CATIE

Prise en charge de votre santé durant la pandémie de COVID-19 : renseignements pour les personnes vivant avec le VIH

Dernière mise à jour : 10 mars 2022.
 

Qu’est-ce que la COVID-19?

La COVID-19 est une maladie causée par le virus SRAS-CoV-2. Les effets du virus peuvent varier d’une personne à l’autre.

Les symptômes courants de la COVID-19 sont les suivants :

  • Fièvre
  • Toux sèche
  • Fatigue
  • Maux de gorge

Parmi les symptômes moins courants, citons :

  • Courbatures et douleurs
  • Diarrhée
  • Maux de tête
  • Perte du goût ou de l’odorat

On peut contracter la COVID-19 sans présenter de symptômes et néanmoins transmettre le virus à d’autres personnes.

Dans la plupart des cas, la maladie est légère à modérée, et les personnes atteintes se rétablissent d’elles-mêmes. Toutefois, certaines personnes peuvent tomber gravement malades. La prise en charge de la forme grave de la maladie peut nécessiter une hospitalisation et des soins intensifs. Un faible pourcentage des personnes atteintes de la forme grave peuvent mourir de la COVID-19.

N’importe qui peut contracter la forme grave de la COVID-19, mais certains facteurs de risque font considérablement augmenter cette probabilité. Nous examinerons ci-dessous ces facteurs de risque dans le contexte de l’infection par le VIH.

Quels sont les facteurs de risque de maladie grave chez les personnes vivant avec le VIH?

Dans le cas des personnes vivant avec le VIH, trois principaux facteurs peuvent faire augmenter le risque de contracter la forme grave de la COVID-19 : un système immunitaire affaibli, des problèmes de santé sous-jacents et l’âge avancé.

Système immunitaire affaibli

Une personne séropositive pour le VIH qui suit un traitement anti-VIH, dont la charge virale est indétectable et dont le système immunitaire est robuste (taux de CD4 supérieur à 200), ne devrait pas être plus vulnérable à la forme grave de la COVID-19. Toutefois, une personne qui ne suit pas de traitement contre le VIH ou dont le nombre de lymphocytes CD4 est faible peut être plus vulnérable à la forme grave de la COVID-19.

Problèmes de santé sous-jacents

Certaines personnes vivant avec le VIH peuvent présenter d’autres problèmes de santé sous-jacents qui font augmenter leur risque de contracter la forme grave de la COVID-19. Ces problèmes de santé sont les suivants :

  • Cancer
  • Démence
  • Diabète
  • Maladie du cœur
  • Hypertension
  • Maladie rénale
  • Maladies du foie
  • Maladie pulmonaire
  • Obésité

Âge avancé

Le risque de contracter la forme grave de la COVID-19 augmente avec l’âge chez tout le monde (sans égard à l’état sérologique quant au VIH). 

Notre compréhension des facteurs de risque sous-jacents évolue constamment. La liste la plus récente des facteurs de risque se trouve au https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/personnes-susceptibles-gravement-malades-contractent-covid-19.html. 

Comment la COVID-19 se transmet-elle?

Le SRAS-CoV-2 est le virus responsable de la COVID-19. Le virus est transmis par les personnes qui présentent une infection virale active. Le risque de transmission est maximal pendant la première ou la deuxième semaine suivant l’infection, lorsque la quantité de virus présente dans les voies respiratoires est importante. Pendant cette période, le virus peut se transmettre même en l’absence de symptômes de COVID-19. Les personnes qui ont déjà été infectées par le virus de la COVID-19 ou qui ont été vaccinées peuvent toujours contracter ce virus et le transmettre à d’autres personnes. 

Le SRAS-CoV-2 se transmet principalement par de minuscules gouttelettes (notamment les aérosols) qui sortent de la bouche, de la gorge et du nez d’une personne infectée par le virus. La transmission s’effectue principalement par contact direct ou indirect avec les gouttelettes produites par une personne porteuse du virus. Elle peut également s’opérer par contact avec des objets ou des surfaces contaminés.

Transmission directe dans le cadre de contacts entre personnes

Le virus se propage par l’entremise de minuscules gouttelettes qui sortent de la bouche, de la gorge et du nez des personnes lorsqu’elles respirent, parlent, chantent, rient, toussent ou éternuent. Lorsqu’une personne se trouve à proximité d’une personne infectée par le virus, ces gouttelettes contenant le virus peuvent pénétrer dans son organisme par les récepteurs viraux situés dans ses yeux, son nez ou sa bouche. Le virus ne peut pas pénétrer dans l’organisme par la peau. Plus le contact est étroit et prolongé, plus les probabilités de transmission sont grandes. 

Transmission indirecte par le biais d’aérosols   

De minuscules gouttelettes contenant le virus (aérosols) peuvent rester en suspension dans l’air pendant de longues périodes, de la même manière que la fumée de cigarette peut stagner dans l’air. Le risque de transmission est accru lorsque les aérosols contenant le virus s’accumulent progressivement, en particulier dans les espaces intérieurs mal aérés. Il est établi que les aérosols se propagent sur des distances supérieures à deux mètres.

Contact avec les surfaces

Même si dans la majorité des cas, la transmission s’effectue par le biais de minuscules gouttelettes en suspension dans l’air, elle peut également se produire par contact avec des objets et des surfaces sur lesquels le virus s’est déposé. Les objets et les surfaces sur lesquels une personne porteuse du virus a toussé ou éternué peuvent ainsi être contaminés. La transmission peut s’effectuer si une personne touche une surface ou un objet contaminé, puis se touche les yeux, le nez ou la bouche sans d’abord se laver les mains.

Comment peut-on prévenir la transmission du virus?

La meilleure façon d’éviter de contracter la COVID-19 est d’éviter de s’exposer au virus. Essayez d’éviter tout contact rapproché avec une personne qui a pu être exposée au virus ou qui présente des symptômes de la COVID-19 tels que les maux de gorge, la fièvre ou la toux.

Les méthodes de prévention existantes n’offrent qu’une protection partielle contre la transmission du virus. Les méthodes suivantes doivent être combinées afin de mieux prévenir la transmission :

  • MASQUES
    Portez un masque neuf ou propre bien ajusté lorsque vous êtes en public et que vous êtes amené
    ·e à avoir des contacts avec d’autres personnes. Il existe différents types de masques dont l’efficacité sur le plan de la prévention de la transmission varie. Les masques les plus efficaces sont les respirateurs (tels que les masques de type N95), suivis des masques chirurgicaux, puis des masques non médicaux (tels que les masques en tissu). Optez pour le masque le plus ajusté et de la meilleure qualité que vous pouvez trouver.
  • Vous devriez également porter un masque neuf ou propre lorsque vous vous trouvez dans un espace intérieur avec des personnes qui ne font pas partie de votre foyer ou de votre cercle social. Des provinces et territoires ont rendu obligatoire le port d’un masque facial ou d’un couvre-visage dans les lieux publics, et d’autres ont supprimé cette mesure. Pour de plus amples renseignements sur les masques, consultez cette page : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/prevention-risques/a-propos-masques-couvre-visage-non-medicaux.html.
  • VACCINATION
    Faites-vous vacciner contre la COVID-19 et prenez les doses de rappel dès qu’il est possible de le faire. La vaccination réduit considérablement le risque de maladie grave, d’hospitalisation et de décès liés à la COVID-19. La vaccination peut également contribuer à prévenir la transmission du virus. Le risque de transmission n’étant pas entièrement éliminé par la vaccination, les personnes vaccinées doivent continuer d’utiliser les autres méthodes de prévention indiquées dans le présent document.
  • AÉRATION ET FILTRATION DE L’AIR DANS LES ESPACES INTÉRIEURS
    Une bonne aération peut contribuer à prévenir la transmission par les aérosols dans les espaces intérieurs. Elle fait en sorte que les aérosols susceptibles de contenir le virus soient continuellement filtrés hors de la pièce. Cela permet de réduire l’accumulation du virus dans l’air et de réduire le risque de transmission. Les méthodes d’aération consistent à favoriser la circulation de l’air en ouvrant les fenêtres et les portes ou en installant de bons systèmes de filtration de l’air, par exemple, ceux équipés de filtres HEPA.
  • DISTANCIATION SOCIALE ET RESTRICTION DES RASSEMBLEMENTS
    Les cercles sociaux, parfois appelés « bulles », sont des groupes restreints de personnes avec lesquelles vous avez des contacts physiques rapprochés, comme les membres de votre foyer et d’autres personnes qui ne vivent pas chez vous. Des provinces et territoires réglementent le nombre de personnes pouvant se rassembler en un cercle social en fonction de la prévalence de la COVID-19. Évitez de passer du temps ou passez moins de temps dans des espaces intérieurs avec des personnes qui ne font pas partie de votre foyer ou de votre cercle social et évitez les espaces extérieurs bondés. Maintenez une distance d’au moins deux mètres avec les personnes qui ne font pas partie de votre foyer ou de votre cercle social afin de prévenir la transmission du virus. Notons que les très petits aérosols peuvent se propager sur plus de deux mètres. La distanciation sociale ne peut donc se substituer au port d’un masque : ces moyens de prévention doivent être combinés.  
  • HYGIÈNE GÉNÉRALE
    Le lavage des mains reste un élément important des messages généraux de santé publique. Lavez-vous fréquemment les mains à l’eau et au savon ou utilisez un désinfectant pour les mains, et évitez de vous toucher le visage si vos mains ne sont pas lavées. Le lavage des mains est un moyen utile de prévenir la transmission de divers pathogènes, mais il n’est pas efficace comme mesure unique de prévention de la transmission de la COVID-19.

La transmission communautaire de la COVID-19 varie en fonction du temps et des régions, selon que le nombre de cas actifs augmente ou diminue. Lorsque la transmission communautaire est très élevée, des mesures de prévention supplémentaires peuvent être indiquées. Consultez les consignes des autorités locales de santé publique pour obtenir les directives les plus récentes concernant la prévention de la transmission du virus responsable de la COVID-19.

Devrais-je me faire vacciner contre la COVID-19 si j’ai le VIH?

Il est important d’envisager la vaccination contre la COVID-19 si vous êtes séropositif·ve. De nombreuses personnes séropositives pour le VIH présentent déjà ou sont plus susceptibles de présenter les affections sous-jacentes prédisposant à la COVID-19 ou à une forme grave de la maladie en cas d’infection par le virus de la COVID-19. 

Les vaccins contre la COVID-19 sont sûrs et efficaces pour les personnes vivant avec le VIH.

D’après les lignes directrices actuelles, les personnes atteintes d’une infection par le VIH de stade avancé et dont le système immunitaire est affaibli devraient recevoir une troisième dose (dose de rappel) dans le cadre de la primo-vaccination. En effet, chez ces personnes, il est possible que deux doses du vaccin soient insuffisantes pour susciter une réponse immunitaire robuste contre la COVID-19. Si vous ne suivez pas de traitement anti-VIH et que votre nombre de lymphocytes CD4 est très faible, discutez de la vaccination par une troisième dose avec votre prestataire de soins. Certain·e·s expert·e·s recommandent aussi de commencer le traitement anti-VIH pour prévenir les complications liées à ce virus et améliorer éventuellement l’efficacité du vaccin.

Pour de plus amples renseignements sur les vaccins contre la COVID-19, voir Questions fréquentes sur les vaccins visant à prévenir la COVID-19.

Que puis-je faire d’autre pour me protéger durant la pandémie de COVID-19?

Il est important que les personnes vivant avec le VIH continuent de recevoir des soins afin de rester en bonne santé et de réduire autant que possible leur risque de contracter la forme grave de la COVID-19.

Un diagnostic précoce de l’infection par le VIH et un traitement continu sont des conditions importantes pour que toutes les personnes vivant avec le VIH puissent améliorer et préserver leur santé. Les personnes séropositives pour le VIH non traitées peuvent présenter des complications supplémentaires si elles contractent la COVID-19. Si vous ne suivez pas encore un traitement anti-VIH, envisagez de le faire le plus tôt possible. Si vous suivez un traitement, il est tout aussi important de continuer d’y adhérer. Autrement dit, vous devez prendre vos médicaments régulièrement, de la manière prescrite, sans omettre de doses. Si vous avez des difficultés à respecter votre schéma thérapeutique, n’hésitez pas à en parler avec votre prestataire de soins afin de vous mettre d’accord sur des solutions.

Il est important de rester en contact avec votre équipe de soins anti-VIH et de prendre en charge tous les problèmes de santé connexes, car ceux-ci peuvent faire augmenter votre risque de contracter la forme grave de la COVID-19. La liste des problèmes de santé relevant de cette catégorie sera peut-être modifiée à mesure que les connaissances sur la maladie évolueront.

Il est également important de continuer de se faire vacciner, et notamment de recevoir le vaccin annuel contre la grippe, car cela peut contribuer à prévenir les complications en cas d’infection par le virus de la COVID-19.

Il y a bien d’autres façons de prendre soin de votre santé physique et mentale pendant la pandémie. Essayez de prendre de l’air frais et de faire régulièrement de l’activité physique hors de chez vous si c’est possible. Il peut également être utile d’adopter une routine. Il est important de maintenir un contact régulier avec les autres, surtout si vous vivez seul·e. Essayez d’avoir des appels vidéo ou téléphoniques pour prendre des nouvelles de vos ami·e·s ou de votre famille. Si vous vous sentez déprimé·e ou anxieux·se, parlez-en à votre prestataire de soins.

Envisagez de vous préparer à l’éventualité de devoir vous isoler parce que vous avez été en contact avec une personne atteinte de la COVID-19 ou parce que vous avez vous-même contracté la maladie. Les directives concernant l’isolement et la mise en quarantaine évoluent à mesure que les connaissances sur cette maladie progressent. Discutez avec vos proches, ami.e·s et travailleur.euse·s de soutien des mesures à prendre pour vous procurer de la nourriture, des médicaments ou toute autre forme d’aide pendant votre isolement.

La COVID-19 affectera-t-elle la prise en charge de mon VIH?

En raison des mesures de distanciation physique instaurées pendant la pandémie de COVID-19, il se peut que certains changements soient apportés à la prestation de vos soins anti-VIH. Il est possible que vos rendez-vous de suivi périodiques avec votre prestataire de soins ou que les analyses de laboratoire soient moins fréquents. Les appels vidéo et téléphoniques peuvent remplacer les rendez-vous en personne avec les membres de votre équipe de soins. Vous remarquerez peut-être que certain·e·s travailleur·euse·s de la santé portent des lunettes protectrices ou des écrans faciaux afin de réduire le risque de pénétration des gouttelettes dans leurs yeux. Malgré ces changements, il est très important de continuer de recevoir des soins anti-VIH.

Il se peut que le mode de délivrance de vos médicaments change. Il est recommandé aux personnes vivant avec le VIH de recevoir une quantité de médicaments suffisante pour trois mois ou plus afin d’éviter des visites inutiles à la pharmacie. Discutez des options qui s’offrent à vous avec votre prestataire de soins et votre pharmacien·ne pour vous assurer de disposer d’une quantité suffisante de médicaments.

Comment traite-t-on la COVID-19?

Il existe des traitements pour les personnes atteintes de la COVID-19. Les recherches se poursuivent dans ce domaine. Si vous avez besoin d’une assistance médicale en raison d’une infection par le virus de la COVID-19, vous pouvez discuter de vos options thérapeutiques avec votre médecin.

Que devrais-je faire si je crois avoir la COVID-19?

Chaque province et territoire a mis en place une ligne d’assistance téléphonique ou un site Web consacrés à la COVID-19 qui vous indiqueront ce que vous devez faire si vous pensez l’avoir contractée.

Si vous pensez avoir été exposé·e au virus de la COVID-19, vous devez vous isoler et suivre les recommandations en vigueur dans votre province ou territoire. Si vous avez reçu un diagnostic de COVID-19, il se peut qu’un·e agent·e de la santé publique vous contacte et vous demande des précisions sur les personnes avec lesquelles vous avez pu entrer en contact. Ces personnes doivent également passer un test de dépistage de la COVID-19 et s’isoler en attendant de recevoir les résultats.

Si vous avez contracté la COVID-19, suivez les consignes des autorités sanitaires locales concernant la durée de l’isolement. N’oubliez pas de boire beaucoup de liquide et de vous reposer. Si vous avez de la fièvre, prenez des analgésiques pour la faire baisser.

Consultez immédiatement un médecin si vos symptômes s’aggravent, notamment en cas d’essoufflement, de douleurs thoraciques ou de forte fièvre persistante.

Il ressort des études de recherche que, pendant la pandémie de COVID-19, certaines personnes ne cherchent pas à faire traiter des problèmes de santé autres que la COVID-19. Pour rester au fait de ces questions pendant la pandémie, il est important de continuer de vous occuper de vos soins de santé et de parler de tous vos symptômes avec votre prestataire de soins.

Les renseignements figurant sur cette page proviennent des recherches disponibles concernant la transmission et la prévention de la COVID-19. Cette ressource sera mise à jour au fur et à mesure que de nouvelles données probantes sont publiées. Dernière mise à jour : mars 2022.