Connectons nos programmes

Healthcare Provider Mentorship Program 



2016

Une intervention par mentorat pour le personnel infirmier peut-elle améliorer les soins de santé pour les personnes vivant avec le VIH?

Au Canada, une intervention par mentorat1 unissant des infirmières en VIH expérimentées, des personnes vivant avec le VIH et des infirmières en VIH moins expérimentés a démontré que le mentorat peut améliorer l’attitude des infirmières à l’égard des questions liées au VIH et leurs connaissances en la matière.  

L’intervention par mentorat

L’intervention par mentorat, menée dans quatre sites (deux ruraux, deux urbains) à travers le Canada, a permis de réunir des infirmières en VIH expérimentées (infirmières mentors), des personnes vivant avec le VIH (mentors séropositifs) et des infirmières en VIH moins expérimentées (infirmières mentorées) dans le but d’accroître la capacité des mentorées à fournir des soins liés au VIH complets aux personnes vivant avec le VIH. L’intervention a été évaluée par le biais de sondages menés avant et après l’initiative auprès des trois groupes de participants.  

Le contenu de l’intervention de même que son mode d’exécution ont été déterminés conjointement par les infirmières mentors, les mentors séropositifs et les infirmières mentorées de chaque site, le comité consultatif communautaire ayant contribué à l’intervention et l’équipe de recherche. Les participants ont pu adapter le contenu et le format à leurs milieux de pratique et besoins en apprentissage.  

À trois des sites, l’intervention comportait trois ateliers : un au début de l’intervention, un six mois après et le dernier, six mois plus tard. Au quatrième site, seulement deux ateliers ont eu lieu, soit un au début de l’intervention et l’autre six mois plus tard, en raison de la préférence des participants et des contraintes de temps.

Ces ateliers ont été animés par l’équipe de recherche qui a fait appel à une variété de méthodes comme la cartographie corporelle, des vidéos, des conférenciers et des vignettes d’étude de cas. Le premier atelier était axé sur le développement des relations et l’acquisition de connaissances sur les soins, le traitement et la prévention liés au VIH. Les discussions ont porté sur les principaux enjeux sociaux et politiques influençant les soins et les problèmes associés aux populations clés touchées par le virus. Les sujets et la structure du deuxième et du troisième atelier ont été déterminés à chaque site au cours du premier atelier.

Entre les ateliers, des réunions de groupe mensuelles ont eu lieu afin d’approfondir les discussions au sein des trois groupes de participants. Ces rencontres en personne ont été animées par les mentors. Les infirmières mentors, les mentors séropositifs et les infirmières mentorées ont abordé l’expérience vécue des personnes vivant avec le VIH, l’engagement des clients dans les soins de santé et les pratiques interdisciplinaires dans les soins liés au VIH.    

Dans l’ensemble, l’engagement en temps pour ce programme était de deux heures par semaine pour les ateliers, les réunions et les entrevues, et ce, pendant la durée de l’intervention (six ou douze mois).

Les résultats

Au début du programme, il y avait :

  • 40 infirmières mentorées (entre 8 et 12 par site)
  • 8 mentors séropositifs (entre 1 et 3 par site)
  • 8 infirmières mentors (entre 1 et 3 par site)

Au total, 70 % des infirmières mentorées (28) et 87 % (14) des mentors ont terminé le programme.

Toutes les infirmières mentors étaient spécialisées en soins liés au VIH depuis plus de 10 ans et la plupart des mentors séropositifs vivaient avec le VIH depuis plus de 10 ans. Toutes les infirmières mentorées avaient donné des soins à au moins une personne vivant avec le VIH pendant leur carrière et 71 % ont déclaré avoir reçu une certaine formation en soins liés au VIH.

Amélioration importante des connaissances et changement d’attitude des infirmières mentorées

L’étude a révélé :

  • une augmentation considérable du niveau de préparation à offrir des soins aux personnes vivant avec le VIH chez les participantes qui avaient déclaré ne pas être prêtes ou être incertaines avant l’intervention;  
  • une amélioration notable des connaissances liées au VIH chez les infirmières mentorées;
  • une amélioration notable des connaissances liées aux soins infirmiers chez les infirmières mentorées.

Des entrevues avec les infirmières mentorées ont appuyé les effets positifs dévoilés par le sondage. Les infirmières mentorées ont déclaré que l’intervention les a aidées à :

  • adopter des attitudes plus positives à l’égard des personnes vivant avec le VIH;
  • reconnaître leurs idées préconçues vis-à-vis des clients vivant avec le VIH, des hommes gais, des personnes qui consomment des drogues et des personnes souffrant de problèmes de santé mentale;
  • accroître leurs capacités et leur confiance à donner des soins aux clients atteints du VIH;
  • se sentir plus à l’aise à partager leurs nouvelles connaissances avec des collègues;
  • développer un désir de plaider en faveur de changements dans le système de santé afin d’améliorer les soins offerts aux personnes vivant avec le VIH.

Le programme a aussi eu une incidence positive sur les infirmières mentors et les mentors séropositifs

Les sondages menés avant et après l’intervention n’ont enregistré aucun changement important en ce qui a trait aux connaissances, à l’attitude et aux pratiques des infirmières mentors ou des mentors séropositifs. Ce résultat est probablement attribuable au niveau élevé d’expérience des mentors.

Ceci étant dit, les infirmières mentors et les mentors séropositifs ont également bénéficié de l’intervention. Les entrevues ont suggéré que les mentors ont acquis de l’assurance, ont mis à jour leurs connaissances et, dans le cas des mentors séropositifs, ont réussi à mieux comprendre les pratiques et les procédures relatives aux services de santé.  

Qu’est-ce que cela signifie pour les fournisseurs de services canadiens?

Au Canada, les personnes vivant avec le VIH ne sont pas impliquées de manière optimale dans les programmes de soins.2,3 Bon nombre de facteurs peuvent contribuer à la réticence chez certaines personnes vivant avec le VIH à accéder à des services de soins de santé liés au VIH et autres services et à poursuivre les soins, y compris la stigmatisation de la part des fournisseurs de soins. Cette intervention par mentorat a démontré que des changements positifs dans les connaissances, l’attitude et les pratiques peuvent se produire si les infirmières ont la chance d’apprendre d’infirmières expérimentées et de personnes vivant avec le VIH. Des programmes d’éducation et de soutien pour les cliniciens visant à améliorer les soins offerts aux personnes dont les besoins en santé sont complexes, y compris les personnes vivant avec le VIH, existent au Québec, au Manitoba, en Alberta et en Colombie-Britannique.

Références

  1. Worthington C, O’Brien K, Mill J, et coll., A mixed-methods outcomes evaluation of a mentorship intervention for Canadian nurses in HIV care, Journal of the Association of Nurses in AIDS Care, 2016 (sous presse).
  2. Nosyk B, Montaner JSG, Colley G, et coll., The cascade of HIV care in British Columbia, Canada, 1996–2011: a population-based retrospective cohort study, The Lancet Infectious Diseases, 2014 Jan;14(1):40–9.
  3. Gilbert M, Gardner S, Murray J, et coll., Quantifying the HIV care cascade in Ontario: Challenges and future directions, affiche présentée lors du 24e Congrès canadien annuel de recherche sur le VIH/sida; 30 mai 2015; Toronto, Ontario. Disponible à l'adresse : http://www.cahr-acrv.ca/wp-content/uploads/2012/10/InfDis_26_SB_MarApr2015_Final.pdf