Kaletra (lopinavir/ritonavir)

En bref :

Kaletra est le nom commercial d’un produit qui renferme deux médicaments anti-VIH appelés « inhibiteurs de la protéase », à savoir le lopinavir et le ritonavir. Les effets secondaires les plus fréquemment associés au Kaletra sont diarrhées, faiblesse ou fatigue, nausées et vomissements. Kaletra est offert sous forme de comprimés, de capsules et de liquide.

Qu'est-ce que Kaletra?

Kaletra est le nom commercial de deux médicaments anti-VIH, à savoir le lopinavir et le ritonavir, qui sont vendus en combinaison dans une seule capsule ou comprimé. Ces produits appartiennent à la catégorie de médicaments appelés inhibiteurs de la protéase.

Comment Kaletra agit-il?

Lorsque le VIH infecte une cellule, il prend le contrôle de cette dernière. Le VIH oblige ensuite la cellule à fabriquer de nombreuses copies du virus. Pour fabriquer ces copies, la cellule utilise des protéines appelées enzymes. Lorsque l’activité de ces enzymes est réduite, la réplication du VIH ralentit.

Kaletra renferme deux médicaments, le lopinavir et le ritonavir, qui appartiennent à une catégorie de médicaments appelée inhibiteurs de la protéase. Ces médicaments ciblent la protéase, soit une enzyme qu’utilisent les cellules infectées par le VIH pour fabriquer de nouvelles copies de virus. Comme le lopinavir a la faculté de réduire ou d'inhiber l'activité de la protéase (d'où le nom inhibiteur de la protéase), ce médicament réduit le nombre de copies virales fabriquées par les cellules infectées par le VIH.

La petite quantité de ritonavir qui se trouve dans les capsules ou comprimés de Kaletra a pour rôle d’accroître les concentrations du lopinavir dans le sang. Le ritonavir aide également à maintenir des concentrations sanguines élevées du lopinavir pendant de nombreuses heures. C’est pour cette raison que Kaletra peut se prendre une seule ou bien deux fois par jour.

Comment les personnes ayant le VIH/sida utilisent-elles Kaletra?

Kaletra est utilisé en association avec plusieurs autres agents anti-VIH appartenant à des catégories différentes, notamment d’autres inhibiteurs de la protéase, les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (analogues nucléosidiques ou INTI) et les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (analogues non nucléosidiques ou INNTI). Ce genre de combinaison s'appelle une hérapie antirétrovirale, ou TAR. Pour être efficace, Kaletra doit se prendre en combinaison avec au moins deux autres médicaments anti-VIH. Pour plus d'information sur la thérapie antirétrovirale, consultez Votre guide sur le traitement du VIH.

Pour de nombreuses personnes vivant avec le VIH (PVVIH), le recours à une multithérapie a permis d'accroître le nombre de cellules CD4+ et de réduire la quantité de VIH dans le sang (charge virale). Ces bienfaits contribuent à réduire le risque d'infections potentiellement mortelles. Aucun médicament anti-VIH, y compris Kaletra, ne guérit le VIH/sida. Il importe donc que les patients fassent ce qui suit :
• consulter régulièrement un médecin pour faire suivre son état de santé;
• continuer de pratiquer le sécurisexe.

Mise en garde

La pancréatite – une enflure douloureuse du pancréas – est une complication rare qui s’est déjà produite chez certains utilisateurs de Kaletra. Dans certains cas, la pancréatite s’est avérée mortelle. Les symptômes de la pancréatite peuvent comprendre les suivants :
• nausées;
• vomissements;
• douleurs abdominales;
• taux élevé des enzymes lipase et amylase dans le sang.

Si vous éprouvez ces symptômes, contactez

Effets secondaires

1. Effets secondaires généraux

Certains utilisateurs de Kaletra se sont plaints des effets secondaires généraux suivants :
• diarrhées;
• fatigue inexpliquée;
• maux de tête;
• nausées;
• vomissements.

2. Enzymes du foie

Puisque Kaletra est métabolisé (dégradé) par le foie, les analyses sanguines pourraient révéler une augmentation des taux d’enzymes hépatiques.

3. Saignements

Les femmes risquent d’avoir des saignements menstruels plus abondants lorsqu’elles utilisent des inhibiteurs de la protéase. Les personnes atteintes d’hémophilie pourraient connaître des saignements plus fréquents. Si vous êtes hémophile et présentez ce problème sous l’effet de Kaletra, prévenez-en votre médecin.

4. Problèmes de sucre sanguin

Chez certaines PVVIH qui utilisent des inhibiteurs de la protéase, le taux de sucre sanguin (glucose) s'élève au-dessus de la normale. La présence d'un excès de sucre dans le sang pendant une longue période peut entraîner le diabète. Selon au moins une étude, certaines femmes séropositives, notamment celles ayant un excès de poids, pourraient courir un risque accru de diabète lorsqu’elles prennent des inhibiteurs de la protéase. Des analyses sanguines régulières permettront à votre médecin de surveiller votre glycémie et de repérer tout changement susceptible de dénoter un problème de sucre sanguin. Bien que le risque de diabète soit généralement faible, tout symptôme pouvant dénoter un diabète (soif excessive, augmentation du nombre de mictions [uriner], perte de poids inexpliquée, fatigue et peau sèche et irritée) devrait être signalé à son médecin.

5. Syndrome de lipodystrophie

Le terme syndrome de lipodystrophie du VIH désigne un éventail de symptômes qui peuvent se manifester au fil du temps chez les personnes sous multithérapie antirétrovirale. Voici quelques caractéristiques du syndrome :
• perte de graisses sous la peau (graisses sous-cutanées) du visage, des bras et des jambes;
• veines saillantes dans les bras et/ou les jambes en raison de la perte de graisses sous-cutanées;
• augmentation du tour de taille ou de la bedaine;
• petits dépôts de graisses sur l’abdomen;
• augmentation du volume des seins (femmes).

En plus de ces changements physiques, la lipodystrophie peut s'accompagner de changements métaboliques se révélant dans les résultats d'une analyse sanguine. Parmi ces dernières, mentionnons :
• augmentation du taux de triglycérides (lipides);
• augmentation du taux de cholestérol LDL (le « mauvais »);
• augmentation du taux de sucre sanguin (glucose);
• augmentation du taux de l’hormone insuline;
• sensibilité réduite à l’insuline (insulinorésistance);
• baisse du taux de cholestérol HDL (le « bon »).

La cause précise de la lipodystrophie n'est pas connue et le syndrome s'explique difficilement parce que ses manifestations varient d’une PVVIH à l’autre. Par exemple, certaines personnes perdent de la graisse, d'autres en prennent et d'autres encore connaissent des pertes et des gains de graisses. Ce qui ressort de plus en plus clairement est que les changements nuisibles qui se produisent au fil des ans dans les taux de glucose, de cholestérol et de triglycérides font augmenter le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire. Toutefois, jusqu'à présent, les nombreux bienfaits de la multithérapie l'emportent sur le risque accru de maladie cardiovasculaire ou d'autres effets secondaires.

Le maintien d'un poids santé, de bonnes habitudes alimentaires, l'arrêt du tabagisme et un programme d'exercices régulier sont tous importants pour réduire le risque de diabète, de maladies du coeur et d'autres complications. Les consultations de suivi et les analyses sanguines régulières constituent également un élément crucial d'un bon suivi. Si cela s'avère nécessaire, votre médecin sera en mesure de prescrire un traitement visant à abaisser les taux de lipides.

Les chercheurs poursuivent leur étude du syndrome de lipodystrophie afin d'aider les PVVIH à éviter ou à atténuer ce problème. Pour en savoir plus sur la prise en charge des divers aspects du syndrome de lipodystrophie, consultez Un guide pratique des effets secondaires des médicaments anti-VIH.

Kaletra peut provoquer une augmentation des taux sanguins de cholestérol et de triglycérides.

6. Grossesse

L’effet de Kaletra sur le foetus n’est pas connu. Selon le fabricant, les femmes enceintes ne devraient utiliser ce médicament que si « les bienfaits potentiels justifient les risques éventuels pour le foetus ». Si vous êtes enceinte ou souhaitez le devenir et que vous prenez Kaletra, parlez-en avec votre médecin.

Interactions médicamenteuses

À l'instar de plusieurs médicaments, lopinavir et ritonavir sont métabolisés (dégradé) par un groupe d'enzymes appelé P450 qui est présent dans le foie et l'intestin. Le fait de prendre Kaletra en même temps qu'un autre médicament métabolisé par ces mêmes enzymes peut influer sur le taux sanguin de chaque médicament. Par conséquent, le taux de certains médicaments augmente, ce qui risque d'accroître le nombre ou l'intensité des effets secondaires. Dans le cas contraire, le taux de certains médicaments se met à diminuer, réduisant ainsi l'efficacité du médicament en question. Si le taux de lopinavir ou ritonavir diminue trop, le VIH peut acquérir une résistance à ses effets et les options thérapeutiques futures du patient risquent d'être compromises.

Il est donc toujours important de consulter son médecin ou pharmacien au sujet de la prise de tout autre médicament — qu'il soit livré sur ordonnance ou pas —, y compris les plantes médicinales et les suppléments, afin de s'assurer qu'ils sont compatibles avec Kaletra et vice versa. Si vous devez prendre un médicament qui pourrait éventuellement interagir avec les médicaments que vous prenez déjà, votre médecin peut prendre les mesures suivantes :
• ajuster les dosages de vos médicaments anti-VIH ou d’autres médicaments;
• prescrire des médicaments anti-VIH différents.

Avertissement au sujet des interactions médicamenteuses

Voici une liste d’interactions médicamenteuses connues et soupçonnées. Elle n’est pas exhaustive. Le fabricant recommande que les médicaments suivants ne soient pas utilisés par les patients recevant du ritonavir :
• médicaments contre les maladies du coeur – flécaïnide (Tambocor), propafénone (Rythmol);
• antihistaminiques – astémizole (Hismanal), terfénadine (Seldane);
• médicaments dérivés de l’ergotamine – ergonovine, ergotamine (Ergomar);
• antibiotiques – rifampine;
• agents pour faciliter la motilité gastrointestinale – cisapride (Prepulsid);
• plantes médicinales – millepertuis;
• anti-psychotiques – pimozide (Orap);
• sédatifs/somnifères – midazolam (Versed), triazolam (Halcion);
• agents hypolipidémiants – lovastatine (Mevacor), simvastatine (Zocor). Le fabricant recommande l’utilisation d’autres agents hypolipidémiants comme la pravastatine (Pravachol) et la fluvastatine (Lescol);
• médicaments contre la dysfonction érectile – sildénafil (Viagra), tadalafil (Cialis), vardénafil (Levitra). Le fait de prendre le ritonavir avec n’importe lequel de ces médicaments peut entraîner des effets secondaires graves voire mortels. Si vous souffrez de dysfonction érectile, parlez avec votre médecin de la possibilité d’utiliser ces médicaments de façon sûre.

En plus des médicaments énumérés ci-dessus, les produits suivants interagissent ou pourraient interagir avec Kaletra. Cette liste n’est pas exhaustive.
Les médicaments suivants pourraient réduire les concentrations sanguines du lopinavir :
• inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse – efavirenz (Sustiva), névirapine (Viramune);
• anticonvulsivants – carbamazépine (Tegretol), phénobarbital, phénytoïne (Dilantin);
• corticostéroïdes – dexaméthasone (Decadron).

Kaletra peut faire augmenter les concentrations sanguines des médicaments suivants :
• antibiotiques – clarithromycine (Biaxin), rifabutine (Mycobutin);
• antifongiques – kétoconazole (Nizoral), itraconazole (Sporanox);
• agents antiviraux – tous les inhibiteurs de la protéase ainsi que le ténofovir (Viread);
• inhibiteurs du canal calcique – nifédipine (Adalat), félodipine (Plendil, Renedil), nicardipine (Cardene);
• médicaments contre la dysfonction érectile – sildénafil (Viagra) et sans doute les produits connexes comme vardénafil (Levitra) et tadalafil (Cialis);
• agents immunosuppresseurs (administrés aux greffés) – cyclosporine (Neoral), tacrolimus (Prograf), sirolimus (Rapamycine).

Kaletra peut réduire les concentrations sanguines des substances suivantes :
• stupéfiants – méthadone; si vous recevez de la méthadone, il se peut qu’on doive ajuster votre dosage si vous utilisez Kaletra;
• antiparasitaires – atovaquone (Mepron);
• contraceptifs oraux.

Résistance et résistance croisée

Au fil du temps, le VIH peut modifier sa structure. On appelle ces modifications des mutations; les mutations permettent au VIH de résister aux effets des combinaisons antirétrovirales. Le fait d’associer Kaletra à au moins deux autres médicaments anti-VIH actifs permet de retarder l’apparition de résistances médicamenteuses.

Pour réduire le risque de résistance médicamenteuse, on doit prendre tous ses médicaments anti-VIH tous les jours en suivant les posologies à la lettre. Il est important de prendre Kaletra tous les jours parce que le virus peut acquérir une résistance au médicament si le taux sanguin de lopinavir ou de ritonavir diminue trop. Cela peut se produire si on manque ou saute des doses ou si le médicament n’est pas pris tel que prescrit. Si vous avez de la difficulté à prendre vos médicaments de façon régulière et selon les instructions, parlez-en à votre médecin ou infirmière. Ils peuvent vous aider.

Si le VIH présent dans votre corps acquiert une résistance à Kaletra, votre médecin peut effectuer des tests de résistance afin de l’aider à concevoir une nouvelle combinaison de médicaments pour vous.

N’hésitez pas à parler à votre médecin ou infirmière de vos options thérapeutiques actuelles et futures.

Présentations

Il existe trois formulations de Kaletra :
• capsules;
• liquide;
• comprimés.

Les comprimés de Kaletra sont la formulation la plus récente. Ces derniers offrent plusiers avantages comparativement aux capsules, à savoir :
• moins de prises quotidiennes;
• les comprimés n’ont pas besoin d’être réfrigérés;
• les comprimés peuvent se prendre avec ou sans aliments;
• il se peut que les comprimés provoquent moins d’effets secondaires.

Votre médecin, infirmière ou pharmacien peut vous dire si les comprimés de Kaletra sont disponibles dans votre région.

Posologie

Dans le domaine du VIH/sida, l'utilisation des traitements évolue relativement rapidement. Même si une posologie particulière est approuvée, d 'autres essais cliniques pourraient proposer des posologies et des combinaisons plus tolérables et plus efficaces. Les résultats d'études pourraient inciter les médecins à prescrire un dosage différent d'un médicament même si ce dosage n'est pas approuvé par les agences de réglementation. Toutefois, il peut être dangereux de changer de dosage sans consulter son médecin. Essayez de prendre vos doses selon l'horaire prescrit. Si vous oubliez une dose, prenez-en la prochaine dès que possible puis reprenez votre horaire normal par la suite.

1. Les patients jamais traités

Les PVVIH qui n’ont jamais pris de médicaments anti-VIH peuvent prendre Kaletra une ou deux fois par jour. Votre médecin vous aidera à déterminer quelle posologie vous convient le mieux. Pour ce groupe, les posologies sont les suivantes :
comprimés : pour les adultes, on recommande 2 comprimés deux fois par jour ou 4 comprimés une fois par jour, avec ou sans aliments dans les deux cas;
capsules : pour les adultes, on recommande 3 capsules deux fois par jour ou 6 capsules une fois par jour, avec des aliments dans chaque cas;
liquide : pour les adultes, on recommande 5 ml deux fois par jour ou 10 ml une fois par jour, avec des aliments dans chaque cas.

2. Les patients déjà traités

Chez les PVVIH ayant déjà reçu des médicaments, le VIH a tendance à résister à certains traitements. Pour maintenir des concentrations élevées des médicaments anti-VIH dans le sang et réduire le risque de résistance, les PVVIH déjà traitées souvent prendre des doses plus fréquemment. Pour ce groupe, le fabricant recommande les posologies suivantes :
comprimés : pour les adultes, on recommande 2 comprimés deux fois par jour avec ou sans aliments;
capsules : pour les adultes, on recommande 3 capsules deux fois par jour avec des aliments;
liquide : pour les adultes, on recommande 5 ml deux fois par jour avec des aliments.

Si vous oubliez une dose de Kaletra, le fabricant recommande que vous en preniez une autre aussitôt que possible et que vous repreniez votre horaire de traitement habituel par la suite. Toutefois, il ne faut pas prendre deux doses en même temps pour compenser une dose oubliée. Si vous oubliez fréquemment des doses de Kaletra, discutez de ce problème avec votre médecin.

Les médecins qui prescrivent Kaletra à des adultes qui reçoivent également de la névirapine ou de l’efavirenz devraient envisager d’augmenter le dosage de Kaletra parce que la névirapine et l’efavirenz sont susceptibles de réduire le taux sanguin du lopinavir.

Chez les enfants âgés de six mois à 12 ans, la posologie de Kaletra est ajustée en fonction du poids corporel.

Accessibilité

Kaletra est approuvé au Canada pour le traitement de l’infection au VIH chez les adultes et les enfants de plus de six mois, en association avec d’autres médicaments anti-VIH. Kaletra est offert sous forme de comprimés, de capsules ou de liquide. Votre médecin peut vous renseigner sur la disponibilité des comprimés de Kaletra dans votre région.

Références

Shafran S, et al. The effect of ritonavir 100 mg BID on serum lipid profiles. Sixth International Conference on drug therapy in HIV infection, 17-21 November 2002, Glasgow, Scotland. Poster 129.

Zeldin RK and Petruschke RA. Pharmacological and therapeutic properties of ritonavir-boosted protease inhibitor therapy in HIVinfected patients. Journal of Antimicrobial Therapy 2004;53(1):4-9.

Goetzman ES, Tian L, Nagy TR, et al. HIV protease inhibitor ritonavir induces lipoatrophy in male mice. AIDS Research and Human Retroviruses 2003;19(12):1141-1150.

Schonder KS, Shullo MA and Okusanya O. Tacrolimus and lopinavir/ritonavir interaction in liver transplantation. Annals of Pharmacotherapy 2003;37(12):1793-1796.

Eron JJ, Feinberg J, Kessler HA, et al. Once-daily versus twicedaily lopinavir/ritonavir in antiretroviral-naive HIV-positive patients: a 48-week randomized clinical trial. Journal of Infectious Diseases 2004;189(2):265-72.

Calza L, Manfredi R, Chiodo F. Dyslipidaemia associated with antiretroviral therapy in HIV-infected patients. Journal of Antimicrobial Chemotherapy 2004;53(1):10-4

Yazdanpanah Y, Viget N, Cheret A, et al. Increased bleeding in HIV-positive haemophiliac patients treated with lopinavirritonavir. AIDS 2003;17(16):2397-9.

McCance-Katz EF, Rainey PM, Friedland G, Jatlow P. The protease inhibitor lopinavir-ritonavir may produce opiate withdrawal in methadone-maintained patients. Clinical

Infectious Diseases 2003;37(4):476-82

Mo H, Lu L, Dekhtyar T, et al. Characterization of resistant HIV variants generated by in vitro passage with lopinavir/ritonavir. Antiviral Research 2003;59(3):173-80

Lai S, Lai H, Celentano DD, et al. Factors associated with accelerated atherosclerosis in HIV-1-infected persons treated with protease inhibitors. AIDS Patient Care STDs 2003;17(5):211-9.

Mah Ming JB, Gill MJ. Drug-induced rhabdomyolysis after concomitant use of clarithromycin, atorvastatin, and lopinavir/ritonavir in a patient with HIV. AIDS Patient Care STDs 2003;17(5):207-10.

Cooper CL, van Heeswijk RP, Gallicano K, Cameron DW. A review of low-dose ritonavir in protease inhibitor combination therapy. Clinical Infectious Diseases 2003;36(12):1585-92.

Cvetkovic RS, Goa KL. Lopinavir/ritonavir: a review of its use in the management of HIV infection. Drugs 2003;63(8):769-802.

Badiou S, Merle De Boever C, Dupuy AM, et al. Decrease in LDL size in HIV-positive adults before and after lopinavir/ritonavircontaining regimen: an index of atherogenicity? Atherosclerosis 2003;168(1):107-13.

Kaplan SS and Hicks CB. Safety and antiviral activity of lopinavir/ritonavir-based therapy in human immunodeficiency virus type 1 (HIV-1) infection. Journal of Antimicrobial Chemotherapy 2005 Aug;56(2):273-6.

Abbott Laboratories. Kaletra Product Monograph September 6 2006 

Auteur(s) : Hosein SR

Traduction : Boutilier A

Publié : 2014