I=I : Guide à l’intention des fournisseurs de services

Le message I=I et les femmes* vivant avec le VIH

La prévention de la transmission sexuelle du VIH liée au principe I=I concerne les femmes*1 au même titre que   le reste de la population. Si les femmes* ou leurs partenaires sexuels présentent une charge virale indétectable, elles peuvent jouir de leur intimité sexuelle sans craindre la transmission.

Cependant, comme l’application actuelle du principe I=I est axée sur le risque de transmission sexuelle, en tant que fournisseurs de services nous devons tenir compte des autres modes de transmission du VIH qui affectent plus particulièrement la vie des femmes*, et dont plusieurs concernent leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs.

Les données issues des études de recherche indiquent que les femmes* qui suivent un TAR avant la grossesse et qui maintiennent une charge virale indétectable pendant toute la gestation accouchent de bébés sains et séronégatifs pour le VIH.2

Toute discussion concernant l’utilisation du TAR en vue de la prévention de la transmission du VIH chez les femmes* doit aussi nous amener à aborder un autre sujet : l’allaitement.3 De plus en plus de données indiquent que le taux de transmission du VIH par l’allaitement est extrêmement faible chez les femmes* qui suivent un TAR. Les lignes directrices canadiennes continuent néanmoins de recommander le recours aux préparations pour nourrissons plutôt qu’à l’allaitement maternel au vu du faible risque que celui-ci comporte. Cependant, les choix des femmes en matière d’alimentation des nourrissons obéissent à des réalités complexes.

Les femmes* vivant avec le VIH peuvent demander à leurs fournisseurs de soins de santé ou de services de les soutenir dans leur décision d’allaiter leur bébé. De plus, certaines femmes* vivant avec le VIH qui allaitent peuvent le faire sans en parler à leur fournisseur de soins de santé ou de services par crainte de stigmatisation, d’accusations criminelles ou de mauvaises interactions avec les autorités de santé publique et les services de protection de l’enfance. Il est donc important que les fournisseurs de soins de santé et de services discutent avec les femmes* afin de concevoir un plan de traitement permettant de réduire les risques et prévoyant une surveillance médicale et un soutien constant, suivant les principes du consentement éclairé et de l’accès équitable à tous les renseignements pertinents actuellement disponibles.

  1. Ce guide reconnaît la diversité des femmes vivant avec le VIH au Canada, ce qui inclut les personnes qui peuvent tomber enceintes, mais qui ne s’identifient pas forcément comme des femmes. Ce guide désignera les « femmes avec un astérisque » pour illustrer cette diversité.
  2. Arkell C. Le traitement du VIH et la charge virale indétectable pour prévenir la transmission du VIH. Toronto : CATIE; 2019. Disponible à l’adresse : https://www.catie.ca/fr/feuillets-info/transmission/vih-charge-virale-traitement-transmission-sexuelle [consulté le 20 juin 2019].
  3. En anglais, le terme Chestfeeding est un terme souvent utilisé par les personnes transgenres qui allaitent leur bébé; en français, le mot « allaitement » n’est associé à aucun genre et peut donc être employé universellement.