Nouvelles CATIE

7 novembre 2019 

Une étude menée en Colombie-Britannique révèle que les femmes séropositives sont susceptibles d’avoir d’autres problèmes de santé

  • Les chercheurs ont comparé la santé de femmes séropositives et séronégatives
  • Les femmes séropositives étaient près de 60 % plus susceptibles d’avoir d’autres problèmes de santé
  • Les femmes séropositives développaient deux comorbidités 30 ans plus tôt en moyenne

Comme tout le monde, les personnes vivant avec le VIH éprouvent d’autres problèmes de santé en vieillissant. Les affections en question peuvent comprendre l’amincissement des os, le diabète de type 2 et une tension artérielle supérieure à la normale. On appelle ces autres affections des comorbidités. La recherche porte à croire que certaines personnes séropositives développent des comorbidités plus fréquemment et/ou plus tôt que les personnes séronégatives. Une bonne partie de la recherche sur les comorbidités et le VIH a porté sur des hommes. Or, une équipe de chercheurs de Vancouver mène actuellement une étude du nom de CARMA sur la question des comorbidités chez les femmes, qu’elles aient l’infection au VIH ou pas.

Dans un rapport qui sera publié dans la revue AIDS, les chercheurs affirment que les femmes séropositives (qui étaient en moyenne plus jeunes que les participantes séronégatives) étaient susceptibles d’avoir plus de comorbidités, notamment en ce qui concerne la santé mentale. Les femmes séropositives étaient également plus susceptibles de fumer du tabac. Les chercheurs encouragent les professionnels de la santé qui prennent soin de femmes séropositives à se concentrer sur la cessation du tabagisme, ainsi que sur le dépistage et « la prise en charge appropriée des troubles anxieux et de l’humeur ».

Détails de l’étude

Les chercheurs de Vancouver ont recueilli des informations relatives à la santé de 267 femmes séropositives et de 276 femmes séronégatives inscrites dans une étude appelée CARMA (Children and Women : Antiretrovirals and Markers of Aging). Les femmes séropositives ont été recrutées lors de leurs consultations à la clinique Oak Tree. Selon les chercheurs, cette clinique prodigue « des soins du VIH spécialisés aux femmes, aux enfants et aux familles vivant avec ou touchés par le VIH en Colombie-Britannique ». Le recrutement des femmes séronégatives s’est fait à l’aide d’annonces publicitaires. L’équipe a collecté des données entre décembre 2008 et octobre 2017. L’analyse dont nous rendons compte porte sur les données initiales recueillies.

En général, les deux groupes de femmes étaient semblables, même si les femmes séropositives étaient en moyenne plus jeunes de quelques années. Les différences importantes entre les deux groupes étaient les suivantes :

Fumeuses actuelles

  • femmes séropositives : 48 %
  • femmes séronégatives : 32 %

Études collégiales/universitaires

  • femmes séropositives : 41 %
  • femmes séronégatives : 70 %

Résultats

En général, les femmes séropositives étaient près de 60 % plus susceptibles d’avoir une comorbidité que les femmes séronégatives. Voici quelques facteurs qui contribuaient à la répartition des comorbidités :

Âge

À mesure qu’elles vieillissaient, les femmes séropositives semblaient accumuler des comorbidités plus rapidement que les femmes séronégatives.

Revenu

Selon les chercheurs, « Dans l’ensemble, les femmes ayant un revenu supérieur à 15 000 $ CDN par année affichaient en moyenne un taux de diagnostics multiples [de comorbidités] 18 % plus faible que celles ayant un revenu inférieur ». Cette association se produisait peu importe le statut VIH des femmes.

Tabagisme

Les chercheurs ont également affirmé que dans l’ensemble, « … le tabagisme était associé de façon significative au nombre de [comorbidités diagnostiquées] », et ce, même après avoir tenu compte du revenu, du statut VIH et d’autres facteurs. Spécifiquement, les fumeuses actuelles affichaient un taux de comorbidités 45 % plus élevé et les anciennes fumeuses affichaient un taux de comorbidités 38 % plus élevé que les femmes qui n’avaient jamais fumé.

Genres de comorbidités

Les chercheurs ont trouvé que les femmes séropositives étaient plus susceptibles d’avoir fait l’objet des diagnostics suivants :

Un ensemble de troubles de la santé mentale incluant la dépression, l’anxiété et le trouble panique.

  • femmes séropositives : 42 %
  • femmes séronégatives : 27 %

Virus de l’hépatite C

  • femmes séropositives : 40 %
  • femmes séronégatives : 18 %

Amincissement des os (incluant l’ostéoporose et l’ostéopénie)

  • femmes séropositives : 21 %
  • femmes séronégatives : 3 %

Nombre de médicaments

On a observé la tendance globale suivante : plus une femme séropositive était âgée, plus il était probable qu’elle prenait davantage de médicaments qu’une femme séronégative du même âge. Cette différence était sans doute attribuable au fait que les femmes séropositives plus âgées avaient davantage de comorbidités.

Deux autres associations avec le nombre de médicaments utilisés ont été observées, et ce, sans égard au statut VIH :

Revenu

Selon les chercheurs, les femmes dont le revenu annuel était de 15 000 $ ou plus « prenaient 28 % moins de médicaments que celles dont le revenu était inférieur à 15 000 $ par année ».

Tabagisme

Les chercheurs ont affirmé que « les fumeuses actuelles utilisaient 85 % plus de médicaments, et les anciennes fumeuses utilisaient 55 % plus de médicaments que les participantes qui n’avaient jamais fumé ».

Utilisation de suppléments

Les femmes séropositives étaient plus susceptibles d’utiliser des suppléments que les femmes séronégatives. Peu importe leur statut VIH, les fumeuses actuelles étaient 52 % moins susceptibles d’avoir recours à des suppléments.

Traitement des comorbidités

Dans l’ensemble, les proportions de femmes qui ont reçu un traitement pour des comorbidités étaient semblables, soit près de 50 %. Les chercheurs ont toutefois constaté que les femmes séropositives étaient moins nombreuses à suivre un traitement pour des comorbidités que les femmes séronégatives, comme l’attestent les exemples suivants :

Amincissement osseux

  • femmes séropositives : 67 %
  • femmes séronégatives : 100 %

Asthme

  • femmes séropositives : 34 %
  • femmes séronégatives : 59 %

Diabète

  • femmes séropositives : 45 %
  • femmes séronégatives : 80 %

Brûlures gastriques

  • femmes séropositives : 23 %
  • femmes séronégatives : 47 %

Maladie pulmonaire obstructive chronique

  • femmes séropositives : 27 %
  • femmes séronégatives : 50 %

L’étude CARMA n’a pas été conçue pour fournir un rapport détaillé sur les ordonnances rédigées pour des comorbidités ou l’observance des traitements prescrits. Pour cette raison, les chercheurs ne savent pas avec certitude pourquoi certaines femmes séropositives ne prenaient pas de médicaments pour les affections mentionnées ci-dessus.

Interactions médicamenteuses

Les chercheurs ont constaté des cas où les femmes séropositives risquaient de connaître des interactions médicamenteuses. Il est probable que ces femmes auraient tiré profit d’une consultation auprès d’un pharmacien.

À retenir

Après avoir tenu compte de facteurs sociodémographiques, les chercheurs ont trouvé que les femmes séropositives « recevaient plus de diagnostics [de comorbidités], et cette différence prenait de l’ampleur avec l’âge », par rapport aux femmes séronégatives.

En analysant leurs données, les chercheurs ont constaté une tendance inquiétante : les femmes séropositives « présenteraient en moyenne deux comorbidités 30 ans plus tôt que leurs pairs séronégatifs ». Les chercheurs de Vancouver ne sont pas certains des raisons de cette accélération apparente du vieillissement. D’autres chercheurs qui étudient l’impact du VIH sur le système immunitaire laissent cependant entendre que l’un ou plusieurs des facteurs suivants pourraient jouer un rôle dans la dysfonction immunitaire continue et le vieillissement accéléré du système immunitaire qui s’observent en présence de l’infection au VIH chronique :

  • activation continue et inflammation du système immunitaire, lesquelles ne diminuent que partiellement sous l’effet du traitement
  • co-infection au CMV (cytomégalovirus), un membre de la famille des virus herpétiques
  • bactéries nocives vivant dans les intestins qui sont capables de traverser la paroi intestinale pour passer directement dans le courant sanguin (ou d’y faire passer leurs protéines); il se peut que ces microbes nocifs et/ou leurs protéines nuisent au système immunitaire et à d’autres systèmes organiques à long terme

Il importe de noter que nous parlons ici d’une étude par observation qui a saisi des données à un seul moment dans le temps. Les études de ce genre sont utiles pour trouver des associations, mais ne peuvent pas prouver de lien de cause à effet. La présente étude, quoique bien conçue, ne peut prouver que des femmes séropositives ne figurant pas dans cette étude éprouveraient des problèmes aussi fréquemment que les femmes inscrites à l’étude. Si les chercheurs réussissaient à obtenir un financement à long terme, ils pourraient saisir des données à plusieurs moments dans le temps auprès de la même personne. L’équipe de l’étude CARMA serait alors en mesure de faire des prévisions plus précises sur les risques futurs de comorbidités chez les femmes séropositives.

D’autres études menées auprès de personnes séropositives ont également révélé des taux élevés de tabagisme et de troubles de la santé mentale. Ces autres études constituent un appui aux résultats globaux de l’étude CARMA.

Que faire?

Les chercheurs de l’étude CARMA encouragent les professionnels de la santé à déterminer si leurs patientes séropositives fument et à offrir du soutien à celles qui souhaitent arrêter. Ces interventions sont importantes parce que l’équipe CARMA a constaté un lien statistique fort entre le tabagisme et un mauvais état de santé. D’autres recherches menées par l’équipe CARMA portent à croire que le tabagisme contribue également au processus de vieillissement chez les femmes séropositives.

La découverte d’un taux relativement élevé de troubles de la santé mentale chez les femmes séropositives nécessite plus d’attention. Une mauvaise santé mentale peut dégrader la qualité de vie et nuire à la santé générale. L’équipe CARMA encourage les professionnels de la santé à dépister les troubles de la santé mentale chez les femmes séropositives et à « assurer une prise en charge appropriée des troubles de l’humeur et anxieux, particulièrement pour une population de personnes vieillissantes aux prises avec plus de morbidités ».

Environ 40 % des femmes séropositives inscrites à cette étude avaient été exposées au virus de l’hépatite C (VHC) à un moment donné de leur vie. Les chercheurs de l’étude CARMA n’ont pas été en mesure de déterminer si les participantes étaient infectées par le VHC au moment de l’étude. Il n’empêche que le dépistage de l’infection au VHC pourrait être utile aux femmes séropositives. Dans les cas où une infection active est décelée, l’offre d’un traitement permettrait d’avancer vers la guérison de la co-infection au VHC. Certaines femmes auraient également besoin d’être orientées vers des services de réduction des méfaits.

Les résultats de cette analyse de l’étude CARMA soulignent l’importance du revenu comme facteur déterminant de la santé. À l’avenir, l’effet des suppléments de revenu (et/ou d’autres formes de soutien socioéconomique comme l’aide au logement ou à l’alimentation) sur la santé à long terme des femmes séropositives est un sujet qui pourrait être exploré.

À l’avenir

L’étude CARMA est une plateforme passionnante pour faire de la recherche sur la santé des femmes séropositives. Si l’équipe CARMA recevait des fonds additionnels, elle pourrait mener d’autres recherches essentielles auprès de cette population à long terme.

Ressources

Une étude canadienne examine pourquoi certaines femmes ne restent pas dans la cascade des soins du VIHNouvelles CATIE

Comparaison des tendances de consommation de substances parmi les femmes du CanadaNouvelles CATIE

Retards dans le dépistage du cancer du col utérin chez des femmes séropositives au CanadaNouvelles CATIE

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Donaldson MA, Campbell AR, Albert AY, et al. Comorbidity and polypharmacy among women living with HIV in British Columbia. AIDS. 2019; en voie d'impression.
  2. Ziada AS, Lu MY, Ignas-Menzies J, et al. Mitochondrial DNA somatic mutation burden and heteroplasmy are associated with chronological age, smoking, and HIV infection. Aging Cell. 2019; en voie d'impression.
  3. Arshad O, Gadawska I, Sattha B, et al. Elevated cell-free mitochondrial DNA in filtered plasma is associated with HIV infection and inflammation. JAIDS. 2018 May 1;78(1):111-118.
  4. Thompson CG, Rosen EP, Prince HMA, et al. Heterogeneous antiretroviral drug distribution and HIV/SHIV detection in the gut of three species. Science Translational Medicine. 2019 Jul 3;11(499).
  5. Costiniuk CT, Salahuddin S, Farnos O, et al. HIV persistence in mucosal CD4+ T cells within the lungs of adults receiving long-term suppressive antiretroviral therapy. AIDS. 2018 Oct 23;32(16):2279-2289.
  6. Bernal E, Martinez M, Torres A, et al. T cell senescence predicts subclinical atherosclerosis in HIV-infected patients similarly to traditional cardiovascular risk factors. Antiviral Research. 2019 Feb;162:163-170.
  7. Duffau P, Ozanne A, Bonnet F, et al. Multimorbidity, age-related comorbidities and mortality: association of activation, senescence and inflammation markers in HIV adults. AIDS. 2018 Jul 31;32(12):1651-1660.
  8. Heath JJ, Fudge NJ, Gallant ME, et al. Proximity of cytomegalovirus-specific CD8+ T cells to replicative senescence in human Immunodeficiency virus-infected individuals. Frontiers in Immunology. 2018 Feb 15;9:201.
  9. Ballegaard V, Brændstrup P, Pedersen KK, et al. Cytomegalovirus-specific T-cells are associated with immune senescence, but not with systemic inflammation, in people living with HIV. Scientific Reports. 2018 Feb 28;8(1):3778.
  10. Pallikkuth S, De Armas LR, Pahwa R, et al. Impact of aging and HIV infection on serologic response to seasonal influenza vaccination. AIDS. 2018 Jun 1;32(9):1085-1094.
  11. Desai SN, Landay AL. HIV and aging: role of the microbiome. Current Opinion in HIV/AIDS. 2018 Jan;13(1):22-27.
  12. Tanaskovic S, Price P, French MA, et al. Impaired upregulation of the costimulatory molecules, CD27 and CD28, on CD4+ T cells from HIV patients receiving ART is associated with poor proliferative responses. AIDS Research and Human Retroviruses. 2017 Feb;33(2):101-109.
  13. Cobos Jiménez V, Wit FW, et al. T-cell activation independently associates with immune senescence in HIV-infected recipients of long-term antiretroviral treatment. Journal of Infectious Diseases. 2016 Jul 15;214(2):216-25.
  14. Eberhard JM, Ahmad F, Hong HS, et al. Partial recovery of senescence and differentiation disturbances in CD8+ T cell effector-memory cells in HIV-1 infection after initiation of anti-retroviral treatment. Clinical and Experimental Immunology. 2016 Nov;186(2):227-238.
  15. Appay V, Sauce D. Assessing immune aging in HIV-infected patients. Virulence. 2017 Jul 4;8(5):529-538.
  16. Brenchley JM, Price DA, Schacker TW, et al. Microbial translocation is a cause of systemic immune activation in chronic HIV infection. Nature Medicine. 2006 Dec;12(12):1365-71.
  17. Ramendra R, Isnard S, Mehraj V, et al. Circulating LPS and (1→3)-β-D-Glucan: A folie à deux contributing to HIV-associated immune activation. Frontiers in Immunology. 2019 Mar 18;10:465.
  18. Mehraj V, Ramendra R, Isnard S, et al. Circulating (1→3)-β-D-Glucan is associated with immune activation during HIV infection. Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d'impression.
  19. Hoenigl M. Fungal Translocation: A driving force behind the occurrence of non-AIDS events? Clinical Infectious Diseases. 2019; en voie d'impression.
  20. Wang Z, Gurule EE, Brennan TP, et al. Expanded cellular clones carrying replication-competent HIV-1 persist, wax, and wane. Proceedings of the National Academy of Sciences USA. 2018 Mar 13;115(11):E2575-E2584.