Nouvelles CATIE

12 septembre 2019 

On constate une hausse des cas de syphilis oculaire en Colombie-Britannique

  • La syphilis oculaire, maladie des yeux pouvant causer la cécité, est en progression
  • Comme la syphilis, la syphilis oculaire touche principalement des hommes gais et bisexuels
  • Presque la moitié des personnes ayant fait l’objet d’un diagnostic de syphilis oculaire avaient le VIH

La syphilis est une maladie transmissible sexuellement courante. Depuis deux décennies, les taux de syphilis ne cessent de progresser au Canada et dans d’autres pays à revenu élevé. Les hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH) sont touchés par la syphilis de façon disproportionnée. Les hommes séropositifs semblent être particulièrement vulnérables à la syphilis. Le microbe T. pallidum qui cause la syphilis peut entraîner une maladie complexe évoluant en plusieurs phases qui nuit à presque tous les systèmes organiques du corps. Si elle est détectée tôt, la syphilis peut être traitée facilement. Comme les personnes atteintes de syphilis risquent de ne pas savoir qu’elles sont touchées, les tests sanguins réguliers sont utiles pour découvrir cette maladie.

Aux États-Unis

En 2015, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis ont publié un rapport faisant état de plusieurs centaines de cas de syphilis touchant les yeux, c’est-à-dire des cas de syphilis oculaire. La vaste majorité des personnes atteintes étaient des HARSAH. Si elle n’est pas diagnostiquée et traitée, la syphilis oculaire peut causer la cécité. Depuis la publication du rapport des CDC, le nombre de cas de syphilis oculaire signalés aux États-Unis et dans d’autres pays semble avoir augmenté.

En Colombie-Britannique

Comme dans d’autres régions du Canada, les cas de syphilis sont à la hausse en Colombie-Britannique depuis 2000. Au Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC), les chercheurs qui surveillent les cas de syphilis dans la province ont remarqué les tendances suivantes :

  • les cas de syphilis ont augmenté de 40 % entre 2014 et 2015
  • 97 % des cas de syphilis infectieuse recensés en 2016 concernaient des hommes

Poussée à l’action par les cas de syphilis oculaire signalés aux États-Unis et ailleurs, une équipe de chercheurs du BCCDC et de l’Université de la Colombie-Britannique a mené une étude. Les chercheurs ont examiné les cas de syphilis et de syphilis oculaire diagnostiqués en Colombie-Britannique entre janvier 2010 et décembre 2018. Ils ont également comparé les données se rapportant à la santé des personnes atteintes de syphilis oculaire à celles des personnes ayant la syphilis, mais pas de complications touchant les yeux.

L’équipe a trouvé que le nombre de cas de syphilis oculaire avait augmenté au cours de la période à l’étude. Nous présentons d’autres résultats ainsi que les recommandations de cette équipe britanno-colombienne plus loin dans ce bulletin de Nouvelles CATIE.

Détails de l’étude

Les chercheurs du BCCDC ont passé en revue les données recueillies auprès des personnes ayant reçu un diagnostic de syphilis dans la province. Ils ont également comparé les données de 66 personnes atteintes de syphilis oculaire à celles de 264 personnes atteintes de syphilis, mais n’ayant aucune complication oculaire. Il s’ensuit donc que toutes les personnes figurant dans cette étude avaient la syphilis.

Résultats : dans l’ensemble

Les chercheurs ont constaté ce qui suit :

  • 6 716 personnes ont fait l’objet d’un diagnostic de syphilis entre janvier 2010 et décembre 2018
  • 74 % de tous les cas de syphilis étaient considérés comme infectieux (il s’agit de la phase primaire ou secondaire ou encore de la phase latente précoce de la maladie)
  • 66 personnes ont fait l’objet d’un diagnostic de syphilis oculaire
  • les cas de syphilis oculaire représentaient environ 1 % de tous les cas de syphilis

Tendances

  • En 2010, les cas de syphilis oculaire représentaient 0,48 % de tous les cas de syphilis. Dès 2018, les cas de syphilis oculaire représentaient 0,83 % de tous les cas de syphilis (soit presque 1 %).
  • La majorité des personnes touchées par la syphilis en général et par la syphilis oculaire en particulier étaient des HARSAH.

Accent sur le VIH

Près de la moitié des personnes atteintes de syphilis oculaire avaient le VIH. En revanche, parmi les personnes sans syphilis oculaire (mais ayant un diagnostic de syphilis), 26 % étaient séropositives.

Dans cette étude, parmi les personnes séropositives atteintes de syphilis oculaire, un peu plus de la moitié (52 %) ont reçu un résultat supérieur à 1 000 copies/ml lors d’un test de la charge virale. En revanche, en ce qui concerne les personnes séropositives sans syphilis oculaire, les chercheurs ont constaté que 78 % d’entre elles avaient une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml).

Traitement de la syphilis oculaire et résultats

Selon les chercheurs, « la vaste majorité (89 %) des cas de syphilis oculaire ont été traités avec de la pénicilline intraveineuse, soit le traitement de choix de la syphilis oculaire ». De plus, selon les chercheurs, à la fin du cycle de traitement intraveineux, « la plupart » des patients atteints de syphilis oculaire ont reçu une dose de benzathine-pénicilline par injection intramusculaire. Une fois l’injection effectuée, le tissu musculaire libère graduellement ce médicament dans la circulation. La pénicilline par injection intramusculaire permet de prolonger l’exposition de l’organisme à la pénicilline et de tuer ainsi tout microbe résiduel pouvant causer la syphilis. Selon les chercheurs, les injections de ce genre à la suite du traitement intraveineux font partie de la norme de soins en Colombie-Britannique en ce qui concerne la syphilis oculaire.

Les chercheurs ont signalé que 91 % des patients ont constaté une amélioration de leur vue à la fin de leur traitement contre la syphilis oculaire.

Quelle est la raison d’une telle augmentation des cas de syphilis oculaire?

Il semble que le signalement des cas de syphilis oculaire soit à la hausse dans les pays à revenu élevé. Les raisons ne sont pas claires, mais voici quelques explications possibles :

  • Il est plausible qu’il circule une souche de syphilis qui infecte plus facilement les yeux. À ce propos, notons que des études antérieures ont trouvé qu’il existait des souches de T. pallidum (microbe à l’origine de la syphilis) qui touchaient plus couramment les personnes souffrant de neurosyphilis. Cependant, les recherches préliminaires n’ont pas encore confirmé qu’il existe une souche particulière de la syphilis associée aux complications oculaires.
  • Il est possible que davantage de médecins et d’infirmières effectuent des évaluations et des dépistages de la syphilis oculaire depuis la publication du rapport des CDC en 2015. Il se peut que cette rigueur accrue des évaluations et des dépistages ait donné lieu à une augmentation des diagnostics de syphilis oculaire.

À retenir

Les chercheurs de la Colombie-Britannique ont réalisé une étude rétrospective. Les études de ce genre examinent des données recueillies dans le passé à une fin particulière puis les analysent à nouveau pour une raison différente. Les études rétrospectives sont imparfaites, mais l’équipe britanno-colombienne a pris soin de minimiser la possibilité d’erreurs lorsqu’elle analysait les résultats et tirait ses conclusions. De plus, les résultats de cette étude ressemblent à ceux d’études menées dans d’autres pays à revenu élevé où des cas de syphilis oculaire ont été signalés.

Cette étude menée en Colombie-Britannique est importante, et l’on peut espérer qu’elle encouragera d’autres provinces et territoires à examiner leur propre éclosion de syphilis oculaire.

Les chercheurs ont soulevé plusieurs points importants inspirés par leur recherche, que voici :

  • « Il est crucial d’explorer exhaustivement les symptômes des complications de la syphilis avec les patients et de porter une attention particulière aux personnes atteintes de syphilis infectieuse et ayant [des taux sanguins élevés d’anticorps associés à la syphilis]. »
  • « La détection rapide de la syphilis oculaire et l’évaluation ophtalmologique urgente sont essentielles, car la plupart des patients recouvrent une vue excellente après le traitement. »
  • « Nos résultats soulignent aussi l’importance de déterminer le statut VIH des patients atteints de syphilis oculaire étant donné la proportion élevée de cette co-infection. Ainsi, nous recommandons de tester toutes les personnes atteintes de syphilis oculaire pour le VIH, car un diagnostic de syphilis oculaire peut aussi révéler un nouveau diagnostic de VIH. »

Au sujet des yeux

Le globe oculaire consiste en trois couches de tissu qui s’appellent l’uvée. L’inflammation des différentes parties de l’uvée est désignée par les noms suivants :

  • uvéite antérieure : inflammation de la couche avant de l’uvée
  • uvéite intermédiaire : inflammation de la couche médiane de l’uvée
  • uvéite postérieure : inflammation de la couche arrière de l’uvée

Lorsque les trois couches de l’uvée sont enflammées, on parle de panuvéite.

Les symptômes d’uvéites, y compris la panuvéite, peuvent comprendre les suivants :

  • rougissement de la partie blanche de l’œil (avec ou sans douleur)
  • sensibilité accrue à la lumière vive
  • vision floue
  • perception de petits points noirs (couramment appelés « corps flottants »)
  • vision trouble

Le microbe qui cause la syphilis peut également toucher d’autres parties de l’œil, y compris les suivantes :

  • rétine : portion de tissu sensible à la lumière située à l’arrière de l’œil
  • nerf optique : nerf qui transmet les images captées par la rétine vers le cerveau

Lorsque la syphilis s’attaque à ces différentes parties de l’œil, un ou plusieurs des événements suivants peuvent se produire :

  • apparition de corps flottants
  • apparition de petits points scintillants
  • embrouillement de la vue
  • apparition de taches aveugles

Il est à noter que les symptômes de l’uvéite et des lésions de la rétine et/ou du nerf optique peuvent se produire sous l’effet d’autres affections. Quelle que soit la cause sous-jacente, l’apparition nouvelle ou soudaine de problèmes visuels devrait inciter la personne touchée à consulter immédiatement.

Ressources

Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement — Prise en charge et traitement d’infections spécifiques — Syphilis

Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang

BC Centre for Disease Control – Syphilis

SyphilisBMJ

La syphilisFeuillet d’information de CATIE

Des médecins américains étudient en profondeur des cas de syphilis oculaireNouvelles CATIE

Calgary : Les cas de syphilis en hausse chez les personnes séropositivesNouvelles CATIE

                                                                                                                        —Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Hamze H, Ryan V, Cumming E, et al. HIV seropositivity and early syphilis stage associated with ocular syphilis diagnosis: A case-control study in British Columbia, Canada, 2010-2018. Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d’impression.
  2. Woolston S, Cohen SE, Fanfair RN, et al. A cluster of ocular syphilis cases—Seattle, Washington, and San Francisco, California, 2014-2015. MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report. 2015 Oct 16;64(40):1150-1.
  3. O’Byrne P, MacPherson P. Syphilis. BMJ. 2019 Jun 28;365:l4159.
  4. Marra CM, Ghanem KG. et al. Centers for Disease Control and Prevention Syphilis Summit: Difficult clinical and patient management issues. Sexually Transmitted Diseases. 2018 Sep;45(9S Suppl 1):S10-S12.
  5. Oliver S, Sahi SK, Tantalo LC, et al. Molecular typing of Treponema pallidum in ocular syphilis. Sexually Transmitted Diseases. 2016 Aug;43(8):524-7.
  6. Hook EW 3rd. Syphilis. Lancet. 2017 Apr 15;389(10078):1550-1557.
  7. Lang R, Read R, Krentz HB, et al. A retrospective study of the clinical features of new syphilis infections in an HIV-positive cohort in Alberta, Canada. BMJ Open. 2018 Jul 10;8(7):e021544.
  8. Refugio ON, Klausner JD. Syphilis incidence in men who have sex with men with human immunodeficiency virus comorbidity and the importance of integrating sexually transmitted infection prevention into HIV care. Expert Review of Anti-Infective Therapy. 2018 Apr;16(4):321-331.
  9. Rekart ML, Ndifon W, Brunham RC, et al. A double-edged sword: does highly active antiretroviral therapy contribute to syphilis incidence by impairing immunity to Treponema pallidum? Sexually Transmitted Infections. 2017 Aug;93(5):374-378.
  10. Marra C, Baker-Zander SA, Hook EW 3rd, et al. An experimental model of early central nervous system syphilis. Journal of Infectious Diseases. 1991 Apr;163(4):825-9.
  11. Lukehart SA, Hook EW 3rd, Baker-Zander SA, et al. Invasion of the central nervous system by Treponema pallidum: implications for diagnosis and treatment. Annals of Internal Medicine. 1988 Dec 1;109(11):855–62.
  12. Radolf JD, Tramont EC, Salazar JC. Syphilis (Treponema pallidum). In: Bennett JE, Dolin R and Blaser MJ, editors. Mandell, Douglas, and Bennett's principles and practice of infectious diseases. 8th ed. Vol. 2. Philadelphia (PA): Elsevier; 2015. p. 2584-2709.
  13. Leber A, MacPherson P, Lee BC. Epidemiology of infectious syphilis in Ottawa. Recurring themes revisited. Canadian Journal of Public Health. 2008 Sep-Oct;99(5):401-5.
  14. Costiniuk CT, MacPherson PA. Neurocognitive and psychiatric changes as the initial presentation of neurosyphilis. CMAJ. 2013 Apr 2;185(6):499-503.
  15. Marra CM, Tantalo LC, Sahi SK, et al. Reduced Treponema pallidum-specific opsonic antibody activity in HIV-infected patients with Syphilis. Journal of Infectious Diseases. 2016 Apr 15;213(8):1348-54.
  16. Marra C, Sahi S, Tantalo L, et al. Enhanced molecular typing of treponema pallidum: geographical distribution of strain types and association with neurosyphilis. Journal of Infectious Diseases. 2010 Nov 1;202(9):1380-8.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.