TraitementActualités
228

juillet/août 2018 

Remplacement de Triumeq par Biktarvy

Triumeq est le nom de marque d’un comprimé contenant les trois médicaments anti-VIH suivants :

  • dolutégravir
  • abacavir
  • 3TC

Triumeq est un traitement anti-VIH largement utilisé; on le prend une fois par jour, avec ou sans nourriture, le jour ou la nuit. Les essais cliniques l’ont trouvé très efficace et généralement bien toléré, bien que certains utilisateurs aient éprouvé de la difficulté à s’endormir et/ou à rester endormis.

Biktarvy est le nom de marque d’un comprimé contenant les trois médicaments anti-VIH suivants :

  • bictégravir
  • TAF (ténofovir alafénamide)
  • FTC (emtricitabine)

Le dolutégravir et le bictégravir appartiennent à la classe de médicaments appelés inhibiteurs de l’intégrase.

Aux fins d’une étude à double insu menée au Canada et dans d’autres pays, des chercheurs ont recruté des participants qui prenaient Triumeq et qui avaient une charge virale indétectable (moins de 50 copies/ml) et les ont répartis au hasard pour recevoir un des traitements suivants :

  • Biktarvy : 282 personnes
  • continuation de la prise de Triumeq : 281 personnes

Après 48 semaines, les participants des deux groupes maintenaient une charge virale indétectable dans des proportions semblables. Même si les taux d’effets secondaires étaient plus élevés parmi les personnes qui continuaient à prendre Triumeq, un nombre plus élevé de participants ont cessé de prendre Biktarvy à cause d’effets secondaires embêtants.

Détails de l’étude

Les participants avaient le profil moyen suivant au moment de leur admission à l’étude :

  • 87 % d’hommes, 13 % de femmes
  • âge : 46 ans
  • principaux groupes ethnoraciaux : Blancs – 73 %; Noirs – 21%; Asiatiques – 3 %; Autochtones – 2 %
  • compte de CD4+ : 700 cellules/mm3
  • 87 % n’avaient pas de symptômes de l’infection au VIH
  • co-infection au virus de l’hépatite B (VHB) : aucune personne
  • co-infection au virus de l’hépatite C (VHC) : une personne
  • DFGe (débit de filtration glomérulaire estimé, une mesure générale de la santé rénale) : 101 ml/minute

Résultats

À la 48e semaine de l’étude, les proportions de participants ayant une charge virale inférieure à 50 copies/ml étaient semblables, comme suit :

  • Biktarvy : 94 %
  • prise continue de Triumeq : 95 %

À la 48e semaine de l’étude, les proportions de participants ayant une charge virale inférieure à 20 copies/ml étaient les suivantes :

  • Biktarvy : 90 %
  • prise continue de Triumeq : 91 %

Ces différences ne sont pas significatives du point de vue statistique et laissent penser que les deux régimes ont une efficacité semblable. Dans le langage technique, on dirait que Biktarvy est « non inférieur » à Triumeq.

Innocuité

Les chercheurs ont affirmé que les deux régimes étaient « bien tolérés » et que la plupart des effets secondaires étaient « d’intensité légère ou modérée ».

Quoique peu fréquents, les retraits prématurés de l’étude à cause d’effets secondaires des médicaments ont eu lieu dans les proportions suivantes :

  • Biktarvy : 2 % (six personnes)
  • prise continue de Triumeq : 1 % (deux personnes)

Voici la répartition des effets secondaires en question :

Biktarvy

  • maux de tête : deux personnes
  • rêves bizarres : une personne
  • AVC : une personne
  • vomissements : une personne
  • pensées suicidaires : une personne

Une évaluation poussée a porté à croire que ces problèmes étaient probablement attribuables à Biktarvy, à l’exception des pensées suicidaires; dans ce dernier cas, la personne en question avait déjà de « nombreux antécédents psychiatriques » lors de son admission à l’étude, selon les chercheurs.

Triumeq

  • maux de tête : une personne
  • démangeaisons de la peau : une personne

Une évaluation a porté à croire que ces deux problèmes étaient probablement attribuables à l’utilisation de Triumeq.

Voici la répartition des effets secondaires qualifiés de pas graves :

Maux de tête

  • Biktarvy : 2 %
  • Triumeq : 3 %

Diarrhées

  • Biktarvy : 1 %
  • Triumeq : 1 %

Rêves bizarres

  • Biktarvy : moins de 1 %
  • Triumeq : 2 %

Nausées

  • Biktarvy : 0 %
  • Triumeq : 2 %

Difficulté à s’endormir et/ou à rester endormi

  • Biktarvy : 0 %
  • Triumeq : 1 %

Autres problèmes

Entre 2 % et 3 % des participants utilisant chaque régime ont subi des fractures. Une évaluation a toutefois révélé que celles-ci n’étaient pas attribuables aux médicaments à l’étude.

Dans l’ensemble, en ce qui concerne les mesures de la santé rénale, les chercheurs n’ont trouvé aucune différence statistiquement significative entre les deux régimes.

Décès

Deux personnes du groupe Biktarvy sont mortes. Une personne est décédée parce que son cœur a cessé de battre, une conséquence d’une grave maladie cardiovasculaire. Une autre personne est décédée d’une intoxication causée par une consommation excessive d’alcool et d’opioïdes.

Aucun participant du groupe Triumeq n’est mort.

Anomalies de laboratoire

Environ 3 % des participants utilisant chaque régime ont obtenu des résultats anormaux à des tests de laboratoire. Personne n’a subi de lésions graves associées aux résultats en question.

Dans l’ensemble, on n’a constaté aucun changement cliniquement significatif dans les mesures de laboratoire de routine de la santé rénale ou cardiaque (cholestérol et triglycérides).

À retenir

Dans l’ensemble, la présente étude porte à croire que Biktarvy et Triumeq sont généralement bien tolérés et que la plupart des effets secondaires sont légers et temporaires.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Molina JM, Ward D, Brar I, et al. Switching to fixed-dose bictegravir, emtricitabine and tenofovir alafenamide from dolutegravir plus abacavir and lamivudine in virologically suppressed adults with HIV-1: 48-week results of a randomised, double-blind, multicentre, active-controlled, phase 3, non-inferiority trial. Lancet HIV. 2018; in press.