Rester en santé derrière les murs : L’hépatite C et le VIH en prison

10 choses à savoir au sujet de l’hépatite C et du VIH si tu es en prison

  1. Les taux d’hépatite C et de VIH sont plus élevés en prison que dans la communauté.
  2. Tu peux faire de nombreuses choses pour te protéger et protéger les autres contre l’hépatite C et le VIH en prison.
  3. L’hépatite C est une infection qui s’attaque à ton foie. Le VIH est une infection qui affaiblit ton corps, de sorte qu’il a de la difficulté à combattre les infections.
  4. L’hépatite C ou le VIH peut se transmettre d’une personne à une autre si elles partagent du matériel pour s’injecter ou fumer des drogues.
  5. L’hépatite C ou le VIH peut se transmettre lors d’un tatouage si le matériel utilisé n’a pas été stérilisé.
  6. Le VIH se transmet également par les relations sexuelles. L’hépatite C ne se transmet pas normalement par le sexe, mais le risque augmente lors des relations sexuelles anales sans condom quand il y du sang, du VIH ou des ITS présents.
  7. La seule façon de savoir avec certitude que tu as l’hépatite C ou le VIH consiste à te faire tester. Tu peux te faire tester en prenant rendez-vous auprès de l’infirmière dans le service des soins de santé.
  8. Les traitements peuvent guérir l’hépatite C. Il n’existe pas de remède pour guérir le VIH, mais les traitements du VIH peuvent aider les personnes atteintes à rester longtemps en bonne santé.
  9. Tu peux faire plein de choses pour prendre soin de ta santé si tu as l’hépatite C ou le VIH.
  10. Si tu as besoin de soutien ou si tu as des questions au sujet du VIH ou de l’hépatite C, tu peux parler à un intervenant du programme d’éducation et d’entraide par les pairs ou appeler PASAN (1-866-224-9978) ou CATIE (1-800-263-1638).

Qu’est-ce que l’hépatite C?

L’hépatite C (aussi appelée VHC) est un virus qui s’attaque au foie. Si elle n’est pas traitée pendant de nombreuses années, l’hépatite C peut causer des dommages au foie, le cancer du foie et l’insuffisance hépatique (incapacité du foie à fonctionner normalement).

Qu’est-ce que le VIH?

Le VIH est un virus qui affaiblit le corps, de sorte qu’il a de la difficulté à combattre les infections. Cela veut dire que tu peux tomber malade plus facilement et plus souvent.

Quelle importance l’hépatite C et le VIH ont-ils pour les personnes en prison?

Les taux d’hépatite C et de VIH sont plus élevés dans la plupart des prisons qu’à l’extérieur. L’hépatite C est souvent plus répandue dans les prisons que le VIH. Voilà pourquoi il est important de savoir comment tu peux te protéger et protéger les autres contre ces infections.

Comment est-ce qu’on contracte l’hépatite C ou le VIH?

L’hépatite C est transmise d’une personne à une autre par le sang. Elle peut également être transmise par le sperme et le liquide anal.

Le VIH peut se transmettre d’une personne à une autre par les liquides suivants :

  • sang
  • sperme et liquide pré-éjaculatoire
  • liquide vaginal ou anal
  • lait maternel

Pour que la transmission de l’hépatite C ou du VIH ait lieu, il faut qu’une quantité de sang ou d’un autre liquide corporel infecté entre dans le sang ou le corps d’une autre personne.

L’hépatite C est un virus fort qui peut survivre sur une surface jusqu’à six semaines. Le VIH peut survivre sur une surface à l’extérieur du corps pendant quelques minutes seulement. Cependant, dans certaines conditions, le VIH et l’hépatite C peuvent tous les deux survivre à l’intérieur d’une seringue pendant plusieurs semaines.

Comment l’hépatite C et le VIH se transmettent d’une personne à une autre

L’hépatite C et le VIH peuvent se transmettre d’une personne à une autre lorsque :

  • des personnes partagent du matériel d’injection de drogues
  • des personnes partagent des pipes pour fumer du crack
  • quelqu’un se fait tatouer ou percer et l’artiste n’utilise pas de matériel neuf, ne stérilise pas les outils ou réutilise de l’encre

Le VIH est présent dans le liquide pré-éjaculatoire, le sperme, le liquide vaginal et le liquide anal. Pour cette raison, le VIH peut se transmettre d’une personne à une autre pendant les relations sexuelles non protégées. Les condoms sont un genre de protection. Aussi, les personnes vivant avec le VIH qui suivent un traitement et maintiennent la suppression du virus ne transmettent pas le VIH par le sexe. Il est peu probable que l’hépatite C se transmette durant les relations sexuelles, mais le risque augmente lorsqu’il y a du sang, du VIH ou d’autres ITS présents.

L’hépatite C est différente du VIH parce qu’elle peut se transmettre d’une personne à une autre si elles partagent un rasoir, une brosse à dents ou un coupe-ongles. C’est une façon moins courante de transmettre l’hépatite C.

Une personne enceinte qui a l’hépatite C ou le VIH peut transmettre le virus à son bébé à naître. On appelle cela la transmission périnatale.

Il n’est pas clair si le fait de saigner durant une bagarre ou d’utiliser un sac de frappe taché par du sang peut transmettre l’hépatite C ou le VIH; il n’est pas clair non plus si l’hépatite C ou le VIH peut être transmis lorsqu’une personne réutilise la serviette hygiénique de quelqu’un d’autre pour ses menstruations. Si elle existe, la possibilité de transmettre le VIH ou l’hépatite C par une de ces activités est probablement très faible.

Apprends à te protéger et à protéger les autres contre l’hépatite C et le VIH en prison

En prison, tu n’as pas un accès autorisé à du matériel neuf pour consommer des drogues comme à l’extérieur, ni aux instruments de tatouage ou de perçage correctement stérilisés. Il n’empêche que tu peux faire plein de choses pour te protéger et protéger les autres. 

La plupart des activités en prison n’exposent personne au risque de contracter l’hépatite C ou le VIH

Tu ne peux PAS contracter l’hépatite C ou le VIH en faisant les choses suivantes :

  • partager une cellule ou une rangée
  • utiliser les mêmes douches ou toilettes
  • embrasser ou faire une accolade à quelqu’un
  • serrer la main de quelqu’un
  • utiliser les mêmes fourchettes, cuillères, couteaux, tasses ou assiettes
  • partager cigarettes ou joints
  • tousser ou éternuer
  • partager serviettes, savon ou shampooing
  • pratiquer des sports ou jouer aux cartes

L’eau de Javel peut-elle stopper l’hépatite C et le VIH?

L’usage d’eau de Javel pour nettoyer les aiguilles avant de les partager ou de les réutiliser n’est pas une manière efficace d’éviter de transmettre l’hépatite C ou le VIH. La meilleure façon de ne pas transmettre l’hépatite C ou le VIH consiste à s’assurer que tout son matériel d’injection est neuf. Si tu ne peux pas obtenir de matériel d’injection neuf, essaie d’utiliser les stratégies décrites dans la section 
« Protège-toi et les autres quand tu utilises des drogues ».

Protège-toi et les autres quand tu utilises des drogues

  • Si tu peux obtenir du nouveau matériel d’injection, utilise une aiguille et une seringue neuves chaque fois que tu t’injectes, ou conserve ta propre aiguille afin de la réutiliser. 
  • Utilise une nouvelle cuillère (ou n’importe quel autre réchaud), de l’eau propre et des tampons neufs chaque fois que tu t’injectes, ou conserve tes propres affaires pour les réutiliser.
  • Si tu n’as pas de matériel neuf pour t’injecter, songe à prendre des drogues que tu peux avaler, manger, fumer ou sniffer si tu as cette option.
  • Si tu fumes des drogues, utilise ta propre pipe et essaie de ne pas la partager.
  • Si tu sniffes des drogues, utilise ta propre paille ou ton propre bout de papier enroulé et essaie de ne pas les partager.

Les personnes ayant le VIH qui prennent un traitement et qui réussissent à maintenir une charge virale indétectable (c’est-à-dire trop faible pour être mesurée par les tests sanguins) sont beaucoup moins susceptibles de transmettre le VIH lorsqu’elles partagent du matériel de consommation de drogues. Toutefois, le traitement du VIH ne réduit pas le risque de transmettre ou de contracter l’hépatite C ou d’autres infections si elles sont présentes. 

Protège-toi et les autres lorsque tu baises

Utilise un condom chaque fois que tu as une relation sexuelle vaginale ou anale.

Utilise un lubrifiant à base d’eau ou de silicone (évite les lubrifiants à base d’huile car ils augmentent le risque de rupture des condoms).

Évite de partager les jouets sexuels; si tu en partages, couvre-les avec un condom neuf chaque fois et lave les jouets avec de l’eau savonneuse tiède après l’usage.

Le sexe oral (sucer, faire une pipe, lécher) est moins susceptible de transmettre le VIH que les relations sexuelles vaginales ou anales.

Même si le risque de transmettre le VIH par le sexe oral est faible, tu peux choisir d’utiliser des digues dentaires ou des condoms pour le sexe oral.

Si tu as le VIH ou que la personne avec qui tu baises a le VIH et que la charge virale en VIH est indétectable (ce qui veut dire que le traitement réussit à la maintenir tellement faible qu’elle ne peut être mesurée), il n’y a aucun risque de transmettre le VIH par le sexe. Pour que cette stratégie soit efficace, la personne séropositive doit avoir une charge virale indétectable lors de deux tests consécutifs. Il peut s’écouler entre trois et six mois après le début du traitement pour que la charge virale de la personne séropositive devienne indétectable.

Protège-toi et les autres lorsque tu te fais tatouer ou percer

Prépare et apporte ton propre matériel si possible. De cette façon, tu seras certain que chaque article est neuf, y compris :

  • aiguille
  • encre
  • pot d’encre
  • linge

Si tu n’as pas ton propre matériel, demande à l’artiste de préparer la machine à tatouer, l’encre et l’espace de travail devant toi afin que tu saches que c’est neuf.

Si tu as besoin de plusieurs séances pour compléter ton tatouage ou si tu comptes te faire tatouer ou percer de nouveau, garde ton matériel pour la prochaine fois.

Pour en savoir plus, consulte Rester en santé derrière les murs : Le tatouage, le perçage et toi.

Protège tes articles personnels

Essaie de ne pas partager les rasoirs, les brosses à dents et les coupe-ongles. Ces articles peuvent être contaminés par une quantité de sang trop minuscule pour être visible à l’œil nu, mais qui pourrait quand même transmettre l’hépatite C.

Protège ton bébé pendant la grossesse et après l’accouchement

Si tu as l’hépatite C, le risque de transmettre le virus à ton bébé pendant la grossesse ou l’accouchement est faible. Tu peux allaiter sans danger ton bébé, mais si tu as les mamelons craquelés ou qui saignent, il est important d’arrêter en attendant qu’ils guérissent.

Si tu as le VIH, il est possible d’avoir un bébé séronégatif. Tu dois recevoir des soins et un traitement appropriés pour le VIH pendant la grossesse et l’accouchement. De plus, il est aussi important de ne pas allaiter ton bébé parce que le VIH peut se transmettre dans ton lait.

Si tu as l’hépatite C ou le VIH et que tu es enceinte, parle à ton équipe de soins de santé de ton statut afin de recevoir des soins adéquats.

Fais-toi tester pour l’hépatite C ou le VIH

Il est important de te faire tester pour l’hépatite C et le VIH parce que les taux de ces infections sont plus élevés dans les prisons qu’à l’extérieur.

La seule façon d’apprendre si tu as l’hépatite C ou le VIH consiste à te faire tester. Tu ne peux pas savoir si une personne a l’hépatite C ou le VIH en la regardant. De nombreuses personnes n’éprouvent aucun symptôme après avoir contracté l’hépatite C ou le VIH.

Certaines personnes ne veulent pas se faire tester pour l’hépatite C 
ou le VIH parce qu’elles ont peur de connaître les résultats ou 
d’être victimes de discrimination. Si tu vas bientôt sortir de prison, tu voudras peut-être attendre pour te faire tester dans la communauté car il y a davantage d’options pour les soins. Les avantages de connaître ton statut incluent la possibilité de te faire traiter plus tôt et de pouvoir protéger les autres contre l’hépatite C ou le VIH.

Si tu souhaites poser des questions avant de te faire tester, 
tu peux contacter PASAN au 1-866-224-9978 ou CATIE au 1-800-263-1638.

Dépistage de l’hépatite C : Il faut passer deux tests de sang différents pour savoir si tu as l’hépatite C. Une personne qui reçoit un résultat positif aux deux tests a l’hépatite C.

Dépistage du VIH : Il faut passer un test de sang pour le dépistage du VIH. Si le résultat est positif, cela veut dire que tu as le VIH.

Quand te faire tester pour l’hépatite C ou le VIH?

C’est une bonne idée de te faire tester pour l’hépatite C et le VIH si tu as déjà eu des relations sexuelles non protégées, si tu as partagé du matériel de consommation de drogues ou si tu t’es fait tatouer ou percer dans un contexte non professionnel (comme en prison).

Si tu crois avoir été récemment exposé à l’hépatite C ou au VIH, tu peux te faire tester tout de suite. Dans certains cas, tu devrais passer d’autres tests trois mois plus tard pour confirmer que tu es infecté ou pas. Cette attente est nécessaire parce que ton corps met un peu de temps à produire la réaction nécessaire pour confirmer l’infection.

Que faire si tu découvres que tu as l’hépatite C ou le VIH?   

Si tu reçois un diagnostic d’hépatite C ou de VIH, tu risques d’éprouver des sentiments de peur, de colère, de tristesse et d’autres émotions, mais il est possible que tu ne saches pas à qui en parler. Il est très normal de te sentir ainsi. Cela peut aider d’obtenir du soutien. Si tu te sens à l’aise, parle à un membre de ta famille ou à un ami de ce que tu vis. De nombreux détenus qui ont l’hépatite C ou qui l’ont eue sont ouverts à l’idée de partager leurs expériences et de soutenir d’autres détenus atteints d’hépatite C. Tu peux également appeler PASAN ou un autre organisme communautaire.

Il est important de comprendre que tu peux mener une bonne vie avec l’hépatite C ou le VIH. Il est possible de se faire traiter pour l’hépatite C et le VIH à l’intérieur et à l’extérieur des prisons fédérales. Grâce aux traitements, les chances de guérir de l’hépatite C sont élevées, et il est possible de vivre longtemps en bonne santé avec le VIH.

Être séropositif en prison peut être dur

Toute l’information se rapportant à ta santé devrait être confidentielle. Cependant, il peut être plus difficile de protéger la confidentialité de tes renseignements en prison qu’à l’extérieur. De plus, certains détenus pourraient croire qu’ils ont le droit de savoir s’ils partagent une cellule ou une rangée avec une personne ayant le VIH. D’autres personnes ne comprennent pas comment le VIH est transmis et ne veulent pas partager une rangée ou une cellule avec une personne séropositive, même s’il est impossible de contracter le VIH de cette manière. Les détenus séropositifs sont parfois victimes de discrimination verbale, émotionnelle ou physique. Aussi, il pourrait y avoir davantage d’obstacles aux soins de santé en prison que dans la communauté.

Malgré ces difficultés, tu as des droits que tu aies le VIH ou l’hépatite C.

En prison, tu as les droits suivants en matière de soins de santé :

  • Tu as le droit de protéger la confidentialité des renseignements se rapportant à ta santé.
  • Aucune personne n’a le droit de connaître ton statut VIH ou hépatite C, même si elle croit le contraire.
  • Tu as le droit de ne pas être victime de discrimination à cause de ton statut VIH ou hépatite C.
  • Tu as le droit de recevoir des soins de santé, même si cela n’arrive pas tout le temps.

Si tu vis avec l’hépatite C ou le VIH en prison et que tu as besoin de soutien pour défendre tes droits, tu peux appeler PASAN qui pourra offrir son soutien ou tenter de te mettre en contact avec un organisme communautaire dans ta région qui vient en aide aux détenus.

Vivre avec l’hépatite C ou le VIH : rester en santé

Si tu apprends que tu as le VIH ou l’hépatite C, tu pourras faire plein de choses pour rester en bonne santé :

  • Renseigne-toi sur les options de traitement pour l’hépatite C et le VIH. Il existe des traitements qui peuvent guérir l’hépatite C, et les traitements contre le VIH peuvent te garder longtemps en bonne santé.
  • Il peut être difficile de maintenir une alimentation saine en prison, mais fais de ton mieux.
  • Si tu as de la difficulté à manger assez de calories, essaie d’avoir accès à des suppléments nutritionnels liquides comme Ensure. Si des gens te demandent pourquoi tu prends Ensure, mais que tu ne veux pas qu’ils sachent que tu as l’hépatite C ou le VIH, tu pourrais leur dire que c’est pour un autre problème de santé comme le diabète.
  • Si tu as l’hépatite C, bois du café! Selon plusieurs études, il est possible que quelques tasses de café par jour aident à réduire le risque de dommages au foie et de cancer du foie. Si tu aimes mettre du sucre dans ton café, essaie de ne pas en mettre trop parce que cela peut nuire à ta santé.
  • Bois de l’eau. Essaie de dormir au moins 7 heures. Fais de l’exercice régulièrement. Ces mesures peuvent aider à stimuler ton appétit et à gérer ton stress.
  • Passe des examens médicaux réguliers.
  • Pour réduire ton stress, essaie de parler à une personne 
digne de ta confiance, fais de l’exercice ou de la méditation. 
Même quelques respirations profondes peuvent t’aider à te sentir plus calme.
  • Fais-toi vacciner contre les hépatites A et B si ce n’est pas déjà fait. Si tu contractais une autre infection, cela pourrait aggraver l’état de ton foie.
  • L’alcool nuit au foie, donc essaie d’arrêter ou d’en boire moins.

Si tu as le VIH et éprouves des sensations d’engourdissement, de picotement, de brûlure ou de douleur dans les orteils, les pieds, le bas des jambes, les mains ou les bras, il est possible que tu souffres d’une affection médicale appelée neuropathie.

Voici certaines choses que tu peux faire :

  • parle à quelqu’un dans le service des soins de santé; il pourra t’aider à en déterminer la cause
  • essaie de marcher moins
  • évite les souliers et les bas serrés
  • évite de rester debout pendant longtemps

Si tu prends de l’acétaminophène (Tylenol) ou de l’ibuprofène (Advil) 

Certaines personnes prennent de l’acétaminophène (Tylenol) ou de l’ibuprofène (Advil) pour combattre la douleur. Il est important de faire attention à la quantité que tu prends parce que les excès d’acétaminophène ou d’ibuprofène peuvent causer des lésions hépatiques et même l’insuffisance hépatique. Demande à ton médecin quelle est la quantité sécuritaire d’acétaminophène ou d’ibuprofène pour toi. Aussi, il peut être dangereux pour ta santé de combiner alcool et acétaminophène.

Il est bon de parler à un praticien en qui tu as confiance de tout médicament que tu aurais acheté à la cantine.

Traitement de l’hépatite C et du VIH

Il existe de bons traitements pour le VIH et l’hépatite C.

Le traitement de l’hépatite C a beaucoup changé. Les nouveaux traitements donnent des taux de guérison plus élevés, provoquent moins d’effets secondaires et durent moins longtemps. Il est possible de guérir l’hépatite C!

Pour les personnes vivant avec le VIH, les experts médicaux recommandent que le traitement commence le plus tôt possible après le diagnostic de VIH parce que les gens qui commencent rapidement le traitement profitent souvent d’une meilleure santé. Il existe de nombreux traitements contre le VIH qui sont faciles à prendre et qui provoquent peu d’effets secondaires.

Si tu veux en savoir plus sur le traitement, parle à l’infirmière ou au médecin de la prison. Tu peux également demander à consulter un spécialiste.

Tu peux aussi parler à des détenus qui en savent beaucoup sur l’hépatite C ou le VIH. Tu peux obtenir un soutien communautaire auprès de PASAN au 1-866-224-9978 ou de CATIE au 1-800-263-1638. Ces deux organismes acceptent les appels sans frais en provenance des établissements correctionnels fédéraux.

N’oublie pas que tu n’es pas seul! PASAN est une ressource fiable si tu as besoin de soutien ou d’information sur ton diagnostic et tes options de traitement, ou encore si tu as simplement besoin de parler à quelqu’un de ce que tu vis.

© 2018, PASAN et CATIE.