Nouvelles CATIE

27 juin 2012 

Une étude française découvre des facteurs liés à la baisse du taux de vitamine D chez les personnes séropositives

La vitamine D aide l'organisme à absorber les minéraux calcium et phosphore, qui contribuent à la construction des os. La vitamine D joue aussi un rôle dans le maintien de la force musculaire. Des recherches récentes laissent croire que la vitamine D contribue également à la santé de plusieurs systèmes organiques, y compris le cerveau, les reins, la peau et le système immunitaire. Une gamme diverse de tissus et de cellules sont dotés de récepteurs qui peuvent se lier à la vitamine D, ce qui laisse penser que beaucoup de tissus interagissent avec cette vitamine.

La vitamine D et la survie

Les résultats d'études de très grande envergure menées aux États-Unis et en Israël laissent croire que les personnes séronégatives ayant un taux de vitamine D sous-optimale dans le sang courent un risque de mortalité plus élevé. Même après avoir tenu compte de facteurs comme le tabagisme, le diabète, les taux de cholestérol, le statut socioéconomique, l'âge et la saison, entre autres, les chercheurs israéliens ont constaté que, lors de leur étude menée auprès de plus 180 000 personnes, la présence d'un taux sanguin de vitamine D inférieur à 50 nanomoles/litre (nmol/l) était liée de manière significative à un risque accru de mourir de différentes causes.

Lors d'une autre étude par observation nommée EuroSIDA, les chercheurs ont constaté que de nombreuses personnes séropositives présentaient une carence en vitamine D. De plus, plusieurs études menées en Amérique du Nord, et même dans des pays méditerranéens relativement ensoleillés comme l'Espagne et l'Italie et des pays tropicaux comme le Brésil, la Tanzanie et la Thaïlande, ont permis de constater que la carence en vitamine D était relativement courante parmi les personnes séropositives. L'équipe EuroSIDA a observé que les participants qui avaient moins de 12 nanogrammes/millilitre (ng/ml) de vitamine D dans leur sang (soit environ 30 nmol/l) étaient plus à risque de contracter une maladie liée au sida et de mourir.

France

Des chercheurs français ont récemment terminé une étude menée auprès de près de 3 000 personnes séropositives dont les résultats seront publiés dans le Journal of Antimicrobial Chemotherapy. Lors de l'étude en question, les taux sous-optimaux et les carences en vitamine D étaient courants. Cette étude française avait ceci d'intéressant que les chercheurs effectuaient des analyses afin de déterminer des facteurs qui auraient pu faire baisser les taux de vitamine D. L'un des facteurs en question semblait être une thérapie anti-VIH spécifique. Des études antérieures avaient en effet révélé que l'exposition au médicament anti-VIH éfavirenz (Sustiva, Stocrin et dans l'Atripla) était associée à un faible taux de vitamine D. Non seulement cette étude française a confirmé l'existence de cette association, elle a aussi tenté d'évaluer l'impact d'autres médicaments anti-VIH couramment utilisés sur les taux de vitamine D.

Détails de l'étude

Des équipes de recherche des villes françaises suivantes ont collaboré à cette étude :

  • Lille
  • Nantes
  • Paris
  • Strasbourg
  • Toulouse

Les chercheurs ont réuni les données recueillies auprès de 2 994 participants, dont 334 ne recevaient pas de combinaison de médicaments puissants contre le VIH (couramment appelée multithérapie ou TAR). Ils n'ont pas recruté de personnes recevant un traitement pour l'ostéoporose, une carence en vitamine D ou l'insuffisance rénale.

Les participants avaient le profil moyen suivant au moment de leur admission à l'étude :

  • 72 % d'hommes, 28 % de femmes
  • âge – 45 ans
  • durée de l'infection au VIH – 12 ans
  • compte de CD4+ des participants sous multithérapie – 570 cellules
  • compte de CD4+ des participants ne suivant pas de multithérapie – 500 cellules
  • 18 % étaient co-infectés par le virus de l'hépatite B ou C

Résultats

Selon la ville et le fabricant du test de vitamine D utilisé, certains chercheurs mesuraient les taux de vitamine D en  nanogrammes/ml et d'autres en nanomoles/l.

L'équipe de recherche a défini les taux de vitamine D comme suit :

  • faible taux de vitamine D – toute mesure inférieure à 75 nmol/l (30 ng/ml)
  • taux insuffisant de vitamine D – plus de 30 nmol/l (12 ng/ml) mais moins de 75 nmol/l
  • carence en vitamine D – 25 nmol/l (10 ng/ml) ou moins

Se fondant sur ces chiffres, les chercheurs ont constaté que 87 % des participants avaient un faible taux de vitamine D dans leur sang, comme suit :

  • taux insuffisant de vitamine D – 56 %
  • carence en vitamine D – 31 %

Résultats – facteurs liés à la carence en vitamine D

Les chercheurs ont constaté que les facteurs suivants étaient liés à la présence d'une carence en vitamine D :

  • tabagisme
  • compte de CD4+ inférieur à 350 cellules
  • dysfonction rénale

Impact de la multithérapie

Dans un premier temps, les chercheurs ont remarqué que l'utilisation d'une multithérapie était liée à un faible taux de vitamine D. Toutefois, des analyses poussées ont révélé que, chez 2 660 participants suivant une multithérapie, la carence en vitamine D était spécifiquement liée à l'exposition au médicament anti-VIH éfavirenz. Plus le traitement par ce dernier durait, plus le risque de carence augmentait.

On n'a pas trouvé de lien entre la carence en vitamine D et les médicaments suivants :

  • analogues non nucléosidiques (INNTI) – névirapine (Viramune), étravrine (Intelence)
  • analogues nucléosidiques (INTI) – ténofovir (Viread et dans le Truvada, l'Atripla et le Complera), AZT (zidovudine, Retrovir et dans le Combivir et le Trizivir)
  • inhibiteurs de la protéase – y compris le darunavir (Prezista) et le ritonavir (Norvir)
  • inhibiteurs de l'intégrase – raltégravir (Isentress)

Cette étude et d'autres

Cette étude française est utile, car elle confirme les résultats d'études antérieures, à savoir que la prise d'éfavirenz est associée à une baisse du taux de vitamine D dans le sang. De plus, l'étude française confirme l'existence d'un lien entre le tabagisme et la baisse du taux de vitamine D. Ce résultat est important parce que le tabagisme, en plus d'être lié à la carence en vitamine D chez les personnes séronégatives, est un facteur de risque d'ostéopénie et d'ostéoporose (amincissement des os).

Lors d'une autre étude, le fait de remplacer l'éfavirenz par le darunavir-ritonavir a donné lieu à une augmentation des taux de vitamine D. Et une autre étude randomisée a révélé que les participants recevant de la rilpivirine (Edurant et dans le Complera) avaient des taux de vitamine D stables, alors que ceux des participants affectés au groupe éfavirenz diminuaient.

Pourquoi l'éfavirenz?

Des expériences de laboratoire semblent indiquer que l'éfavirenz stimule l'activité d'enzymes qui dégradent la vitamine D3 (forme active de cette vitamine) et qu'il perturbe l'activité d'enzymes qui convertissent la vitamine D2 en D3.

Conception de l'étude

Cette étude française était une étude par observation et transversale, ce qui veut dire que les chercheurs n'ont mesuré les taux de vitamine D qu'à un seul moment. De plus, ils n'étaient pas en mesure de tenir compte de facteurs qui auraient pu fausser leurs conclusions, tels que l'exposition au soleil, le teint de la peau et l'ethnie. À la lumière de toutes ces limitations, il faut interpréter les conclusions de cette étude avec prudence. Il reste que les résultats de cette étude sur l'impact de l'éfavirenz sur les taux de vitamine D font écho à ceux de plusieurs autres études, y compris des essais cliniques randomisés. Enfin, l'étude française comptait un nombre relativement grand de participants, ce qui sert à renforcer ses conclusions.

Cette étude et d'autres encore soulignent la nécessité d'évaluer le taux de vitamine D des personnes séropositives. Pour les cas d'insuffisance ou de carence, des spécialistes en matière d'hormones ont rédigé des lignes directrices sur la supplémentation. Soulignons que la supplémentation doit toujours se faire sous supervision médicale. Pour en savoir plus sur les lignes directrices sur la vitamine D et sur celle-ci en général, consultez TraitementSida 185.

                                                                                                                                                            —Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Anderson JL, May HT, Horne BD, et al. Relation of vitamin D deficiency to cardiovascular risk factors, disease status, and incident events in a general healthcare population. American Journal of Cardiology. 2010 Oct 1;106(7):963-8.
  2. Saliba W, Barnett O, Rennert HS, et al. The risk of all-cause mortality is inversely related to serum 25(OH)D levels. Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism. 2012; in press.
  3. Walker Harris V, Brown TT. Bone loss in the HIV-infected patient: Evidence, clinical implications, and treatment strategies. Journal of Infectious Diseases. 2012 Jun;205 Suppl 3:S391-8.
  4. Allavena C, Delpierre C, Cuzin L, Rey D, Viget N, Bernard J, Guillot P, Duvivier C, Billaud E, Raffi F. High frequency of vitamin D deficiency in HIV-infected patients: effects of HIV-related factors and antiretroviral drugs. Journal of Antimicrobial Chemotherapy. 2012; in press.
  5. Chotalia J, Frontini M, Tatini P, Nsuami MJ, Martin DH, Clark RA. Vitamin D deficiency in HIV-infected and -uninfected women in the United States. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2012 Apr 1;59(4):e77.
  6. Khoo AL, Chai L, Koenen H, Joosten I, Netea M, van der Ven A. Translating the role of vitamin D3 in infectious diseases. Critical Reviews in Microbiology. 2012 May;38(2):122-35.
  7. Conrado T, Miranda-Filho Dde B, Ximenes RA, et al. Vitamin D deficiency in HIV-infected women on antiretroviral therapy living in the tropics. Journal of the International Association of Physicians in AIDS Care. 2011 Jul-Aug;10(4):239-45.
  8. Wiboonchutikul S, Sungkanuparph S, Kiertiburanakul S, Chailurkit LO, Charoenyingwattana A, Wangsomboonsiri W, Chantratita W, Ongphiphadhanakul B. Vitamin D insufficiency and deficiency among HIV-1-Infected patients in a tropical setting. Journal of the International Association of Physicians in AIDS Care. 2012; in press.
  9. Cervero M, Agud JL, García-Lacalle C, Alcázar V, Torres R, Jusdado JJ, Moreno Guillén S. Prevalence of Vitamin D deficiency and its related risk factor in a Spanish cohort of adult HIV-infected patients: affects of antiretroviral therapy. AIDS Research & Human Retroviruses. 2012; in press.
  10. Kwan CK, Eckhardt B, Baghdadi J, Aberg JA. Hyperparathyroidism and complications associated with vitamin D deficiency in HIV-infected adults in New York City, New York. AIDS Research & Human Retroviruses. 2012; in press.
  11. Estrella MM, Kirk GD, Mehta SH, Brown TT, Fine DM, Atta MG, Lucas GM. Vitamin D deficiency and persistent proteinuria among HIV-infected and uninfected injection drug users. AIDS. 2012 Jan 28;26(3):295-302.
  12. Brown TT, McComsey GA. Association between initiation of antiretroviral therapy with efavirenz and decreases in 25-hydroxyvitamin D. Antiviral Therapy. 2010;15(3):425-9.
  13. Childs K, Welz T, Samarawickrama A, Post FA. Effects of vitamin D deficiency and combination antiretroviral therapy on bone in HIV-positive patients. AIDS. 2012 Jan 28;26(3):253-62.
  14. Dao CN, Patel P, Overton ET, et al. Low vitamin D among HIV-infected adults: prevalence of and risk factors for low vitamin D Levels in a cohort of HIV-infected adults and comparison to prevalence among adults in the US general population. Clinical Infectious Diseases. 2011 Feb 1;52(3):396-405.
  15. Fox J, Peters B, Prakash M, et al. Improvement in vitamin D deficiency following antiretroviral regime change: Results from the MONET trial. AIDS Research & Human Retroviruses. 2011 Jan;27(1):29-34.
  16. Viard JP, Souberbielle JC, Kirk O, et al. Vitamin D and clinical disease progression in HIV infection: results from the EuroSIDA study. AIDS. 2011 Jun 19;25(10):1305-15.
  17. Fabbriciani G, De Socio GV. Efavirenz and bone health. AIDS. 2009 Jun 1;23(9):1181.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.