TraitementActualités
228

juillet/août 2018 

Les CDC recommandent le raltégravir (Isentress) pour la PPE

Dans les cas d’une exposition possible au VIH, le recours à la PPE (prophylaxie post-exposition) s’est révélé efficace pour réduire énormément le risque d’infection par le VIH. Pour réussir, la PPE doit commencer dans les 72 heures suivant l’exposition, et il faut la prendre tous les jours pendant 28 jours consécutifs en suivant toutes les consignes à la lettre. Le remboursement de la PPE varie d’une province à l’autre et même à l’intérieur de certaines provinces; renseignez-vous sur l’accessibilité subventionnée à la PPE dans votre région auprès de votre pharmacien ou clinique de santé sexuelle.

Jusqu’à récemment, le médicament anti-VIH dolutégravir (Tivicay) était couramment utilisé dans le cadre des régimes de PPE, le plus souvent en combinaison avec les médicaments TDF et FTC. Cependant, en mai 2018, les agences de réglementation d’Europe et d’Amérique du Nord ont publié des avertissements au sujet de l’utilisation du dolutégravir durant le premier mois de la grossesse et du lien possible avec un risque accru d’anomalies congénitales.

Par conséquent, de nombreuses agences de réglementation ont recommandé que les médecins évitent de prescrire des régimes contenant le dolutégravir aux femmes séropositives en âge de procréer.

De plus, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont récemment publié un avis concernant la PPE et le dolutégravir. Selon les CDC, les professionnels de la santé qui prescrivent la PPE devraient éviter de prescrire le dolutégravir aux :

  • « femmes non enceintes en âge de procréer qui sont sexuellement actives ou qui ont été victimes d’une agression sexuelle et qui n’utilisent pas de méthode contraceptive efficace », et aux
  • « femmes enceintes dont la grossesse commence, car le risque d’anomalies du tube neural chez le bébé à naître est présent pendant les 28 premiers jours ».

Et d’ajouter les CDC :

« Le régime privilégié pour ces femmes est la combinaison raltégravir (Isentress) + ténofovir + FTC (emtricitabine). Cependant, les circonstances individuelles pourraient dicter la prise en considération d’autres options (p. ex., si le raltégravir n’était pas disponible). »

« À l’heure actuelle, les CDC recommandent que les femmes en âge de procréer passent un test de grossesse avant de commencer la PPE. Si le régime de PPE destiné à une femme enceinte doit inclure le dolutégravir, elle devrait employer une méthode contraceptive efficace jusqu’à la fin de la PPE. »

Les CDC rappellent également aux professionnels de la santé que les femmes qui n’absorbent pas une quantité suffisante de la vitamine B acide folique courent un risque accru d’accoucher d’un bébé atteint d’une malformation congénitale appelée anomalie du tube neural. « Toutes les femmes en âge de procréer, peu importe leur statut à l’égard de la grossesse, devraient recevoir au moins 400 microgrammes d’acide folique par jour », ont ajouté les CDC.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Centers for Disease Control and Prevention. Interim statement regarding potential fetal harm from exposure to dolutegravir – implications for HIV post-exposure prophylaxis (PEP). Statement. 23 May 2018.