TraitementActualités
235

janvier 2020 

Le dolutégravir en combinaison avec TAF ou TDF : questions d’innocuité et la prise de poids

Des chercheurs d’Afrique du Sud et du Cameroun ont mené deux essais cliniques randomisés sur des régimes à base de dolutégravir. Ces essais ont permis de recueillir des données importantes sur l’innocuité et la prise de poids. Ces résultats confirment des tendances générales dont nous parlerons plus loin dans ce numéro de TraitementActualités.

Afrique du Sud : l’étude ADVANCE

En Afrique du Sud, les chercheurs ont mené une étude randomisée de 96 semaines sur les régimes uniquotidiens suivants servant au traitement initial du VIH (TAR) :

  • dolutégravir + TDF (fumarate de ténofovir disoproxil) + FTC
  • dolutégravir + TAF (ténofovir alafénamide) + FTC
  • éfavirenz + TDF + FTC

Les coordonnataires de l’étude ont inscrit 1 053 personnes séropositives qui ont ensuite commencé un TAR fondé sur un des régimes ci-dessus. Il est à noter que près de 60 % des participants à l’étude ADVANCE étaient des femmes, et 99 % d’entre eux étaient noirs.

Résultats

Les trois régimes se sont révélés efficaces, ce qui n’est pas surprenant. Nous n’allons pas explorer ici les effets des médicaments sur la charge virale et le compte de CD4+ parce que ces effets ont été bien établis par des essais cliniques lancés il y a près d’une décennie en ce qui concerne le dolutégravir et il y a plus longtemps encore en ce qui concerne l’éfavirenz. Nous mettrons plutôt l’accent sur des questions se rapportant à l’innocuité et à la prise de poids.

Sommeil

Dans l’ensemble, les régimes contenant du dolutégravir ont été bien tolérés. De façon générale, on n’a pas constaté de différence significative entre les différents régimes en ce qui concerne la qualité ou la durée du sommeil. Les chercheurs ont toutefois affirmé que « les cas déclarés d’insomnie [grave ou très grave] étaient légèrement plus nombreux dans le groupe utilisant TAF que dans les autres groupes, mais personne n’a discontinué son régime à cause de l’insomnie ».

Innocuité pour le fœtus

Comme nous l’avons signalé en détail dans TraitementActualités 233, les cas de cinq bébés nés avec une malformation congénitale appelée anomalie du tube neural ont été rapportés au Botswana, un pays de l’Afrique australe. Toutes les mères en question étaient séropositives et prenaient le dolutégravir au moment de la conception.

Dans l’étude ADVANCE, un total de 78 femmes sont tombées enceintes, et 50 d’entre elles prenaient le dolutégravir pendant leur grossesse. Aucun bébé n’est né avec une anomalie du tube neural. Notons que 10 % des grossesses sont toujours en cours.

Accent sur le poids

Selon les chercheurs, « la prise de poids absolue et le pourcentage de patientes devenues obèses durant le traitement étaient les plus élevés dans le groupe utilisant TAF (6 kg, hausse de 14 % des cas d’obésité), mais les valeurs dans le groupe utilisant TDF (3 kg, hausse de 7 % des cas d’obésité) étaient également plus élevées que dans le groupe recevant les soins standards [éfavirenz : 1 kg, hausse de 6 % des cas d’obésité] ».

Les chercheurs ont ajouté que « la prise de poids était significativement plus marquée chez les patientes que chez les patients dans les trois groupes, et l’augmentation n’a atteint aucun plateau clair ».

L’obésité avait tendance à se produire avant la semaine 48 et était associée à la présence des facteurs suivants lors de l’admission des participants à l’étude :

  • compte de CD4+ plus faible
  • charge virale plus élevée
  • âge plus avancé

ANRS 12313 (NAMSAL)

Au Cameroun, les chercheurs ont inscrit 613 personnes séropositives à un autre essai clinique randomisé appelé NAMSAL, la majorité desquelles (66 %) étaient des femmes. Tous les participants commençaient un TAR consistant en un des régimes suivants :

  • dolutégravir + TDF + 3TC
  • éfavirenz à faible dose (400 mg) + TDF + 3TC

Les participants prenaient tous les médicaments une fois par jour, et les données ont été rapportées après 48 semaines.

Résultats : accent sur la prise de poids

En moyenne, on a observé une prise de poids chez davantage de participants traités par dolutégravir que chez les participants recevant l’éfavirenz à faible dose, comme suit :

  • dolutégravir : 5 kg; hausse de 12 % des cas d’obésité
  • éfavirenz : 3 kg; hausse de 5 % des cas d’obésité

Un total de 25 femmes sont tombées enceintes durant l’étude, dont 13 recevant le dolutégravir et 12 recevant l’éfavirenz. Aucune anomalie congénitale n’a été décelée chez leurs bébés.

Vue d’ensemble

Les données des études ADVANCE et NAMSAL indiquent que des régimes couramment utilisés de nos jours dans certaines régions de l’Afrique subsaharienne sont associés à la prise de poids, notamment le régime associant le dolutégravir et TAF. D’autres facteurs étaient cependant associés à la prise de poids aussi, dont les suivants :

  • compte de CD4+ plus faible
  • charge virale plus élevée
  • âge plus avancé

Le fait qu’un compte de CD4+ plus faible et qu’une charge virale plus élevée soient tous les deux associés à la prise de poids porte à croire que le VIH provoque un certain effet dans le système immunitaire qui augmente le risque de prise de poids. Ce résultat est une raison de plus de commencer tôt le TAR dans le cours de l’infection au VIH.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Venter WDF, Moorhouse M, Sokhela S, et al. Dolutegravir plus two different prodrugs of tenofovir to Treat HIV. New England Journal of Medicine. 2019 Aug 29;381(9):803-815.
  2. NAMSAL ANRS 12313 Study Group, Kouanfack C, Mpoudi-Etame M, Omgba Bassega P, et al. Dolutegravir-based or low-dose efavirenz-based regimen for the treatment of HIV-1. New England Journal of Medicine. 2019 Aug 29;381(9):816-826.
  3. Havlir DV, Doherty MC. Global HIV treatment - Turning headwinds to tailwinds. New England Journal of Medicine. 2019 Aug 29;381(9):873-874.