Un guide pratique des thérapies complémentaires

Pratiques de méditation en pleine conscience

La pratique de la méditation en pleine conscience, comme les pratiques associées de la thérapie cognitivo-comportementale axée sur la méditation en pleine conscience, et la réduction du stress par la méditation en pleine conscience peuvent aider les personnes vivant avec le VIH dans leur quête de nouvelles techniques mentales et émotionnelles pour composer avec le stress. Ces pratiques font souvent appel à des techniques physiques comme des exercices de respiration ou de méditation. La plupart des personnes séropositives qui mettent à contribution ces pratiques de méditation en pleine conscience estiment qu’elles améliorent leur qualité de vie au quotidien.

Les pratiques de la méditation en pleine conscience consistent au maintien d’une prise de conscience « du moment présent » à travers ses pensées, ses sentiments, ses sensations physiques et son milieu immédiat. Elles impliquent également l’acceptation, ce qui signifie que toute personne pratiquant la méditation en pleine conscience prête attention à ses pensées et à ses sentiments sans porter de jugement. Dans les pratiques de méditation en pleine conscience, il n’existe pas de « bonne » ou « mauvaise » façon de penser ou de se sentir à un moment donné. Lorsqu’une personne pratique la méditation en pleine conscience, ses pensées se synchronisent à ce qu’elle ressent à l’instant même plutôt que de ressasser le passé ou d’imaginer l’avenir.

Les pratiques de la méditation en pleine conscience trouvent leur origine dans la méditation bouddhiste, même si les interventions non religieuses de méditation en pleine conscience sont entrées dans le monde de la thérapeutique ces dernières années. Des études ont démontré les avantages des pratiques de la méditation en pleine conscience sur le plan de la santé physique et mentale, y compris le VIH. Il a été démontré que ces pratiques stimulent la capacité du système immunitaire à combattre la maladie et qu’elles intensifient les émotions positives, tout en atténuant les négatives. Elles améliorent l’attention et la mémoire.

Les composantes clés de la pratique de la méditation en pleine conscience sont les suivantes : méditation; attention particulière accordée à sa respiration, surtout quand des émotions intenses sont ressenties; attention prêtée à ce qu’on ressent à un moment donné; et, compréhension que ses pensées et émotions sont éphémères et ne définissent en rien la personne. Lorsque la pleine conscience est associée aux aspects de la thérapie cognitivo-comportementale, cette première favorise la conscience de soi dans le cadre du processus thérapeutique. Lorsqu’elle est combinée avec des techniques de réduction du stress, alors la relaxation et l’amélioration de la qualité de vie en sont les résultats escomptés.

Il existe de nombreuses ressources en ligne ainsi que des ouvrages et des enregistrements audio pour vous aider à vous lancer dans la pratique de la méditation en pleine conscience. Certaines succursales de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) et les centres locaux de dharma (organisations non confessionnelles enseignant la méditation, entre autres choses) organisent des ateliers et des retraites portant sur les pratiques de la méditation en pleine conscience. Vous trouverez les coordonnées de la succursale locale de l’Association canadienne pour la santé mentale en ligne à www.cmha.ca ou vous pouvez vérifier en ligne s’il existe un centre dharma dans votre localité.

Dans certains cas, quelques groupes offrent des séances de thérapie, sous forme de méditation en pleine conscience, peuvent être couverts par le régime provincial ou territorial d’assurance-maladie.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.