TraitementActualités
192

août 2012 

Comprendre l'hypertension artérielle pulmonaire

Même si les combinaisons de médicaments puissants contre le VIH (couramment appelées multithérapies ou TAR) sont efficaces pour supprimer la production de VIH par les cellules infectées, elles ne guérissent pas l'infection au VIH. L'infection chronique au VIH cause une inflammation qui n'est que partiellement supprimée par la multithérapie. Certains chercheurs craignent que l'inflammation prolongée causée par le VIH puisse dégrader lentement la santé des systèmes organiques du corps. Les dommages causés par l'inflammation chronique pourraient provoquer l'intensification des problèmes de santé préexistants ou encore l'apparition de nouveaux problèmes. Cette inflammation pourrait expliquer partiellement l'origine du risque accru de maladies cardiovasculaires que courent les personnes vivant avec le VIH. L'hypertension artérielle pulmonaire (HAP) est un autre problème que peuvent éprouver les personnes séropositives qui est probablement lié à l'inflammation.

Origines

À l'époque d'avant l'arrivée de la multithérapie, les chercheurs avaient remarqué que certaines personnes séropositives souffraient d'hypertension artérielle pulmonaire. Les singes infectés par le virus de l'immunodéficience simienne (VIS), dont certains développent une maladie ressemblant au sida, sont également sujets à une affection comparable à la HAP. Selon la théorie de certains chercheurs, des cellules immunitaires infectées par le VIH qui circulent dans les poumons libéreraient des signaux chimiques qui causent de l'inflammation dans ces organes, notamment dans les vaisseaux sanguins principaux qui approvisionnent le cœur en sang oxygéné. Jusqu'à présent, toutefois, la majorité des personnes séropositives ne semblent pas développer la HAP.

Facteurs de risque de HAP

Les chercheurs ne connaissent pas toutes les causes de la HAP, mais ils ont déterminé que les facteurs suivants accroissaient le risque :

  • sexe – les femmes courent généralement un plus grand risque de HAP que les hommes, mais les raisons précises sont inconnues
  • stimulants – amphétamine, methamphétamine (crystal meth) et cocaïne
  • caillots sanguins – personnes dont le sang se coagule plus vite que normalement
  • gènes – personnes dont les parents, frères ou sœurs ont la HAP

Symptômes

Au début, les personnes souffrant de HAP peuvent être asymptomatiques. Au fil du temps, cependant, la HAP cause des anomalies dans les artères des poumons, ce qui peut entraîner les symptômes suivants :

  • essoufflement
  • manque d'énergie
  • douleur à la poitrine
  • enflure dans le bas des jambes

Selon des enquêtes menées aux États-Unis, la recherche laisse croire historiquement que moins de 1 % des personnes atteintes du VIH souffrent de HAP. Des études menées en Europe occidentale ont toutefois permis de constater des taux plus élevés de HAP parmi les personnes séropositives. Les raisons de cette différence ne sont pas claires.

Dans le cadre de l'évaluation médicale des patients soupçonnés d'avoir la HAP, on peut effectuer une gamme de tests et d'interventions. Pour commencer, on peut avoir recours à des tests non invasifs tels que l'échocardiogramme (également appelé échocardiographie Doppler). Même si les cardiogrammes risquent de ne pas donner de mesures précises de la tension artérielle dans les artères pulmonaires, certains médecins les trouvent utiles comme première étape avant de passer à des interventions plus invasives.

Traitement

Pour atténuer les symptômes de HAP, les médecins peuvent entre autres prescrire des exercices légers comme la marche.   Des modifications alimentaires peuvent aussi s'avérer utiles, notamment la réduction de l'apport en sodium. Les options de traitement incluent les suivantes :

  • bosentan (Tracleer)
  • ambrisentan (Volibris)
  • sildénafil (Revatio)
  • tadalafil (Adcirca)

Veuillez noter que les deux derniers médicaments de cette liste se vendent sous un nom commercial différent lorsqu'ils sont utilisés pour le traitement de la dysfonction érectile.

Dans certains cas, les médecins recommandent une chirurgie cardiaque pour maintenir la qualité de vie du patient et pour stabiliser la HAP jusqu'à ce qu'une greffe de cœur ou de poumon soit possible.

Ressources :

Comment l'hypertension artérielle pulmonaire agit-elle sur le coeur et les poumons? – l'Association d'hypertension pulmonaire du Canada

Pour en apprendre davantage au sujet de l'hypertension artérielle pulmonaire, veuillez visiter le site web de l'Association d'hypertension pulmonaire du Canada

RÉFÉRENCE :

McLaughlin VV, Davis M, Cornwell W. Pulmonary arterial hypertension. Current Problems in Cardiology. 2011;36:461-517.