TraitementActualités
209

juin/juillet 2015 

Ménopause, race/ethnie et changements dans la densité osseuse

À mesure que les gens vieillissent, leurs os ont tendance à s’amincir et à devenir plus sujets aux fractures. Les chercheurs ont découvert que les personnes séropositives courent généralement un risque accru d’amincissement osseux et de fractures.

Chez les femmes qui sont passées par la ménopause, des changements importants se sont produits dans la production d’hormones, soit l’estrogène et la progestérone. Ces changements ont certes un impact sur la fertilité, mais les os sont touchés aussi.

Des chercheurs de New York ont mené une étude de recherche portant le nom de Menopause Study (MS). Il y a un peu plus d’une décennie, ils ont recruté des femmes dont à peu près la moitié avait le VIH et ont suivi les changements dans leurs hormones et leur santé. Les participantes ont subi des interrogatoires, des examens physiques, des tests sanguins et d’autres évaluations deux fois par an. Un sous-groupe de femmes a subi des examens radiographiques de faible dose appelés DEXA (absorptiométrie à rayons X en double énergie), lesquels sont utilisés pour évaluer la densité osseuse. La plus récente analyse de l’étude MS est centrée sur la relation complexe entre la race/ethnie, les phases de la ménopause et la densité osseuse.

Détails de l’étude

Les chercheurs ont analysé des données recueillies auprès de 219 femmes séronégatives et 246 femmes séropositives qui ont commencé à s’inscrire à l’étude en 2001. Toutes les femmes ont passé deux examens DEXA au cours de l’étude, le premier au début de celle-ci et le deuxième au moins 18 mois plus tard. Cette démarche a permis aux chercheurs d’évaluer les changements dans la densité osseuse au fil du temps.

Les participantes séropositives avaient le profil moyen suivant lors de leur admission à l’étude :

  • âge : 47 ans
  • indice de masse corporelle (IMC) : 28
  • compte de CD4+ : 486 cellules/mm3
  • charge virale en VIH : 141 copies/ml
  • prise d’une thérapie anti-VIH : 70 %
  • antécédents de sida : 31 %
  • fumeuses actuelles : 61 %
  • utilisation antérieure d’opioïdes, même une seule fois : 31 %
  • présence d’anticorps contre le virus de l’hépatite C : 52 %
  • presque toutes les femmes présentaient une carence en vitamine D

Lors de leur inscription à l’étude, près de 20 % de toutes les femmes étaient déjà passées par la ménopause; autrement dit, elles étaient ménopausées. Au cours de l’étude, une autre tranche de 10 % des femmes séropositives et de 6 % des femmes séronégatives se sont jointes au rang des femmes ménopausées.

Résultats : comparaisons selon le statut VIH

Après une période de participation moyenne de cinq ans, les examens DEXA ont révélé que, en général, les femmes séropositives avaient une densité osseuse réduite dans les hanches et les cuisses, comparativement aux femmes séronégatives.

Un mot à propos des termes

Les chercheurs qui étudient la ménopause ont divisé ce processus/événement en plusieurs phases, comme suit :

  • Préménopause : la ménopause n’a pas encore commencé.
  • Périménopause : la phase précoce de la ménopause, alors que les règles deviennent irrégulières et peuvent être de plus ou moins longue durée. Certaines femmes éprouvent des symptômes comme les problèmes de sommeil, les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale. La périménopause se produit habituellement dans la quarantaine.
  • Ménopause : les règles finissent par cesser; lorsqu’une femme n’a plus de règles depuis 12 mois consécutifs, on parle de ménopause. De nombreux symptômes peuvent se produire, dont les bouffées de chaleur, les problèmes de sommeil, la baisse de l’énergie et, chez certaines femmes, l’anxiété et la tristesse. Les autres problèmes associés à la ménopause peuvent inclure la peau sèche, la perte de cheveux et la prise de poids. La transition entre les phases de la ménopause peut durer plusieurs années.
  • Post-ménopause : la ménopause est terminée.

Résultats : phase de la ménopause et pertes osseuses

Lorsque les chercheurs ont examiné l’impact global des changements dans la densité osseuse et la phase de la ménopause, ils ont constaté ce qui suit :

  • Les femmes qui se sont inscrites à l’étude pendant la périménopause et qui sont ensuite devenues ménopausées ont connu la plus grande baisse de la densité osseuse, soit une moyenne de 1,7 % par année.
  • Les femmes qui étaient ménopausées pendant toute la durée de l’étude ont vu leur densité osseuse diminuer de 1 % par année en moyenne.
  • Les femmes qui se sont inscrites à l’étude pendant la préménopause et qui sont ensuite devenues et restées périménopausiques pour toute la durée de l’étude ont connu une baisse de leur densité osseuse de 0,64 %.
  • Les femmes qui étaient périménopausiques lors de leur inscription à l’étude et qui le sont restées pour toute la durée de celle-ci ont vu leur densité osseuse baisser d’environ 0,60 %.

Regard sur la race/ethnie et le VIH

Dans l’ensemble, les chercheurs ont trouvé que le VIH ne causait pas d’accélération de l’amincissement osseux chez les femmes noires.

Toutefois, l’infection au VIH a été associée à une baisse annuelle de 0,6 % de la densité osseuse de la hanche chez les femmes blanches ou latino-américaines.

Femmes noires et changements dans la densité osseuse pendant la ménopause

Toutes les femmes noires inscrites à l’étude, quel que soit leur statut VIH, ont éprouvé une plus grande perte de densité osseuse dans les hanches pendant la ménopause que les femmes appartenant à d’autres groupes ethnoraciaux. Parmi toutes les femmes noires, voici le profil des changements dans la densité osseuse selon la phase de la ménopause où elles en étaient au début et à la fin de l’étude :

  • de la périménopause à la post-ménopause : baisse de 1,9 % de la densité osseuse
  • post-ménopause tout au long de l’étude : baisse de 1,3 %
  • de la préménopause à la périménopause : baisse de 1 %
  • périménopause tout au long de l’étude : baisse de 0,76 % 

TAR

L’introduction d’une thérapie anti-VIH (couramment appelée TAR) n’a pas été liée à une réduction de la densité osseuse. Les chercheurs ont cependant constaté que l’interruption et la reprise subséquente de la TAR étaient liées à une baisse de la densité osseuse de la cuisse.

On n’a pas trouvé de lien direct entre l’usage du médicament anti-VIH ténofovir (Viread et présent dans Truvada, Atripla, Complera et Stribild) et une perte de densité osseuse. Toutefois, lorsque les participantes ont cessé de prendre le ténofovir, la densité osseuse de leurs cuisses et de leur colonne vertébrale a augmenté.

Nous signalons à nos lecteurs que nous parlons ici d’une étude par observation, alors nous ne pouvons tirer de conclusions fermes sur l’impact du ténofovir sur la santé des os. De plus, les auteurs n’ont pas précisé les raisons de la discontinuation du ténofovir; or ces raisons auraient pu influencer l’interprétation des données.

À retenir

Ces résultats se rapportant à la phase de la ménopause et aux différents groupes ethnoraciaux jettent une nouvelle lumière sur l’amincissement osseux chez les femmes. Selon les chercheurs, les résultats de l’étude MS seront utiles aux médecins et aux infirmiers qui prennent soin de femmes séropositives. En tenant compte de facteurs comme l’infection au VIH chez les femmes non noires et la phase de la ménopause chez les femmes noires, les médecins seront peut-être en mesure de reconnaître les femmes les plus à risque d’amincissement osseux (et par conséquent de fractures) et de prioriser leurs discussions avec leurs patientes au sujet du dépistage et du traitement éventuel de la faible densité osseuse.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Sharma A, Flom PL, Rosen CJ, et al. Racial differences in bone loss and relation to menopause among HIV-infected and uninfected women. Bone. 2015 Aug;77:24-30.