Connectons nos programmes

Programme One-Step PrEP 


Seattle, É.-U.
2019

Le programme One-Step PrEP permet l’accès à la prophylaxie pré-exposition (PrEP) par l’entremise d’une clinique de PrEP gérée par des pharmaciens et située dans une pharmacie communautaire. L’utilisation de ce modèle a entraîné des taux élevés d’initiation à la PrEP.

Description du programme

Cette clinique de PrEP spécialisée en VIH et gérée par des pharmaciens est située à Seattle, Washington, dans une pharmacie indépendante. L’équipe du programme One-Step PrEP se composait de pharmaciens cliniques qui initiaient et géraient la distribution de la PrEP, ainsi que de membres auxiliaires du personnel en pharmacie qui aidaient pour les tâches administratives et en pharmacie (p. ex. : traiter les ordonnances, fixer les rendez-vous).

Le programme a nécessité un accord de collaboration de traitement médicamenteux afin d’établir une relation entre les pharmaciens et un directeur médical (un médecin spécialisé en VIH dans le cas présent). Cet accord de collaboration de traitement médicamenteux permettait aux pharmaciens d’assumer certains rôles qui sont habituellement en dehors de leur champ de pratique. Les pharmaciens suivaient une formation à l’aide de six modules autodirigés qui incluaient de l’information sur les lignes directrices pour la PrEP du Center for Disease Control and Prevention (CDC), des essais cliniques, des approches de dépistage et de traitement, des questionnaires sur les antécédents sexuels et du counseling pour la réduction des risques. Des formations sur les compétences étaient offertes à intervalles réguliers. De plus, les pharmaciens participaient à des formations continues par le biais d’examens de cas.

Des organismes communautaires et des services locaux de santé publique dirigeaient les clients vers le programme. Un plan de marketing avait été mis en œuvre pour faciliter le recrutement. Une fois qu’ils avaient été dirigés vers le programme, les clients bénéficiaient d’une première consultation avec un pharmacien durant laquelle on consignait leurs antécédents médicaux et sexuels et on effectuait des analyses de laboratoire conformément aux lignes directrices du CDC. Si les clients obtenaient un résultat négatif au test de VIH et qu’ils se qualifiaient pour la PrEP, on la leur offrait pour 30 jours et cette dernière était distribuée par le biais de la clinique (les clients pouvaient également choisir que leur PrEP soit distribuée par la pharmacie de leur choix) et on les inscrivait à l’option de renouvellement automatique. Les clients recevaient aussi :

  • Du counseling de la part du pharmacien sur les effets secondaires et l’observance thérapeutique liés à la PrEP
  • De l’aiguillage pour des programmes de santé mentale et d’utilisation de substances, au besoin
  • La coordination de leurs assurances, au besoin
  • Des rendez-vous de suivi de 30 minutes avec les pharmaciens en clinique durant lesquels ces derniers effectuaient tous les tests de dépistage réguliers, y compris les tests de dépistage pour le VIH et les infections transmissibles sexuellement (ITS) lors du premier mois et ensuite tous les trois mois (des rappels faits par appels téléphoniques, textos et courriels étaient utilisés)
  • Un traitement pour ITS, si le client recevait un diagnostic positif
  • Du counseling sur la réduction des risques liés au comportement

On dirigeait les clients vers leur médecin de soins primaires ou au directeur médical en cas de préoccupations en dehors du champ de pratique des pharmaciens en vertu de l’accord de collaboration de traitement médicamenteux. Si les clients n’avaient pas de médecin de soins primaires, on leur demandait de s’en trouver un dans l’année suivant le début du programme.

Si les clients se présentaient au programme de PrEP et qu’ils avaient obtenu un résultat positif à un test préliminaire de VIH, on les dirigeait immédiatement vers le directeur médical.

Conclusions

Entre mars 2015 et février 2018, 714 clients ont été évalués au sein de la clinique de PrEP gérée par des pharmaciens et 695 (97 %) personnes ont entamé la PrEP. Parmi les participants ayant entamé la PrEP :

  • L’âge moyen était d’environ 35 ans
  • 99 % étaient des hommes cisgenres
  • L’indication principale pour la PrEP était un comportement sexuel à risque élevé chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes
  • 74 % ont entamé la médication la même journée

En date de février 2018, trois cent soixante-douze clients visitaient encore activement la clinique gérée par des pharmaciens; 11 % d’entre eux avaient entamé la PrEP utilisée à la clinique, avaient brièvement arrêté et y étaient retournés. Parmi les 323 clients qui avaient abandonné les services et qui n’étaient pas retournés à la clinique, 34 % avaient transféré leurs soins et étaient arrimés à un fournisseur de soins primaires, 41 % avaient été perdus de vue au suivi, 11 % avaient déménagé et 12 % présentaient un risque perçu réduit. Aucune séroconversion au VIH n’a été observée chez les clients qui participaient au programme. Un client a obtenu un diagnostic positif au VIH après avoir quitté le programme durant trois mois.

Le dépistage des ITS faisait partie intégrante de ce programme. Les résultats ont démontré que 207 ITS avaient été diagnostiquées chez 135 clients, notamment 104 cas de chlamydia et 66 cas de gonorrhée. La majorité des cas de chlamydia et de gonorrhée avaient été décelés à l'aide d'un dépistage rectal.

Qu’est-ce que cela signifie pour les fournisseurs de services?

Le programme One-Step PrEP démontre une façon d’accroître l’accès à la PrEP via l'utilisation d'une clinique gérée par des pharmaciens, qui pourrait accroître l’accès pour les personnes qui n’ont pas recours aux services de santé dans des cadres traditionnels ou aux endroits où l’accès à la PrEP est limité. Le champ de pratique des pharmaciens, y compris leurs compétences à prescrire, devrait être pris en compte dans d’autres pays.

La prestation de ce programme dans une clinique gérée par des pharmaciens a nécessité l’élaboration de procédures de dépistage détaillées, et les pharmaciens devaient obtenir une certification en phlébotomie afin d’effectuer les analyses sanguines nécessaires. La pharmacie devait aussi posséder la capacité d’envoyer les tests aux laboratoires externes. Des procédures détaillées devraient être mises en place dans toute pharmacie souhaitant offrir un programme semblable.

Ressources connexes

Outil de rappel par texto – étude de cas

Programme Making the Links – étude de cas

Référence

Tung EL, Thomas A, Eichner A et coll., Implementation of a community pharmacy-based pre-exposure prophylaxis service: a novel model for pre-exposure prophylaxis care, Sexual Health, 2018;15:556-61.