Point de mire sur la prévention

Printemps 2016 

Emprunter à nos voisins : Le développement d’une journée annuelle du dépistage du VIH

par Racquel Bremmer

Depuis trois ans, le Comité sida de Windsor (CSW) organise une Journée annuelle du dépistage du VIH, dans les régions ontariennes de Windsor-Essex et de Chatham-Kent. L’idée est venue des États-Unis, qui ont leur National HIV Testing Day, le 27 juin de chaque année. La campagne annuelle du CSW consiste en une journée de dépistage, suivie d’une promotion continue du dépistage du VIH pendant toute l’année. Le dépistage est effectué au bureau du CSW les premier et dernier mercredis du mois, et dans diverses cliniques de la région.

Aux États-Unis, la National HIV Testing Day contribue à augmenter le nombre de dépistages du VIH et de nouveaux cas dépistés

La National HIV Testing Day sert à promouvoir le dépistage du VIH et à accroître le recours au dépistage du VIH aux États-Unis. Dans le cadre de cette initiative annuelle, des centaines d’événements locaux sont organisés. Dans la plupart des cas, on y offre le dépistage du VIH et on met en œuvre des campagnes médiatiques et de marketing social qui rehaussent les connaissances du public au sujet de la prévention du VIH, du dépistage et des soins, tout en répondant à des obstacles au dépistage et en incitant les gens à se faire dépister.

Des résultats très positifs ont été mis en lumière par une étude1 examinant l’effet de la National HIV Testing Day (NHTD) sur le dépistage du VIH aux États-Unis. Au cours de la période étudiée, on a observé une augmentation à la fois du nombre de tests effectués et du nombre de nouveaux résultats positifs pendant la semaine de la NHTD comparativement à deux semaines de contrôle. L’étude a également permis de constater des augmentations considérables du pourcentage de dépistages du VIH effectués dans des populations à risque élevé, y compris les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) et les Noirs non hispaniques.

La Journée du dépistage du VIH du Comité sida de Windsor

En dépit du succès de la campagne aux États-Unis, le Canada n’a pas adopté de journée nationale du dépistage. C’est pourquoi le CSW a décidé d’imiter l’initiative des États-Unis, afin de rehausser la sensibilisation au VIH et au dépistage du VIH, dans sa communauté. La première édition de cette journée a eu lieu le 27 juin 2013. Le coup d’envoi de sa campagne annuelle pour le dépistage du VIH au cours de la dernière semaine de juin aligne son effort sur la campagne de la NHTD des États-Unis. Ce moment de l’année mise sur les températures estivales, alors que plus de gens participent à des activités extérieures et sont plus enclins à assister à un événement de dépistage.

La campagne cible les 21 % des personnes vivant avec le VIH au Canada qui ne sont pas au courant de leur infection. Les personnes qui sont au courant de leur infection peuvent se prévaloir des bienfaits des soins et traitements,2,3 et également réduire le risque de transmission du VIH à d’autres personnes.4,5,6

Ces trois dernières années, la campagne du CSW a visé également à recruter des partenaires communautaires qui desservent ses populations prioritaires, incluant les femmes, les communautés africaines, caraïbéennes et noires (ACN) et les HARSAH. Ces partenaires sont notamment le Programme de soins pour le VIH de l’Hôpital régional de Windsor, les Centres de santé communautaire de Windsor Essex et de Chatham-Kent, la Stephen Jones Medicine Professional Corporation, l’Unité sanitaire de Windsor-Essex, le Bureau de santé de Chatham-Kent, de même que des groupes communautaires comme Sandwich Teen Action Group, Place Concorde, Access County Community Support Services et Community University Partnership.

Le CSW a pris des mesures importantes lorsqu’il a développé sa campagne sur le dépistage :

  • Consultation avec l’organisme en VIH le plus près de lui aux États-Unis, AIDS Partnership Michigan (APM). Le CSW a acquis de précieuses connaissances concernant la stratégie d’APM, les réussites de sa campagne ainsi que les façons par lesquelles un événement annuel de dépistage contribue à normaliser le VIH. APM a souligné qu’une promotion continue tout au long de l’année était un élément clé du succès de l’événement et contribuait à faire connaître ses services de dépistage anonyme. Le CSW a intégré ces stratégies dans sa campagne.
  • Identification des régions de Windsor-Essex et de Chatham-Kent où des populations prioritaires résident et orientation d’efforts de promotion de la campagne vers ces régions.
  • Création de sites de dépistage par le biais de partenariats avec des organismes dont les services s’adressent aux populations prioritaires du CSW. Celui-ci a également animé des présentations éducatives à l’intention des employés de ces organismes afin qu’ils incitent les utilisateurs de services à participer aux événements de dépistage.
  • Collaboration avec une entreprise de graphisme pour développer le matériel de promotion de la campagne. Développement de la carte promotionnelle pour le dépistage du VIH dans d’autres langues (swahili, somali, français et arabe).

En 2015, le coup d’envoi de la campagne annuelle a été donné les 24 et 25 juin dans Windsor-Essex, puis le 26 juin dans Chatham-Kent. La Journée de dépistage du VIH de 2015, à l’échelle de la région, a amené 41 personnes à se faire dépister pour le VIH au cours des trois jours. Ceci représente une augmentation de 356 % du nombre de participants enregistré en 2014 (n=9) et en 2013 (n=9). À ce jour, aucun résultat de dépistage n’a été positif, lors de ces Journées du CSW. Les organisateurs croient que la réussite de 2015 est attribuable à l’augmentation des partenariats, à la promotion continue et à la renommée grandissante de la campagne auprès de la communauté.

Comment pouvez-vous organiser un événement de la Journée du dépistage du VIH dans votre région?

Le CSW, qui organise une Journée du dépistage du VIH depuis 2013, offre les conseils suivants pour réussir cette initiative :

  • Publiciser le dépistage par le biais de la radio, des journaux et de panneaux publicitaires
  • Mettre à profit la publicité gratuite – groupes médiatiques des campus universitaires, babillards communautaires et magazines des communautés ethniques
  • Annoncer les jours de dépistage et les lieux en utilisant les médias sociaux (applications de rencontre en ligne, Facebook, YouTube, etc.)
  • Amorcer la promotion au moins trois mois avant la journée de dépistage
  • N’apporter que des révisions mineures aux éléments de marketing, pour assurer une continuité d’année en année
  • Offrir une présentation sur les notions de base du VIH à l’intention des intervenants, avant la journée de dépistage, dans les sites de dépistage participants
  • Recruter des bénévoles pour appuyer les efforts continus d’organisation et pour rehausser la sensibilisation de la communauté au sujet de la campagne de dépistage
  • Si possible, offrir le dépistage d’autres infections transmissibles sexuellement dans les sites de dépistage participants
  • Susciter la participation de la communauté plus générale, par le biais de partenaires communautaires et d’intervenants, au moyen de présentations sur les notions de base du VIH, de séances éducatives sur l’heure du midi et de brèves séances d’information sur le dépistage.

Que nous indique l’expérience du CSW et des États-Unis quant au potentiel d’une Journée canadienne de dépistage du VIH?

Une étude de la NHTD des États-Unis a démontré une augmentation générale du nombre de dépistages effectués et du nombre de résultats positifs, en comparaison avec deux semaines de contrôle. Bien que le CSW n’ait pas comparé le nombre de dépistages effectués dans la Journée à ceux d’autres jours de l’année, il a démontré que la campagne amène un nombre accru de personnes à se faire dépister, depuis le premier événement en 2013.

La NHTD et l’événement du CSW contribuent tous deux à élargir l’accès à des sites de dépistage en marge du milieu des soins de santé. Ceci peut être un moyen important pour attirer des gens.

Une journée nationale du dépistage du VIH conçue à la lumière de certaines des leçons de la campagne des États-Unis et de l’expérience canadienne de Windsor-Essex et de Chatham-Kent, au Canada, pourrait accroître le nombre de personnes qui se font dépister pour le VIH et qui sont informées de leur statut VIH.

Références

  • 1. Van Handel MM, Mulatu MS. Effectiveness of the U.S. National HIV Testing Day Campaigns in Promoting HIV Testing: Evidence from CDC-funded HIV Testing Sites, 2010. Public Health Reports. 2014 Oct;129:446–54.
  • 2. The INSIGHT START Study Group. Initiation of Antiretroviral Therapy in Early Asymptomatic HIV Infection. New England Journal of Medicine. 2015 Jul 20;150720091517005.
  • 3. Samji H, Cescon A, Hogg RS, Modur SP, et al. Closing the Gap: Increases in Life Expectancy among Treated HIV-Positive Individuals in the United States and Canada. Okulicz JF, editor. PLoS ONE. 2013 Dec 18;8(12):e81355.
  • 4. Cohen MS. Antiretroviral Treatment Prevents HIV Transmission: Final Results from the HPTN 052 Randomized Controlled Trial. In: Program and abstracts of the 8th Conference on HIV Pathogenesis, Treatment and Prevention, 19–22 July 2015. Abstract MOAC0101LB. Disponible à l'adresse : https://www.youtube.com/watch?v=Ro7svS9Deu0&feature=youtu.be
  • 5. Rodger A. HIV Transmission Risk Through Condomless Sex If HIV+ Partner on Suppressive ART: Partner STUDY. Oral presentation at: 21st Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, Boston, USA, 2014. Disponible à l'adresse : http://www.croiwebcasts.org/console/player/22072
  • 6. Grulich AE, Bavinton B., Jin F. HIV Transmission in male serodiscordant couples in Australia, Thailand and Brazil. Late breaker poster 1019 LB presented at: 22nd Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, Seattle; USA, 2015.

À propos de l’auteur

Racquel Bremmer est coordonnatrice du travail de proximité dans la communauté africaine, caraïbéenne et noire, au Comité sida de Windsor. Travaillant dans le domaine du VIH/sida depuis plus de 20 ans, elle a contribué à des initiatives de renforcement des capacités, d’éducation et de promotion de la santé à Toronto, en Jamaïque et en Norvège, pour des organismes internationaux sans but lucratif comme la Croix-Rouge et pour des organismes financés par le gouvernement, aux quatre coins de l’Ontario. Elle est passionnée par la justice sociale et par la lutte contre l’oppression, et espère améliorer l’accès au dépistage du VIH pour les communautés marginalisées à l’échelle du Canada.

La campagne de dépistage du VIH du CSW est une initiative du département de l’éducation et du travail de proximité. On attribue son succès à la directrice du département, Pauline Nash, aux employés qui ont travaillé à la stratégie par le passé – Colm Holms, Stephanie Green et Lydia Chan (ex-employée) – ainsi qu’à son équipe actuelle, composée de Samantha Pockele, Christopher Cartier, Kimberly Levergood et Racquel Bremmer.