Point de mire sur la prévention

Printemps 2015 

Dépistage rapide du VIH au point de service : Un examen des données probantes

par Logan Broeckaert et Laurel Challacombe

Le dépistage est la première étape, et la plus cruciale, de la cascade du traitement du VIH. Sans un dépistage périodique, en particulier chez les personnes susceptibles d’être continuellement à risque élevé de contracter l’infection, il n’y a pas moyen de connaître le statut VIH. Le dépistage rapide au point de service est une technologie qui permet, lors d’une seule et même visite, de se faire dépister et de connaître le résultat du test – habituellement en moins d’une heure.

Quelles sont les conclusions de l’examen des données?

La littérature scientifique a été examinée afin de déterminer si le dépistage rapide au point de service améliore les résultats liés au dépistage. L’examen des données a démontré que :

  1. Le dépistage rapide est réalisable : Les données indiquent que le dépistage rapide est réalisable dans une variété de sites et peut être effectué par des intervenants qui ne sont pas des fournisseurs de soins de santé (la force de la preuve est modérée).
  2. Des individus préfèrent le dépistage rapide : Les données indiquent qu’entre 40 % et 90 % des individus préfèrent un dépistage rapide (la force de la preuve est modérée). Le taux de préférence varie selon le site et le groupe à risque.
  3. Des individus accepteront le dépistage rapide : Les données indiquent qu’entre 45 % et 95 % des personnes accepteront un dépistage rapide si on leur offre (la force de la preuve est élevée). Le taux d’acceptation varie selon le site et le groupe à risque.
  4. Des individus choisiront le dépistage rapide plutôt que le dépistage conventionnel : Les données indiquent qu’entre 87 % et 97 % des personnes choisiront un dépistage rapide plutôt que conventionnel (la force de la preuve est forte).
  5. Le dépistage rapide permet de joindre des personnes qui n’ont jamais été dépistées pour le VIH : Les données indiquent qu’entre 10 % et 52 % des personnes qui passent un dépistage rapide en sont à leur premier dépistage (la force de la preuve est modérée). Cette proportion varie selon le site et le groupe à risque.
  6. Le dépistage rapide permet de joindre des personnes qui n’ont pas été dépistées récemment : Les données indiquent qu’entre 29 % et 56 % des personnes qui passent un dépistage rapide du VIH ne se sont pas fait dépister récemment pour le VIH (la force de la preuve est modérée). Cette proportion varie selon le groupe à risque.
  7. Les personnes ayant passé un dépistage rapide reçoivent leur résultat : Les données indiquent qu’entre 27 % et 100 % des personnes qui passent un dépistage rapide reçoivent le résultat du test (la force de la preuve est élevée). Cette proportion varie selon le groupe à risque.
  8. Les taux de tests de confirmation sont élevés : Les données indiquent qu’entre 70 % et 100 % des personnes qui reçoivent un résultat positif au dépistage rapide passent ensuite un test de confirmation (la force de la preuve est modérée).
  9. Le dépistage rapide permet de joindre des personnes qui vivent avec le VIH mais n’avaient pas été diagnostiquées : Les données indiquent que jusqu’à 20 % des personnes qui passent un dépistage rapide reçoivent un résultat positif (la force de la preuve est élevée). Cette proportion varie selon le site et le groupe à risque.
  10. Les personnes dont le résultat du dépistage rapide est positif sont ensuite arrimées aux soins : Les données indiquent que les personnes qui reçoivent un résultat positif au dépistage rapide du VIH sont ensuite arrimées aux soins dans une proportion allant de 22 % à 100 % (la force de la preuve est modérée). Cette proportion varie selon le site et le groupe à risque.
  11. Les personnes sont satisfaites du dépistage rapide : Des données de force modérée indiquent qu’entre 70 % et 99 % des personnes qui passent un dépistage rapide du VIH sont satisfaites du service. Le taux de satisfaction varie selon le site et le résultat du dépistage.

Les régions qui envisagent la mise en œuvre d’un programme de dépistage rapide du VIH au point de service pourraient tirer des apprentissages d’une région qui en est déjà dotée. À l’heure actuelle, au Canada, il existe un certain nombre de programmes de dépistage rapide au point de service dans plusieurs provinces; mentionnons par exemple l’un des Programmes de dépistage anonyme du VIH de l’Ontario et un programme qui offre le dépistage rapide dans des cliniques dentaires. Par ailleurs, des programmes pilotes ont porté sur le dépistage rapide fourni par les pairs et dans des prisons.

En quoi consiste cet examen des données?

Le dépistage rapide au point de service est une technologie qui permet, lors d’une seule et même visite, de se faire dépister et de connaître le résultat du test – habituellement en moins d’une heure.

Le test d'anticorps INSTI HIV-1/HIV-2 est le seul test de dépistage rapide qui est approuvé pour l’utilisation au point de service, au Canada; il ne peut être utilisé que par des intervenants qui offrent aussi le counseling avant et après le test. Le dépistage rapide est accessible par diverses modalités en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba, en Ontario et au Québec; il n’est pas offert au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse, à l’Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador, ni dans les territoires.

Cet examen des données aborde les éléments suivants :

  1. définir le dépistage rapide au point de service;
  2. démontrer la faisabilité et l’acceptabilité du dépistage rapide;
  3. démontrer que le dépistage rapide joint des personnes qui ne se sont jamais fait dépister ou qui ne l’ont pas fait souvent;
  4. démontrer que le dépistage rapide a une solide feuille de route, pour ce qui concerne la livraison du résultat à la personne testée;
  5. démontrer que le dépistage rapide joint des personnes vivant avec le VIH qui n’avaient pas encore été diagnostiquées;
  6. démontrer que les personnes qui reçoivent un résultat positif au dépistage rapide se voient ensuite arrimées adéquatement aux soins; et
  7. décrire la satisfaction à l’égard du dépistage rapide et examiner les raisons pour lesquelles on le préfère.

Pourquoi les gens devraient-ils se faire dépister pour le VIH?

Le dépistage est la première étape, et la plus cruciale, de la cascade du traitement du VIH. Sans un dépistage périodique, en particulier chez les personnes susceptibles d’être continuellement à risque élevé de contracter l’infection, il n’y a pas moyen de connaître le statut VIH.

Nous savons que les approches actuelles au test n’arrivent pas à joindre tout le monde. On estime qu’en 2001, au Canada, 25 % des personnes vivant avec le VIH/sida n’avaient pas été diagnostiquées.1 Nous savons également que certaines personnes ne se font pas dépister. Quarante-sept pour cent des Canadiens et Canadiennes n’ont jamais été dépistés pour le VIH.2 Bien que les taux de dépistage à vie soient plus élevés parmi les groupes continuellement à risque élevé, nous savons par exemple que 15 %3 des personnes s’injectant des drogues et 25 %4 des hommes gais et hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HARSAH) n’ont pas été dépistés pour le VIH au cours des deux dernières années.

Les personnes qui sont au courant de leur séropositivité peuvent obtenir des services de soins et de soutien et commencer le traitement dès qu'elles sont prêtes. Grâce aux progrès accomplis sur le plan du traitement, les personnes atteintes du VIH peuvent maintenant vivre presque aussi longtemps et en aussi bonne santé que les personnes non infectées.5,6,7,8,9 Pour profiter le plus possible du traitement antirétroviral, la recherche indique qu'il peut être nécessaire de le commencer peu de temps après avoir contracté le virus.5,10 À l'heure actuelle, cependant, de nombreuses personnes au Canada ignorent qu'elles ont le VIH jusqu'à un stade avancé de la maladie, alors que des symptômes ou des infections opportunistes commencent à apparaître.11,12 À ce stade de l'infection, le traitement antirétroviral peut aider à améliorer la santé des personnes touchées, mais moins efficacement que si elles l'avaient commencé plus tôt.12

Il est également important de savoir qu'on a le VIH afin de pouvoir prévenir la transmission du virus. Le dépistage du VIH est un élément crucial à certaines stratégies de prévention, comme la prophylaxie pré-exposition (PrEP ou PPrE) et la prophylaxie post-exposition.

De plus, une fois qu’une personne est au courant de sa séropositivité, elle adopte généralement des mesures pour réduire le risque de transmettre le VIH.13 Une fois le diagnostic posé, le traitement peut être amorcé et ceci peut contribuer à réduire davantage le risque de transmission du VIH.14

Dans le cas d’un résultat négatif au dépistage, il s’agit d’une importante occasion d’offrir de l’information et un counseling sur la prévention du VIH.

En 2013, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a publié un Guide pour le dépistage et le diagnostic de l'infection par le VIH qui vise à « réduire le nombre d’infections par le VIH non diagnostiquées au Canada en offrant aux fournisseurs de soins un cadre de travail pour explorer les options qui amélioreront leur capacité à offrir le dépistage du VIH, ainsi que pour mieux adapter leurs approches de dépistage afin de répondre aux besoins précis de leur pratique et de leurs clients ».15 Le dépistage rapide du VIH fait partie des outils mentionnés par l’ASPC comme pouvant servir à élargir les occasions de dépistage du VIH pour une gamme plus importante de clients.15

Qu’est-ce que le dépistage rapide du VIH au point de service?

Le dépistage rapide du VIH au point de service est une méthode de dépistage qui permet au client de se faire dépister et de recevoir le résultat du test lors d’une même visite. Le dépistage rapide peut être réalisé en tout lieu, contrairement aux tests conventionnels utilisant un échantillon de sang qui doit être analysé en laboratoire. Un test rapide recherche l’anticorps au VIH, dans le sang, plutôt que le virus proprement dit. Il peut s’écouler jusqu’à trois mois entre le moment de l’exposition au VIH et le moment où le dépistage peut détecter des anticorps anti-VIH dans le sang de la personne. Ce délai est appelé « période fenêtre ». Néanmoins, la plupart des personnes développent suffisamment d’anticorps anti-VIH pour qu’un dépistage rapide les détecte comme il se doit avant la fin de la période fenêtre. Une personne peut se faire dépister plus tôt, et ne devrait pas attendre la fin de la période fenêtre pour le faire. Cependant, si une personne reçoit un résultat négatif pendant la période fenêtre après une exposition, elle devrait refaire le test de dépistage après les trois mois de cette période.

Une des principales caractéristiques des dépistages rapides est leur capacité à livrer un résultat en quelques minutes. Les programmes qui offrent le dépistage rapide aux clients fournissent également un counseling pré-test et post-test, ce qui signifie que la rencontre pour le dépistage peut durer jusqu’à une heure.

Les tests rapides sont des tests de dépistage. Par conséquent, certains résultats ne peuvent être considérés comme définitifs. Par exemple, si un dépistage donne un résultat négatif (aussi appelé non-réactif) et que le client est possiblement en période fenêtre, un autre test sanguin pourrait être nécessaire pour confirmer le résultat du premier.15 Par ailleurs, si le résultat du dépistage rapide est positif (ce qu’on appelle résultat positif préliminaire, ou réactif), le client est encouragé à passer un test de confirmation. Les tests de confirmation sont effectués en faisant une prise de sang, après l’annonce du résultat préliminaire du dépistage. L’échantillon de sang est envoyé en laboratoire et le résultat est livré en une à deux semaines.

Quels types de dépistages rapides existent?

Le seul test de dépistage rapide homologué pour utilisation au Canada est le test d'anticorps INSTI HIV-1/HIV-2. Pour ce dépistage, on utilise une lancette pour piquer la peau molle sur le bout d’un doigt et prélever un peu de sang, dans lequel le test cherchera la présence d’anticorps anti-VIH. Quelques autres types de tests de dépistage utilisant du sang prélevé sur le bout d’un doigt ont été homologués dans d’autres pays, mais pas au Canada.

Un autre genre de dépistage rapide est le dépistage oral. Les dépistages oraux utilisent un échantillon de la salive du client. Le plus répandu dans cette catégorie est le test Oraquick, qui a été homologué aux États-Unis pour utilisation par des professionnels formés, mais également pour le dépistage du VIH à domicile. Aucun dépistage oral n’a encore été homologué au Canada.

Quelle est la précision du dépistage rapide?

La précision d’un test de dépistage rapide est mesurée par sa sensibilité et sa spécificité. La sensibilité correspond au pourcentage de résultats qui seront positifs lorsque le VIH est effectivement présent. La sensibilité du test de dépistage d’anticorps VIH-1/VIH-2 est de 99,6 %.16 La spécificité correspond au pourcentage de résultats qui seront négatifs lorsque le VIH est effectivement absent. La spécificité du test de dépistage d’anticorps VIH-1/VIH-2 est de 99,3%.16 Ces deux mesures indiquent que ce test de dépistage ne livre pas un grand nombre de résultats erronés. Il est très efficace pour établir correctement si une personne a le VIH ou non.

Le dépistage rapide au point de service est-il utile?

La littérature scientifique existante a été examinée afin d’établir si le dépistage rapide au point de service améliore les résultats liés au dépistage. Les détails de la méthodologie que nous avons utilisée sont expliqués à la fin de cet article. Les données présentées dans cet examen viennent d’études portant sur les tests oraux et/ou par lancette au bout du doigt. Même si les tests oraux ne sont pas offerts au Canada, nous présentons des études à leur sujet lorsque les données démontrent que la rapidité du dépistage est plus importante que le fait que le dépistage soit effectué sur un prélèvement oral. Les données sur l’autotest à domicile ne sont pas incluses.

Les données scientifiques disponibles à l’appui de chaque résultat ont été évaluées et nous avons attribué à chaque source une cote de qualité des données. Bien que l’évaluation des données laisse une marge de souplesse, les cotes ont été attribuées à partir des critères suivants :

  1. Preuves solides : au moins un examen systématique ou un corpus important d’essais cliniques randomisés (et d’études observationnelles) a conclu à la capacité de l’intervention d’influencer le résultat.
  2. Preuves modérées : au moins un essai clinique randomisé a conclu à la capacité de l’intervention d’influencer le résultat; des études observationnelles existent généralement.
  3. Preuves limitées : des études observationnelles ont conclu à la capacité de l’intervention d’influencer le résultat.
  4. Pas de preuve : il n’existe pas de recherches publiées qui ont conclu à la capacité de l’intervention d’influencer le résultat.

La force de la preuve est déterminée d’après la quantité et la qualité des données (types de méthodologies d'études) et non l’ampleur du résultat.

Le dépistage rapide est-il réalisable?

Une étude de faisabilité mesure si quelque chose peut être réalisé facilement et sans inconvénient. La faisabilité peut se mesurer de diverses façons. Des données de force modérée indiquent que le dépistage rapide est réalisable à divers endroits et utilisable correctement par des intervenants qui ne sont pas des fournisseurs de soins de la santé.

Des données issues de deux études quasi expérimentales17,18 et de deux études transversales19,20 démontrent que le dépistage rapide est réalisable dans divers lieux, y compris les saunas,17 prisons,20 cliniques d’infections transmissibles sexuellement (ITS)18 et hôpitaux.19

Trois études ont examiné si les dépistages rapides peuvent être réalisés par des personnes qui ne sont pas des professionnels des soins de la santé.21,22,23 Une étude transversale a conclu que des travailleurs ayant reçu une formation complétaient toutes les étapes du processus du dépistage dans 90 % des cas.21 Une étude quasi expérimentale dans laquelle des intervenants non professionnels des soins de la santé réalisaient le dépistage a observé que presque tous les conseillers étaient à l’aise dans la prestation du dépistage après douze semaines d’utilisation.22 Une étude quasi expérimentale a démontré que des utilisateurs non formés pouvaient réaliser le dépistage à l’aide du test d’anticorps INSTI VIH-1/VIH-2 et interpréter son résultat correctement s’ils suivaient le mode d’emploi inclus dans la trousse.23

Dépistage et diagnostic

Le dépistage est la première étape, et la plus cruciale, de la cascade du traitement du VIH. Afin qu’une personne vivant avec le VIH voie sa charge virale diminuer à un niveau indétectable, ce qui améliore la santé générale et réduit la probabilité de transmission du VIH à d’autres, elle doit recevoir un continuum de services : dépistage du VIH et diagnostic; arrimage aux soins médicaux (et autres services de santé) appropriés; soutien pendant les soins; accès au traitement antirétroviral si et quand elle est prête; et soutien pendant le traitement.

Le dépistage du VIH est le seul moyen de savoir si l’on a l’infection à VIH. Si une personne reçoit un résultat positif au dépistage du VIH, elle peut être dirigée vers des services spécialisés de soutien psychosocial et à la santé. Si le dépistage livre un résultat négatif, il s’agit d’une bonne occasion d’avoir avec la personne une conversation pour renforcer les stratégies de réduction du risque et les stratégies pour des rapports sexuels plus sécuritaires, et de la mettre en contact avec d’autres services, au besoin.

L’acceptabilité des dépistages du VIH peut se mesurer de trois façons :

  1. préférence – lorsqu’un client indique, dans un questionnaire, qu’il préfère le dépistage rapide aux autres types de dépistage;
  2. participation – lorsqu’un client accepte un dépistage rapide qui lui est offert; et
  3. choix – lorsqu’un client opte pour un dépistage rapide plutôt qu’un dépistage conventionnel.

Préférence

La préférence pour le dépistage rapide plutôt que le dépistage conventionnel, parmi les clients, est appuyée par des preuves modérées issues d’un essai clinique randomisé et contrôlé,24 un programme quasi expérimental25 et quatre études transversales.26,27,28,29 Entre 40 % et 90 % des clients ont affirmé préférer le dépistage rapide. La préférence variait selon le lieu où le test était offert et le groupe à risque dont faisait partie le client.

La préférence du dépistage rapide a été mesurée dans divers sites. Une étude transversale auprès de clients d’une clinique d’ITS a observé un taux de préférence de 90 % pour le dépistage rapide plutôt que conventionnel.27 Dans une étude transversale en prison, 88 % des détenus interrogés ont dit préférer le dépistage rapide à un dépistage conventionnel.29 Une étude transversale auprès de femmes, dans une clinique de soins primaires, a mesuré que 81 % préféraient le dépistage rapide au dépistage conventionnel.26 Dans une clinique d’ITS, 40 % des clients ont répondu préférer le dépistage rapide au dépistage conventionnel.25

Des recherches ont étudié spécifiquement la préférence pour le dépistage rapide parmi les HARSAH, qui constituent l’une des populations à risque continuellement élevé d’infection par le VIH. Un dépistage plus accessible, à bas seuil, pourrait être bénéfique à cette population. Un essai randomisé et contrôlé, auprès de HARSAH recrutés dans une clinique d’ITS, a observé que 88 % des clients préféraient un dépistage rapide au dépistage conventionnel.24 Dans une autre étude, auprès de jeunes HARSAH de couleur recrutés lors d’événements sociaux, 64 % ont exprimé leur préférence pour le dépistage rapide.28

Participation

Lorsqu’une personne se voit offrir un dépistage rapide, elle peut l’accepter ou le refuser. Lorsqu’elle accepte le test, il s’agit d’une participation.

Des preuves solides, issues de deux revues systématiques,30,31 d’un essai clinique randomisé et contrôlé,20 de 11 études quasi expérimentales32,33,34,35,36,37,38,39,40,41,42 et d’une étude transversale,43 démontrent que les clients accepteront un dépistage rapide si celui-ci leur est offert. Le taux de participation au dépistage rapide a oscillé entre 45 % et 95 %. La participation variait selon le site où le test était offert et le groupe à risque du client.

Pour la majorité, les études ont examiné la participation en milieu hospitalier, à l’urgence36,37,38,39,41 et en phase de travail et d’accouchement.32,33

La participation au dépistage rapide dans les urgences variait entre 53 % et 91 %.31,37,38,39,41 Une étude a examiné la participation parmi les jeunes aux urgences, en particulier. Une étude quasi expérimentale a observé que 87 % des jeunes acceptaient le dépistage rapide, s’il leur était offert à cet endroit.39 Ce constat est appuyé par une revue systématique qui a conclu que les taux de participation les plus élevés au dépistage rapide (variant entre 83 % et 93 %), chez les jeunes, se rencontraient aux urgences.31

Les taux de participation sont élevés parmi les femmes en phase de travail également. Une revue systématique a conclu qu’entre 83 % et 97 % des femmes enceintes acceptaient le dépistage rapide.30 De plus, deux études quasi expérimentales ont mesuré des taux de participation de 84 %33 et de 86 %.32 Des recherches sur les taux de participation ont été réalisées dans d’autres types de sites et auprès d’autres populations. Ces taux ont été mesurés chez des patients d’origine africaine et caraïbéenne en médecine familiale,40 dans des populations à risque élevé dans le contexte de services de proximité,35,42 parmi des personnes incarcérées,20 des étudiants universitaires noirs sur un campus34 ainsi que des clients d’une clinique d’ITS.43

Les taux de participation mesurés dans un essai clinique randomisé et contrôlé,20 une étude quasi expérimentale35 et une étude transversale43 ont conclu que la participation était la plus forte parmi les détenus (95 %)20, dans des populations à risque élevé utilisant un service mobile (95 %)35 et dans une clinique d’ITS (77 %).43 Les taux élevés de participation dans ces populations peuvent être dus à une sensibilisation accrue à leur risque de contracter le VIH ainsi qu’à la volonté de se faire dépister.

Des taux de participation moins élevés ont été obtenus dans certaines populations. Ces taux, mesurés dans deux études quasi expérimentales, étaient les plus bas parmi les clients africains et caraïbéens en médecine familiale (45 %)40 et des étudiants noirs sur un campus universitaire (50 %).34 Dans une étude quasi expérimentale, le taux de participation était faible également parmi des clients de travailleurs du sexe (45–50 %).42 Ces taux plus faibles dans certaines populations peuvent être attribuables au fait que les clients ne s’attendaient pas à l’offre d’un dépistage ou ne se considèrent pas comme étant à risque pour le VIH.

Les clients choisissent-ils les dépistages rapides plutôt que conventionnels?

Des études ont examiné si les clients choisissent un dépistage rapide plutôt que conventionnel, dans un contexte réel de dépistage. Le choix est différent de la participation : il concerne une décision sur le mode de dépistage utilisé. Il n’y a pas de choix à faire dans le cadre de la participation puisque seul le dépistage rapide est offert. Le choix diffère également de la préférence parce que l’option de choisir entre un dépistage rapide et un dépistage conventionnel n’est pas théorique, contrairement à la situation où les clients expriment leurs préférences dans le cas d’un sondage.

Des preuves fortes existent, issues d’une étude systématique,44 de trois études quasi expérimentales22,45,46 et d’une étude cas-témoin47 réalisées dans des cliniques d’ITS ou des programmes en matière de VIH, indiquant qu’entre 87 % et 97 % des clients choisissent un dépistage rapide plutôt que conventionnel, si le choix leur est offert.

Une étude systématique a montré une augmentation de trois fois l’utilisation du dépistage rapide comparativement au dépistage conventionnel lors d’essais contrôlés randomisés. 44

Cependant, des données d’une étude indiquent que certains clients peuvent préférer le dépistage conventionnel au dépistage rapide. Une étude transversale réalisée dans des cliniques d’ITS à Baltimore a démontré que 56 % des clients qui avaient le choix entre un dépistage rapide et un dépistage conventionnel ont choisi ce dernier.48

Le dépistage rapide joint-il des personnes qui n’ont jamais été dépistées pour le VIH?

Il est important que les stratégies de dépistage du VIH utilisent une gamme complète d’approches, afin que les gens se fassent dépister. Ceci pourra réduire le nombre de personnes jamais testées pour le VIH, et ainsi augmenter le nombre de personnes vivant avec le VIH qui sont au courant de leur statut. Le dépistage rapide est une technologie cruciale pour amener des clients à se faire dépister régulièrement pour le VIH.

Des preuves modérées, issues de six études quasi expérimentales18,34,49,50,51,52 et de trois études transversales,19,53,54 indiquent que les programmes de dépistage rapide joignent des personnes qui n’avaient jamais été dépistées pour le VIH. Selon le site du dépistage et le groupe à risque du client, entre 10 % et 52 % des clients dépistés pour le VIH avec la méthode rapide en étaient à leur premier test de dépistage.

Une étude quasi expérimentale qui a examiné les effets d’une campagne à l’échelle de la ville pour stimuler les taux de dépistage rapide a démontré que 32 % des personnes qui se sont fait dépister pour le VIH lors de cette campagne ne l’avaient jamais fait.51 Fait important, les données de l’étude ont démontré que 15 % des personnes nouvellement diagnostiquées d’infection à VIH, pendant cette campagne, en étaient à leur premier dépistage.51 Ceci porte à croire que le dépistage rapide attire des personnes qui ne s’étaient jamais fait dépister pour le VIH même si elles étaient à risque.

Des recherches démontrent également qu’une importante proportion des personnes qui ont recours au dépistage rapide dans des cliniques d’ITS et à l’urgence n’avaient jamais fait de dépistage. Ces sites peuvent être des points importants pour le dépistage de patients qui ne souhaitent pas un dépistage du VIH au cabinet de leur médecin de famille. Dans des cliniques d’ITS, y compris de proximité, trois études quasi expérimentales ont constaté qu’entre 30 % et 52 % des clients dépistés pour le VIH à l’aide d’un test rapide ne s’étaient jamais fait dépister.18,34,49 De plus, une étude transversale a conclu que 52 % des patients dépistés pour le VIH à l’urgence, par un test rapide, n’avaient jamais fait de dépistage.19

On observe également des données populationnelles indiquant que le dépistage rapide joint des personnes jamais dépistées, dans des populations spécifiques. La recherche démontre que plusieurs femmes et hommes hétérosexuels qui recourent à un dépistage rapide en sont à leur premier test. Deux études transversales ont conclu que plus de 50 % des femmes et des hommes hétérosexuels en étaient à leur premier dépistage du VIH.53,54 Le dépistage rapide joint aussi des HARSAH jamais dépistés. Une étude quasi expérimentale a observé que 10 % des HARSAH recourant au dépistage rapide en étaient à leur premier test.52 Une étude transversale a conclu que 24 % des HARSAH recourant au dépistage rapide en étaient à leur premier test.54 En outre, le dépistage rapide permet également de joindre des personnes jamais dépistées pour le VIH dans les populations trans. Une étude quasi expérimentale auprès de personnes trans a observé que 8,1 % des hommes trans recourant au dépistage rapide en étaient à leur premier test pour le VIH.50

Le dépistage rapide permet-il de joindre des personnes qui ne se font pas dépister régulièrement?

Des données semblent indiquer que la plupart des personnes à risque continu de contracter le VIH se sont fait dépister au moins une fois.3,4 Cependant, les taux de dépistage récent dans ces groupes à risque élevé sont plus faibles.3,4 Le dépistage périodique est important pour les personnes exposées continuellement à un risque élevé d’infection par le VIH. L’ASPC recommande un dépistage annuel (ou plus fréquent) pour les personnes à risque élevé continuel.15

Des preuves modérées issues de quatre études quasi expérimentales indiquent que le dépistage rapide aide à joindre des personnes qui ne se font pas dépister périodiquement pour le VIH.49,50,51,52 L’intégration du dépistage rapide dans les stratégies de dépistage en vigueur pourrait être un moyen efficace de stimuler une augmentation du dépistage périodique. Entre 29 % et 56 % des clients ayant passé un dépistage rapide ne s’étaient pas fait dépister périodiquement pour le VIH. Ceci variait selon le groupe à risque.

Fait crucial, les programmes de dépistage rapide joignent des personnes de populations clés qui sont à risque continu d’infection par le VIH, comme les femmes trans et les HARSAH, et qui n’ont pas passé récemment de dépistage du VIH. Une étude quasi expérimentale a observé que 46 % des femmes trans qui avaient eu recours au dépistage rapide n’avaient pas été dépistées pour le VIH dans l’année précédente.50 Une autre étude quasi expérimentale, auprès de HARSAH, a observé que 29 % de ceux qui avaient eu recours au dépistage rapide n’avaient pas été dépistés pour le VIH au cours des deux années précédentes.52 Des données issues d’une étude quasi expérimentale, consistant en un travail de proximité pour offrir le dépistage dans des groupes à risque élevé, indiquent que 43 % des participants n’avaient pas été dépistés au cours de l’année précédente.49 Les groupes de participants étaient des communautés ethniques, des personnes ayant des partenaires sexuels multiples ainsi que des HARSAH.

Une campagne de dépistage à l’échelle d’une ville a constaté que 56 % des personnes ayant eu recours au dépistage rapide n’avaient pas été dépistées dans l’année précédente.51

Annonce du résultat

L’un des obstacles à la réception du résultat du dépistage par les clients d’un dépistage conventionnel est la nécessité de retourner une ou deux semaines plus tard pour l’obtenir. Si le client ne retourne pas, il ne reçoit pas le résultat de son dépistage. Le dépistage rapide livre son résultat lors de la même visite, ce qui est un avantage car cela augmente la probabilité que le client soit informé du résultat de son dépistage.

Des preuves solides, issues d’une étude systématique 44, d’une méta-analyse,55 d’une revue de la littérature,56 de quatre essais cliniques randomisés et contrôlés,20,57,58,59 de huit études quasi expérimentales,22,34,60,61,62,63,64,65 d’une étude cas-témoin66 et de deux études transversales67,68 indiquent que les clients dépistés pour le VIH à l’aide d’un test rapide en recevront très probablement le résultat. Selon le site du test et la population, entre 27 % et 100 % des clients ont reçu le résultat de leur dépistage rapide.

Une étude systématique a montré que les participants dépistés à l’aide d’un test rapide comparativement aux participants dépistés à l’aide d’un test conventionnel étaient deux fois plus susceptibles de recevoir leurs résultats. 44

Plusieurs études ont comparé la proportion de sujets testés ayant reçu leur résultat en situation de dépistage rapide et de dépistage conventionnel : une méta-analyse,55 deux essais cliniques randomisés et contrôlés,57,58 deux études quasi expérimentales22,60 et une étude cas-témoin.66 La méta-analyse a conclu que les clients en dépistage rapide ont entre 1,5 et 2,2 plus de chances que ceux en dépistage conventionnel de recevoir leur résultat.55

Les autres études ont examiné si un plus grand nombre de clients avaient reçu le résultat de leur dépistage rapide que ceux ayant eu un dépistage conventionnel, dans des hôpitaux, un programme de dépistage anonyme du VIH, de même que parmi des vétérans. Les données incluent un essai clinique randomisé et contrôlé qui a constaté que 95 % des patients d’un hôpital avaient reçu le résultat de leur dépistage rapide, en comparaison avec 43 % dans le cas d’un dépistage conventionnel.57 Une étude quasi expérimentale parmi des jeunes, dans un hôpital, a conclu à des taux de réception du résultat dans 91 % des cas de dépistage rapide, en comparaison avec 47 % pour le dépistage conventionnel.60 De plus, une étude cas-témoin auprès de patients dans un hôpital a observé que 100 % de ceux ayant eu un dépistage rapide ont reçu leur résultat avant leur congé de l’hôpital, en comparaison avec 84 % dans le cas du dépistage conventionnel.66

Une étude quasi expérimentale a comparé les taux de résultats annoncés à la suite de dépistages rapides et de dépistages conventionnels, dans un programme de test anonyme du VIH : 100 % des résultats de dépistage rapide avaient été annoncés aux clients, contre 86 % dans le cas du dépistage conventionnel.22

En outre, un essai clinique randomisé et contrôlé a examiné les taux d’annonce des résultats de dépistages rapides et conventionnels parmi des vétérans. Ce taux a été de 80 % pour le dépistage rapide et de 15 % pour le dépistage conventionnel.58

En marge des études ayant comparé les taux de réception des résultats de clients en dépistage rapide et conventionnel, des recherches ont fait état de taux de réception des résultats de dépistage rapide, en l’absence d’un groupe témoin ou sans comparaison au dépistage conventionnel.

Ces recherches abondent dans le sens des conclusions d’études dotées de groupes témoins, et elles livrent des données d’autres sites et pour d’autres populations, indiquant que les clients en dépistage rapide ont de très fortes chances d’apprendre le résultat de leur test. Ces recherches incluent une revue de la littérature,56 deux essais cliniques randomisés et contrôlés,20,59 six études quasi expérimentales34,61,62,63,64,65 et deux études transversales.67,68

Une revue de la littérature a livré des données selon lesquelles les pourcentages de clients ayant reçu le résultat de leur dépistage rapide varient entre 27 % et 100 %.56 Les deux extrêmes de cet écart viennent d’une étude quasi expérimentale qui a utilisé une technologie de dépistage plus ancienne et qui demandait plus de temps pour livrer un résultat, et qui a été réalisée dans une unité d’urgence, où le délai d’attente pour le résultat a tendance à être plus long que dans d’autres milieux.

Les recherches recensées fournissent des données probantes indiquant que le pourcentage de clients qui reçoivent leur résultat est très élevé dans divers types de sites, notamment :

  • les cliniques d’ITS – 99 %62,63
  • les initiatives mobiles de proximité – 100 %67
  • les prisons – 100 %20
  • les saunas – 99-100 %64,65 et
  • les unités d’urgence – 89 %68

Les recherches recensées présentent également des données probantes indiquant que le pourcentage de clients qui reçoivent leur résultat est très élevé dans diverses populations, notamment :

  • les jeunes – 96 %61
  • les probationnaires – de 93 % à 100 %59 et
  • les étudiants universitaires noirs – 100 %34

Test de confirmation

Bien que les trousses de dépistage rapide du VIH présentent des normes élevées de sensibilité et de spécificité (ce qui signifie que les résultats sont exacts la plupart du temps), les résultats de dépistage qui sont négatifs lors de la période fenêtre ultérieure à une activité à risque ainsi que tout résultat réactif devraient être confirmés à l’aide d’un dépistage standard sur prélèvement sanguin.15 Ce dépistage est appelé « test de confirmation ». Un résultat réactif d’un dépistage rapide n’est que la première étape du diagnostic du VIH.

Des preuves modérées issues d’une étude quasi expérimentale49 et de deux études transversales69,70 indiquent que les personnes qui reçoivent un résultat réactif d’un dépistage rapide recourent au test de confirmation. Ces recherches indiquent qu’entre 70 % et 100 % des clients ayant reçu un résultat réactif au dépistage rapide passent ensuite un test de confirmation.48,69,70

Les programmes de dépistage rapide repèrent-ils des personnes qui vivent avec le VIH et ne sont pas au courant de leur infection?

Les programmes de dépistage du VIH – qu’ils utilisent des tests rapides ou conventionnels – sont importants parce qu’ils offrent aux clients l’occasion de connaître leur statut VIH.

Afin d’évaluer si les programmes de dépistage rapide joignent des personnes qui vivent avec le VIH et ne sont pas au courant de leur infection, un moyen est d’examiner les taux de positivité. Le taux de positivité d’un programme de dépistage rapide est déterminé par le nombre de personnes nouvellement diagnostiquées du VIH, divisé par le nombre total de personnes ayant fait le dépistage dans le cadre du programme.

Des preuves solides issues de deux essais cliniques randomisés et contrôlés,20,71 de 27 études quasi expérimentales,17,18,22,25,3233,34,35,36,37,38,39,40,41,42,45,46,49,50,52,62,63,65,72,73,74,75 et de neuf études transversales19,53,54,67,69,70,76Eu B, Roth N, Stoové M, et al. Rapid HIV testing increases the rate of HIV detection in men who have sex with men: using rapid HIV testing in a primary care clinic. Sexual Health. 2014;11(1):89–9.,77 indiquent que les programmes de dépistage rapide joignent des personnes qui vivent avec le VIH mais qui ne sont pas au courant de leur infection. Les taux de positivité variaient entre 0 % et 20 %, selon le lieu de dépistage et le groupe à risque des clients.

Les taux de positivité varient selon le site du dépistage, comme suit :

  • cliniques d’ITS  – 0,01-3,9 %18,45,46,62,63,78
  • programmes spécifiques au dépistage du VIH – 0,8-20 %22,25,69,77
  • initiatives de proximité et sites mobiles – 0,4-15,4 %35,36,49,54,67,70,78
  • unités d’urgence – 0-3,2 %19,37,38,39,41,63,71,72
  • cliniques de soins primaires – 0,02-2,1 %40,53
  • centres de détention – 0-0,9 %20,63
  • cliniques dentaires – 0,53 %76

Les milieux présentant les taux de positivité les plus élevés incluaient des sites qui attirent des personnes susceptibles d’être à risque plus élevé d’infection par le VIH, notamment les cliniques d’ITS, les programmes réservés au dépistage du VIH ainsi que les lieux visités pour des services de proximité. D’autres sites, comme les unités d’urgence et les cliniques de soins primaires, ont également vu parmi leurs clients des personnes vivant avec le VIH qui n’étaient pas au courant de leur infection, mais dans une moindre mesure. Ces sites peuvent être importants pour dépister le VIH chez des personnes qui ne se considèrent pas à risque élevé pour le VIH mais qui peuvent néanmoins avoir besoin d’un dépistage.

Les taux de positivité varient également selon la population :

  • femmes trans – 12 %50
  • HARSAH – 2-5,8 %17,51,64,73,74
  • femmes en phase de travail (accouchement) – 0,007-0,7 %32,33
  • clients de travailleurs du sexe  – 0 %42,73
  • étudiants universitaires noirs – 0 %34

Les taux de positivité les plus élevés, par population, se rencontraient parmi les femmes trans et les HARSAH, deux populations connues comme étant à risque continu d’infection par le VIH.

Le dépistage rapide joint-il les personnes séropositives au VIH à une phase moins avancée de l’infection?

En raison d’un nombre réduit d’obstacles, le dépistage rapide offre un potentiel de diagnostiquer les gens plus tôt dans le cours de l’infection. Ceci pourrait réduire le nombre de clients qui retardent le moment de se faire diagnostiquer. Nous savons que l’amorce plus précoce des soins peut avoir des effets positifs considérables pour la santé des personnes vivant avec le VIH.

Des preuves modérées, issues d’un essai clinique randomisé et contrôlé,79 de deux études quasi expérimentales52,65 et de trois études transversales21 indiquent que les dépistages rapides permettent de joindre des personnes plus tôt dans le cours de leur infection à VIH.

Deux études quasi expérimentales ont conclu que les programmes de dépistage rapide identifient des HARSAH en phase aiguë ou primaire de l’infection; ceci a été mesuré par dépistage groupé ou à l’aide d’un algorithme de tests sérologiques pour déceler la séroconversion récente au VIH. Ces deux études ont observé qu’entre 33 % et 40 % des HARSAH ayant reçu un résultat positif au dépistage étaient aux premières phases de l’infection.52,65

Deux études ont également démontré que le dépistage rapide joint des personnes plus tôt dans le cours de l’infection, mais pas nécessairement aux premières phases.21,79 Un essai clinique randomisé et contrôlé, réalisé dans 40 cliniques de soins primaires, a comparé les comptes de CD4+ des personnes dépistées pour le VIH à l’aide du test rapide et ceux des personnes ayant reçu les soins conventionnels. Cet essai a observé que le compte médian de CD4+ parmi les personnes en dépistage rapide était de 369 cellules/microlitre, en comparaison à 194 cellules/microlitre pour le groupe en soins conventionnels.79 Des comptes plus élevés de CD4+ indiquent un système immunitaire plus fort – et une infection plus récente. Par ailleurs, une étude transversale réalisée dans un programme de test pour les HARSAH a permis de constater que ceux qui passaient un dépistage rapide avaient un compte médian de 550 CD4+/mm3, ce qui est plus élevé que dans le cadre de programmes de dépistage traditionnel.21

Les personnes dont le dépistage rapide est positif sont-elles arrimées adéquatement aux soins?

Après un diagnostic d’infection à VIH, la personne devrait idéalement consulter un fournisseur de soins primaires pour le VIH, afin que sa santé soit surveillée et que le soutien psychosocial dont elle peut avoir besoin lui soit offert. L’amorce précoce des soins et d’un traitement peut avoir des conséquences positives considérables sur les résultats de santé des personnes vivant avec le VIH.

L’arrimage réussi aux soins se définit de diverses façons. La définition peut inclure l’acceptation, par le client, d’une référence, sa présence à un premier rendez-vous spécifique au VIH, et une visite à un spécialiste au cours de la récente année.

Des preuves modérées issues d’une revue de la littérature,56 de huit études quasi expérimentales18,36,37,49,62,63,65,80 et de huit études transversales19,21,68,70,76,81,82,83 indiquent que les clients ayant reçu un résultat positif d’un dépistage rapide sont arrimés adéquatement à des soins.  Entre 22 % et 100 % des clients trouvés séropositifs après un dépistage rapide ont été arrimés aux soins. Ce taux variait selon le site du dépistage et le groupe à risque du client.

Une revue de la littérature a recensé des taux d’arrimage aux soins, pour les clients en dépistage rapide, variant entre 47 % et 100 %.56 Une variété d’études appuient ce constat.

Les taux d’arrimage aux soins varient selon le milieu où la personne a été dépistée pour le VIH et diagnostiquée. En voici un aperçu :

  • hôpitaux – 80-100 %19,37,63,68,81
  • cliniques d’ITS et programmes de dépistage du VIH – 86-100 %18,62,63,80,82,83
  • lieux communautaires – 80 %21
  • cliniques dentaires – 79 %76
  • refuges – 87 %70
  • saunas – 75 %65
  • sites de services de proximité – 64-100 %36,49
  • prisons – 22 %62

Des recherches ont examiné spécifiquement l’arrimage aux soins parmi des HARSAH ayant reçu un résultat positif à un dépistage rapide du VIH. Deux études quasi expérimentales65,80 et une étude transversale21 ont établi qu’entre 75 % et 100 % avaient été adéquatement arrimés aux soins.

Résultats déclarés par les clients

La satisfaction des clients à l’égard du dépistage rapide du VIH est un élément important pour faire en sorte qu’ils continuent de recourir périodiquement au dépistage. Des données modérées issues d’une revue de la littérature,56 d’une étude quasi expérimentale46 et de deux études transversales21,77 indiquent que les clients sont satisfaits de leur expérience du dépistage rapide. Entre 70 % et 99 % des clients en étaient satisfaits. La satisfaction varie selon l’endroit où le test a été effectué et selon le résultat, positif ou négatif, du client.

Une revue de la littérature a observé que 97 % des personnes ayant eu recours à un dépistage rapide du VIH recommanderaient le test à d’autres, ce qui indique qu’elles ont été satisfaites de leur expérience.56 Deux études – l’une, quasi expérimentale, réalisée dans une clinique d’ITS, et l’autre, transversale, dans le cadre d’un programme de dépistage rapide – ont établi que 99 % des clients avaient été satisfaits de leur expérience.46,77

La satisfaction à l’égard de l’expérience de dépistage peut être affectée par le résultat du test. Une étude a différencié les taux de satisfaction des clients ayant reçu un résultat négatif et ceux ayant reçu un résultat positif au dépistage. Elle a conclu que 92 % des clients ayant reçu un résultat négatif étaient satisfaits, en comparaison avec 70 % de ceux ayant reçu un résultat positif.21

Pourquoi des clients préfèrent-ils le dépistage rapide?

Des connaissances sur les raisons pour lesquelles des clients préfèrent le dépistage rapide au dépistage conventionnel peuvent nous aider à améliorer le recours au dépistage rapide dans le futur. Les raisons de la préférence de clients pour le dépistage rapide plutôt que conventionnel peuvent également fournir des éléments de connaissances utiles sur les obstacles au dépistage du VIH et aider les concepteurs de programmes à atténuer ces facteurs.

Des preuves solides, issues d’une revue systématique,31 de trois études quasi expérimentales60,84,85 et de six études transversales28,29,55,69,78,86 indiquent que les clients préfèrent le dépistage rapide à cause de la rapidité avec laquelle on reçoit son résultat.

Une revue systématique a observé que 90 % des clients ayant utilisé le dépistage rapide du VIH préfèrent ce test en raison de la plus grande rapidité de son résultat.31 Le choix du dépistage rapide pour son résultat plus rapide a été cité dans l’ensemble des populations de personnes dépistées. Parmi les HARSAH, entre 85 % et 90 % ont aimé recevoir le résultat le jour même.28,78,86 Parmi les détenus, 98 % ont également mentionné le résultat plus rapide comme étant la raison pour laquelle ils préféraient le dépistage rapide.29 Dans une autre étude, 84 % des jeunes ont nommé la rapidité du résultat comme étant la raison de leur préférence pour le dépistage rapide.85 Deux études quasi expérimentales60,84 et deux études qualitatives55,6 documentant les points de vue de clients en matière de dépistage du VIH ont observé que les clients aimaient connaître leur résultat rapidement.

Deux études ont conclu que la raison pour laquelle certains clients peuvent préférer un dépistage rapide est le fait de ne pas avoir besoin d’une seconde visite pour connaître le résultat.28,69 Une étude réalisée parmi de jeunes HARSAH de couleur a observé que 2 % des participants préféraient un dépistage rapide parce qu’ils croyaient qu’ils ne retourneraient peut-être pas au site pour être informés du résultat d’un test conventionnel.28 Une étude réalisée auprès de clients afro-américains d’un programme de dépistage rapide a constaté que les clients aimaient le dépistage rapide parce qu’ils n’avaient pas besoin de retourner au site pour être informés de leur résultat.69

En outre, des données indiquent que l’annonce rapide du résultat atténue l’anxiété associée au dépistage.28,69 Une étude réalisée auprès de jeunes HARSAH de couleur a observé que 7 % préféraient un dépistage rapide parce qu’ils étaient trop anxieux pour attendre le résultat.28 Une autre étude, réalisée auprès de clients afro-américains d’un programme de dépistage rapide, a conclu que les clients appréciaient le dépistage rapide parce que le fait de connaître rapidement leur résultat réduisait leur anxiété et leur stress.69

Le dépistage rapide est-il dispendieux?

Puisque chaque trousse de dépistage rapide coûte plus cher qu’un dépistage conventionnel, le dépistage rapide du VIH est plus dispendieux par test réalisé. Cependant, des recherches donnent à penser que le dépistage rapide offre un meilleur rapport coût-efficacité que le dépistage conventionnel, lorsque le nombre de personnes recevant leur résultat est pris en compte dans l’équation. Étant donné que le dépistage rapide conduit à l’annonce d’un plus grand nombre de résultats que le dépistage conventionnel, le coût général par résultat annoncé au client est moins élevé.87

Tableau de synthèse : données à l’appui des résultats du dépistage rapide

 

Solides

Modérées

Limitées

Aucunes

Contradictoires

Inefficaces

Faisabilité

 

x

 

 

 

 

Préférence des clients

 

x

 

 

 

 

Participation au dépistage

X

 

 

 

 

 

Clients choisissant un dépistage rapide plutôt que conventionnel

x

 

 

 

 

 

Dépistage joignant des personnes jamais testées

 

 

x

 

 

 

Dépistage joignant des personnes qui ne se font pas dépister périodiquement

 

 

x

 

 

 

Clients recevant leur résultat

x

 

 

 

 

 

Clients faisant un test de confirmation

 

x

 

 

 

 

Taux de positivité du dépistage

 

x

 

 

 

 

Diagnostic du client plus tôt dans le cours de la maladie

 

x

 

 

 

 

Arrimage du client aux soins

 

 

x

 

 

 

Satisfaction du client

 

x

 

 

 

 

Qu’est-ce que cela signifie pour les régions qui envisagent un programme de dépistage rapide?

Des données indiquent que le dépistage rapide au point de service, dans divers sites et diverses populations, est réalisable. Les données indiquent également que des intervenants qui ne sont pas des fournisseurs de soins de santé peuvent réaliser adéquatement ce test.

Le dépistage rapide peut améliorer les taux de dépistage et de diagnostic. Ceci est particulièrement vrai dans le cas d’hôpitaux, où des taux élevés de participation ont été observés à l’unité d’urgence, où des médecins font passer aux patients un certain nombre de tests diagnostiques. Les taux sont élevés également parmi les femmes enceintes (pendant la grossesse ainsi que le travail et l’accouchement). Ceci pourrait être attribuable à la normalisation du dépistage du VIH chez les femmes enceintes.

On trouve également que des données appuient la conclusion voulant que les programmes de dépistage rapide incitent des personnes jamais testées à se faire dépister pour le VIH pour la première fois; qu’ils attirent des clients qui ne se sont pas fait dépister périodiquement mais qui devraient le faire; et qu’ils joignent des personnes qui vivent avec le VIH mais qui ne sont pas au courant de leur infection. Le sites enregistrant les taux de positivité les plus élevés incluent des milieux qui attirent des personnes susceptibles d’être à risque élevé d’infection par le VIH, notamment les cliniques d’ITS, les programmes spécifiques de dépistage du VIH ainsi que les lieux où sont offerts des services de proximité.

Des sites comme les unités d’urgence et les cliniques de soins primaires ont également dépisté le VIH chez des personnes qui n’étaient pas au courant de leur infection, mais dans une moindre mesure. Ces sites pourraient être importants pour le dépistage chez des personnes qui ne se considèrent pas à risque élevé pour le VIH mais qui pourraient néanmoins avoir besoin d’un dépistage.

Faits cruciaux, des données indiquent également que les clients accepteront le dépistage rapide s’il leur est offert; que des clients préfèrent le dépistage rapide au dépistage conventionnel; et que les clients – qui ont reçu un résultat négatif et qui ont reçu un résultat positif – sont satisfaits de leur expérience du dépistage rapide. En outre, des données indiquent que les clients recevant un résultat positif sont arrimés adéquatement aux soins pour le VIH.

Les régions qui envisagent un programme de dépistage rapide au point de service pourraient souhaiter s’informer sur le sujet auprès d’une région qui est déjà dotée d’un tel programme. À l’heure actuelle, au Canada, on compte un certain nombre de programmes de dépistage au point de service, comme l’un des Programmes de dépistage anonyme du VIH de l’Ontario et un programme qui offre le dépistage rapide dans des cliniques dentaires. Récemment, par ailleurs, des programmes pilotes ont offert le dépistage rapide fourni par les pairs et dans des prisons.

Méthodologie

Cette revue est fondée sur des recherches à l’aide de « PubMed, CINAHL, Embase, PsycINFO, Medline, LGBT Life et Google Scholar. Les termes de recherche par mot-clé étaient : « rapid », « test* », « screen* », « HIV, point of care », « point of service », « bathhouse », « street », « receipt », « anxi* », « cost* », « feasib* », « accept* », « uptake », « link* », « facilitat* », « impact », « accura* » et « effectiv* » – parmi lesquels l’astérisque indique que la recherche a été effectuée pour toutes les variantes incluant le mot ou la partie de mot (p. ex., « accurate », « accuracy », etc). Les mots clés géographiques incluaient « Canada » et les noms de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada. Les termes de recherche MeSH incluaient « HIV infection/diagnosis » et « HIV seropositivity/diagnosis ». Les listes de références d’articles pertinents ont également été examinées afin d’y relever des titres additionnels. La recherche a porté sur les études nord-américaines pertinentes au dépistage rapide au Canada.

Ressource

Méthodologies d'études – Université d’Ottawa

Références

  • 1. Agence de la santé publique du Canada. Résumé : estimations de la prévalence et de l'incidence du VIH au Canada, 2011. [Internet]. Division de la surveillance et de l'épidémiologie, Division des lignes directrices professionnelles et des pratiques de santé publique, Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada; 2012. Disponible à : http://www.catie.ca/sites/default/files/Estimations-de-la-prevalence-et-de-lincidence-du-VIH-au-Canada-2011.pdf
  • 2. The CIHR Social Research Centre. HIV/AIDS in Canada: A National Survey. Available from: http://www.srchiv.ca/NationalSurvey/highlights-at-a-glance/ [accessed 30 November, 2014]
  • 3. a. b. c. Tarasuk J, Ogunnaike-Cooke S, Archibald CP. Descriptive Findings from a national enhanced HIV surveillance system, I-Track Phase 3 (2010-2012): Sex-based analysis of injecting, sexual and testing behaviours among people who inject drugs. Poster presented at: 22nd Annual Canadian Conference on HIV/AIDS Research; 2013 Apr 11; Vancouver.
  • 4. a. b. c. Centre for Communicable Diseases and Infection Control (Canada). M-Track: Surveillance améliorée de l'infection à VIH, des infections transmissibles sexuellement et par le sang et des comportements à risque associés chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes au Canada, rapport de la phase 1. 2011. Disponible à : http://librarypdf.catie.ca/pdf/ATI-20000s/26403_F.pdf
  • 5. a. b. May M, Gompels M, Sabin C. Life expectancy of HIV-1-positive individuals approaches normal conditional on response to antiretroviral therapy: UK Collaborative HIV Cohort Study. Journal of the International AIDS Society. 2012 Nov 11;15(6(Suppl 4)). Available from: http://www.jiasociety.org/index.php/jias/article/view/18078 [accessed 30 November, 2014]
  • 6. a. b. Johnson LF, Mossong J, Dorrington RE, et al. Life Expectancies of South African Adults Starting Antiretroviral Treatment: Collaborative Analysis of Cohort Studies. Celentano DD, editor. PLoS Medicine. 2013 Apr 9;10(4):e1001418.
  • 7. Van Sighem A, Gras L, Reiss P, et al. Life expectancy of recently diagnosed asymptomatic HIV-infected patients approaches that of uninfected individuals: AIDS. 2010 Jun;24(10):1527–35.
  • 8. Nakagawa F, Lodwick RK, Smith CJ, et al. Projected life expectancy of people with HIV according to timing of diagnosis: AIDS. 2012 Jan;26(3):335–43.
  • 9. Nakagawa F, May M, Phillips A. Life expectancy living with HIV: recent estimates and future implications. Current Opinion in Infectious Diseases. 2013 Feb;26(1):17–25.
  • 10. The Cochrane Collaboration, editor. Cochrane Database of Systematic Reviews: Protocols. Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd; 1996.
  • 11. Althoff KN, Gange SJ, Klein MB, et al. Late presentation for human immunodeficiency virus care in the United States and Canada. Clinical Infectious Diseases. 2010 Jun;50(11):1512–20.
  • 12. a. b. Fisher M. Late diagnosis of HIV infection: major consequences and missed opportunities. Current Opinion in Infectious Diseases. 2008;21(1):1–3.
  • 13. Marks G, Crepaz N, Senterfitt JW, et al. Meta-analysis of high-risk sexual behavior in persons aware and unaware they are infected with HIV in the United States: implications for HIV prevention programs. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2005;39(4):446–53.
  • 14. Cohen M, Chen YQ, Macauley M, et al. Prevention of HIV-1 infection with early antiretroviral therapy. New England Journal of Medicine. 365(6):493–505.
  • 15. a. b. c. d. e. Agence de la santé publique du Canada, Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections. Virus de l'immunodéficience humaine : Guide pour le dépistage et le diagnostic de l'infection par le VIH. 2012. Disponible à : http://www.catie.ca/sites/default/files/FR_Guide-pour-le-depistage-et-le-diagnostic-de-linfection-par-le-VIH-2013.pdf
  • 16. a. b. bioLytical Laboratories. Results from a multi-centre Canadian clinical trial of a rapid HIV antibody test for use in point-of-care, clinical and laboratory settings. bioLytical Laboratories. 2004 [cited 2014 Aug 13]. Disponible à : http://www.biolytical.com/results.html [consulté le 30 novembre 2014]
  • 17. a. b. c. d. Huebner DM, Binson D, Dilworth SE, et al. Rapid vs. standard HIV testing in bathhouses: What is gained and lost? AIDS and Behavior. 2010 Jun;14(3):688–96.
  • 18. a. b. c. d. e. f. g. h. MacPherson P, Chawla A, Jones K, et al. Feasibility and acceptability of point of care HIV testing in community outreach and GUM drop-in services in the North West of England: a programmatic evaluation. BMC Public Health. 2011;11(1):419.
  • 19. a. b. c. d. e. f. g. h. Becker ML, Thompson LH, Pindera C, et al. Feasibility and success of HIV point-of-care testing in an emergency department in an urban Canadian setting. Canadian Journal of Infectious Diseases & Medical Microbiology. 2013;24(1):27.
  • 20. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. k. Beckwith CG, Atunah-Jay S, Cohen J, et al. Feasibility and acceptability of rapid HIV testing in jail. AIDS Patient Care and STDs. 2007 Jan;21(1):41–7.
  • 21. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. Champenois K, Le Gall J-M, Jacquemin C, et al. ANRS–COM’TEST: description of a community-based HIV testing intervention in non-medical settings for men who have sex with men. BMJ Open [Internet]. 2012 [cité le 24 juin 2014];2(2). Disponible à : http://bmjopen.bmj.com/content/2/2/e000693.short [consulté le 30 novembre 2014]
  • 22. a. b. c. d. e. f. g. h. San Antonio-Gaddy M, Richardson-Moore A, Burstein GR, et al. Rapid HIV antibody testing in the New York State Anonymous HIV Counseling and Testing Program: experience from the field. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2006;43(4):446–50.
  • 23. a. b. Galli RA, Green KF, La Marca A, et al. Evaluation of the accuracy and ease of use of a rapid HIV-1 Antibody Test performed by untrained operators at the point of care. Journal of Clinical Virology. 2013 Dec;58:e65–9.
  • 24. a. b. Read TRH, Hocking JS, Bradshaw CS, et al. Provision of rapid HIV tests within a health service and frequency of HIV testing among men who have sex with men: randomised controlled trial. British Medical Journal. 2013 Sep 4;347(sep04 1):f5086–f5086.
  • 25. a. b. c. d. Fielden S, Lindegger M, Pedersen H, et al. Evaluation Findings from the Pilot Phase of BC’s Provincial Point of Care HIV testing Program: The First 18 Months. 2013. Available from: http://www.bccdc.ca/NR/rdonlyres/0A26E458-1D17-4404-AB05-A81DE8B69260/0/CPS_POC_Program_Eval_Report_20130823.pdf [accessed 30 November, 2014]
  • 26. a. b. Schwandt M. Preferences for rapid point-of-care hiv testing in a female primary care population. 2011; Journal of the International Association of Physicians in AIDS Care. 2012;11(3):157–63.
  • 27. a. b. Lewis NM. Preferences for point-of-care testing in Nova Scotia, Canada. Sexual Health. 2013;10(2):124–32.
  • 28. a. b. c. d. e. f. g. h. Cohall A, Dini S, Nye A, et al. HIV testing preferences among young men of color who have sex with men. American Journal of Public Health. 2010;100(10):1961.
  • 29. a. b. c. d. Beckwith CG, Cohen J, Shannon C, et al. HIV testing experiences among male and female inmates in Rhode Island. Rheumatology Network. 2007 Sep;17(9):459.
  • 30. a. b. Pai NP, Tulsky JP, Cohan D, et al. Rapid point-of-care HIV testing in pregnant women: a systematic review and meta-analysis: Rapid HIV testing for pregnant women. Tropical Medicine & International Health. 2007 Jan 11;12(2):162–73.
  • 31. a. b. c. d. e. Turner SD, Anderson K, Slater M, et al. Rapid point-of-care HIV testing in youth: A systematic review. Journal of Adolescent Health. 2013 Dec;53(6):683–91.
  • 32. a. b. c. d. e. Jamieson DJ, Cohen MH, Maupin R, et al. Rapid human immunodeficiency virus-1 testing on labor and delivery in 17 US hospitals: the MIRIAD experience. American Journal of Obstetrics and Gynecology. 2007 Sep;197(3):S72–82.
  • 33. a. b. c. d. e. Bulterys M, Jamieson DJ, O’Sullivan MJ, et al. Rapid HIV-1 testing during labor: a multicenter study. Journal of the American Medical Association. 2004;292(2):219–23.
  • 34. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. Payne NS, Beckwith CG, Davis M, et al. Acceptance of HIV testing among African-American college students at a historically black university in the south. Journal of the National Medical Association. 2006;98(12):1912.
  • 35. a. b. c. d. e. f. Liang TS, Erbelding E, Jacob CA, et al. Rapid HIV testing of clients of a mobile STD/HIV clinic. AIDS Patient Care & STDs. 2005;19(4):253–7.
  • 36. a. b. c. d. e. f. Bergman J, Gratrix J, Plitt S, et al. Feasibility and field performance of a simultaneous syphilis and HIV point-of-care test based screening strategy in at risk populations in Edmonton, Canada. AIDS Research and Treatment. 2013;2013:1–8.
  • 37. a. b. c. d. e. f. g. Freeman AE, Sattin RW, Miller KM, et al. Acceptance of Rapid HIV Screening in a Southeastern Emergency Department. Academic Emergency Medicine. 2009 Nov;16(11):1156–64.
  • 38. a. b. c. d. e. Batey DS, Hogan VL, Cantor R, et al. Short Communication Routine HIV Testing in the Emergency Department: Assessment of Patient Perceptions. AIDS Research and Human Retroviruses. 2012 Apr;28(4):352–6.
  • 39. a. b. c. d. e. f. Minniear TD, Gilmore B, Arnold SR, et al. Implementation of and Barriers to Routine HIV Screening for Adolescents. PEDIATRICS. 2009 Oct 1;124(4):1076–84.
  • 40. a. b. c. d. e. Prost A, Griffiths CJ, Anderson J, et al. Feasibility and acceptability of offering rapid HIV tests to patients registering with primary care in London (UK): a pilot study. Sexually Transmitted Infections. 2009 Sep 1;85(5):326–9.
  • 41. a. b. c. d. e. Kelen GD, Shahan JB, Quinn TC. Emergency department–based HIV screening and counseling: experience with rapid and standard serologic testing. Annals of Emergency Medicine. 1999;33(2):147–55.
  • 42. a. b. c. d. e. Darling KEA, Diserens E-A, N’Garambe C, et al. A cross-sectional survey of attitudes to HIV risk and rapid HIV testing among clients of sex workers in Switzerland. Sexually Transmitted Infections. 2012 Oct 1;88(6):462–4.
  • 43. a. b. c. d. Forsyth SF, Agogo EA, Lau L, et al. Would offering rapid point-of-care testing or non-invasive methods improve uptake of HIV testing among high-risk genitourinary medicine clinic attendees? A patient perspective. International Journal of STD & AIDS. 2008 Aug 1;19(8):550–2.
  • 44. a. b. c. d. Pottie K, Medu O, Welch V, et al. Effect of rapid HIV testing on HIV incidence and services in populations at high risk for HIV exposure: an equity-focused systematic review. BMJ Open. 2014 Dec 15;4(12):e006859. doi: 10.1136/bmjopen-2014-006859. Available from: http://bmjopen.bmj.com/content/4/12/e006859.full.pdf+html
  • 45. a. b. c. McGee F. HIV testing program using INSTI HIV in an urban sexual health clinic in Canada. HIV Diagnostics Conference; 2007; Atlanta, Georgia.
  • 46. a. b. c. d. e. Guenter D, Greer J, Barbara A, et al. Rapid Point-of-Care HIV Testing in Community-Based Anonymous Testing Program: A Valuable Alternative to Conventional Testing. AIDS Patient Care and STDs. 2008 Mar;22(3):195–204.
  • 47. Fernandez-Lopez L, Rifa B, Pujol F, et al. Impact of the introduction of rapid HIV testing in the Voluntary Counselling and Testing sites network of Catalonia, Spain. International Journal of STD & AIDS. 2010 Jun 1;21(6):388–91.
  • 48. a. b. Keller S, Jones J, Erbelding E. Choice of Rapid HIV Testing and Entrance Into Care in Baltimore City Sexually Transmitted Infections Clinics. AIDS Patient Care and STDs. 2011 Apr;25(4):237–43.
  • 49. a. b. c. d. e. f. g. h. i. Bowles KE, Clark HA, Tai E, et al. Implementing rapid HIV testing in outreach and community settings: results from an advancing HIV prevention demonstration project conducted in seven US cities. Public Health Reports. 2008;123(Suppl 3):78.
  • 50. a. b. c. d. e. f. Schulden JD, Song B, Barros A, et al. Rapid HIV testing in transgender communities by community-based organizations in three cities. Public Health Reports. 2008;123(Suppl 3):101.
  • 51. a. b. c. d. e. f. Castel AD, Magnus M, Peterson J, et al. Implementing a novel citywide rapid HIV testing campaign in Washington, DC: findings and lessons learned. Public Health Reports. 2012;127(4):422.
  • 52. a. b. c. d. e. f. g. Thomas R. A new approach to encourage HIV testing in high-risk populations at the clinique l’Actuel. 19th Biennial Conference of the International Society for Sexually Transmitted Diseases Research; 2011 Jul; Quebec City.
  • 53. a. b. c. d. Esteban-Vasallo MD, Morán-Arribas M, García-Riolobos C, et al. Targeted rapid HIV testing in public primary care services in Madrid. Are we reaching the vulnerable populations? International Journal of Infectious Diseases. 2014 Feb;19:39–45.
  • 54. a. b. c. d. e. Fernandez-Balbuena S, de la Fuente L, Hoyos J, et al. Highly visible street-based HIV rapid testing: is it an attractive option for a previously untested population? A cross-sectional study. Sexually Transmitted Infections. 2014 Mar 1;90(2):112–8.
  • 55. a. b. c. d. e. Hutchinson AB, Corbie-Smith G, Thomas SB, et al. Understanding the patient’s perspective on rapid and routine HIV testing in an inner-city urgent care center. AIDS Education and Prevention. 2004 Apr;16(2):101–14.
  • 56. a. b. c. d. e. f. g. Roberts KJ, Grusky O, Swanson A-N. Outcomes of blood and oral fluid rapid HIV testing: A literature review, 2000–2006. AIDS Patient Care and STDs. 2007 Sep;21(9):621–37.
  • 57. a. b. c. Wurcel A, Zaman T, Zhen S, et al. Acceptance of HIV antibody testing among inpatients and outpatients at a public health hospital: a study of rapid versus standard testing. AIDS Patient Care & STDs. 2005;19(8):499–505.
  • 58. a. b. c. Anaya HD, Hoang T, Golden JF, et al. Improving HIV screening and receipt of results by nurse-initiated streamlined counseling and rapid testing. Journal of General Internal Medicine. 2008 Jun;23(6):800–7.
  • 59. a. b. c. Gordon MS, Kinlock TW, McKenzie M, et al. Rapid HIV testing for individuals on probation/parole: Outcomes of an intervention trial. AIDS and Behavior. 2013 Jul;17(6):2022–30.
  • 60. a. b. c. d. e. Kowalczyk Mullins TL, Braverman PK, Dorn LD, et al. Adolescent preferences for human immunodeficiency virus testing methods and impact of rapid tests on receipt of results. Journal of Adolescent Health. 2010 Feb;46(2):162–8.
  • 61. a. b. c. Sattin RW, Wilde JA, Freeman AE, et al. Rapid HIV testing in a southeastern emergency department serving a semiurban-semirural adolescent and adult population. Annals of Emergency Medicine. 2011 Jul;58(1):S60–4.
  • 62. a. b. c. d. e. f. g. h. Kendrick SR, Kroc KA, Withum D, et al. Outcomes of offering rapid point-of-care HIV testing in a sexually transmitted disease clinic. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2005;38(2):142–6.
  • 63. a. b. c. d. e. f. g. h. i. j. Kendrick SR, Kroc KA, Couture E, et al. Comparison of point-of-care rapid HIV testing in three clinical venues. AIDS. 2004 Nov;18:2199–212.
  • 64. a. b. c. d. Spielberg F, Branson BM, Goldbaum GM, et al. Designing an HIV counseling and testing program for bathhouses: the Seattle experience with strategies to improve acceptability. Journal of Homosexuality. 2003;44(3-4):203–20.
  • 65. a. b. c. d. e. f. g. h. i. Daskalakis D, Silvera R, Bernstein K, et al. Implementation of HIV Testing at 2 New York City Bathhouses: From Pilot to Clinical Service. Clinical Infectious Diseases. 2009 Jun;48(11):1609–16.
  • 66. a. b. c. Lubelchek R, Kroc K, Hota B, et al. The role of rapid vs conventional human immunodeficiency virus testing for inpatients: Effects on quality of care. Archives of Internal Medicine. 2005 Sep;165(17):1956–60.
  • 67. a. b. c. d. e. De la Fuente L, Delgado J, Hoyos J, et al. Increasing early diagnosis of HIV through rapid testing in a street outreach program in Spain. AIDS Patient Care and STDs. 2009;23(8):625–9.
  • 68. a. b. c. d. e. Christopoulos KA, Kaplan B, Dowdy D, et al. Testing and linkage to care outcomes for a clinician-initiated rapid HIV testing program in an urban emergency department. AIDS Patient Care and STDs. 2011 Jul;25(7):439–44.
  • 69. a. b. c. d. e. f. g. h. i. Nunn A, Cornwall A, Fu J, et al. Linking HIV-positive jail inmates to treatment, care, and social services after release: Results from a qualitative assessment of the COMPASS program. Journal of Urban Health: Bulletin of the New York Academy of Medicine. 2010;87(6):954–68.
  • 70. a. b. c. d. e. f. Bucher JB, Thomas KM, Guzman D, et al. Community-based rapid HIV testing in homeless and marginally housed adults in San Francisco. HIV Medicine. 2007;8(1):28–31.
  • 71. a. b. Donnell-Fink LA, Arbelaez C, Collins JE, et al. Acceptability of fingerstick vs. oral fluid rapid HIV testing: Results from the Universal Screening for HIV-infection in the Emergency Room (USHER-Phase II) randomized controlled trial. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2012 Jul;1.
  • 72. a. b. Lee BE, Plitt S, Fenton J, et al. Rapid HIV tests in acute care settings in an area of low HIV prevalence in Canada. Journal of Virological Methods. 2011 Mar;172(1-2):66–71.
  • 73. a. b. c. Diserens E-A, Bodenmann P, N’Garambe C, et al. Clients of sex workers in Switzerland: it makes sense to counsel and propose rapid test for HIV on the street, a preliminary report. BMC Infectious Diseases. 2010;10(1):74.
  • 74. a. b. Otis J. Reach and test MSM: Spot’s experience at a community site and at two clinics. 20th Annual Canadian Conference on HIV/AIDS Research; 2011; Toronto.
  • 75. Erausqin J, Naihua Duan, Oscar Grusky, et al. Increasing the reach of HIV Testing to young Latino MSM: Results of a pilot study integrating outreach and services. Journal of Health Care for the Poor and Underserved. 2009;20(3):756–65.
  • 76. a. b. c. d. Blackstock OJ, King JR, Mason RD, et al. Evaluation of a Rapid HIV testing initiative in an urban, hospital-based dental clinic. AIDS Patient Care and STDs. 2010 Dec;24(12):781–5.
  • 77. a. b. c. d. ,Smith LV, Rudy ET, Javanbakht M, et al. Client satisfaction with rapid HIV testing: comparison between an urban sexually transmitted disease clinic and a community-based testing center. AIDS Patient Care & STDs. 2006;20(10):693–700.
  • 78. a. b. c. d.
  • 79. a. b. c. Leber W, McMullen H, Marlin N, et al. Point-of-care HIV testing in primary care and early detection of HIV (RHIVA2): a cluster randomised controlled trial. The Lancet. 2013;382:S7.
  • 80. a. b. c. Bailey AC, Roberts J, Weatherburn P, et al. Community HIV testing for men who have sex with men: results of a pilot project and comparison of service users with those testing in genitourinary medicine clinics. Sexually Transmitted Infections. 2008 Nov 12;85(2):145–7.
  • 81. a. b. Sherman EM, Elrod S, Allen D, et al. Pharmacist testers in multidisciplinary health care team expand HIV point-of-care testing program. Journal of Pharmacy Practice. 2013 Dec 10;27:578–81. Disponible à : http://jpp.sagepub.com/cgi/doi/10.1177/0897190013514090 [accessed 30 November, 2014]
  • 82. a. b. Zinski A, Dougherty SM, Tamhane A, et al. Point-of-care HIV testing and linkage in an urban cohort in the southern US. AIDS Research and Treatment. 2013;2013:1–12.
  • 83. a. b. Qvist T, Cowan SA, Graugaard C, et al. High linkage to care in a community-based rapid HIV testing and counseling project among men who have sex with men in Copenhagen. Sexually Transmitted Diseases. 2014 Mar;41(3):209–14.
  • 84. a. b. Spielberg F, Branson B, Goldbaum GM, et al. Overcoming barriers to HIV testing: Preferences for new strategies among clients of a needle exchange, a sexually transmitted disease clinic, and sex venues for men who have sex with men. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2003;32:318–27.
  • 85. a. b. Tuysuzoglu S, Corliss HL, Fitzgerald SM, et al. Acceptability and feasibility of rapid HIV testing in an adolescent clinic setting: Youth testing attitudes, knowledge, and behaviors. Journal of Adolescent Health. 2011 Dec;49(6):609–14.
  • 86. a. b. Hoyos J, Belza MJ, Fernández-Balbuena S, et al. Preferred HIV testing services and programme characteristics among clients of a rapid HIV testing programme. BMC Public Health. 2013;13(1):1–9.
  • 87. Farnham PG, Gorsky RD, Holtgrave DR, et al. Counseling and testing for HIV prevention: costs, effects, and cost-effectiveness of more rapid screening tests. Public Health Reports. 1996;111(1):44.

À propos de l’auteur

Logan Broeckaert détient une maîtrise en histoire et est actuellement recherchiste/rédactrice à CATIE. Avant de se joindre à CATIE, Logan a travaillé à des projets nationaux et provinciaux de recherche et d’échange de connaissances pour le compte de la Société canadienne du sida et de l’Association de la santé publique de l’Ontario.

Laurel Challacombe possède une maîtrise en épidémiologie et est actuellement gestionnaire de la recherche et évaluation chez CATIE. Laurel travaille depuis plus de 10 ans dans le domaine du VIH et a occupé un certain nombre de postes dans des organismes provinciaux et régionaux, en y faisant de la recherche et de l’échange et transfert de connaissances.