Descovy

Sommaire

Descovy est le nom donné à un comprimé contenant deux médicaments anti-VIH : TAF (ténofovir alafénamide) et FTC (emtricitabine).

Descovy est offert sous forme de comprimé; il en existe deux concentrations qui se distinguent par la couleur. Il peut être pris avec ou sans nourriture et doit être utilisé en combinaison avec d’autres médicaments anti-VIH. Descovy a généralement été bien toléré lors des essais cliniques. Les effets secondaires étaient habituellement légers et temporaires et incluaient : maux de tête, fatigue ou manque d’énergie, nausées et diarrhées.

Qu’est-ce que Descovy?

Descovy est le nom d’un comprimé qui contient les deux médicaments anti-VIH suivants :

  • TAF (ténofovir alafénamide) qui appartient à la classe de médicaments appelés analogues nucléotidiques (INtTI)
  • FTC (emtricitabine) qui appartient à la classe de médicaments appelés analogues nucléosidiques (INTI)

Il est offert sous forme de comprimés rectangulaires. Il en existe deux concentrations qui se distinguent par la couleur des comprimés, comme suit :

  • comprimés gris avec « 210 » estampillé sur un côté; ces comprimés contiennent 10 mg de TAF et 200 mg de FTC
  • comprimés bleus avec « 225 » estampillé sur un côté; ces comprimés contiennent 25 mg de TAF et 200 mg de FTC

Descovy est utilisé en combinaison avec d’autres médicaments antirétroviraux pour traiter (mais pas guérir) le VIH.

TAF est une nouvelle formulation d’un médicament plus ancien appelé ténofovir DF (fumarate de ténofovir disoproxil). Lors des essais cliniques de la combinaison de traitement antirétrovirale, TAF s’est révélé sûr et généralement tolérable et a provoqué moins d’effets secondaires que le ténofovir DF.

Comment Descovy agit-il?

Avant d’expliquer le mode d’action de Descovy, il faut d’abord offrir un peu d’information au sujet du VIH. Lorsque le VIH infecte une cellule, il prend le contrôle de cette dernière. Le VIH oblige ensuite la cellule à fabriquer de nombreuses copies du virus. Pour fabriquer ces copies, la cellule utilise des protéines appelées enzymes. Lorsque l’activité de ces enzymes est réduite, la réplication du VIH ralentit.

Descovy contient deux médicaments, TAF, qui appartient à la classe de médicaments appelés analogues nucléotidiques, et FTC, qui appartient à la classe de médicaments appelés analogues nucléosidiques. TAF et FTC inhibent l’action d’une enzyme appelée transcriptase inverse (TI) dont les cellules infectées par le VIH se servent pour fabriquer de nouveaux virus. Puisque TAF et FTC inhibent ou réduisent l’activité de cette enzyme, Descovy incite les cellules infectées à produire moins de virus.

Comment les personnes vivant avec le VIH utilisent-elles Descovy?

Descovy est utilisé en association avec plusieurs autres médicaments antirétroviraux, y compris les médicaments appartenant à d’autres classes, tels que les inhibiteurs de l’intégrase, les inhibiteurs de la protéase et/ou les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse. Les associations de ce genre s’appellent un traitement antirétroviral ou TAR. Pour en savoir plus sur le TAR, consultez la publication de CATIE intitulée Votre guide sur le traitement du VIH.

Descovy, comme tout autre médicament anti-VIH, ne permet pas de guérir le VIH. Il est donc important de consulter régulièrement votre médecin pour faire le suivi de votre santé.

Il existe des données probantes indiquant que les personnes séropositives qui suivent un TAR, qui reçoivent des soins et qui maintiennent une charge virale indétectable sont considérablement moins susceptibles de transmettre le VIH à d’autres personnes, que ce soit par les relations sexuelles, le partage de matériel servant à la consommation de drogues ou encore durant la grossesse et l’accouchement. De fait, les données probantes se rapportant à la transmission sexuelle révèlent que les personnes sous TAR qui maintiennent une charge virale indétectable ne transmettent pas le virus à leurs partenaires sexuels. Pour en savoir plus, voir le feuillet d’information de CATIE Le traitement du VIH et la charge virale indétectable pour prévenir la transmission du VIH. L’utilisation de condoms demeure toutefois une bonne idée parce qu’ils réduisent le risque de contracter ou de transmettre d’autres infections transmissibles sexuellement.

Études

Lors des essais cliniques, les médicaments à l’intérieur de Descovy ont été testés auprès d’environ 2 000 personnes séropositives en tant que combinaison de traitement antirétrovirale. Lors de ces essais, les chercheurs ont trouvé que la combinaison TAF + FTC était efficace. De plus, TAF était aussi efficace que les régimes contenant la formulation plus ancienne, soit le ténofovir DF. Les médicaments que Descovy renferme sont généralement bien tolérés et sûrs. En théorie, comme il contient du TAF, Descovy est moins susceptible de causer des effets secondaires touchant les reins ou les os que les régimes contenant du ténofovir DF. La combinaison TAF + FTC s’est montrée efficace, autant chez les personnes traitées pour la première fois pour le VIH que chez les personnes déjà traitées dans le passé.

Mises en garde

1. Acidose lactique

Descovy contient les deux médicaments TAF et FTC. On associe parfois ces derniers à une accumulation d’acide lactique, un produit de déchets, dans le sang. Les personnes obèses et celles qui prennent des analogues nucléosidiques depuis de nombreuses années pourraient courir un risque plus élevé d’acidose lactique. Les symptômes d’un excès d’acide lactique dans le sang peuvent inclure les suivants :

  • nausées
  • vomissements
  • douleur abdominale
  • diarrhées
  • fatigue inattendue
  • douleur musculaire inattendue
  • sensation de froid, surtout dans les bras et les jambes
  • sensation d’étourdissement ou de vertige

Si ces symptômes se produisent pendant que vous prenez Descovy, appelez sans tarder votre médecin.

2. Problèmes de foie : augmentation du volume du foie ou accumulation de graisse dans le foie

Dans des cas rares, on constate chez les personnes recevant Descovy une enflure du foie (hépatomégalie) ou encore une accumulation de graisse dans le foie (stéatose hépatique). L’obésité et l’usage d’analogues nucléosidiques pendant de nombreuses années peuvent être des facteurs de risque d’hépatomégalie et de stéatose hépatique chez les personnes atteintes du VIH. Les personnes qui présentent ces problèmes de foie spécifiques sont également susceptibles d’éprouver les symptômes suivants :

  • jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse)
  • nausées
  • vomissements
  • douleur abdominale

Si vous éprouvez n’importe lequel de ces symptômes, communiquez immédiatement avec votre médecin.

3. Autres problèmes de foie : virus de l’hépatite

Descovy n’est pas approuvé pour le traitement des personnes ayant le virus de l’hépatite B (VHB). L’innocuité de Descovy chez les personnes co-infectées par le VIH et le VHB est inconnue.

Les médicaments que Descovy renferme (TAF + FTC) sont actifs contre le VHB. Les personnes co-infectées qui prennent Descovy et qui cessent ensuite de le prendre pourraient remarquer que leurs symptômes de l’infection à l’hépatite B s’aggravent. Les symptômes d’une infection à VHB qui empire peuvent inclure les suivants :

  • jaunissement de la peau et du blanc des yeux (jaunisse)
  • nausées
  • vomissements
  • douleur abdominale
  • selles deviennent pâles
  • perte d’appétit constante

Lorsque ces symptômes apparaissent, on parle parfois d’une poussée d’hépatite B. Si vous avez cette co-infection, parlez à votre médecin avant de commencer à prendre Descovy. Si vous avez besoin de changer plus tard votre traitement, rappelez à votre médecin que vous avez l’hépatite B.

Les personnes qui sont co-infectées par le VIH et l’un des virus causant l’hépatite (y compris le virus de l’hépatite C) et qui prennent une combinaison de médicaments anti-VIH puissants (TAR) pourraient courir un risque accru de dommages hépatiques. Il est important de passer des tests de sang réguliers afin que votre médecin puisse évaluer la santé de votre foie. Si les tests de laboratoire révèlent que vous n’avez pas l’hépatite B, parlez à votre médecin de la possibilité de vous faire vacciner contre cette infection. Rappelons qu’il n’existe toutefois aucun vaccin pour prévenir l’infection par l’hépatite C.

4. Pancréatite

Le fabricant souligne que « la prudence est de rigueur » lorsque Descovy est prescrit aux patients ayant des antécédents de pancréatite (inflammation du pancréas) et aux personnes à risque. On a signalé des cas de pancréatite chez certaines personnes traitées par analogues nucléosidiques.

Selon les National Institutes of Health (NIH) des États-Unis, l’alcoolisme est le facteur de risque de pancréatite le plus courant. Les autres facteurs de risque incluent les suivants :

  • un proche parent (mère, père, frère ou sœur) souffre de pancréatite
  • fibrose kystique
  • excès de calcium dans le sang
  • taux très élevé de cholestérol ou de triglycérides dans le sang

Les symptômes de la pancréatite incluent les suivants :

  • nausées
  • vomissements
  • douleurs abdominales
  • perte de poids
  • diarrhées
  • selles huileuses

Si vous éprouvez n’importe lequel de ces symptômes, communiquez immédiatement avec votre médecin.

5. Les femmes et la grossesse

Lors des essais cliniques sur Descovy, la proportion de femmes inscrites a été relativement faible. Cependant, aucun effet secondaire ne s’est révélé plus courant chez les femmes que chez les hommes.

L’innocuité de Descovy chez le fœtus n’est pas connue. Le fabricant du médicament fait la recommandation suivante : « Il ne faut pas administrer Descovy aux femmes enceintes, à moins que les bienfaits potentiels l’emportent sur les risques pour le fœtus ».

Si vous prenez Descovy et envisagez de devenir enceinte ou si vous êtes enceinte, parlez-en à votre médecin.

6. Les os

Descovy contient du TAF. Ce médicament est censé être plus sûr pour les os que la formulation plus ancienne ténofovir DF. Lors des essais cliniques, cependant, une proportion substantielle de personnes qui utilisaient les médicaments faisant partie de Descovy dans le cadre d’une combinaison anti-VIH ont subi une perte approximative de 3 % de leur densité minérale osseuse dans les hanches et la colonne vertébrale. Lors de ces essais cliniques, les proportions de participants ayant perdu plus de 3 % de leur densité minérale osseuse ont été les suivantes :

  • combinaison anti-VIH contenant du ténofovir DF : 27 % des participants
  • combinaison anti-VIH incluant des médicaments faisant partie de Descovy : 17 % des participants

L’effet à long terme de Descovy sur les os n’est pas clair.

7. Lésions et dysfonction rénales

Le médicament TAF que contient Descovy est relativement nouveau. Chez certaines personnes atteintes de lésions rénales préexistantes qui ont remplacé l’ancienne formulation (ténofovir DF) par la nouvelle formulation TAF, les lésions rénales n’ont pas guéri.

Dans des cas très rares, TAF peut causer des lésions rénales graves.

8. Âge

On n’a pas signalé d’augmentation du risque d’effets secondaires chez les personnes de plus de 65 ans qui prennent Descovy.

Descovy, dans le cadre d’une combinaison de médicaments anti-VIH, a été testé chez environ 50 enfants âgés de 12 à 18 ans, et s’est généralement révélé sûr et efficace. Pour en savoir plus sur le traitement du VIH chez les enfants, parlez à votre spécialiste des maladies infectieuses ou à votre spécialiste de la pédiatrie.

Effets secondaires courants

Lors des essais cliniques, Descovy a généralement été bien toléré. Les effets secondaires généraux incluaient les suivants :

  • maux de tête
  • fatigue ou manque d’énergie
  • nausées
  • diarrhées

Ces effets secondaires sont habituellement temporaires et légers.

Effets secondaires peu courants

Moins de 1 % des participants aux essais cliniques ont éprouvé les effets secondaires suivants :

  • douleur abdominale
  • indigestion
  • flatulence
  • éruptions cutanées
  • vomissements

Ces effets secondaires sont généralement légers et temporaires.

Lors des essais cliniques sur Descovy, les participants ont connu de faibles augmentations de leurs taux de cholestérol et de triglycérides dans le sang.

Interactions médicamenteuses

Il arrive parfois qu’un médicament interfère avec la façon dont un autre médicament est métabolisé par l’organisme. On appelle un tel effet une interaction médicamenteuse. Une interaction de ce genre peut provoquer une augmentation excessive du taux de l’un ou l’autre des médicaments dans le sang, de sorte qu’elle cause des effets secondaires ou qu’elle aggrave des effets secondaires préexistants. À l’inverse, l’interférence exercée par un médicament sur un autre peut faire en sorte que le taux de l’un ou l’autre baisse jusqu’à un niveau plus faible que la normale. Une telle interaction peut provoquer une perte d’efficacité du médicament en question. Dans le cas des médicaments anti-VIH, une chute du taux d’un médicament peut permettre au VIH d’acquérir une résistance à ce médicament et peut-être à d’autres médicaments aussi. La résistance aux médicaments limite les options de traitement futures.

Pour minimiser le risque de résistances médicamenteuses, il faut prendre tous les médicaments sur ordonnance tous les jours en suivant les prescriptions à la lettre.

Parlez toujours à votre médecin, infirmier ou pharmacien de tous les médicaments que vous prenez, qu’ils soient livrés sur ordonnance ou en vente libre, ainsi que de tous les suppléments, plantes médicinales et drogues que vous prenez. Les pharmaciens sont particulièrement bien placés pour vérifier la possibilité d’interactions médicamenteuses. Il vaut mieux que vous obteniez tous vos médicaments sur ordonnance à la même pharmacie afin qu’elle puisse être à l’affût des interactions médicamenteuses potentielles.

Vous trouverez ci-dessous certaines interactions réelles et potentielles, ces listes ne sont pas exhaustives.

Interactions médicamenteuses avec Descovy

Tous les médicaments/plantes médicinales suivants peuvent réduire le taux de ténofovir dans votre corps. Le fabricant recommande alors que vous évitiez les médicaments suivants si vous prenez Descovy :

  • médicaments antituberculeux : rifampine, rifapentine ou rifabutine
  • plantes médicinales : millepertuis et ses extraits (tels que hypéricine et hyperforine)
  • médicaments anti-VIH : Aptivus (tipranavir)

Si les médecins prescrivent Descovy à des patients recevant un des médicaments anticonvulsivants suivants, le fabricant leur recommande de prescrire un anticonvulsivant ne figurant pas dans cette liste :

  • carbamazépine
  • oxcarbazépine
  • phénobarbital
  • phénytoïne

Le fabricant recommande que la dose plus faible de Descovy (comprimés estampillés « 210 » contenant 10 mg de TAF et 200 mg de FTC) soit utilisée avec les médicaments suivants :

  • atazanavir (Reyataz) + cobicistat
  • atazanavir (Reyataz) + ritonavir (Norvir)
  • darunavir + cobicistat (les deux médicaments en un seul comprimé appelé Prezcobix)
  • darunavir (Prezista) + ritonavir (Norvir)
  • lopinavir + ritonavir (les deux médicaments en un seul comprimé appelé Kaletra)

Le fabricant souligne que les médicaments suivants peuvent augmenter la concentration de TAF dans le sang :

  • médicaments antifongiques : kétoconazole (Nizoral), itraconazole (Sporanox); comme la compagnie n’offre pas de conseil à ce sujet, parlez à votre médecin si vous prenez ces médicaments.

Résistance

On doit prendre Descovy une fois par jour. Si vous avez de la difficulté à prendre Descovy en respectant strictement la prescription, parlez à votre médecin et à votre pharmacien. Ils pourront vous aider à trouver des moyens de suivre fidèlement votre régime de médicaments. Si vous ne prenez pas Descovy une fois par jour, les taux des médicaments anti-VIH qu’il contient baisseront dans votre corps. Si cela se produisait, le VIH pourrait acquérir une résistance aux médicaments faisant partie de Descovy, et ces derniers cesseraient d’agir. Un tel événement pourrait affaiblir votre système immunitaire et compromettre la capacité de votre corps de combattre les infections. De plus, si le VIH apprenait à résister à l’un ou plusieurs des médicaments présents dans Descovy, vos options de traitement futures pourraient s’en trouver limitées.

Le Department of Health and Human Services (DHHS) des États-Unis produit des lignes directrices exhaustives sur le traitement du VIH depuis de nombreuses années. Ces lignes directrices recommandent que les patients passent des tests de résistance avant de commencer le TAR. Ces tests aident à révéler si le VIH dans le corps du patient a déjà acquis une résistance aux médicaments figurant dans Descovy.

Posologie et formulations

Selon le fabricant, Descovy peut être utilisé par les adultes et les adolescents âgés d’au moins 12 ans et pesant un minimum de 35 kg.

Descovy peut être pris avec ou sans nourriture.

Descovy est offert sous forme de comprimés rectangulaires. Il en existe deux concentrations qui se distinguent par la couleur des comprimés, comme suit :

  • comprimés gris avec « 210 » estampillé sur un côté; ces comprimés contiennent 10 mg de TAF et 200 mg de FTC
  • comprimés bleus avec « 225 » estampillé sur un côté; ces comprimés contiennent 25 mg de TAF et 200 mg de FTC

La dose de Descovy choisie dépend des autres éléments du régime anti-VIH du patient. En général, le fabricant recommande la dose plus faible de « 210 » de Descovy aux personnes recevant des inhibiteurs de la protéase du VIH en combinaison avec les agents de potentialisation ritonavir (Norvir) et cobicistat.

Le fabricant recommande la dose plus élevée de « 225 » lorsque Descovy est utilisé en combinaison avec d’autres classes de médicaments anti-VIH, dont les suivantes :

  • analogues non nucléosidiques (INNTI) : y compris éfavirenz (Sustiva, Stocrin) et rilpivirine (Edurant)
  • inhibiteurs de l’intégrase : y compris dolutégravir (Tivicay), raltégravir (Isentress)
  • inhibiteurs des co-récepteurs : maraviroc (Celsentri)

Parlez à votre médecin et à votre pharmacien de votre régime pour déterminer quelle dose de Descovy vous convient.

Le fabricant offre le conseil suivant en ce qui concerne les doses manquées : « Si le patient oublie de prendre une dose de Descovy et qu’il s’est écoulé moins de 18 heures depuis l’heure à laquelle il la prend généralement, le patient doit prendre Descovy avec ou sans aliments dès que possible, puis prendre la dose suivante de Descovy à l’heure habituelle. Si un patient oublie de prendre une dose de Descovy et qu’il s’est écoulé plus de 18 heures, le patient ne doit pas prendre la dose oubliée, mais reprendre le rythme habituel ».

Accessibilité

Lorsque Santé Canada a homologué un médicament, les médecins ont le droit de le prescrire, mais les patients doivent le payer eux-mêmes, à moins qu’il ne soit couvert par leur régime d’assurance privé. Si elle n’est pas traitée, l’infection au VIH peut entraîner une maladie catastrophique et empêcher la personne touchée de travailler. Notons aussi que le traitement du VIH coûte cher. Ainsi, au Canada, les ministères provinciaux et territoriaux de la Santé subventionnent abondamment le coût des médicaments anti-VIH. Chaque ministère dresse une liste des médicaments qu’il accepte de payer. On appelle cette dernière sa liste de médicaments assurés.

Descovy est homologué au Canada pour le traitement de l’infection au VIH chez les adultes, en association avec d’autres médicaments antirétroviraux. Votre médecin peut vous renseigner davantage sur l’accessibilité et le remboursement de Descovy dans votre région. CATIE a créé un module électronique intitulé Programme fédéraux, provinciaux et territoriaux d’accès aux médicaments qui contient de l’information sur le remboursement des médicaments au Canada.

Références

  1. Gilead Sciences. Descovy (comprimés d’emtricitabine/ténofovir alafénamide). Monographie de produit. Le 28 juin 2018.
  2. Bahr NC, Yarlagadda SG. Fanconi syndrome and tenofovir alafenamide: A case report. Annals of Internal Medicine. 2019; in press.
  3. Gallant JE, Daar ES, Raffi F, et al. Efficacy and safety of tenofovir alafenamide versus tenofovir disoproxil fumarate given as fixed-dose combinations containing emtricitabine as backbones for treatment of HIV-1 infection in virologically suppressed adults: a randomised, double-blind, active-controlled phase 3 trial. Lancet HIV. 2016 Apr;3(4):e158-65.
  4. Boyd MA, Cooper DA. Tenofovir alafenamide: safer, but questions remain. Lancet HIV. 2016 Apr;3(4):e158-65.
  5. Pozniak A, Arribas JR, Gathe J, et al. Switching to tenofovir alafenamide, coformulated with elvitegravir, cobicistat, and emtricitabine, in HIV-infected patients with renal impairment: 48-week results from a single-arm, multicenter, open-label phase 3 study. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2016 Apr 15;71(5):530-7.
  6. Wohl D, Oka S, Clumeck N, et al. Brief Report: A randomized, double-blind comparison of tenofovir alafenamide versus tenofovir disoproxil fumarate, each coformulated with elvitegravir, cobicistat, and emtricitabine for initial HIV-1 treatment: week 96 results. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2016 May 1;72(1):58-64.

Auteur(s) : Hosein SR

Traduction : Boutilier A

Publié : 2017

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.