Un guide pratique des thérapies complémentaires

Thérapie cognitivo-comportementale

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) s’efforce de modifier les schémas négatifs de pensée et de croyances pour les remplacer par d’autres plus positifs. Pour ne citer que quelques exemples de schémas négatifs de pensée, mentionnons les suivants : la minimisation des points positifs; l’amplification des points négatifs; et, la dramatisation. Dans le contexte de la TCC, de tels schémas de pensées négatives sont appelés « distorsions cognitives ».

Au travers des techniques diverses, mais liées à la TCC, comme des exercices de relaxation et la thérapie d’exposition, une personne apprend à intervenir dans le cycle de la pensée négative et remplacer les pensées négatives par des pensées positives plus réalistes. Ce genre d’intervention atténue stress et comportements voués à l’échec.

De nombreux programmes de TCC font valoir les pratiques de la méditation en pleine conscience, de sorte que les individus acquièrent une relation plus ouverte et consciente de leur schéma de pensées négatives.

La thérapie cognitivo-comportementale est offerte en groupes et en séances individuelles sous la direction d’un thérapeute de cette discipline. Diverses succursales de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) organisent souvent des programmes de TCC. Consultez votre bureau local de l’ACSM à www.cmha.ca. Dans certains cas, les séances de cette thérapie peuvent être couvertes par le régime provincial ou territorial d’assurance-maladie. La TCC a aussi été adaptée sous forme de programmes informatiques et d’exercices d’entraide, et un grand nombre de ces programmes et exercices sont accessibles en ligne.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.