TraitementActualités
192

août 2012 

Hypertension artérielle pulmonaire et VIH

Des chercheurs de Madrid, en Espagne, ont examiné 400 personnes séropositives afin de détecter des cas d'hypertension artérielle pulmonaire (HAP) à l'aide d'échographies cardiaques. Ils ont constaté un taux de HAP relativement élevé, soit 10 % environ. Les groupes suivants semblaient être les plus vulnérables à la HAP :

  • femmes
  • personnes co-infectées par le VIH et le virus de l'hépatite C (VHC)
  • personnes atteintes du VIH non traitées

Détails de l'étude

Les chercheurs ont recruté 392 participants au hasard entre octobre 2009 et avril 2011. Leur profil moyen lors de leur admission à l'étude était le suivant :

  • 83 % d'hommes, 17 % de femmes
  • âge – 47 ans
  • durée de l'infection au VIH – 13 ans
  • compte de CD4+ – 577 cellules
  • nadir du compte de CD4+ – 277 cellules
  • proportion de participants suivant une multithérapie – 84 %
  • proportion de participants sous multithérapie ayant une charge virale indétectable – 76 %
  • co-infection au VHC – 29 %
  • co-infection au VHB – 5 %

Résultats

Les échocardiographies ont permis de diagnostiquer 39 cas de HAP (environ 10 % des participants) que l'on a décrits comme suit :

  • HAP légère – 25 participants
  • HAP modérée – 11 participants
  • HAP grave – 3 participants

La plupart des participants (30 sur 39) étaient asymptomatiques et leur HAP était qualifiée de légère ou modérée. Les neuf autres participants éprouvaient les symptômes suivants :

  • essoufflement
  • douleur à la poitrine
  • évanouissements

L'analyse effectuée par les chercheurs leur a permis de constater que les facteurs suivants n'étaient pas liés à la HAP : âge, durée de l'infection au VIH, compte de CD4+ (actuel ou le plus bas depuis toujours), durée de la multithérapie, présence d'un diabète de type 2, tabagisme, hypertension et co-infection au VHB. De plus, aucun médicament anti-VIH ou classe de médicaments spécifique n'a été associé à la HAP. On a toutefois constaté un lien entre les facteurs suivants et un risque accru de HAP :

  • sexe féminin
  • co-infection au VHC
  • charge virale détectable en VIH

L'infection chronique au VHC cause des dommages au foie. Dans les cas de cirrhose (graves dommages au foie), d'autres équipes de recherche ont constaté que la HAP pouvait se produire chez entre 4 % et 16 % des personnes.

L'équipe madrilène recommande que tous les patients séropositifs soient évalués afin de détecter la HAP, particulièrement les personnes co-infectées par le VHC et celles dont l'infection au VIH n'est pas encore traitée. On pourrait avoir recours à l'échocardiographie comme première méthode non invasive pour faire ce genre d'évaluation, même si les épreuves de ce genre ne sont pas entièrement fiables.

Ressource:

Pour en apprendre davantage au sujet de l'hypertension artérielle pulmonaire, veuillez visiter le site web de l'Association d'hypertension pulmonaire du Canada

RÉFÉRENCES :

  1. Kim KK, Factor SM. Membranoproliferative glomerulonephritis and plexogenic pulmonary arteriopathy in a homosexual man with acquired immunodeficiency syndrome. Human Pathology. 1987 Dec;18(12):1293-6.
  2. Chalifoux LV, Simon MA, Pauley DR, et al. Arteriopathy in macaques infected with simian immunodeficiency virus. Laboratory Investigation. 1992 Sep;67(3):338-49.
  3. Mesa RA, Edell ES, Dunn WF, et al. Human immunodeficiency virus infection and pulmonary hypertension: two new cases and a review of 86 reported cases. Mayo Clinic Proceedings. 1998 Jan;73(1):37-45.
  4. Duchesne N, Gagnon JA, Fouquette B, et al. Primary pulmonary hypertension associated with HIV infection. Canadian Association of Radiologists Journal. 1993 Feb;44(1):39-41.
  5. Quezada M, Martin-Carbonero L, Soriano V, et al. Prevalence and risk factors associated with pulmonary hypertension in HIV-infected patients on regular follow-up. AIDS. 2012 Jul 17;26(11):1387-92.
  6. Selby VN, Scherzer R, Barnett CF, et al. Doppler echocardiography does not accurately estimate pulmonary artery systolic pressure in HIV-infected patients. AIDS. 2012; in press.
  7. George MP, Brower A, Kling H, et al. Pulmonary vascular lesions are common in SIV and SHIV-env-infected macaques. AIDS Research & Human Retroviruses. 2011 Feb;27(2):103-11.
  8. Spikes L, Dalvi P, Tawfik O, et al. Enhanced pulmonary arteriopathy in simian immunodeficiency virus-infected macaques exposed to morphine. American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. 2012 Jun 1;185(11):1235-43.
  9. Isasti G, Moreno T, Pérez IA, et al. High prevalence of pulmonary arterial hypertension in a cohort of asymptomatic HIV-infected patients. AIDS Research & Human Retroviruses. 2012; in press.