Connectons nos programmes

WelTel 


Colombie-Britannique
2018

WelTel est une intervention de santé mobile pour les personnes vivant avec le VIH ayant recours à la messagerie texte bidirectionnelle afin qu’elles puissent communiquer avec des fournisseurs de soins de santé. Le programme WelTel de la clinique Oak Tree, à Vancouver, en Colombie-Britannique s’inspire de WelTelKenya1, qui a démontré améliorer considérablement l’observance au traitement antirétroviral (TAR) et la suppression de la charge virale dans un essai clinique randomisé au Kenya. Les conclusions de l’étude de Vancouver indiquent que WelTel a amélioré considérablement l’observance au TAR et la suppression de la charge virale au sein d’un échantillonnage de femmes majoritairement vulnérables.1

Description du programme WelTel1,2

Le programme WelTel est dirigé par le biais de la clinique Oak Tree, un centre d’aiguillage provincial pour les femmes vivant avec le VIH et leur famille en Colombie-Britannique. La clinique possède une équipe de soins interdisciplinaires pour aborder les besoins en santé holistique des clients dans un seul contexte.

Le programme WelTel offre aux clients un appareil cellulaire de base, équipé d’une messagerie texte illimitée (s’ils n’en ont pas déjà une), ainsi qu’une formation sur la façon d’utiliser les messages textes, au besoin. Chaque semaine, les participants reçoivent des messages textes automatisés leur demandant « Comment allez-vous? ». Les participants répondent soit par « bien » ou « pas bien », cette dernière réponse indiquant qu’ils ont un problème. Si le participant indique qu’il a un problème, une infirmière fait un suivi téléphonique. Cette dernière fournit alors le soutien ou les conseils nécessaires (s’il y a lieu) ou aiguille le client vers un autre fournisseur de soins (p. ex. : médecin, pharmacien, nutritionniste, conseiller, travailleur social ou infirmière praticienne) ou des services (p. ex. : services en clinique, services à l’hôpital, counseling) soit à la clinique Oak Tree soit ailleurs.

Si un participant ne répond pas au premier message texte automatisé, un message texte de suivi lui est envoyé. S’il n’y répond toujours pas, une infirmière téléphone au participant. Les participants qui n’ont pas pu être rejoints par message texte ou par téléphone recevront le message texte automatisé de la semaine suivante lorsque le processus recommence.

Parmi les problèmes souvent signalés par les participants, notons le besoin d'obtenir des conseils médicaux, le besoin d’un renouvellement/ramassage d’ordonnance de TAR et des demandes de renseignements sur les effets secondaires des médicaments. L’approche utilisée dans l’intervention WelTel vise à accroître les réponses en temps opportun relativement aux problèmes et à permettre aux clients de maintenir un contact personnel avec le personnel de la clinique tout en préservant leur confidentialité. Aucune information sur le VIH n’est communiquée via les messages textes sauf si le client en fait la demande expressément.

Conclusions de l’étude

L’étude actuelle a recruté 85 participants (90 % de femmes); 76 % des participants ont fait face à des vulnérabilités (p. ex. : maladie mentale, utilisation de substances, logement instable). Les participants ont continué à recevoir des soins interdisciplinaires par le biais de la clinique Oak Tree tout au cours de la période de l’étude, y compris des rendez-vous de suivi une fois tous les quatre mois.

Les dossiers médicaux des participants couvrant les douze mois avant leur participation au programme WelTel ont été utilisés pour comparer les résultats cliniques (p. ex. : charge virale, compte de CD4, observance thérapeutique). L’étude a conclu que 47 % des messages textes avaient reçu une réponse « bien », 10 % avaient reçu une réponse « pas bien » et 42 % n’avaient reçu aucune réponse. L’infirmière liée à l’étude a pu résoudre par elle-même 65 % des problèmes.1 Parmi les autres conclusions, notons :

  • La moyenne des taux de charge virale des participants a considérablement diminué, passant de 1 098 copies/mL dans l’année-témoin à 439 copies/mL après 12 mois d’étude, et l’observance du TAR a augmenté de manière significative, passant de 60,3 % dans l’année-témoin à 62,2 % durant l’année d’intervention.
  • La présence aux rendez-vous en clinique a considérablement diminué, passant de 52 % dans l’année-témoin à 47 % durant l’année d’intervention. Les chercheurs suggèrent que cette diminution pourrait être due au fait que les problèmes courants normalement résolus en clinique l’ont été par le biais de l’intervention du programme WelTel.
  • Aucun changement significatif n'a été observé relativement au compte de CD4, à l’utilisation de substances, au régime du TAR et aux admissions à l’hôpital.

Les auteurs de l’étude suggèrent que l’identification rapide des problèmes et l’aiguillage vers les soins ou vers un réseau de soutien pourraient avoir empêché les interruptions de traitement et que le jumelage des participants aux fournisseurs de soins fournis par le biais de WelTel peut améliorer l’observance thérapeutique et, par le fait même, la charge virale.1

Le coût de l’intervention a été déterminé en calculant le coût associé au nombre d’heures passées par chaque fournisseur de soins avec les participants et le coût de l’appareil cellulaire fourni aux clients (c.-à-d. le coût du téléphone et les plans pour le téléphone). Le coût moyen de l’intervention était de 347,74 $ par année, par participant. Le coût moyen associé au temps passé par les fournisseurs de soins sur l’intervention était de 36,72 $ par année, par participant qui avait répondu avoir au moins un problème.2

Qu’est-ce que cela signifie pour les fournisseurs de services?

La santé mobile constitue un domaine croissant de recherche en matière de soins et de traitement liés au VIH, et les études réalisées démontrent une amélioration de la suppression de la charge virale (entre autres) (p. ex. : consulter le sommaire de données probantes PositiveLinks). La présente étude indique qu’une approche basée sur une technologie rudimentaire (c.-à-d. aucun téléphone intelligent nécessaire) pour faire participer principalement des femmes vulnérables à une communication bidirectionnelle hebdomadaire avec une infirmière et d’autres fournisseurs de soins peut avoir des résultats positifs.

L’analyse de l’information sur les coûts pourrait aider les organismes à déterminer si cette intervention est faisable dans leur contexte. Si des appareils mobiles ne sont pas fournis dans le cadre de l’initiative, les coûts de prestation du programme se chiffrent à moins de 50 $ par année, par participant.

Les interventions, comme le programme WelTel, pourraient être utilisées pour compléter d’autres programmes ou améliorer la participation entre les clients vulnérables et les fournisseurs de soins de santé en se basant sur une approche à faible coût.

Ressources connexes

PositiveLinks – Sommaire de données probantes

Références

  1. King E, Kinvig K, Steif J, et al. Mobile text messaging to improve medication adherence and viral load in a vulnerable Canadian population living with human immunodeficiency virus: a repeated measures study. Journal of Medical Internet Research. 2017;19(6):e190.
  2. Campbell AR, Kinvig K, Côté HCF, et al. Health care provider utilization and cost of an mHealth intervention in vulnerable people living with HIV in Vancouver, Canada: prospective study. JMIR mHealth and uHealth. 2018;6(7):e152.