Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH

5. La diarrhée, les gaz et les ballonnements

Un problème qu’il faut prendre au sérieux

La diarrhée se caractérise par une augmentation de la fréquence des selles et une réduction de leur fermeté. C’est un effet secondaire qui se produit fréquemment au début d’un traitement antirétroviral. Souvent, la diarrhée disparaît après quelques semaines, mais le problème peut persister pendant des années chez certaines personnes. Les gaz et les ballonnements sont également courants chez les personnes vivant avec le VIH et risquent d’être bien inconfortables dans certains cas. Plusieurs des causes des gaz et des ballonnements sont semblables à celles de la diarrhée.

La diarrhée, les gaz et les ballonnements peuvent causer de la douleur et de l’embarras, surtout lorsqu’ils se produisent à des moments imprévisibles. Certaines personnes qui en souffrent refusent de quitter leur domicile afin de ne pas risquer de vivre un incident humiliant en public. La diarrhée peut mettre la vie en danger si elle cause des pertes excessives de liquides ou d’électrolytes (substances chimiques naturelles présentes dans le sang), ou encore si elle contribue à l’émaciation (grave perte de poids).

La résolution des problèmes de diarrhée, de gaz et de ballonnements a de nombreux bienfaits, notamment l’amélioration de la qualité de vie. Si vous réussissez à éliminer la diarrhée ou les gaz excessifs :

  • Vous réduirez l’irritation douloureuse causée par la diarrhée et la douleur qui accompagne les ballonnements causés par les gaz intestinaux;
  • Vous recouvrerez votre vie quotidienne normale grâce à l'élimination des interruptions constantes et de l'embarras causés par ces problèmes;
  • Votre sommeil s'améliorera parce que vous ne courrez plus à la salle de bains dans la nuit;
  • Vous améliorerez l'état nutritionnel de votre corps parce que vous ne perdrez plus dans les excréments les nutriments non absorbés qui contribuent au maintien du poids et à la fonction immunitaire;
  • Vos médicaments agiront mieux parce qu'ils seront absorbés dans les quantités nécessaires pour réussir une suppression virale efficace;
  • Vous pourrez suivre votre thérapie antirétrovirale plus longtemps (notons que les problèmes gastro-intestinaux, dont la diarrhée, les gaz et la nausée, figurent parmi les principales raisons pour lesquelles les gens abandonnent ou modifient leur thérapie).

Déterminer la cause

Il est important de prévenir votre médecin si vous souffrez de diarrhées fréquentes, aqueuses, persistantes (plus de quelques jours) ou sanglantes. Avisez aussi votre médecin si vous avez des problèmes de gaz ou de ballonnements qui durent longtemps.

Les problèmes gastro-intestinaux ont de nombreuses causes et peuvent être difficiles à régler. Le VIH lui-même endommage les intestins en s’attaquant aux cellules immunitaires qui s’y trouvent. De nombreux médicaments anti-VIH causent fréquemment la diarrhée, les gaz et les ballonnements. Ces problèmes peuvent toutefois avoir des causes non liées au VIH, comme les troubles de la fonction intestinale (syndrome du côlon irritable et maladies inflammatoires intestinales), l’intolérance au lactose ou la sensibilité au gluten. Les infections, notamment celles causées par des bactéries ou des parasites, causent aussi la diarrhée. Ces causes risquent d’être dangereuses et d’entraîner de graves problèmes de santé, telle l’émaciation. La meilleure approche consiste à consulter son médecin pour subir une évaluation exhaustive afin de déterminer les causes spécifiques et d’élaborer une stratégie thérapeutique complète.

De nombreux médicaments, notamment les antirétroviraux et d’autres médicaments utilisés pour le traitement du VIH, comptent la diarrhée, les gaz et les ballonnements parmi leurs effets secondaires possibles. Souvent, il s’agit d’effets secondaires à court terme qui disparaissent après quelques jours ou semaines de traitement. Dans certains cas, cependant, ces effets secondaires durent longtemps.

Vu le grand nombre de médicaments qu’utilisent souvent les personnes vivant avec le VIH, il peut être difficile de cerner la cause des symptômes gastro-intestinaux. Si l’apparition ou l’aggravation soudaine de la diarrhée, des gaz ou des ballonnements coïncide avec le début ou la modification d’une médication, il est normal de soupçonner celle-ci d’en être la cause. Il vaut habituellement la peine d’attendre quelques semaines pour voir si le problème se résout de lui-même, surtout si votre thérapie antirétrovirale est efficace à tous les autres points de vue. Si vos effets secondaires persistent, cependant, il est important de le signaler à votre médecin.

Puisque la diarrhée, les gaz et les ballonnements ont de nombreuses causes, le traitement efficace dépend d’un diagnostic approfondi. Outre les médicaments, ces problèmes peuvent être le résultat de :

  • infections et parasites nécessitant un traitement
  • intolérance et malabsorption des matières grasses; on peut atténuer ce problème en réduisant son apport de matières grasses alimentaires et en prenant l'enzyme digestive lipase avec ses repas
  • intolérance au lactose; peut se résoudre grâce à l'élimination ou à la réduction de son apport en produits laitiers ou à la prise d'enzymes pouvant dégrader le lactose ou la caséine lorsque des produits laitiers sont consommés
  • excès de sucre, de caféine, de légumineuses (pois et fèves séchés), de brocoli ou de chou-fleur cru
  • antibiotiques pris récemment
  • stress

Les médicaments et les thérapies naturelles

Lorsque les causes de la diarrhée, des gaz et des ballonnements ne peuvent être complètement éliminées, la prise d’un agent antidiarrhéique en vente libre, tel que l’Imodium (lopéramide), le Kaopectate ou le Pepto-Bismol, peut aider à soulager les symptômes. Renseignez-vous auprès de votre pharmacien et votre médecin pour vérifier que ces produits n’interféreront pas avec les autres médicaments que vous prenez.

Le crofelemer (Fulyzaq) est un médicament livré sur ordonnance qui est dérivé de l’extrait d’une plante tropicale. Les essais cliniques l’ont trouvé utile contre les cas de diarrhée liée au VIH qui n’étaient pas causés par une autre infection. Au moment de la publication de ce guide, ce médicament est approuvé aux États-Unis et est disponible au Canada par le biais d’un programme d’accès spécial. Parlez à votre médecin ou pharmacien pour obtenir les informations les plus à jour.

En ce qui concerne les thérapies naturelles contre la diarrhée, les options incluent les suivantes :

  • L’acide aminé L-glutamine peut guérir les intestins endommagés et réduire la diarrhée en améliorant l’absorption de l’eau et du sel à travers la paroi de l’intestin grêle;
  • Les bactéries favorables à la santé intestinale, telles que L. acidophilus et S. boulardii;
  • Les graines de lin moulues sont parfois utiles pour soulager la diarrhée et guérir les intestins;
  • Le calcium pourrait servir à réduire ou à éliminer la diarrhée causée par les inhibiteurs de la protéase, mais il faut consulter son pharmacien ou médecin pour s’assurer que le calcium n’interfère pas avec ses autres médicaments et que la dose n’est pas excessive.

Les considérations diététiques

Il est crucial de prévenir la déshydratation lorsque vous souffrez de diarrhée. Tant que la diarrhée se poursuit, il est important de consommer beaucoup de calories et de boire beaucoup de liquides santé, comme l’eau, les jus, les tisanes, les bouillons et les smoothies aux jus de fruits. Vous devriez boire au moins 1,5 litre de liquides par jour, voire davantage si la diarrhée persiste et qu’elle cause des pertes de liquides importantes. Assurez-vous aussi de consommer suffisamment de calories de grande qualité. La diarrhée fait en sorte que les aliments transitent plus rapidement par l’appareil digestif, ce qui peut vous empêcher d’en absorber tous les nutriments.

Les aliments qui contiennent des fibres solubles peuvent soulager la diarrhée. La liste inclut les aliments suivants : les pommes, les pêches, les poires, les bananes, les céréales comme le gruau d’avoine et le riz blanc et les suppléments à base de psyllium comme le Metamucil. Les fibres alimentaires solubles absorbent de l’eau, se gonflent et lient les matières intestinales les unes aux autres, de sorte que les selles prennent de l’ampleur et se déplacent plus lentement. Il vaut mieux augmenter graduellement son apport en fibres parce qu’elles peuvent causer des gaz. En plus de contenir des fibres, les bananes et les avocats sont riches en potassium, un nutriment qui peut aider à restaurer les électrolytes (voir ci-dessous). Dans certains cas, le fromage est utile pour raffermir les selles liquides et contrôler la diarrhée. Petite mise en garde, cependant, si vous présentez une intolérance au lactose, le fromage pourrait alors contribuer à la diarrhée.

Parmi les aliments et les liquides qu’il vaut mieux éviter si vous avez la diarrhée, mentionnons le café et les autres boissons caféinées, l’alcool, le chocolat, les fritures, les mets gras, les mets épicés et les aliments ou liquides très sucrés. Un diététiste agréé peut être une bonne source de conseils en ce qui concerne le traitement de la diarrhée. Visitez le site www.dietetistes.ca pour consulter une liste de diététistes dans votre localité.

La restauration des électrolytes

Dans les cas graves de diarrhée, il est important de restaurer l’équilibre des électrolytes du corps, soit le sodium, le potassium et le chlore. Les jus et les bouillons dilués avec de l’eau pour en faciliter l’absorption peuvent être utiles. Évitez le Gatorade et les autres boissons pour sportifs, car elles contiennent beaucoup de sucre et risquent d’aggraver la diarrhée.

Parfois, des sources concentrées de minéraux électrolytes sont nécessaires. Les sels réhydratants sont une option que l’on trouve dans de nombreuses pharmacies à faible prix. Il est également possible de faire sa propre solution réhydratante. Commencez par un litre de jus d’orange, puis ajoutez 5 ml (1 cuillerée à thé) de sel léger (mélange de sodium et de potassium). Édulcorez le mélange avec 15 ml (1 cuillerée à soupe) de miel pasteurisé si vous le désirez. Pour inclure des fibres solubles, ajoutez de l’eau de riz au jus. (Pour faire de l’eau de riz, faites bouillir quatre parts d’eau et une part de riz jusqu’à ce que le riz soit tendre, puis séparez le liquide à l’aide d’une passoire.) On peut aussi boire l’eau de riz toute seule comme source d’hydratation et de fibres solubles.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.