Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH

11. La nausée, les vomissements et la perte de l’appétit

Déterminer la cause

La nausée — avoir mal au cœur — est un problème que tout le monde connaît de temps en temps, et elle peut entraîner des vomissements. Parfois, la nausée s’estompe en quelques heures ou une journée. Lorsqu’elle provoque des vomissements fréquents et persistants, cependant, la nausée risque de causer la malnutrition grave, la déshydratation et des déséquilibres d’électrolytes, soit des substances biochimiques normales présentes dans le sang.

La perte de l’appétit — on n’éprouve pas l’envie de manger — accompagne souvent la nausée, mais elle peut aussi se produire toute seule. On s’en aperçoit difficilement dans certains cas, mais la perte de l’appétit devient sérieuse lorsqu’elle empêche la personne touchée de consommer suffisamment de nutriments pour se maintenir en bonne santé.

Si vous prenez note des détails concernant vos problèmes, vous aiderez votre médecin à les régler efficacement. Surveillez bien les tendances suivantes :

  • Combien de fois par jour avez-vous la nausée, pendant combien de temps dure-t-elle et vous arrive-t-il de vomir dans ces moments ? Si la sensation dure presque toute la journée, notez-le. Prenez aussi note du nombre de jours dans la semaine où la nausée se produit;
  • Vous rendez-vous compte d’une tendance quelconque concernant vos nausées ? Se produisent-elles à votre réveil, après la prise de vos médicaments, lorsque vous humez des senteurs de nourriture, lorsque vous commencez à manger, après les repas, en réponse à toute autre chose que vous remarquez ?
  • La nausée change-t-elle de quelque façon que ce soit comment ou quand vous prenez vos médicaments anti-VIH ? Vous arrive-t-il de sauter des doses de vos antirétroviraux ou autres médicaments parce que la nausée est trop forte ? Avez-vous de la difficulté à garder vos médicaments dans l’estomac à cause des vomissements ? Si oui, à quelle fréquence cela vous arrive-t-il ?
  • Notez tout ce que vous mangez ou buvez au cours d’une période de quelques jours. Vous et votre médecin pourrez ensuite déterminer si votre apport total en calories et en nutriments est suffisant pour favoriser une santé optimale.

Il est certain que les médicaments provoquent souvent la nausée, les vomissements ou la perte de l’appétit, mais ces symptômes ont d’autres causes aussi. Votre médecin devrait effectuer des tests de sang et un bilan médical complet pour déterminer si vos nausées ou perte de l’appétit sont causées en partie par des problèmes de foie, des infections, des déficiences hormonales ou d’autres affections médicales. Il existe plusieurs causes possibles à ces symptômes, et, dans bien des cas, deux facteurs ou plus y contribuent.

Tous les médecins ne sont pas très rigoureux lorsqu’ils abordent le problème de la nausée, des vomissements et de la perte de l’appétit. Si vous croyez que vos symptômes ne sont pas traités efficacement, expliquez à votre médecin qu’ils nuisent sérieusement à votre vie et à votre capacité de manger sainement. Insistez sur l’importance de continuer à chercher la ou les cause(s) de vos symptômes.

Infections

Dans certains cas, la perte de l’appétit et la nausée sont causées par des infections. Presque n’importe quelle infection peut faire diminuer l’appétit et causer de la fièvre, de la fatigue et un état de malaise général. Les infections bactériennes et virales courantes sont souvent à l’origine de la nausée. Comme les organismes qui causent les intoxications alimentaires provoquent souvent des nausées soudaines et parfois brutales, il faut toujours envisager cette possibilité.

Parmi les infections et cancers qui risquent de causer de la nausée chez les personnes ayant le VIH, mentionnons la gastrite à H. pylori, la syphilis secondaire, la méningite cryptococcique, la cryptosporidiose et d’autres infections parasitaires, l’hépatite virale, le complexe Mycobacterium avium (MAC), la toxoplasmose grave et le lymphome. Certaines de ces affections sont assez rares chez les personnes dont le VIH est bien maîtrisé grâce aux antirétroviraux, mais il est toujours important d’envisager la possibilité qu’une infection contribue à la nausée et à la perte de l’appétit et de prendre toutes les mesures nécessaires pour diagnostiquer et traiter efficacement l’infection en question.

Médicaments antirétroviraux, autres médicaments et suppléments

La nausée est un effet secondaire courant des médicaments antirétroviraux, des antidouleurs, des chimiothérapies anticancéreuses, de la radiothérapie et d’autres traitements. Presque tous les médicaments antirétroviraux disponibles à l’heure actuelle peuvent causer de la nausée, mais certains d’entre eux (les inhibiteurs de la protéase, par exemple) sont plus susceptibles d’être à l’origine de ce problème que d’autres. La nausée fait aussi partie des symptômes de la réaction d’hypersensibilité rare à l’abacavir. Consultez la section intitulée Les effets secondaires moins courants pour en savoir plus.

Les médicaments utilisés contre de nombreuses infections sont susceptibles de causer de la nausée. À ce propos, rappelons que certaines personnes ayant un faible compte de CD4 prennent du Bactrim/Septra, un antibiotique sulfamidé utilisé pour prévenir la pneumonie à Pneumocystis et d’autres infections microbiennes. La majorité des patients tolèrent bien ce médicament, mais certains d’entre eux font des nausées assez graves et ont besoin de substituer un médicament préventif différent.

Les antidouleurs causent de la nausée chez de nombreuses personnes. S’il est possible que ces médicaments contribuent à vos nausées et à votre perte de l’appétit, discutez des autres options possibles avec votre médecin. Les chimiothérapies et radiothérapies anticancéreuses sont également à l’origine de nausées très graves dans de nombreux cas, alors il est très important de régler ce problème afin de pouvoir continuer à traiter le cancer.

Chez certaines personnes, la nausée est causée par des suppléments, notamment l’huile de poisson. Ce problème risque de survenir plus fréquemment si l’on prend le supplément à jeun. Les pharmaciens conseillent aux patients de rester à l’affût d’effets secondaires lorsqu’ils commencent à prendre un supplément et de ne pas commencer à en prendre lorsqu’ils sont en train de changer de médication.

Problèmes de foie, pancréatite, déficience en testostérone, dépression

La recherche d’éventuels problèmes de foie est importante pour déterminer la cause de la nausée et de la perte de l’appétit. Si les tests révèlent la possibilité de dommages au foie, il est essentiel de commencer une thérapie pour renforcer cet organe et traiter les dommages ou empêcher qu’ils s’aggravent.

Les personnes vivant avec le VIH sont plus à risque de faire une pancréatite, et le risque augmente encore sous l’effet de certains médicaments ou d’une forte consommation d’alcool. Si vous éprouvez de la douleur abdominale intense qui débute soudainement et s’accompagne de nausée et de vomissements qui durent plusieurs heures, surtout après mangé ou bu excessivement, la pancréatite est une possibilité. Des soins médicaux urgents sont nécessaires dans ces cas. Pour en savoir plus sur cette affection grave, consultez la section intitulée Les effets secondaires moins courants.

La déficience en testostérone se produit fréquemment chez les hommes et les femmes vivant avec le VIH et peut faire diminuer l’appétit. Il est important de se faire mesurer le taux de testostérone pour de nombreuses raisons. Si le test révèle que le taux est faible, une hormonothérapie pour remplacer la testostérone pourrait améliorer l’appétit. Pour en savoir plus, consultez la section intitulée Le bien-être émotionnel.

Certaines personnes vivant avec le VIH souffrent de dépression. Lorsque celle-ci est présente, elle cause fréquemment une perte de l’appétit. Si la dépression est un problème pour vous, il est très important que vous obteniez le traitement dont vous avez besoin. Ce sujet est traité en détail dans la section intitulée Le bien-être émotionnel.

Changer de médicaments et d’horaire de prise des médicaments

Si la nausée ou la perte de l’appétit que vous éprouvez actuellement sont survenues peu de temps après le début d’une nouvelle médication, il est possible que celle-ci soit la cause de vos symptômes. Si le problème ne s’améliore pas après quelques semaines, parlez-en à votre médecin. Dans de nombreux cas, ces effets secondaires s’atténuent ou disparaissent après une courte période, alors il peut valoir la peine de persévérer, plutôt que d’abandonner ou de changer immédiatement de médicaments. Plus loin dans cette section, nous dressons une liste de remèdes qui sont souvent utiles contre la nausée ou la perte de l’appétit de courte durée, y compris des médicaments antinauséeux.

Un autre facteur à envisager est l’horaire de vos prises de médicaments. Consultez votre médecin ou pharmacien pour déterminer l’intérêt éventuel de changer l’heure où vous prenez vos médicaments. Certains médicaments causent moins de nausées lorsqu’on les prend avec un repas complet, alors que d’autres doivent être pris à jeun.

Modification des habitudes alimentaires

Pour faire face à la nausée ou à la perte de l’appétit persistantes, il peut être utile de changer ses habitudes alimentaires. Mangez selon un horaire fixe et remplacez trois repas copieux par jour par de petits repas fréquents et des collations. Lorsque l’estomac est laissé vide trop longtemps, la nausée a tendance à s’aggraver. Même si vous n’avez pas faim lorsque l’heure de votre prochain repas ou collation sonne, faites de votre mieux pour manger. Vous pouvez essayer n’importe quel truc pour stimuler votre appétit et soulager votre nausée. Voici quelques conseils :

  • Expérimentez des assaisonnements ou sauces différents pour en trouver quelques-uns qui améliorent la saveur de la nourriture sans occasionner la nausée;
  • Le gingembre est souvent très utile contre la nausée. Le gingembre en poudre sous forme de capsules, le soda au gingembre (fait avec du vrai gingembre), le thé au gingembre ou le gingembre confit peuvent tous être très utiles;
  • Le citron peut calmer la nausée. Avant vos repas, tranchez un citron frais et humez-le pendant une minute ou deux. Ou buvez un verre d’eau tiède au citron avant de manger;
  • Si vous avez plus d’appétit ou moins de nausées à certaines heures de la journée, essayez de manger à ces moments-là, et privilégiez les aliments nutritifs afin de profiter le plus possible de chaque bouchée;
  • Les odeurs déclenchent souvent la nausée, et les aliments froids sentent généralement moins fort, alors essayez de faire un repas avec des aliments froids;
  • Sirotez vos liquides avec une paille afin d’en limiter les odeurs;
  • Si les odeurs de la cuisson déclenchent la nausée, essayez de vous éloigner de la cuisine pendant la préparation des repas; ouvrez les fenêtres et faites partir les ventilateurs pour chasser les odeurs de la cuisson;
  • Gardez des collations goûteuses à portée de la main afin de pouvoir profiter de chaque moment où vous avez de l’appétit;
  • Mangez des aliments secs et/ou salés pour calmer l’estomac, comme des craquelins, du pain ou des rôties;
  • Les aliments riches en protéines peuvent soulager la nausée, alors que les aliments sucrés ont parfois tendance à l’aggraver, alors évitez les choses sucrées au déjeuner. À la place, commencez votre journée avec une petite portion de protéines, comme un œuf à la coque cuit dur ou du poulet de la veille;
  • Sirotez des breuvages frais comme du jus ou encore des boissons gazéifiées comme les spritzers aux jus de fruits. Mentionnons cependant que certaines personnes trouvent que la gazéification aggrave la nausée et préfèrent donc les boissons non gazéifiées; essayez les deux pour déterminer celle qui vous convient;
  • Mâchez complètement vos aliments afin qu’ils soient plus faciles à digérer pour votre estomac;
  • Évitez les aliments épicés, les fritures, les viandes riches en matières grasses, les sauces et les sauces brunes, la crème sure, les boissons caféinées et l’alcool;
  • Mangez des aliments fades comme les bouillons, la soupe miso, les pommes de terre en purée, le riz, le gruau d’avoine, les rôties, le pain naan ou le yogourt nature;
  • Mangez en position assise et essayez de rester à la verticale pendant deux heures après avoir mangé; cela peut aider à réduire la tendance à vomir.

Si vous vomissez fréquemment, il est très important que vous rétablissiez l’équilibre de vos électrolytes. Pour en savoir plus, consultez la section intitulée La diarrhée, les gaz et les ballonnements.

Contrer les carences nutritives

La nausée et la perte de l’appétit persistantes sont à l’origine d’un cercle vicieux sur le plan de la nutrition. Dans un premier temps, la réduction de l’apport alimentaire donne lieu à des taux de nutriments inadéquats. Ensuite, ce manque de nutriments provoque à son tour une perte de l’appétit induite par la malnutrition, ce qui fait persister l’absorption inadéquate de nutriments. Lorsque ce cercle vicieux s’opère, il est nécessaire de restaurer les taux de nutriments normaux de l’organisme. La solution réside habituellement dans une combinaison de stimulants de l’appétit, d’aliments riches en nutriments et de suppléments nutritionnels.

Une multivitamine avec minéraux peut compenser un apport inadéquat de micronutriments. Si la nausée rend la prise de pilules difficile, les multivitamines sous forme liquide sont une option. En ce qui concerne les micronutriments, la carence la plus associée à la perte de l’appétit concerne le zinc. Bien que le zinc soit présent dans la majorité des multivitamines, vous pourrez restaurer plus rapidement votre taux de zinc en prenant un supplément distinct de ce nutriment (75 mg par jour, avec un repas). La prise de zinc peut réduire l’absorption de cuivre, alors certaines personnes prennent un supplément de celui-ci (5 mg par jour, à un repas différent) afin de réduire les risques de problèmes cardiaques. Soulignons que les taux trop élevés de cuivre sont susceptibles de nuire au foie, alors parlez à votre médecin avant de commencer à prendre ce supplément.

Parfois, l’idée de boire un repas liquide semble plus facile que d’en manger un. Essayez une soupe mélangée maison ou encore des smoothies nutritifs et riches en calories. Expérimentez en mélangeant les ingrédients suivants :

  • lait ordinaire ou à la noix de coco avec des fruits frais non acides comme les bananes, les pommes, les pêches ou les bleuets
  • huile de coco ou du beurre de noix si vous avez besoin de davantage de calories
  • fruits congelés ou fruits frais avec de la glace si vous avez envie d’un smoothie glacé
  • poudre de protéines de haute qualité

Les produits à base de lactosérum (petit lait) figurent parmi les meilleurs. Mais il est important de ne pas exagérer parce que les excès de protéines peuvent stresser les reins et causer la diarrhée.

Si vous ne voulez pas faire votre propre supplément, cherchez des boissons à faible teneur en sucre qui contiennent majoritairement des triglycérides à chaîne moyenne (TCM), une teneur modérément élevée en protéines de qualité et un apport calorique global élevé.

Antinauséeux et stimulants de l’appétit

Si toutes les suggestions ci-dessus échouent à résoudre vos problèmes de nausée ou de perte de l’appétit, il est très important que vous parliez de la prise éventuelle de médicaments pour les contrer avec votre médecin ou pharmacien.

Au Canada, le médicament le plus utilisé contre la nausée, y compris dans les urgences des hôpitaux, est le dimenhydrinate (le Gravol et ses équivalents génériques). Vous trouverez peut-être que la dose de Gravol pour enfants vous suffit, plutôt que la dose pour adultes. La dose pour enfants aide aussi à éviter la somnolence. Si vous prenez la dose pour adultes du Gravol sans que cela soulage votre nausée, parlez le plut tôt possible à votre médecin ou pharmacien.

On a recours à de nombreux médicaments sur ordonnance pour le traitement de la nausée et de la perte de l’appétit graves. Si l’un d’entre eux n’est pas efficace, un autre pourrait faire l’affaire. Parfois, on obtient les meilleurs résultats en utilisant des médicaments qui agissent de façon différente. Par exemple, certains médicaments font en sorte que l’estomac se vide plus rapidement, alors que d’autres bloquent les signaux en provenance et en direction du cerveau qui donnent lieu à la nausée.

Parlez à votre médecin ou pharmacien avant de changer de médicaments. Les médicaments sont susceptibles d’interagir les uns avec les autres, de sorte qu’ils causent des effets secondaires ou d’autres problèmes. Avant d’essayer quoi que ce soit, renseignez-vous toujours auprès de votre pharmacien au sujet des interactions médicamenteuses qui pourraient avoir lieu entre vos médicaments antirétroviraux et vos autres médicaments.

Certains antinauséeux existent sous diverses formes. Pour les personnes dont les nausées graves rendent la prise de pilules difficile ou impossible, les comprimés à dissolution rapide, les suppositoires, les timbres transdermiques, les injections et les perfusions intraveineuses sont autant d’options importantes.

Mise en garde concernant le choix de médicaments : on prescrivait autrefois l’acétate de mégestrol (Megace) pour stimuler l’appétit, mais ce médicament peut atténuer ou inhiber la production de testostérone, une hormone dont le taux est déjà insuffisant chez de nombreuses personnes vivant avec le VIH. La déficience en testostérone peut elle aussi contribuer à la perte de l’appétit en plus de provoquer une augmentation du volume des seins chez l’homme. Parlez à votre médecin des autres options de médication qui pourraient vous convenir.

Autres agents antinauséeux

Les études révèlent que le gingembre est un agent antinauséeux efficace, même contre la nausée induite par la chimiothérapie. Comme le gingembre doit être présent dans l’estomac pour exercer son effet antinauséeux, consommez-en quelques minutes avant de manger, de boire ou de prendre des médicaments. Vous pouvez aussi le prendre sous forme de capsule ou de sirop; ajoutez un peu de celui-ci à de l’eau et sirotez-en tout au long de la journée.

Vous pourriez aussi faire un thé au gingembre en ajoutant 30 à 45 ml (deux ou trois cuillerées à soupe) de gingembre frais haché ou râpé à 250 ml (une tasse) d’eau bouillante. Laissez le mélange mijoter pendant cinq à 10 minutes, puis buvez-en pendant toute la journée. On peut aussi ajouter du gingembre haché à de nombreux plats pour en rehausser le goût et combattre la nausée.

La marijuana médicale est efficace comme stimulant de l’appétit et agent antinauséeux, alors elle peut être un bon choix pour les personnes ayant besoin des deux. Si vous préparez un repas santé avant de consommer de la marijuana médicinale, vous aurez plus de chances de tirer les meilleurs bienfaits nutritionnels possibles de ses effets stimulants sur l’appétit. Le médicament cannabinoïde nabilone (Cesamet) est parfois utilisé pour le traitement des nausées et vomissements graves. Comme fumer de la marijuana peut nuire aux poumons, certaines personnes préfèrent en mettre dans les brownies ou biscuits. Tous les agents cannabinoïdes peuvent donner la sensation d’être « gelé », et le lien éventuel entre l’usage de marijuana et l’affection médicale appelée psychose est controversé. Les personnes présentant une prédisposition à la psychose devraient parler à leur médecin avant d’utiliser la marijuana.

Acupuncture et acupression

L’acupuncture et l’acupression peuvent être utiles contre la nausée. La première consiste à insérer des aiguilles dans les points d’énergie du corps, alors que la deuxième repose sur de la pression physique exercée sur les points d’énergie. Vendues couramment comme remède contre le mal de mer, les bandes d’acupression sont un moyen simple de soulager la nausée. Elles sont disponibles dans de nombreuses pharmacies, magasins de produits de santé et auprès de certains professionnels de la santé.