Nouvelles CATIE

19 septembre 2019 

Qu’est-ce qui cause la mort des personnes séropositives à San Francisco?

  • À San Francisco, le taux de mortalité chez les personnes séropositives n’a pas diminué depuis 2013
  • Les chercheurs ont examiné des dossiers médicaux pour déterminer les causes de décès chez les personnes séropositives
  • Une proportion croissante des décès est attribuable à des cancers non liés au VIH et à des surdoses

Depuis plusieurs décennies, la ville de San Francisco subit les coups durs de la pandémie de VIH. Il en résulte qu’elle se trouve souvent au premier plan lorsqu’il s’agit d’adapter les modèles de prestation de soins et de traitements centrés sur le VIH. Ce qui se passe dans la pandémie de VIH à San Francisco se produit habituellement dans les villes d’autres pays à revenu élevé, alors cela vaut la peine de porter attention aux tendances liées au VIH dans cette ville.

En 2013, un consortium d’organismes et de citoyens s’est formé sous le nom de Getting to Zero–San Francisco (Vers l’atteinte du zéro-San Francisco). Les objectifs consistent à réduire considérablement la mortalité liée au VIH, le nombre de nouvelles infections par le VIH et la stigmatisation qui s’y rapporte. La ville a réalisé d’énormes progrès depuis 2013, notamment une réduction de 44 % des nouvelles infections par le VIH et une baisse de 25 % du taux de mortalité. Des chercheurs à l’Université de la Californie à San Francisco (UCSF) ont toutefois constaté que « le taux global de mortalité ajusté selon l’âge n’a pas changé parmi [les personnes séropositives] » depuis 2013. Les chercheurs ont dans l’idée qu’une forte proportion des décès survenant à l’heure actuelle est attribuable à des cancers non liés au VIH et à la consommation de drogues ou d’alcool.

L’étude

Pour mieux comprendre les facteurs à l’origine de la mortalité chez les personnes séropositives, les chercheurs de l’UCSF ont examiné et comparé des données de santé et socio-économiques recueillies entre juillet 2016 et mai 2017 auprès des deux groupes suivants :

  • 48 personnes séropositives décédées
  • 108 personnes séropositives toujours en vie

En moyenne, les participants qui sont morts vivaient avec le VIH depuis 20 ans et avaient un compte de CD4+ de 400 cellules/mm3 avant de trépasser. Au total, 90 % des participants étaient des hommes et 10 %, des femmes.

Résultats : causes de décès

Les causes de décès connues étaient les suivantes :

  • maladie liée au VIH : 27 %
  • cancers non liés au sida : 15 %
  • surdose/consommation de drogues ou d’alcool : 15 %
  • maladie cardiovasculaire : 10 %
  • trauma/accident : 4 %
  • suicide : 4 %
  • maladie du foie liée au virus de l’hépatite B ou C : 4 %
  • autre maladie du foie : 4 %
  • infections non liées au sida : 4 %
  • maladie pulmonaire obstructive chronique : 2 %
  • maladie du rein : 2 %

Comparaison et contraste

Les chercheurs ont ensuite comparé les deux groupes sous divers angles et ont constaté que les facteurs suivants étaient plus susceptibles d’être présents chez les personnes décédées :

  • itinérance
  • injection de drogues au cours de la dernière année
  • interruption du TAR au cours de la dernière année
  • absence de partenaire intime, personne non mariée

Analyse détaillée

Les chercheurs ont également examiné en profondeur les « circonstances qui auraient pu contribuer à la mort » des participants. Ils ont trouvé que les facteurs suivants constituaient des contributeurs importants :

  • consommation de drogues ou d’alcool
  • maladie mentale
  • itinérance

Besoin d’interventions

À la lumière de leur analyse, les chercheurs ont recommandé des interventions se rapportant aux thèmes suivants afin de réduire la mortalité parmi les personnes séropositives vulnérables de San Francisco :

Soutien au logement

Bien qu’il existe un programme de soutien au logement dans la ville, les chercheurs ont souligné que « le nombre de logements disponibles demeure beaucoup trop limité ». Ils prônent une intervention future qui combinera le soutien au logement et la gestion des cas.

Tabagisme

Le tabagisme est associé à de nombreux méfaits, y compris un risque accru de plusieurs cancers. Des sondages ont révélé que les taux de tabagisme étaient plus élevés parmi les personnes séropositives que parmi les personnes séronégatives. Les chercheurs ont souligné la nécessité de programmes de cessation du tabagisme.

Héroïne et autres opioïdes

L’injection de drogues est associée à de nombreux méfaits. Les chercheurs recommandent que des programmes de traitement soient offerts aux personnes souffrant d’un trouble de consommation d’opioïdes. Notons que d’autres études ont révélé que ce genre de traitement réduisait la mortalité et améliorait les résultats pour la santé des personnes séropositives, notamment en ce qui concerne l’obtention de soins et l’atteinte et le maintien de la suppression virale.

Stimulants

Selon les chercheurs, l’usage de stimulants (cocaïne, meth en cristaux) « est à la hausse » parmi les hommes gais, bisexuels et autres hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes à San Francisco. Ils encouragent la tenue de recherches pour concevoir des interventions efficaces visant à traiter le trouble de consommation de stimulants.

Trouble bipolaire et schizophrénie

Les chercheurs ont constaté que des maladies mentales avaient contribué aux « circonstances menant au décès de plus du tiers des [participants] ». Selon l’équipe, il est possible que la schizophrénie et le trouble bipolaire aient rendu certains participants plus vulnérables à la consommation de drogues et d’alcool, ce qui aurait vraisemblablement réduit leur observance du TAR. Parmi les personnes séronégatives souffrant de schizophrénie, « les décès dus à la consommation de substances toxiques contribuent davantage à la mortalité excessive que le suicide », ont fait valoir les chercheurs.

Soutien social

Des études menées auprès de personnes séronégatives ont permis de constater un risque accru de décès parmi les individus sans partenaire intime ou non mariés. Selon les chercheurs, « l’offre de services de soutien social pourrait profiter particulièrement aux [personnes séropositives] plus âgées vivant seules qui, faute de soutien additionnel, pourraient souffrir les conséquences sur leur santé d’affections gériatriques comme les chutes et les problèmes neurocognitifs ».

Interruption des soins

Les chercheurs ont affirmé que : « la rétention [des personnes séropositives] sous TAR demeure un défi partout aux États-Unis, et plus particulièrement dans les populations aux prises avec de graves maladies mentales, des problèmes de consommation de drogues ou d’alcool et la précarité du logement, et de nouvelles stratégies sont nécessaires. L’investissement continu dans les programmes de reprise [du TAR], tel le programme de navigation de Getting to Zero-San Francisco, particulièrement pour les personnes qui manquent leurs rendez-vous de soins primaires ou n’y assistent pas, améliorerait potentiellement la persistance du TAR dans cette population ».

À retenir

Cette étude a été conçue de manière imparfaite et a porté sur un nombre relativement faible de sujets. Les chercheurs ont cependant pris des mesures pour minimiser le risque de tirer des conclusions faussées lors de l’analyse des données. Les résultats de cette étude sont très importants, car des problèmes qui ressemblent à ceux de San Francisco se produisent actuellement dans les villes d’autres pays à revenu élevé.

À l’avenir

Les chercheurs ont déclaré ce qui suit en guise de proposition de solutions :

« Outre l’investissement continu dans les interventions médicales, la mise sur pied de services sociaux à l’efficacité prouvée, tels le soutien au logement et le traitement de la consommation de substances et des maladies mentales, l’investissement dans l’élaboration de nouvelles stratégies seront nécessaires pour réduire de façon importante le nombre de décès évitables. »

—Sean R. Hosein

« Alors que nous mettons sous presse, le service de santé publique de la ville vient d’annoncer un financement pour certains des enjeux mentionnés dans notre article. »

RÉFÉRENCES :

  1. Spinelli MA, Hessol NA, Schwarcz S, et al. Homelessness at diagnosis is associated with death among people with HIV in a population-based study of a U.S. city. AIDS. 2019 Sep 1;33(11):1789-1794.
  2. Bornheimer LA, Zhang A, Tarrier N, et al. Depression moderates the relationships between hallucinations, delusions, and suicidal ideation: The cumulative effect of experiencing both hallucinations and delusions. Journal of Psychiatric Research. 2019 Sep;116:166-171.
  3. Heiberg IH, Jacobsen BK, Nesvåg R, et al. Total and cause-specific standardized mortality ratios in patients with schizophrenia and/or substance use disorder. PLoS One. 2018 Aug 23;13(8):e0202028.
  4. Aldridge RW, Story A, Hwang SW, et al. Morbidity and mortality in homeless individuals, prisoners, sex workers, and individuals with substance use disorders in high-income countries: a systematic review and meta-analysis. Lancet. 2018 Jan 20;391(10117):241-250.
  5. Østergaard MLD, Nordentoft M, Hjorthøj C. Associations between substance use disorders and suicide or suicide attempts in people with mental illness: a Danish nation-wide, prospective, register-based study of patients diagnosed with schizophrenia, bipolar disorder, unipolar depression or personality disorder. Addiction. 2017 Jul;112(7):1250-1259.
  6. Icick R, Melle I, Etain B, et al. Tobacco smoking and other substance use disorders associated with recurrent suicide attempts in bipolar disorder. Journal of Affective Disorders. 2019 Jun 1;256:348-357.
  7. Onyeka IN, Collier Høegh M, et al. Comorbidity of physical disorders among patients with severe mental illness with and without substance use disorders: A systematic review and meta-analysis. Journal of Dual Diagnosis. 2019 Jun 4:1-15.
  8. Fortuna KL, Ferron J, Pratt SI, et al. Unmet needs of people with serious mental illness: Perspectives from certified peer specialists. Psychiatric Quarterly. 2019; en voie d’impression.
  9. Iheanacho T, Stefanovics E, Rosenheck R. Opioid use disorder and homelessness in the Veterans Health Administration: The challenge of multimorbidity. Journal of Opioid Management. 2018 May/Jun;14(3):171-182.
  10. Navon L. Hospitalization trends and comorbidities among people with HIV/AIDS compared with the overall hospitalized population, Illinois, 2008-2014. Public Health Reports. 2018 Jul/Aug;133(4):442-451.
  11. Coviello DM, Lovato R, Apostol K, et al. Prevalence of HIV viral load suppression among psychiatric inpatients with comorbid substance use disorders. Community Mental Health Journal. 2018 Nov;54(8):1146-1153.
  12. Horwitz H, Dalhoff KP, Klemp M, et al. The prognosis following amphetamine poisoning. Scandinavian Journal of Public Health. 2017 Dec;45(8):773-781.
  13. Bauer-Staeb C, Jörgensen L, Lewis G, et al. Prevalence and risk factors for HIV, hepatitis B, and hepatitis C in people with severe mental illness: a total population study of Sweden. Lancet Psychiatry. 2017 Sep;4(9):685-693.
  14. Mandell LN, Rodriguez VJ, De La Rosa A, et al. Suicidal ideation among adults re-engaging in HIV care in Argentina. AIDS and Behavior. 2019; en voie d’impression.
  15. Singh K, Chander G, Lau B, et al. Association of history of injection drug use with external cause-related mortality among persons linked to HIV care in an urban clinic, 2001-2015. AIDS and Behavior. 2019; en voie d’impression.
  16. Loeliger KB, Altice FL, Ciarleglio MM, et al. All-cause mortality among people with HIV released from an integrated system of jails and prisons in Connecticut, USA, 2007-14: a retrospective observational cohort study. Lancet HIV. 2018 Nov;5(11):e617-e628.
  17. Olfson M, Crystal S, Wall M, et al. Causes of death after nonfatal opioid overdose. JAMA Psychiatry. 2018 Aug 1;75(8):820-827.
  18. Passaro RC, Ramsey K, Segura ER, et al. Speed kills: Associations between methamphetamine use, HIV infection, tobacco use, and accelerated mortality among gay and bisexual men in Los Angeles, CA 20 years after methamphetamine dependence treatment. Drug and Alcohol Dependence. 2019 Feb 1;195:164-169.
  19. Li MJ, Okafor CN, Gorbach PM, et al. Intersecting burdens: Homophobic victimization, unstable housing, and methamphetamine use in a cohort of men of color who have sex with men. Drug and Alcohol Dependence. 2018 Nov 1;192:179-185.
  20. Jin H, Ogunbajo A, Mimiaga MJ, et al. Over the influence: The HIV care continuum among methamphetamine-using men who have sex with men. Drug and Alcohol Dependence. 2018 Nov 1;192:125-128.
  21. Jones DL, Carrico AW, Babayigit S, et al. Methamphetamine-associated dysregulation of the hypothalamic-pituitary-thyroid axis. Journal of Behavioral Medicine. 2018 Dec;41(6):792-797.
  22. Fletcher JB, Swendeman D, Reback CJ. Mental health and substance use disorder comorbidity among methamphetamine-using men who have sex with men. Journal of Psychoactive Drugs. 2018 Jul-Aug;50(3):206-213.
  23. Riley ED, Vittinghoff E, Koss CA, et al. Housing First: Unsuppressed viral load among women living with HIV in San Francisco. AIDS and Behavior. 2019; en voie d’impression.
  24. Clemenzi-Allen A, Neuhaus J, Geng E, et al. Housing instability results in increased acute care utilization in an urban HIV Clinic Cohort. Open Forum Infectious Diseases. 2019 Mar 27;6(5):ofz148.
  25. Carter J, Zevin B, Lum PJ. Low barrier buprenorphine treatment for persons experiencing homelessness and injecting heroin in San Francisco. Addiction Science & Clinical Practice. 2019 May 6;14(1):20.