Nouvelles CATIE

29 août 2019 

Une grande étude trouve que les cancers de stade avancé sont plus courants parmi les personnes séropositives

  • Une étude américaine révèle que les personnes vivant avec le VIH sont plus susceptibles de faire l’objet d’un diagnostic de cancer de stade avancé
  • Les chercheurs laissent entendre que le VIH est également à l’origine d’une baisse des chances de survie
  • Les résultats révèlent l’importance des dépistages réguliers du cancer pour les personnes vivant avec le VIH

L’infection au VIH augmente le risque des cancers suivants :

  • lymphome non hodgkinien : causé par le virus Epstein-Barr
  • sarcome de Kaposi (SK) : causé par l’herpès-virus humain 8
  • cancer invasif du col utérin : causé par des souches particulières du virus du papillome humain (VPH)

Tous les virus mentionnés ci-dessus provoquent la croissance de cellules anormales qui se transforment dans certains cas en états précancéreux et en cancers. Tous se transmettent de façon semblable au VIH.

Au Canada et dans les autres pays à revenu élevé, la grande accessibilité et l’utilisation répandue des traitements du VIH (TAR) ont fait en sorte que les nouveaux cas d’infections et de cancers liés au sida sont très rares chez les utilisateurs du TAR. Il n’empêche toutefois que le risque général d’un grand nombre de cancers augmente avec l’âge.

Des chercheurs du National Cancer Institute (NCI) des États-Unis à Bethesda, au Maryland, et de plusieurs universités américaines ont collaboré à une étude dans le but de mieux comprendre l’impact éventuel de l’infection au VIH sur une large gamme de cancers. L’équipe a analysé des informations se rapportant à la santé qui étaient inscrites dans une base de données sur le cancer. L’analyse a porté principalement sur les données recueillies auprès de plus de 14 000 personnes séropositives et de six millions de personnes séronégatives qui avaient toutes reçu un diagnostic de cancer.

Les chercheurs ont trouvé que les personnes séropositives étaient généralement plus susceptibles de se faire diagnostiquer un cancer de stade avancé (tumeurs plus nombreuses et plus grandes) que les personnes séronégatives. De plus, les chances de survie diminuaient chez les personnes séropositives par rapport aux personnes séronégatives ayant le même diagnostic de cancer. Les chercheurs ont été en mesure d’écarter des facteurs liés aux soins de santé comme la cause de ces résultats malheureux. Ils ont par contre laissé entendre que le VIH était à l’origine des pronostics moins favorables.

Détails de l’étude

Les chercheurs ont fouillé la base de données du NCI à la recherche d’informations sur des personnes ayant fait l’objet d’un diagnostic de cancer entre 2004 et 2014. Ils se sont concentrés sur les données se rapportant aux groupes suivants :

  • 14 453 personnes séropositives
  • 6 368 126 de personnes séronégatives

Les chercheurs s’intéressaient aux données portant sur les cancers touchant les 14 sites suivants du corps :

  • anus
  • vessie
  • sein (chez les femmes)
  • col utérin
  • région colorectale
  • rein
  • foie
  • poumon
  • bouche
  • pancréas
  • prostate
  • peau
  • estomac
  • thyroïde

Résultats

En général, les chercheurs ont constaté que les personnes séropositives avaient tendance à être de sexe masculin (64 % d’hommes, 36 % de femmes) et plus jeunes, et à avoir un revenu plus faible que les personnes séronégatives.

Voici la répartition des diagnostics de cancer courants :

Personnes séropositives

  • cancer du poumon : 29 %
  • cancer colorectal : 14 %
  • cancer de la prostate : 11 %

Personnes séronégatives

  • cancer du sein : 23 %
  • cancer de la prostate : 18 %
  • cancer du poumon : 18 %

Les chercheurs ont affirmé que les personnes séropositives étaient « considérablement plus susceptibles de faire l’objet d’un diagnostic de cancer de stade avancé [touchant les sites suivants] » :

  • sein
  • foie
  • bouche
  • prostate
  • peau
  • thyroïde

L’équipe a également souligné que « le VIH était associé à une augmentation [du risque de décès] après un diagnostic de cancer touchant 13 des 14 sites évalués, notamment en faisant presque doubler et tripler la mortalité liée au cancer du sein chez la femme et au cancer de la thyroïde, respectivement. La persistance de ces associations après l’ajustement en fonction de facteurs liés à l’obtention de soins de santé permet de croire à l’existence d’un lien biologique entre l’immunosuppression liée au VIH et la progression du cancer ».

Une exception aux tendances décrites ci-dessus se rapportait au cancer anal. Selon les chercheurs, les personnes séropositives « étaient considérablement plus susceptibles de recevoir un diagnostic de cancer anal moins avancé que les personnes séronégatives. Cela représente potentiellement un exemple de la prestation accrue de soins de santé à la population [séropositive], qui est une possibilité distincte étant donné le ciblage continu des interventions de dépistage du cancer anal visant les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes ».

Données manquantes

Les chercheurs se sont fiés aux informations répertoriées dans une base de données sur le cancer. Par contre, ils ne disposaient pas d’informations sur les antécédents des participants en ce qui avait trait au VIH, y compris les suivants :

  • durée de la séropositivité
  • nadir du compte de cellules CD4+
  • compte de CD4+ et charge virale peu de temps avant ou au moment du diagnostic
  • classes de médicaments anti-VIH utilisées

De telles informations auraient donné une meilleure idée de l’état de santé des personnes séropositives avant le diagnostic de cancer.

Limites du TAR

Lorsqu’on utilise le TAR comme il est prescrit et en suivant toutes les consignes, le traitement est très efficace pour supprimer la quantité de VIH dans le sang. Une fois la suppression virale atteinte, le système immunitaire se met à effectuer des réparations. Les bienfaits du TAR sont tellement importants que les médecins et chercheurs s’attendent de plus en plus à ce que de nombreux utilisateurs du TAR aient une espérance de vie quasi normale.

Il reste toutefois que le TAR ne guérit pas l’infection au VIH et ne peut restaurer que partiellement le système immunitaire. D’ordinaire, le compte de cellules CD4+ augmente considérablement chez les personnes sous TAR, et cela prévient le sida. De nombreuses équipes de recherche ont toutefois découvert que le système immunitaire subissait des dommages subtils qui persistaient malgré de nombreuses années d’une bonne observance du TAR. La cause de ces dommages subtils au système immunitaire est incertaine. Il est possible que l’un ou plusieurs des facteurs suivants contribuent aux dommages immunologiques :

  • présence de VIH résiduel dans les ganglions lymphatiques, la rate et d’autres parties du système immunitaire
  • de faibles quantités de certains microbes — tels des bactéries ou champignons ou des protéines associées à ceux-ci — entrent dans la circulation via les intestins et restent dans l’organisme. La concentration de ces microbes et/ou de leurs protéines n’est pas suffisante pour causer une infection évidente, mais elle est assez élevée pour causer l’activation chronique du système immunitaire et sa détérioration graduelle.
  • co-infection par un membre courant de la famille des virus de l’herpès appelé CMV (cytomégalovirus)

Il est important de souligner que les dommages subtils au système immunitaire dont nous parlons ici sont insuffisants pour causer l’apparition ou la réapparition du sida, mais il se peut qu’ils soient juste assez suffisants pour affaiblir graduellement la capacité du système immunitaire à détecter et à détruire certaines tumeurs. Cela ne veut pas dire que tous les utilisateurs du TAR, ou même la majorité, finiront par avoir un cancer. Cette étude porte cependant à croire que le risque de résultats défavorables associés au cancer augmente chez les personnes séropositives.

Un autre groupe de personnes qui courent des risques accrus à l’égard du cancer est celui des receveurs de greffes d’organes. Ces personnes doivent prendre régulièrement des médicaments conçus pour supprimer partiellement leur système immunitaire afin que leur organe transplanté puisse survivre.

L’ensemble de ces informations soulève la possibilité que le VIH lui-même joue un rôle dans les problèmes constatés par les chercheurs responsables de cette étude sur le cancer.

À l’avenir

La présente étude souligne la nécessité pour les personnes séropositives de faire l’objet de dépistages du cancer dans le cadre de leurs soins de santé généraux. Si un test diagnostique découvre un cancer, la norme devrait consister à diriger rapidement le patient vers des soins et un traitement. Bien que cette équipe de recherche n’en fasse pas mention, en signalant la suppression immunitaire comme un problème, cette étude fournit le raisonnement nécessaire pour envisager des études sur l’immunothérapie pour le cancer. Au cours de la dernière décennie, plusieurs médicaments qui agissent en supprimant des obstacles (ou points de contrôle) dans le système immunitaire de patients cancéreux ont été testés chez des personnes séronégatives atteintes de cancer. Ces traitements ont donné lieu à des rémissions prolongées dans certains cas. On appelle cette classe de médicaments des inhibiteurs des points de contrôle. Les deux médicaments suivants sont des exemples d’inhibiteurs des points de contrôle de première génération :

  • Keytruda (pembrolizumab)
  • Opdivo (nivolumab)

Les inhibiteurs des points de contrôle comportent leurs propres risques. En plus de provoquer des effets secondaires d’ordre immunologique qui sont parfois intenses, ils ne sont pas efficaces chez toutes les personnes séronégatives qui les prennent. Notons aussi que ces médicaments coûtent très cher. Cependant, cela ne veut pas dire qu’ils ne devraient pas être envisagés pour des essais cliniques d’envergure chez des personnes vivant avec le VIH.

Réduire le risque de cancer

Jusqu’en 1996, l’infection au VIH était considérée comme une maladie mortelle. Cependant, étant donné les bonnes nouvelles à propos du TAR, une partie du fardeau créé par une espérance de vie quasi normale réside dans la nécessité d’aider les personnes séropositives à réduire leurs risques de cancer en faisant ce qui suit :

  • parler à un médecin pour se faire vacciner contre l’hépatite B et le VPH
  • demander de l’aide à un médecin ou pharmacien pour arrêter de fumer
  • réduire sa consommation d’alcool
  • personnes qui s’injectent ou inhalent des drogues : demander de l’aide à un organisme de réduction des méfaits afin de minimiser le risque d’infection par des virus causant le cancer
  • se faire tester et traiter pour le virus de l’hépatite C
  • obtenir des conseils sur les bonnes habitudes alimentaires
  • apprendre des techniques de maîtrise du stress
  • demander de l’aide afin de mieux gérer l’anxiété, la dépression et d’autres problèmes de santé mentale
  • faire régulièrement des activités physiques approuvées par un médecin

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES

  1. Coghill AE, Han X, Suneja G, et al. Advanced stage at diagnosis and elevated mortality among US patients with cancer infected with HIV in the National Cancer Data Base. Cancer. 2019 Aug 15;125(16):2868-2876.
  2. D’Arcy ME, Coghill AE, Lynch CF, et al. Survival after a cancer diagnosis among solid organ transplant recipients in the United States. Cancer. 2019 Mar 15;125(6):933-942.
  3. Uldrick TS, Gonçalves PH, Abdul-Hay M, et al. Assessment of the safety of pembrolizumab in patients with HIV and advanced cancer—a phase 1 study. JAMA Oncology. 2019; en voie d’impression.
  4. Fromentin R, DaFonseca S, Costiniuk CT, et al. PD-1 blockade potentiates HIV latency reversal ex vivo in CD4+ T cells from ART-suppressed individuals. Nature Communications. 2019 Feb 18;10(1):814.
  5. Thompson CG, Rosen EP, Prince HMA, et al. Heterogeneous antiretroviral drug distribution and HIV/SHIV detection in the gut of three species. Science Translational Medicine. 2019 Jul 3;11(499).
  6. Costiniuk CT, Salahuddin S, Farnos O, et al. HIV persistence in mucosal CD4+ T cells within the lungs of adults receiving long-term suppressive antiretroviral therapy. AIDS. 2018 Oct 23;32(16):2279-2289.
  7. Bernal E, Martinez M, Torres A, et al. T cell senescence predicts subclinical atherosclerosis in HIV-infected patients similarly to traditional cardiovascular risk factors. Antiviral Research. 2019 Feb;162:163-170.
  8. Duffau P, Ozanne A, Bonnet F, et al. Multimorbidity, age-related comorbidities and mortality: association of activation, senescence and inflammation markers in HIV adults. AIDS. 2018 Jul 31;32(12):1651-1660.
  9. Molina PE, Simon L, Amedee AM, et al. Impact of alcohol on HIV disease pathogenesis, comorbidities and aging: Integrating preclinical and clinical findings. Alcohol and Alcoholism. 2018 Jul 1;53(4):439-447.
  10. Heath JJ, Fudge NJ, Gallant ME, et al. Proximity of cytomegalovirus-specific CD8+ T cells to replicative senescence in human Immunodeficiency virus-infected individuals. Frontiers in Immunology. 2018 Feb 15;9:201.
  11. Ballegaard V, Brændstrup P, Pedersen KK, et al. Cytomegalovirus-specific T-cells are associated with immune senescence, but not with systemic inflammation, in people living with HIV. Scientific Reports. 2018 Feb 28;8(1):3778.
  12. Pallikkuth S, De Armas LR, Pahwa R, et al. Impact of aging and HIV infection on serologic response to seasonal influenza vaccination. AIDS. 2018 Jun 1;32(9):1085-1094.
  13. Desai SN, Landay AL. HIV and aging: role of the microbiome. Current Opinion in HIV/AIDS. 2018 Jan;13(1):22-27.
  14. Tanaskovic S, Price P, French MA, et al. Impaired upregulation of the costimulatory molecules, CD27 and CD28, on CD4+ T cells from HIV patients receiving ART is associated with poor proliferative responses. AIDS Research and Human Retroviruses. 2017 Feb;33(2):101-109.
  15. Cobos Jiménez V, Wit FW, et al. T-cell activation independently associates with immune senescence in HIV-infected recipients of long-term antiretroviral treatment. Journal of Infectious Diseases. 2016 Jul 15;214(2):216-25.
  16. Eberhard JM, Ahmad F, Hong HS, et al. Partial recovery of senescence and differentiation disturbances in CD8+ T cell effector-memory cells in HIV-1 infection after initiation of anti-retroviral treatment. Clinical and Experimental Immunology. 2016 Nov;186(2):227-238.
  17. Shive CL, Clagett B, McCausland MR, et al. Inflammation perturbs the IL-7 axis, promoting senescence and exhaustion that broadly characterize immune failure in treated HIV infection. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndrome. 2016 Apr 15;71(5):483-92.
  18. Appay V, Sauce D. Assessing immune aging in HIV-infected patients. Virulence. 2017 Jul 4;8(5):529-538.
  19. Brenchley JM, Price DA, Schacker TW, et al. Microbial translocation is a cause of systemic immune activation in chronic HIV infection. Nature Medicine. 2006 Dec;12(12):1365-71
  20. Ramendra R, Isnard S, Mehraj V, et al. Circulating LPS and (1→3)-β-D-Glucan: A folie à deux contributing to HIV-associated immune activation. Frontiers in Immunology. 2019 Mar 18;10:465.
  21. Mehraj V, Ramendra R, Isnard S, et al. Circulating (1→3)-β-D-Glucan is associated with immune activation during HIV infection. Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d’impression.
  22. Hoenigl M. Fungal Translocation: A driving force behind the occurrence of non-AIDS events? Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d’impression.
  23. Dagenais-Lussier X, Aounallah M, Mehraj V, et al. Kynurenine reduces memory CD4 T-cell survival by interfering with Interleukin-2 signaling early during HIV-1 Infection. Journal of Virology. 2016 Aug 12;90(17):7967-79.
  24. Chen J, Xun J, Yang J, et al. Plasma Indoleamine 2,3-dioxygenase activity is associated with the size of the human immunodeficiency virus reservoir in patients receiving antiretroviral therapy. Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d’impression.
  25. Swainson LA, Ahn H, Pajanirassa P, et al. Kynurenine 3-Monooxygenase inhibition during acute simian immunodeficiency virus infection lowers PD-1 expression and improves post-combination antiretroviral therapy CD4+ T cell counts and body weight. Journal of Immunology. 2019 Aug 15;203(4):899-910.
  26. Márquez-Coello M, Montes de Oca Arjona M, Martín-Aspas A, et al. Antiretroviral therapy partially improves the abnormalities of dendritic cells and lymphoid and myeloid regulatory populations in recently infected HIV patients. Scientific Reports. 2019 Aug 12;9(1):11654.
  27. Yero A, Farnos O, Rabezanahary H, et al. Differential dynamics of regulatory T-cell (Treg) and Th17 cell balance in mesenteric lymph nodes and blood following early anti-retroviral initiation during acute SIV infection. Journal of Virology. 2019; en voie d’impression.
  28. Wang Z, Gurule EE, Brennan TP, et al. Expanded cellular clones carrying replication-competent HIV-1 persist, wax, and wane. Proceedings of the National Academy of Sciences USA. 2018 Mar 13;115(11):E2575-E2584.
  29. Abreu CM, Veenhuis RT, Avalos CR, et al. Infectious virus persists in CD4+ T cells and macrophages in antiretroviral therapy-suppressed simian immunodeficiency virus-infected macaques. Journal of Virology. 2019; en voie d’impression.
  30. Nolan DJ, Rose R, Rodriguez PH, et al. The spleen is an HIV-1 sanctuary during combined antiretroviral therapy. AIDS Research and Human Retroviruses. 2018 Jan;34(1):123-125.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.