TraitementActualités
237

juillet 2020 

La chloroquine, l’hydroxychloroquine et les préoccupations soulevées par les essais cliniques sur la COVID-19

La chloroquine (CQ) et son analogue hydroxychloroquine (HCQ) sont utilisés depuis de nombreuses années pour prévenir et traiter la malaria. Ces deux médicaments peuvent réduire la production de signaux chimiques inflammatoires par le système immunitaire, ce qui permet de réduire l’inflammation. C’est pour cette raison que la CQ et l’HCQ en particulier sont utilisées pour traiter la polyarthrite rhumatoïde, le lupus et d’autres affections.

Des expériences de laboratoire sur des cellules ont révélé que ces deux médicaments étaient capables d’inhiber la production d’un large éventail de virus, y compris le VIH. Rappelons à cet égard que les expériences de laboratoire portent sur des systèmes largement simplifiés consistant en des cellules, milieux de culture et virus. Une telle simplicité ne pourrait jamais reproduire les rouages d’un organe, d’un système anatomique ou d’une personne entière. Il n’empêche que les expériences de laboratoire constituent un premier pas important sur le chemin menant à la mise au point d’un médicament pour traiter une affection donnée. Les étapes ultérieures incluent la mise à l’épreuve du médicament chez un modèle animal de la maladie en question, suivie d’une série d’expérimentations complexes chez l’humain appelées essais cliniques. À chacune de ces étapes, l’analyse peut révéler des problèmes, de la toxicité ou encore l’absence d’efficacité. Cela est une partie normale du processus de mise au point des médicaments et, selon les estimations, neuf médicaments sur 10 échouent à faire la transition entre le laboratoire et la pharmacie.

CQ et HCQ : excellents résultats dans les éprouvettes

Comme nous l’avons mentionné, la CQ et l’HCQ peuvent inhiber l’activité d’un grand nombre de virus différents, y compris le VIH et les coronavirus, dans les expériences de laboratoire sur des cellules. Cependant, lorsque la CQ et l’HCQ ont été testées chez des personnes atteintes du VIH, leurs effets antiviraux se sont révélés modestes, ce qui souligne un problème courant dans la recherche biomédicale : les résultats très prometteurs dans les éprouvettes ne se reproduisent pas toujours chez l’humain. La prudence est donc de mise lorsqu’on tente d’extrapoler les résultats d’expériences de laboratoire pour prévoir ce qui se passerait éventuellement chez les humains.

Essais cliniques de la CQ et de l’HCQ pour la COVID-19

Plus tôt dans ce numéro de TraitementActualités, nous avons souligné de nombreuses préoccupations soulevées à l’égard des essais cliniques de la première heure sur les médicaments candidats contre la COVID-19. Certains essais comptaient un faible nombre de participants, n’étaient pas prospectifs ou randomisés, n’incluaient pas de placebo ou d’autre critère de comparaison, ou encore ils avaient des défauts. Cependant, face à la nature urgente de la pandémie de COVID-19, on a choisi d’ignorer ces préoccupations, surtout lors des essais cliniques précoces de la CQ et de l’HCQ (seules ou en combinaison avec l’azithromycine ou d’autres médicaments). Il est possible que cette décision ait amené certains chercheurs à exagérer involontairement la signification des résultats des premières études sur la CQ ou l’HCQ.

Notons cependant que les données d’essais cliniques d’envergure bien conçus sur la CQ et l’HCQ sont en train d’être publiées. Ces études portent à croire que ni la CQ ni l’HCQ n’est associée à des bienfaits cliniques importants. De plus, certaines études font état d’une association entre ces médicaments et de graves problèmes cardiaques.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Liu W, Zhou P, Chen K, et al.  Efficacy and safety of antiviral treatment for COVID-19 from evidence in studies of SARSCoV-2 and other acute viral infections: a systematic review and meta-analysis. CMAJ. 2020; en voie d’impression.
  2. Qaseem A, Yost J, Etxeandia-Ikobaltzeta I, et al.  Update Alert: Should clinicians use chloroquine or hydroxychloroquine alone or in combination with azithromycin for the prophylaxis or treatment of COVID-19? Living practice points from the American College of Physicians. Annals of Internal Medicine. 2020; en voie d’impression.
  3. Borba MGS, Val FFA, Sampaio VS, et al. Effect of high vs low doses of chloroquine diphosphate as adjunctive therapy for patients hospitalized with severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) infection: a randomized clinical trial. JAMA Network Open. 2020;3(4):e208857.
  4. Fihn SD, Perencevich E, Bradley SM. Caution needed on the use of chloroquine and hydroxychloroquine for coronavirus disease 2019. JAMA Network Open. 2020;3(4):e209035.
  5. Rosenberg ES, Dufort EM, Udo T, et al. Association of treatment with hydroxychloroquine or azithromycin with in-hospital mortality in patients with COVID-19 in New York State. JAMA. 2020; en voie d’impression.
  6. Juurlink DN. Safety considerations with chloroquine, hydroxychloroquine and azithromycin in the management of SARS-CoV-2 infection. CMAJ. 2020;192(17):E450-E453.
  7. Keyaerts E, Li S, Vijgen L, et al. Antiviral activity of chloroquine against human coronavirus OC43 infection in newborn mice. Antimicrobial Agents and Chemotherapy. 2009;53(8):3416-3421.
  8. Keyaerts E, Vijgen L, Maes P, Neyts J, Van Ranst M. In vitro inhibition of severe acute respiratory syndrome coronavirus by chloroquine. Biochemical and Biophysical Research Communications. 2004;323(1):264-268.
  9. Rodrigo C, Fernando SD, Rajapakse S. Clinical evidence for repurposing chloroquine and hydroxychloroquine as antiviral agents: a systematic review. Clinical Microbiology and Infection. 2020; en voie d’impression.
  10. Savarino A, Lucia MB, Rastrelli E, et al.  Anti-HIV effects of chloroquine: inhibition of viral particle glycosylation and synergism with protease inhibitors. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2004;35(3):223-232.
  11. Savarino A, Di Trani L, Donatelli I, Cauda R, Cassone A. New insights into the antiviral effects of chloroquine. Lancet Infectious Diseases. 2006;6(2):67-69.
  12. Savarino A, Boelaert JR, Cassone A, et al. Effects of chloroquine on viral infections: an old drug against today’s diseases? Lancet Infectious Diseases. 2003;3(11):722-727.
  13. Bessière F, Roccia H, Delinière A, et al. Assessment of QT intervals in a case series of patients with coronavirus disease 2019 (COVID-19) infection treated with hydroxychloroquine alone or in combination with azithromycin in an intensive care unit. JAMA Cardiology. 2020; en voie d’impression.
  14. Hraiech S, Bourenne J, Kuteifan K, et al. Lack of viral clearance by the combination of hydroxychloroquine and azithromycin or lopinavir and ritonavir in SARS-CoV-2-related acute respiratory distress syndrome. Annals of Intensive Care. 2020;10(1):63.
  15. Tang W, Cao Z, Han M, et al. Hydroxychloroquine in patients with mainly mild to moderate coronavirus disease 2019: open label, randomised controlled trial. BMJ. 2020;369:m1849.
  16. Mahévas M, Tran VT, Roumier M, et al. Clinical efficacy of hydroxychloroquine in patients with covid-19 pneumonia who require oxygen: observational comparative study using routine care data BMJ. 2020;369:m1844.