Nouvelles CATIE

25 août 2016 

Des chercheurs américains examinent les affections chroniques touchant les personnes séropositives de 65 ans et plus

La grande accessibilité des traitements anti-VIH puissants (couramment appelés TAR) au Canada et dans d’autres pays à revenu élevé a eu un impact énorme sur la santé des personnes séropositives. De nombreux utilisateurs de la TAR ont vu leur espérance de vie augmenter. En effet, la TAR est tellement efficace que les chercheurs s’attendent de plus en plus à ce que les jeunes adultes qui contractent le VIH aujourd’hui connaissent une espérance de vie quasi normale, pourvu qu’ils commencent le traitement peu de temps après l’infection, qu’ils le prennent tous les jours, qu’ils fassent l’objet d’un suivi et d’examens réguliers et qu’ils n’aient pas d’autres complications préexistantes graves sur le plan de la santé.

Indépendamment du VIH, le vieillissement fait augmenter les risques d’autres problèmes de santé au fur et à mesure que des organes et systèmes essentiels se détériorent graduellement. Selon une équipe de chercheurs américains qui a passé en revue des publications scientifiques traitant du vieillissement et du VIH, des cas ont été signalés où des problèmes de santé liés à l’âge étaient apparus plus tôt ou s’étaient manifestés de façon plus intense chez des personnes séropositives, par rapport aux personnes séronégatives. Selon les mêmes chercheurs, bien que de plus en plus d’études évaluent la santé des personnes séropositives de plus de 50 ans, relativement peu d’études ont porté sur la santé du sous-groupe des séropositifs de 65 ans ou plus.

Pour commencer à examiner cette question, les chercheurs ont revu et comparé les diagnostics d’affections médicales co-existantes sélectionnées (on dit aussi comorbidités) posés chez une immense population de personnes âgées. Pour son étude, l’équipe a examiné une base de données de santé recueillies auprès de personnes de 65 ans et plus. Les chercheurs ont trouvé que les personnes séropositives étaient considérablement plus susceptibles d’éprouver certains problèmes de santé chroniques que les personnes séronégatives.

Au minimum, ces résultats portent à croire que les cliniques et les systèmes de santé devront se préparer à faire face aux complexités des mesures nécessaires pour soigner davantage de personnes séropositives atteintes d’affections chroniques à mesure qu’elles vieillissent. Cela veut dire que les planificateurs des politiques en santé devront s’assurer d’allouer plus de fonds pour la prise en charge des personnes âgées vivant avec le VIH.

Détails de l’étude

Les chercheurs ont analysé une base de données contenant des informations relatives à la santé de personnes couvertes par le programme d’assurance maladie américaine Medicare. Ce programme s’adresse principalement aux personnes de 65 ans ou plus. Les données ont été recueillies entre 2006 et 2009. Les chercheurs ont comparé les données portant sur les deux catégories suivantes de prestataires de Medicare :

  • séronégatifs : 29 060 418 personnes
  • séropositifs : 24 735 personnes

En moyenne, les participants séropositifs étaient plus susceptibles d’être des personnes de couleur et de sexe masculin, ainsi que légèrement plus jeunes (71 ans) que les participants séronégatifs (75 ans).

Résultats

Les personnes séropositives étaient considérablement plus susceptibles de s’être fait diagnostiquer une des affections médicales suivantes :

  • tension artérielle supérieure à la normale
  • taux anormaux de substances graisseuses dans le sang (cholestérol et triglycérides)
  • coronaropathie
  • diabète
  • polyarthrite rhumatoïde et/ou ostéoarthrite

De plus, les chercheurs ont trouvé que les personnes séropositives étaient généralement plus nombreuses à s’être fait diagnostiquer l’ensemble des cinq comorbidités dans cette liste, comparativement aux personnes séronégatives.

Points à retenir

  1. Celle-ci n’est pas une étude exhaustive sur le VIH et le vieillissement qui a tenté de détecter tous les problèmes de santé que les personnes âgées peuvent éprouver. Les chercheurs ont plutôt porté un regard sur le passé afin de déterminer, en fonction du statut VIH, la répartition des comorbidités sélectionnées qui étaient soignées relativement couramment dans le cadre du système Medicare. Grâce à la taille de la cohorte et au fait que les participants vivaient dans plusieurs états différents, l’étude a révélé des tendances larges à propos des comorbidités, particulièrement chez les personnes ayant le VIH. Les chercheurs ont mentionné que quelques études de plus faible envergure ont fait état de comorbidités semblables chez les personnes séropositives âgées.
  2. L’étude envoie un signal important : Les personnes séropositives de 65 ans et plus courent des risques accrus de présenter certaines complications de santé. Cela veut dire que les cliniques et les systèmes de santé doivent effectuer des dépistages pour détecter au moins les comorbidités figurant dans cette liste lorsqu’ils évaluent les personnes séropositives âgées.
  3. L’étude a examiné des données portant sur une période de trois ans seulement. Par conséquent, nous ignorons depuis combien de temps les participants vivaient avec ces affections, ainsi que leur gravité. De plus, en raison de la nature de l’étude et de sa capacité limitée de recueillir des données, il est impossible de savoir à quel moment les participants ont présenté ces comorbidités. D’autres études (y compris des réévaluations d’études précédentes) pourraient aider à tracer la trajectoire de l’apparition des comorbidités courantes chez les personnes séropositives. De telles recherches seront utiles parce qu’elles pourront guider les médecins et infirmières lorsqu’ils tenteront de dépister ces comorbidités ou encore leurs formes plus précoces chez des patients séropositifs plus jeunes. Cela permettrait aussi aux professionnels de la santé d’aider leurs patients à intervenir afin de renverser le cours de ces comorbidités ou d’atténuer leur impact sur la qualité de vie, la santé globale et la survie.
  4. Soigner les personnes âgées (avec ou sans VIH) atteintes de plusieurs affections chroniques sera sans doute complexe. Par exemple, plus une personne prend de médicaments, plus le risque d’interactions médicamenteuses augmente et plus la possibilité d’effets secondaires nouveaux ou intensifiés s’accroît. Les chercheurs américains soulignent la nécessité de coopération parmi les différents spécialistes : « Une plus grande collaboration entre les praticiens se spécialisant dans les maladies infectieuses et les maladies chroniques sera nécessaire pour assurer une prise en charge médicale appropriée de ces patients, y compris des régimes de médication complexes ».

Les résultats de cette étude constituent un bon point de départ vers la reconnaissance des problèmes de santé touchant les 65 ans et plus. Espérons que cette étude déclenchera d’autres recherches sur les besoins en soins de santé des personnes séropositives âgées.

Ressources

« America’s other drug problem: Giving the elderly too many prescriptions » – Washington Post (en anglais seulement)

Problèmes émergents chez les personnes séropositives plus âgées – TraitementActualités 214

Les personnes plus âgées atteintes du VIH font face à des défis particuliers sur le plan de la santé à long termeNouvelles CATIE

Danemark : tendances inattendues de l’usage de médecines psychotropesTraitementActualités 204

La survie s’améliore chez les personnes séropositives plus âgées mais demeure plus courte que chez la population généraleNouvelles CATIE

Une étude danoise soulève des questions par rapport au vieillissement accéléré lié au VIHNouvelles CATIE

Quantification of biological aging in young adultsProceedings of the National Academy of Science USA (en anglais seulement)

Management of Human Immunodeficiency Virus Infection in Advanced AgeJournal of the American Medical Association (en anglais seulement)

L’infection au VIH à long terme et la qualité de vie liée à la santé  – Nouvelles CATIE

Des médecins néerlandais explorent le rapport entre le vieillissement et le VIHNouvelles CATIE

Prévalence fréquente de syndromes gériatriques chez certaines personnes séropositivesNouvelles CATIE

HIV and Aging: State of Knowledge and Areas of Critical Need for Research. A Report to the NIH Office of AIDS Research by the HIV and Aging Working Group (en anglais seulement)

Programme de recherche des IRSC sur la comorbidité liée au VIH – Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC)

Programme de recherche des IRSC sur la comorbidité liée au VIH : secteurs de recherche pertinents

Le VIH et le vieillissement – Conseils pour vivre en santé à l’intention des personnes de 50 ans et plus vivant avec le VIH

La santé mentaleLe VIH au Canada : Guide d’introduction pour les fournisseurs de services

VIH et problèmes cérébrauxTraitementActualités 204

Espérance de vie prolongée pour les personnes séropositives en Amérique du NordTraitementActualités 200

Feuillets d’information sur le VIH et le vieillissement au Canada – Société canadienne du sida

VIH et vieillissement : Une analyse environnementale des programmes et services au Canada – rapport communautaire 2013 – Groupe de travail canadien sur le VIH et la réinsertion sociale (GTCVRS)

Répertoire des programmes et services prometteurs pour les personnes âgées vivant avec le VIH au Canada – GTCVRS

Evidence-informed recommendations for rehabilitation with older adults living with HIV: a knowledge synthesis – GTCVRS (en anglais seulement)

                                                                                                                        —Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Friedman EE, Duffus WA. Chronic health conditions in Medicare beneficiaries 65 years and older with HIV infection. AIDS. 2016; in press.
  2. Marcus JL, Chao CR, Leyden WA, et al. Narrowing the gap in life expectancy between HIV-infected and HIV-uninfected individuals with access to care. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2016 Sep 1;73(1):39-46.
  3. Patterson S, Cescon A, Samji H, et al. Life expectancy of HIV-positive individuals on combination antiretroviral therapy in Canada. BMC Infectious Diseases. 2015 Jul 17;15:274.
  4. Samji H, Cescon A, Hogg RS, et al. Closing the gap: increases in life expectancy among treated HIV-positive individuals in the United States and Canada. PLoS One. 2013 Dec 18;8(12):e81355.