TraitementActualités
206

janvier 2015 

Facteurs de risque généraux d’accouchement prématuré

Dans l’article suivant de ce numéro de TraitementSida, nous parlons d’un problème hormonal qui semble faire en sorte que certaines femmes séropositives accouchent prématurément. Avant de présenter l’article en question, nous offrons quelques renseignements de base sur la prématurité.

Dans les pays à revenu élevé, la majorité des grossesses se déroule bien, et les bébés viennent au monde en bonne santé. Dans certains cas, cependant, le travail commence prématurément. En général, les bébés nés prématurément doivent recevoir des soins pointus dans un centre spécialisé de l’hôpital afin de pouvoir terminer leur développement et se préparer à la vie à l’extérieur de l’utérus sans qu’une assistance médicale constante soit nécessaire. Tous les facteurs à l’origine des accouchements prématurés ne sont pas connus, mais en voici quelques-uns qui pourraient augmenter le risque :

  • diabète
  • maladies du cœur
  • insuffisance rénale

Les autres facteurs de risque incluent les suivants :

  • élargissement prématuré du col de l’utérus (insuffisance cervicale)
  • antécédents d’accouchement prématuré
  • infections des voies urinaires ou une infection touchant les membranes entourant le fœtus
  • prééclampsie : syndrome caractérisé par une tension artérielle supérieure à la normale et la présence d’un excès de protéine dans l’urine qui peut se produire pendant la grossesse
  • mauvaise nutrition
  • consommation d’alcool et de drogues, y compris le tabac
  • production réduite de l’hormone progestérone

Il est important de souligner que les médecins ne sont pas toujours en mesure de cerner la cause d’un accouchement prématuré.

Progestérone

Les ovaires produisent l’hormone progestérone. Cette dernière prépare l’utérus à accueillir l’ovule fécondé. Lorsque cela se produit et que le placenta se forme (connexion physique entre le fœtus et la mère), ce dernier produit la majorité de la progestérone pendant le reste de la grossesse. La progestérone aide le fœtus à croître et le protège contre le système immunitaire de la mère. Cette protection est nécessaire parce que le fœtus en développement porte en lui un mélange de protéines dont certaines proviennent de sa mère et certaines autres d’une source étrangère, c’est-à-dire son père. D’ordinaire, le système immunitaire de la mère s’attaque à toute matière qu’il considère comme étrangère ou non maternelle. Cependant, la progestérone et d’autres hormones produites par le placenta agissent de sorte que le système immunitaire de la mère tolère le fœtus.

Des recherches menées sur des femmes séronégatives ont permis de constater que, dans certains cas, la prise de suppléments de progestérone aidait à réduire le risque d’accouchement prématuré jusqu’à 45 %.

Le prochain article rend compte d’une étude canadienne sur la progestérone et l’accouchement prématuré parmi les femmes vivant avec le VIH.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Rowe JH, Ertelt JM, Xin L, Way SS. Pregnancy imprints regulatory memory that sustains anergy to fetal antigen. Nature. 2012 Oct 4;490(7418):102-6.
  2. Schumacher A, Costa SD, Zenclussen AC. Endocrine factors modulating immune responses in pregnancy. Frontiers in Immunology. 2014 May 8;5:196.
  3. Schumacher A, Poloski E, Spörke D, et al. Luteinizing hormone contributes to fetal tolerance by regulating adaptive immune responses. American Journal of Reproductive Immunology. 2014 May;71(5):434-40.
  4. Romero R, Yeo L, Chaemsaithong P, et al. Progesterone to prevent spontaneous preterm birth. Seminars in Fetal & Neonatal Medicine. 2014 Feb;19(1):15-26.
  5. Conde-Agudelo A, Romero R. Prediction of preterm birth in twin gestations using biophysical and biochemical tests. American Journal of Obstetrics and Gynecology. 2014 Dec;211(6):583-595.