considèrent la V02 max comme un bon indice du conditionnement cardiovasculaire.

Dans cette étude, les hommes qui faisaient des exercices aérobiques de haute intensité (mais pas d’intensité modérée) ont connu une augmentation significative de leur V02 max. De plus, l’endurance de tous les hommes s’est améliorée, et plus particulièrement chez les hommes ayant fait de l’exercice intensif. Cette amélioration de la capacité d’utiliser l’oxygène pourrait avoir des implications cliniques pour ces hommes. Nous en parlons plus loin dans ce rapport.

Comme cette étude a porté sur un faible nombre de sujets, il n’est pas possible d’en tirer des conclusions s’appliquant à la personne séropositive moyenne dans la communauté. Les résultats ouvrent cependant la voie pour une plus grande étude sur l’exercice chez les personnes séropositives, afin d’en évaluer les nombreux bienfaits, surtout chez les personnes plus âgées. Les résultats d’une plus grande étude pourront être généralisés pour inclure un plus grand nombre de personnes séropositives.

Détails de l’étude

Les chercheurs ont inscrit des volontaires en relativement bonne santé qui n’avaient aucun des problèmes de santé suivants :

  • tension artérielle supérieure à la normale (hypertension) non traitée
  • douleur cardiaque
  • anémie

Onze participants ont été affectés à chacune des interventions faisant partie de l’étude.

Les participants avaient le profil moyen suivant :

  • âge : 57 ans
  • compte de CD4+ : 475 cellules/mm3
  • charge virale indétectable : 94 %
  • au moins le tiers des participants avaient des affections médicales co-existantes, telles que l’hypertension traitée, le diabète de type 2 et l’infection au virus de l’hépatite C (le tiers des participants avaient aussi des antécédents d’injection de drogues)
  • 75 % des participants fumaient

Suivi

Les chercheurs ont surveillé de très près les participants pendant l’étude, et plus particulièrement lors des séances d’exercice, en vérifiant leur fréquence cardiaque, leur tension artérielle, leur consommation d’oxygène et leur production de bioxyde de carbone, entre autres.

Les participants qui faisaient de l’exercice de haute intensité utilisaient un tapis roulant. S’ils éprouvaient des douleurs articulaires, ils avaient l’option d’utiliser une machine elliptique, car celle-ci a un faible impact sur les articulations. Les participants qui faisaient de l’exercice d’intensité modérée marchaient sur une piste de course/marche standard.

Au début, les participants s’entraînaient pendant 20 à 30 minutes, puis ils ont augmenté graduellement la durée d’environ 10 % chaque semaine. Vers la fin de l’étude, les participants s’entraînaient pendant environ 40 minutes lors de chaque séance.

Les participants ont également reçu des conseils d’ordre diététique afin qu’ils puissent maintenir un poids stable durant l’étude.

Résultats : À la fin de l’étude

Chez les hommes ayant fait de l’exercice de haute intensité, on a constaté les changements suivants :

  • la capacité des muscles à utiliser de l’oxygène a augmenté de façon significative
  • l’endurance a augmenté de 27 %
  • les taux de HDL-C (le prétendu « bon » cholestérol) ont augmenté de façon significative

Parmi les hommes ayant fait de l’exercice d’intensité modérée, on a constaté les changements suivants :

  • aucune augmentation significative de la capacité des muscles d’utiliser de l’oxygène
  • l’endurance a augmenté de 11 %
  • les taux de HDL-C ont chuté de façon modeste

Abandons

Six participants (quatre du groupe faisant de l’exercice intensif et deux du groupe faisant de l’exercice modéré) ont quitté prématurément l’étude pour les raisons suivantes :

  • arthrose : deux personnes
  • AVC : une personne
  • arrêt de la communication avec la clinique de l’étude : trois personnes

À retenir

Comme il s’agit ici d’une étude pilote, il n’est pas possible de généraliser largement à partir de ses résultats. Elle constitue toutefois un bon point de départ et fournit la justification d’une étude plus grande et peut-être de plus longue durée sur l’exercice chez les hommes vivant avec le VIH.

Les chercheurs ont constaté une augmentation de la VO2 max chez les participants qui faisaient de l’exercice de haute intensité. Selon l’équipe, dans la « population gériatrique générale », une augmentation d’une ampleur semblable sur une décennie serait associée aux bienfaits suivants :

  • baisse de 15 % du risque de mortalité toutes causes confondues
  • baisse de 19 % du risque de mourir de complications de maladies cardiovasculaires

Rappelons toutefois qu’il n’est pas possible de tirer de conclusions sur les bienfaits de l’exercice pour la santé des personnes séropositives plus âgées parce que cette étude a porté sur un nombre trop faible de participants. Une étude de plus grande envergure et de plus longue durée sera nécessaire pour atteindre cet objectif.

D’autres études ont trouvé que les personnes séropositives présentaient des taux élevés d’inflammation. Ce problème s’atténue partiellement grâce à l’amorce d’un TAR et au maintien d’une charge virale indétectable. Cependant, une inflammation résiduelle persiste, et certains chercheurs s’inquiètent de la possibilité que cette inflammation rende certaines personnes séropositives plus sujettes à une gamme d’affections chroniques, notamment des troubles inflammatoires. Une étude de plus longue durée pour comparer l’exercice de haute intensité et l’exercice de faible intensité chez des personnes séropositives pourrait explorer l’impact de l’exercice sur les facteurs suivants :

  • inflammation
  • humeur
  • glycémie
  • taux élevés de lipides sanguins
  • fonction cognitive
  • qualité de vie liée à la santé

Ressources de CATIE

Explorer le VIH et l'inflammationTraitementActualités 223

L'exercice et son impact potentiel sur l'inflammation et l'humeurTraitementActualités 205

Vivre en santéUn guide pratique pour un corps en santé pour les personnes vivant avec le VIH

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Oursler KK, Sorkin JD, Ryan AS, et al. A pilot randomized aerobic exercise trial in older HIV-infected men: Insights into strategies for successful aging with HIV. PLoS One. 2018 Jun 12;13(6):e0198855.
  2. Quigley A, O’Brien K, Parker R, et al. Exercise and cognitive function in people living with HIV: a scoping review. Disability and Rehabilitation. 2018 Jan 29:1-12.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.