Vision positive

Printemps 2019 

Nouvelles du front : Le leadership, ça s’apprend!

Vous souhaitez renforcer vos compétences en leadership? Vous voulez informer les gens au sujet du VIH et outiller d’autres personnes vivant avec le VIH? Si cela vous dit — et si vous vivez en Ontario, en Colombie-Britannique ou au Québec — l’Institut de développement du leadership positif pourrait vous intéresser. Kath Webster nous en dit plus.

 

En 2009, le Pacific AIDS Network (PAN) m’a envoyée en Ontario pour une formation par et pour les personnes vivant avec le VIH. L’objectif était que j’examine l’initiative et la possibilité que nous envisagions un programme semblable en Colombie-Britannique (C.-B.). J’ai adoré mon expérience! L’Institut de développement du leadership positif (IDLP), qui s’est déroulé sur trois jours, était riche en réflexion, stimulant et offrait un espace sûr pour l’apprentissage et le partage avec d’autres personnes vivant avec le VIH. Cela a été une expérience vraiment enrichissante.

D’entrée de jeu, les formateurs ont annoncé au groupe : « Tout le monde ici vit avec le VIH ». J’ai trouvé cela poignant. Au fil des jours, j’ai réalisé à quel point c’était inspirant de voir d’autres personnes vivant avec le VIH adopter des rôles de leadership au cours de la formation. Ma confiance en moi a été renforcée et j’ai réalisé que le leadership n’est pas l’apanage des personnes charismatiques et de personnalité de type A — c’est quelque chose que l’on peut apprendre.

Je suis rentrée chez moi avec de nouveaux outils de leadership et avec la motivation de développer un IDLP dans ma province. Nos demandes de financement ont été acceptées, et une fois l’IDLP sur les rails, j’ai eu l’honneur de devenir formatrice bénévole.

La formation vise à aider les participants à concrétiser leur potentiel de leadership et à renforcer leur capacité à participer à la vie communautaire. Elle promeut les principes GIPA (implication accrue des personnes vivant avec le VIH) et MEPA (engagement significatif des personnes vivant avec le VIH) relativement à la conception de programmes et de politiques. Les principes GIPA et MEPA s’enracinent dans les droits universels des personnes vivant avec le VIH, en matière d’autodétermination et de participation aux décisions qui affectent directement nos vies.

L’IDLP comporte trois modules de formation intensifs, chacun de trois ou quatre jours. Le premier, Formation de base, explore la question « Qui suis-je en tant que leader? ». Les deux autres, Gouvernance d’un conseil d’administration et Compétences en communication, sont des formations facultatives pour ceux qui souhaitent aller plus loin. On prévoit cette année ajouter un quatrième module, Premiers soins en santé mentale.

Les objectifs principaux de l’IDLP sont que les participants :

  • identifient leurs valeurs personnelles et leur philosophie
  • développent leurs compétences en leadership, notamment en recevant et en offrant des rétroactions et en s’exerçant à parler en public et à animer des conversations
  • accroissent leur connaissance de la communauté du VIH ainsi que leur sensibilisation à son sujet

Lorsqu’un groupe diversifié de personnes vivant avec le VIH se réunit, le soutien entre pairs a souvent lieu de façon toute naturelle. La formation intensive offre aux participants une occasion d’explorer leurs compétences en leadership dans un environnement sécuritaire et compréhensif. À l’issue de la formation, les participants ont déclaré avoir une meilleure estime de soi, une attitude plus affirmative et se sentir mieux outillés pour répondre à la stigmatisation. Les finissants utilisent ensuite leurs compétences en leadership en tant que membres du conseil d’administration d’organismes communautaires, dans des postes de pairs chercheurs et bien plus encore.

Les formations de l’IDLP sont maintenant offertes en Ontario, en C.-B. et, plus récemment, au Québec; elles sont gratuites.

Ontario

L’Ontario AIDS Network (OAN) a créé le premier IDLP en 2006. Depuis, plus de 800 personnes ont suivi la formation de base dans la région de Toronto et à London. Et cette année les formations seront disponibles à Ottawa en français.

Un participant a décrit combien il se sent plus fort depuis l’IDLP qui, dit-il, l’aide à effectivement faire quelque chose plutôt que de se tenir en marge. Avant la formation, il n’aurait jamais parlé en public, et aujourd’hui il le fait avec assurance. Se trouver dans une pièce avec 20 personnes vivant avec le VIH d’horizons variés lui a ouvert les yeux et permis de constater à quel point l’épidémie a changé. Une autre participante dit qu’en suivant la formation elle a mieux compris non seulement qui elle est, mais également qui nous sommes en tant que communauté, et à quel point nous sommes forts en tant que leaders lorsque nous nous unissons.

Pour en savoir plus, visitez oan.red/pldi

Québec

En 2017, dans le cadre d’un partenariat avec l’OAN et le PAN, la COCQ-SIDA (Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida) a démarré un IDLP à Montréal. Le directeur général de la COCQ-SIDA, Ken Monteith, qui est coanimateur des formations, souligne : « Nous sommes emballés d’adapter l’IDLP en français et au contexte québécois. Nous espérons que nos finissants repartent avec une confiance en soi qui leur permettra de prendre fièrement leur place dans le mouvement du VIH. »

Ken est fier de la façon dont les méthodes fondées sur les arts ont été intégrées afin d’aider les participants à explorer leurs forces et leurs défis avec créativité. L’équipe québécoise « puise de manière créative dans son bassin d’expériences diverses en lien avec le VIH, pour aider les participants à découvrir et à comprendre leurs rôles dans la communauté du VIH et au-delà ».

La formatrice Brigitte explique : « Je suis ravie de contribuer à ce programme parce que je vois comment les participants ressortent de cette expérience de formation : confiants, rayonnants et motivés à changer le monde. Voir cela est très inspirant et gratifiant. »

Pour en savoir plus, visitez idlp.info

C.-B.

Depuis que le Pacific AIDS Network (PAN) a adopté l’IDLP en 2009, plus de 180 personnes ont suivi la formation de base. La plupart des formations sont présentées près de Vancouver; on en offre parfois aussi dans l’intérieur de la C.-B., pour rendre le programme plus accessible aux personnes de régions rurales.

Claudette Cardinal, une femme crie du territoire non cédé du peuple salish du littoral (Vancouver), affirme que cette formation l’a transformée : « Je donne plus facilement mon opinion et je suis plus ferme. Je m’implique davantage dans les organismes VIH. Je suis fière d’être une femme autochtone vivant avec le VIH et j’essaie constamment de donner aux autres le pouvoir d’agir. »

Un autre participant, Al Hungershafer, dit : « Je suis un fier finissant du programme de formation de l’IDLP. Ce programme a eu de nombreuses influences positives importantes sur ma vie, tant dans la communauté du VIH qu’à l’extérieur de celle-ci. La formation de base m’a donné un plus fort sentiment de confiance en moi; celle sur les compétences en communication a grandement amélioré ma capacité de prendre la parole devant des groupes; et celle sur les conseils d’administration m’a fourni une compréhension bien meilleure des rôles et responsabilités des administrateurs. Ce sont de grands atouts que je peux facilement mettre à profit dans plusieurs sphères de ma vie. »

Pour en savoir plus, visitez https://pacificaidsnetwork.org/training-leadership ou téléphonez au gestionnaire de l’IDLP au 604.569.1998.

Si vous vivez hors de l’Ontario, de la C.-B. ou du Québec et que vous n’avez pas accès à un IDLP, vous pouvez demander à votre organisme VIH local s’il est doté d’un bureau de conférenciers. Ces bureaux donnent à des personnes vivant avec le VIH l’occasion de partager leur expérience et de contribuer à l’éducation du public — dans des écoles, universités, centres de santé, etc. Par ce travail, les conférenciers contestent des idées fausses et la stigmatisation.
Kath Webster est active dans la communauté du VIH depuis son diagnostic, il y a plus de 20 ans. Elle a contribué, entre autres aventures, à établir l’IDLP en C.-B. Elle vit dans le bonheur sur l’île Saltspring, en C.-B.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.