Connectons nos programmes

Le programme d’éducation, de sensibilisation et de marketing social ethnoculturels lié à l’hépatite C : Développer des partenariats avec les communautés 

CATIE
Ontario
2015

Dès le début de la création du Programme d’éducation, de sensibilisation et de marketing social ethnoculturels lié à l’hépatite C (consulter l’étude de cas pour une description complète du programme), CATIE avait d'or et déjà pris conscience que les partenariats avec les organismes œuvrant auprès des immigrants et avec les organismes d'aide à l'établissement des immigrants travaillant auprès des communautés prioritaires (de Chinois, de Philippins et d’Asiatiques du sud) seraient la clé du succès du programme.

En faisant du réseautage au sein d'une variété d’avenues, notamment des conférences (comme la North American Refugee Health Conference and Metropolis), des organismes communautaires (comme les organismes de lutte contre le sida) et des réseaux (comme le Ontario Settlement Network et l’Ontario Council of Agencies Serving Immigrants), CATIE a identifié et communiqué avec des partenaires clés durant la première année du programme.

CATIE a, en outre, cherché l’appui et le soutien de leaders communautaires, ce qui lui a permis d’entrevoir des occasions pour travailler avec les clients et le personnel des organismes œuvrant auprès des immigrants et avec des organismes d’aide à l’établissement des immigrants au sein de chacune des communautés. CATIE a trouvé ces leaders communautaires dans les conférences, en faisant de la prospection téléphonique et en réseautant avec les différents organismes.

La réceptivité des communautés

Chacune des communautés avec lesquelles CATIE travaille est appuyée par différents organismes communautaires, réseaux et différentes infrastructures. Les communautés d’origine chinoise et d’Asie du Sud possèdent des réseaux de santé et des organismes de santé bien établis, mais il n’existe aucun réseau ni organisme axé sur la santé au sein de la communauté philippine. Au début du programme, chaque communauté se trouvait à un stade différent en termes de développement communautaire en matière de santé, et il a fallu que CATIE rejoigne différentes ressources et coordonne son travail avec ses dernières afin d’atteindre les objectifs du programme.

Des différences dans les programmes et dans l’infrastructure de chaque communauté ont influencé la façon dont CATIE a travaillé avec les divers groupes d’immigrants. Même si CATIE a eu de nombreuses possibilités de s'intégrer à des réseaux plus vastes et dans des organismes communautaires bien établis se concentrant sur la santé au sein des communautés d’origine chinoise et d’Asie du Sud, ces possibilités se sont faites plus rares en ce qui concerne les réseaux et l’élaboration de programmes liés à la santé au sein de la communauté philippine. Afin de surmonter cet obstacle, CATIE travaille de façon plus directe avec différents groupes communautaires au sein de la communauté philippine.

Le rôle des partenaires communautaires

Les partenaires communautaires ont joué un rôle clé en siégeant aux conseils consultatifs communautaires, car ces derniers ont aidé à orienter le projet pendant les premières années. Les membres des conseils consultatifs occupaient des rôles spécialisés, se concentrant sur la coordination des premières traductions, l’élaboration du curriculum, des ressources ou de la campagne médiatique du projet. Grâce à leur participation au sein des conseils consultatifs communautaires, les représentants de différents groupes communautaires ont eu l’occasion de faire preuve de leadership, de défendre les droits et d’établir des relations. Parfois, les réunions du conseil étaient la première opportunité que ces groupes avaient de discuter des enjeux de santé au sein de leur communauté.

Les partenaires communautaires ont également aidé le programme à recruter des animateurs et des participants aux ateliers, on les a consultés pour que le curriculum de santé d'un enjeu important respecte les différences culturelles et ces derniers ont fait du réseautage au sein de leur propre communauté. Les partenaires communautaires ont été rémunérés pour le temps que leur personnel a passé à siéger sur les conseils consultatifs communautaires et pour tout travail d’animation ou autre lié au projet.

La structure des conseils consultatifs communautaires

Un conseil consultatif communautaire distinct a été mis en place pour chacune des quatre communautés prioritaires. Les conseils consultatifs communautaires étaient structurés de façon à assurer la représentation adéquate de la communauté en question. Les rôles de chaque conseil étaient adaptés au plan de travail du projet, et des membres clés du conseil aidaient à l’élaboration de ressources d’information sur la santé, de programmes d’ateliers et de messages pour une campagne médiatique. Chaque conseil consultatif communautaire incluait :

  • Un leader communautaire/leader d’opinion clé. Ces personnes étaient souvent un directeur général ou un leader d’un organisme appuyant les personnes au sein de la communauté. Elles étaient également disponibles pour les entrevues médiatiques ou pour faire des commentaires sur la question de l’hépatite C.
  • Un animateur communautaire bilingue. Des animateurs compétents en matière de santé ont été recrutés par le biais des partenaires communautaires, des programmes de leadership et des organismes professionnels.
  • Un spécialiste en médias. Ces personnes effectuaient des recherches sur le contenu à utiliser dans notre atelier en compétence médiatique et fournissaient leur rétroaction quant à notre campagne médiatique.
  • Deux lecteurs critiques d’ateliers et de ressources. Chaque conseil avait au moins un lecteur critique médical et un lecteur critique communautaire pour la documentation traduite et le contenu des ateliers.
  • D'un à trois représentants de nos partenaires communautaires. Ces personnes représentaient les organismes communautaires où CATIE avait tenu ses premiers ateliers : Connaissances des médias et en santé (Media Literacy and Health Literacy) et Santé des immigrants et hépatite C (Immigrant Health and Hepatitis C).

Lors des premières années du programme, les coordonnateurs ont continué à sauter sur les occasions de partenariat à mesure qu’elles se présentaient. À l’avenir, CATIE rédigera chaque année des stratégies spécifiques à chaque population, qui souligneront le travail axé sur le partenariat avec les organismes communautaires et la participation au sein des réseaux dans le but d’atteindre des groupes précis et de créer des liens vers les services de santé communautaire. Ce type d’approche ciblée et personnalisée pourrait être élaborée et mise en œuvre pour différents groupes et différents cadres.