CATIE Forum logo

Contribuez-vous à la réponse en matière de VIH et d’hépatite C?

Forum 2015 banner

Transformer notre pratique : Nouvelles connaissances, nouvelles stratégies
Du jeudi 23 novembre au vendredi 24 novembre 2017
Toronto, ON

Programme

Veuillez noter que le programme du Colloque est sujet à changement.

Jour 1 : Jeudi 23 novembre

7 h 30

Inscription et distribution des écouteurs pour l’interprétation

Déjeuner continental

8 h 30

Ouverture du Colloque et mot de bienvenue

Conférenciers :

  • Trevor Stratton, citoyen des Mississaugas de la Première Nation de New Credit, ON
  • Laurie Edmiston, CATIE, Toronto, ON
  • Lindsay Kretschmer, Stratégie ontarienne de lutte contre le VIH et le sida à l’intention des Autochtones, Toronto, ON

9 h 15

Actions concrètes pour répondre au VIH, au VHC et aux autres ITSS au Canada

Il existe à présent un solide consensus mondial selon lequel nous avons les connaissances et les outils nécessaires pour mettre fin aux épidémies de sida et d’hépatite C. En 2014, le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) a publié des objectifs mondiaux ambitieux, appelés cibles 90-90-90, pour mettre fin à l’épidémie de sida d’ici 2030. En 2016, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié une stratégie mondiale et des objectifs pour mettre fin à l’hépatite virale d’ici 2030 connue sous le nom de Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale 2016-2021). Le Canada s’est engagé à atteindre ces objectifs au palier national et à appuyer les efforts mondiaux.

Cette séance offrira un aperçu de ces objectifs ainsi que des stratégies et priorités de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) pour les réaliser. Le Réseau canadien des personnes séropositives (RCPS) et Action hépatites Canada (AHC) commenteront les engagements et stratégies du Canada afin d’atteindre les objectifs de la Stratégie 90-90-90 de l’ONUSIDA et de la Stratégie mondiale de l’OMS contre l’hépatite.

Modératrice : Laurie Edmiston, CATIE

Conférenciers :

  • Theresa Tam, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa, ON
  • Patricia Bacon, Action hépatites Canada, Whitehorse, YT
  • Jeff Potts, Réseau canadien des personnes séropositives, Ottawa, ON

9 h 45

Nouvelle science du traitement et de la prévention du VIH et pratique dans le monde réel : Atteindre nos cibles 90-90-90

Afin de tirer pleinement parti des avantages de la nouvelle science du traitement et de la prévention du VIH, les personnes vivant avec le VIH doivent connaître leur statut, être arrimées à des soins culturellement sécuritaires et participer à long terme au traitement. D’autres services communautaires et cliniques sont également nécessaires, comme des services de réduction des méfaits et de santé mentale, entre autres, afin d’assurer leur succès. De même, les personnes séronégatives au VIH, mais à risque continu de le contracter ont besoin d’accéder à des services de prévention, de dépistage des ITSS ainsi qu’à d’autres programmes et initiatives clés pour soutenir leur santé et leur bien-être.

Cette séance offrira un aperçu de la situation du Canada relativement aux cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA, et de nos lacunes, puis expliquera comment les nouvelles connaissances sur le traitement et la prévention du VIH ont modifié ou pourraient modifier la pratique des services de prévention, de dépistage, de traitement et d’arrimage.

Modératrice : Laurie Edmiston, CATIE

Conférenciers :

  • James Wilton, Réseau ontarien de traitement du VIH, Toronto, ON
  • Isaac Bogoch, Toronto Western Hospital, Toronto, ON
  • Afshan Nathoo, Vancouver Coastal Health, Vancouver, C.-B.
  • Marvelous Muchenje, Women’s Health in Women’s Hands, Toronto, ON

11 h 10

Pause

11 h 30

Ce qu’il faut faire pour éliminer l’hépatite virale d’ici 2030

Un remède contre l’hépatite C (rendu possible grâce aux nouveaux traitements contre le VHC qui sont plus courts, plus tolérables et beaucoup plus efficaces, avec des taux de guérison de plus de 95 %) peut révolutionner le portrait du VHC. Cette connaissance a stimulé les personnes affectées par l’hépatite C, les fournisseurs de services et les responsables de la planification des politiques à envisager l’élimination de l’hépatite C. Pour y arriver, les personnes affectées par l’hépatite C ont besoin de plus que des traitements; elles ont besoin de services de dépistage, de traitement et de soutien accessibles et culturellement sécuritaires, de même que d’initiatives de réduction des méfaits, de santé mentale et autres, qui répondent aux déterminants sociaux de la santé et qui soutiennent la santé et le bien-être globaux.

Cette séance offrira un aperçu de la cascade des soins pour le VHC dans trois provinces, de même qu’un instantané de la situation du Canada relativement aux objectifs de l’OMS sur l’hépatite virale, y compris nos lacunes. Elle portera ensuite sur la façon dont les nouveaux traitements et les nouvelles connaissances en matière de VHC ont modifié (ou pourraient modifier) la pratique des services de prévention, de dépistage, de traitement et d’arrimage.

Modératrice : Melisa Dickie, CATIE

Conférenciers :

  • Naveed Janjua, British Columbia Centre for Disease Control, Vancouver, C.-B.
  • Lisa Barrett, Université Dalhousie, Halifax, N.-É.

12 h 30

Dîner

13 h 30

Exploiter les nouvelles technologies et approches en matière de dépistage pour joindre les personnes non diagnostiquées pour le VIH et le VHC

Le dépistage et le diagnostic du VHC et du VIH sont la voie d’accès aux soins, au soutien, aux traitements et à la prévention. Cependant, nous savons que certaines personnes vivant avec le VIH ou l’hépatite C ne sont pas diagnostiquées et que nos efforts actuels de dépistage ne les joignent pas au Canada. Cette séance examinera de nouvelles technologies et approches de dépistage que nous pourrions envisager d’ajouter à notre cadre actuel afin de mieux joindre les individus que nos approches actuelles n’arrivent pas à joindre efficacement.

Modérateur : Michael Bailey, CATIE

Conférencier :

  • Mark Gilbert, British Columbia Centre for Disease Control, Vancouver, C.-B.

14 h 20

Le paysage changeant de l’hépatite C : Répondre aux réalités et besoins changeants des personnes affectées

Les nouveaux traitements contre le VHC font en sorte qu’une personne peut guérir de l’hépatite C. Ce changement novateur a de profondes implications pour les personnes vivant avec le VHC et pour les fournisseurs de services, sans compter qu’il ouvre la voie à l’éradication complète de l’hépatite C. Lors de cette séance, nous examinerons ces implications et inviterons des leaders communautaires clés à partager leurs connaissances quant à la participation des personnes au traitement contre le VHC, à leur soutien lors du traitement et à ce qui est nécessaire après leur guérison. Cette séance mettra aussi en lumière les éléments qui nuisent au parcours du patient et ceux qui le facilitent.

Modérateur : Michael Bailey, CATIE

Conférenciers :

  • Christian Hui, Toronto, ON
  • Anna-Aude Caouette, Montréal, QC
  • Shujaat Hossain, Toronto, ON  
  • Kerrigan Beaver-Johnson, Toronto, ON

15 h 10

Pause

15 h 30

Séances simultanées : Pleins feux sur les programmes

Cette série de séances simultanées portera sur la planification et la prestation de programmes concernant la PrEP dans le cadre de la prévention combinée; sur le rôle de la réduction des méfaits dans nos efforts pour répondre au VIH et à l’hépatite C; sur les stratégies relatives au dépistage du VIH et du VHC; sur les pairs navigateurs de la santé; et sur les modèles de soins intégrés.

Accroître l’accès à la PrEP – hommes gais, bisexuels, et hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, et au-delà 

À l’heure où s’accroît la sensibilisation entourant la prophylaxie pré-exposition (PrEP) en tant que stratégie très efficace de prévention du VIH, l’accès est le plus grand obstacle à la réalisation de son potentiel. Un accès élargi pour les individus qui pourraient bénéficier de la PrEP nécessite une sensibilisation et une aisance rehaussées des prescripteurs, divers points d’accès, des programmes spécifiques aux populations et une plus grande abordabilité. Cette séance mettra en relief des initiatives et programmes susceptibles d’accroître l’accès à la PrEP, et favorisera la discussion sur les manières de mettre à profit le travail existant afin d’améliorer l’accès à la PrEP pour diverses populations à risque élevé d’infection par le VIH.

Modératrice : Camille Arkell, CATIE

Conférenciers :

  • Darrell Tan, St. Michael’s Hospital, Toronto, ON
  • Dane Griffiths, Alliance pour la santé sexuelle des hommes gais, Toronto, ON
  • Mark Hull, St. Paul’s Hospital, Vancouver, C.-B.
  • Jonathan Bacon, RÉZO, Montréal, QC
  • San Patten, San Patten and Associates, Halifax, N.-É.

Aborder les moteurs et les obstacles : Le rôle de la réduction des méfaits pour répondre à l’hépatite C et au VIH chez les personnes qui consomment des drogues

Cette séance portera sur l’intersection des programmes de réduction des méfaits avec le travail concernant l’hépatite C et le VIH, et sur la façon dont ces programmes font progresser les objectifs liés à l’hépatite C et au VIH dans le continuum des soins, y compris la prévention, le dépistage et les traitements. On décrira des initiatives et programmes spécifiques de réduction des méfaits qui abordent les moteurs sociaux et structurels plus larges de l’hépatite C et du VIH, de même que les obstacles aux soins. Ces initiatives illustreront comment des modèles intégrés en matière d’hépatite C, de VIH et de réduction des méfaits peuvent aborder les moteurs du VHC et du VIH et répondre aux obstacles aux paliers des individus, des fournisseurs et des systèmes.

Modérateur : Liam Michaud, CATIE

Conférenciers :

  • Gillian Kolla, South Riverdale Community Health Centre, Toronto, ON
  • Elyse Magee, St. Paul’s Hospital, Vancouver, C.-B.
  • Nelson Arruda, Université de Sherbrooke, Montréal, QC

Dépistage à partir de sang séché : Une nouvelle approche communautaire au dépistage de l’hépatite C et du VIH ainsi qu’à l’arrimage

Le dépistage de l’hépatite C et du VIH est la voie d’accès aux soins, traitements et autres services pour les personnes vivant avec le VHC ou le VIH, de même qu’aux services de prévention (p. ex., réduction des méfaits et PrEP) pour les personnes qui sont séronégatives, mais à risque continu de contracter ces infections. Malgré un certain succès, divers défis persistent dans la mise en œuvre du dépistage dans les communautés rurales et éloignées. Dans certaines régions, de nouvelles approches sont requises. Cette séance examinera des efforts visant à introduire le dépistage du VHC et du VIH dans les communautés rurales au moyen d’une technologie de dépistage à partir de sang séché.

Modérateur : John Kim, Agence de la santé publique du Canada

Conférenciers :

  • John Kim, Agence de la santé publique du Canada, Winnipeg, MB
  • Leroy Quoquat, Lac Seul First Nation Community Health Centre, Lac Seul, ON
  • Jordan Feld, University Health Network, Toronto, ON
  • Geri Bailey, Saskatoon Tribal Council, Saskatoon, SK

Les pairs navigateurs en VIH

Les programmes de navigation en santé pour les personnes vivant avec le VIH améliorent les résultats de santé et de bien-être; un certain nombre de programmes canadiens de pairs navigateurs en santé existent spécifiquement pour cela. La navigation par les pairs est une approche centrée sur la personne qui vise à guider, à relier, à référer, à éduquer et à accompagner des personnes vivant avec le VIH dans les systèmes de soins de santé. La navigation en santé a pour buts de soutenir les personnes vivant avec le VIH dans l’atteinte des objectifs qu’elles se sont fixés, de renforcer la capacité des clients d’autogérer leurs soins pour le VIH et de naviguer par eux-mêmes dans les systèmes, et à terme, d’améliorer leur santé et leur bien-être général. Cette séance déclinera les divers modèles de pairs navigateurs en santé et présentera les nouvelles Lignes directrices de pratique pour les pairs navigateurs de la santé.

Modérateur : Murray Jose-Boerbridge, Toronto People with AIDS Foundation

Conférenciers :

  • Glen Bradford, Positive Living BC, Vancouver, C.-B.
  • Jamie Crossman, Regina Qu’Appelle Health Region, Regina, SK
  • Susanne Nicolay, Wellness Wheel, Regina, SK
  • Wendy Stevens, Positive Living BC, Vancouver, C.-B.
  • Danita Wahpoosewyan, Regina Qu’Appelle Health Region, Regina, SK

L’Indice de stigmatisation du VIH : influencer les programmes et la pratique

L’Indice de stigmatisation des personnes vivant avec le VIH est un projet communautaire multicentrique qui examine et analyse la stigmatisation associée au VIH rencontrée par les personnes vivant avec le VIH au cours de leur vie, dans divers contextes et systèmes (p. ex., le système judiciaire, les écoles et le système de santé). Cette séance décrira le fonctionnement de la composante canadienne de l’Indice de stigmatisation du VIH, ce qu’elle révèle et comment elle peut et devrait influencer la pratique et les programmes de première ligne en matière de prévention, de dépistage, de traitement et de soins pour les personnes vivant avec le VIH et affectées par celui-ci.

Modérateur : Thomas Egdorf, CATIE

Conférenciers :

  • Francisco Ibañez-Carrasco, St. Michael's Hospital, Toronto, ON
  • Colt Burrows, Réseau ontarien de traitement du VIH, Toronto, ON
  • Mike Payne, Nine Circles Community Health Centre, Winnipeg, MB

17 h – 19 h

Réception de réseautage

 

Jour 2 : Vendredi 24 novembre

7 h 30
 

Inscription à l’assemblée générale annuelle de CATIE et distribution des écouteurs

Déjeuner continental

8 h
 

Assemblée générale annuelle de CATIE

Inscription au Colloque de CATIE et distribution des écouteurs

Déjeuner continental

9 h 15

Mot de bienvenue au Colloque de CATIE

9 h 30

La stigmatisation liée au VIH dans l’optique du concept « Indétectable = Intransmissible »

Bien que les réalités scientifiques associées à la vie avec le VIH aient radicalement changé en raison de nos nouvelles connaissances sur le traitement et la prévention du VIH, la stigmatisation liée au VIH demeure et constitue un important enjeu communautaire et de santé publique qui doit être abordé. Cette séance traitera du rôle des nouvelles connaissances de la science de la prévention du VIH dans la réponse à la stigmatisation du VIH, de même que dans la persistance de celle-ci; et elle sera l’amorce d’une conversation sur les implications pour les messages de première ligne, qui se poursuivra dans l'une des séances simultanées.

Modératrice : Darien Taylor

Conférenciers :

  • Bruce Richman, Prevention Access Campaign, New York, N.Y.
  • Francisco Ibañez-Carrasco,  St. Michael's Hospital, Toronto, ON
  • Precious Maseko, Conseil des Africains et Caraïbéens sur le VIH/sida en Ontario et Ontario AIDS Network, Toronto, ON

10 h 30

Pause

10 h 50

Séances simultanées : Pleins feux sur les programmes

Cette série de séances simultanées portera sur la planification et la prestation de programmes concernant les communications sur le VIH à l’ère d’I=I; les services d’injection supervisée; les programmes à l’ère des nouveaux traitements contre le VHC; et les programmes d’arrimage aux soins.

Approches pour modifier le discours des communications sur le VIH à l’ère des nouveautés en science de la prévention et du traitement du VIH

La science du traitement et de la prévention du VIH a connu des changements rapides ces récentes années. Nous savons à présent que les personnes qui prennent un traitement antirétroviral comme prescrit et qui maintiennent une charge virale indétectable n’ont, dans les faits, aucun risque de transmettre le VIH à un partenaire sexuel séronégatif. Pour les personnes qui travaillent à la prévention du VIH et aux services de soutien, il n’est toutefois pas nécessairement simple d’intégrer cette connaissance dans la pratique. Cette séance explorera comment certains organismes et intervenants en matière de VIH au Canada ont modifié la nature de leurs messages sur le risque pour le VIH en se fondant sur la science de la prévention et du traitement du VIH ainsi que sur la campagne I=I.

Modérateur : Jeff Potts, Réseau canadien des personnes séropositives

Conférenciers :

  • Andrea Carter, HIV Community Link, Calgary, AB
  • Sarah Chown, YouthCO, Vancouver, C.-B.
  • Ryan Tran, Asian Community AIDS Services, Toronto, ON
  • Matthew Smith, SIDA Nouveau-Brunswick, Fredericton, N.-B.
  • Aaron Bowerman, Stratégie ontarienne de lutte contre le VIH et le sida à l’intention des Autochtones, Toronto, ON

Le counseling des clients sur le risque de transmission périnatale du VIH dans le contexte d’« I=I »

Cette séance explorera les risques de transmission périnatale/postnatale du VIH dans le contexte d’« I=I » (relatif à la transmission sexuelle du VIH). Les participants verront comment la transmission périnatale/postnatale du VIH se produit; comment les médecins devraient offrir des conseils et du counseling à leurs clientes qui souhaitent procréer ou qui sont enceintes; et certains des enjeux sociaux, culturels et émotionnels que les femmes vivant avec le VIH rencontrent en lien avec la grossesse et l’alimentation du bébé. Ces connaissances contribueront à éclairer les conversations avec les clients au sujet du risque de transmission du VIH et de l’alimentation du bébé afin de les soutenir dans la prise de décisions.

Modératrice : Camille Arkell, CATIE

Conférenciers :

  • Mona Loutfy, Maple Leaf Medical Clinic, Toronto, ON
  • Lena Serghides, Toronto General Hospital Research Institute, University Health Network, Department of Immunology at the University of Toronto, Toronto, ON
  • Saara Greene, McMaster University School of Social Work, Hamilton, ON

Les services de consommation supervisée

Les services de consommation supervisée (SCS) ont fait leurs preuves depuis longtemps pour prévenir les surdoses, réduire la transmission du VIH et de l’hépatite C et offrir des occasions cruciales d’arrimage à une gamme de services et de soins pour les personnes qui consomment des drogues. Cette séance portera sur les facteurs qui facilitent – ou qui entravent – la mise en œuvre et le fonctionnement de SCS. Elle servira de tribune pour discuter d’occasions d’intégrer des modèles de SCS dans des milieux de soins pour le VIH et l’hépatite C (comme les établissements de logement, les hôpitaux, les lieux communautaires, etc.) et pour explorer des domaines émergents en matière de consommation supervisée (inhalation supervisée, pratiques officieuses ou non approuvées dans des sites de prévention des surdoses, modèles dirigés par les pairs, etc.). En outre, cette séance explorera comment des personnes qui consomment des drogues et des utilisateurs de services participent, en tant qu’importants dépositaires d’enjeux, à la mise en œuvre, à la prestation et à l’évaluation continue de services de SCS.

Modérateur : Patrick McDougall, Dr. Peter Centre

Conférenciers :

  • Sandhia Valdamudy, CACTUS, Montréal, QC
  • Chris Buchner, Fraser Health Authority, Surrey, C.-B.
  • Heather Hobbs, AIDS Vancouver Island, Victoria, C.-B.
  • Cindy MacIsaac, Direction 180, Halifax, N.-É.

L’autodépistage du VIH au Canada?

Une trousse d’autodépistage est en cours d’examen par Santé Canada pour l’homologation. L’autodépistage offre le potentiel d’accroître considérablement le recours au dépistage du VIH dans des populations à risque, et en particulier pour des personnes qui rencontrent des obstacles aux services traditionnels de dépistage du VIH, aux échelons des fournisseurs et des systèmes. Il reste toutefois de nombreuses questions à résoudre avant que des trousses d’autodépistage soient mises en marché. Comment les gens y auront-ils accès? Comment assurera-t-on l’arrimage aux soins et aux services de prévention? Pour quelles communautés seront-elles les plus appropriées? Cette séance présentera un survol de la technologie et du procédé d’autodépistage, puis décrira l’utilisation faite de cette technologie au Canada jusqu’à ce jour ainsi que son potentiel.

Modérateur : John Kim, Agence de la santé publique du Canada

Conférenciers

  • John Kim, Agence de la santé publique du Canada, Winnipeg, MB
  • Nitika Pant Pai, Université McGill, Montréal, QC
  • Jane Greer, Hassle Free Clinic, Toronto, ON

Accès au traitement de l’hépatite C : Élargir et diversifier les modèles de traitement pour le VHC

L’année 2017 a été transformatrice en qui concerne l’hépatite C. De nouveaux traitements ont été approuvés; ils peuvent guérir plus de 95 pour cent des personnes qui les prennent pendant huit à 12 semaines, et n’ont que peu d’effets secondaires. Une nouvelle entente a permis d’améliorer l’accès à plusieurs de ces nouveaux médicaments dans certaines parties du Canada. Nous nous attendons à ce que l’accès continue de s’améliorer au pays dans les mois et années à venir.

Quelles sont les répercussions de ces progrès pour les programmes de première ligne qui offrent le traitement de l’hépatite C? À présent que plus d’individus que jamais sont admissibles à recevoir ces traitements, que devons-nous faire pour élargir et diversifier les modèles de traitement de l’hépatite C? Cette séance examinera comment les programmes de traitement qui existent modifient leurs pratiques afin de maximiser le recours au traitement et la guérison; on évaluera comment les programmes de traitement de l’hépatite C peuvent être élargis encore plus.

Modératrice : Suzanne Fish, CATIE

Conférenciers :

  • Lesley Gallagher, Vancouver Coastal Health, Vancouver, C.-B.
  • Mandeep Grewal, Punjabi Community Health Services, Toronto, ON
  • Élaine Polflit, Centre de recherche et d’aide pour les narcomanes (CRAN), Montréal, QC
  • Natasha Tutt, Bloom Clinic, Brampton, ON

12 h 05

Dîner

13 h 05

La stigmatisation structurelle et l’atteinte de nos cibles liées au VIH et à l’hépatite C

La notion de stigmatisation structurelle concerne les conditions sociétales, normes culturelles et pratiques institutionnelles qui limitent les occasions, les ressources et le bien-être de diverses communautés et de certains individus au cours de leur vie. La stigmatisation structurelle, reconnue à travers ces iniquités et injustices, est l’un des principaux obstacles à l’atteinte de nos objectifs dans la réponse au VIH et à l’hépatite C, de même qu’aux cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA et aux cibles de l’OMS en ce qui concerne l’hépatite virale.

Cette séance examinera comment diverses communautés et divers individus sont affectés par la stigmatisation structurelle et comment celle-ci limite nos réponses au VIH et au VHC. On réfléchira aux différences de ses effets selon les communautés ainsi qu’aux ressemblances entre ces effets. On décrira en outre des stratégies pour répondre à la stigmatisation structurelle dans les réponses au VIH et au VHC.

Modératrice : Laurie Edmiston, CATIE

Conférenciers

  • Jody Jollimore, Community-Based Research Centre for Gay Men’s Health, Vancouver, C.-B.
  • Alexandra King, University of Saskatchewan, Saskatoon, SK
  • LaRon Nelson, St. Michael’s Hospital, Toronto, ON
     

14 h

Pause

14 h 15

Séances simultanées

Cette série de séances en petits groupes ciblera des priorités et des modèles de programmes spécifiques en lien avec les communautés africaines, caraïbéennes et noires; les hommes gais, bisexuels, bispirituels et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes; les communautés autochtones; les personnes qui consomment des drogues et les communautés de nouveaux arrivants. Même si ses séances se fondent sur des populations spécifiques, l’intersectionalité constituera un élément central important.

« Ta déprime est différente de la mienne » : Approches à paliers multiples pour améliorer les résultats de santé mentale dans les communautés africaines, caraïbéennes et noires du Canada

Cette séance dynamique présentera aux participants une diversité d’approches (structurelles, programmatiques et cliniques) fondées sur des données, pour réduire les effets néfastes des comorbidités de santé mentale dans la vie des personnes africaines, caraïbéennes et noires (ACN), y compris celles qui vivent avec le VIH.

Vos apprentissages incluront :

  • Un cadre structurel pour organiser des services cliniques qui facilitent un accès sans obstacle au traitement et au soutien pour les personnes vivant avec des dépendances;
  • Un modèle de programme éclairé par le traumatisme, qui aborde les déclencheurs et les défis du maintien du bien-être en santé mentale tout en composant avec la consommation de substances et les dépendances;
  • Un traitement efficace, non intrusif et non pharmacologique qui favorise une guérison rapide de symptômes de trouble de stress post-traumatique;
  • Les ramifications de ces approches fondées sur des données pour l’amélioration des pratiques en matière de traitements, de soins et de soutien pour les personnes et communautés ACN.

Modérateurs : LaRon Nelson et  LLana James,  St. Michael's Hospital

Conférenciers :

LaRon Nelson, St. Michael’s Hospital, Toronto, ON
LLana James, St. Michael’s Hospital, Toronto, ON
Irene Njoroge, Women’s College Hospital, Toronto, ON
Maureen Owino, Committee for Accessible AIDS Treatment, Toronto, ON
Alessandro Bisignano, Committee for Accessible AIDS Treatment, Toronto, ON

Le dépistage de l’hépatite C et l’arrimage aux soins pour les immigrants et nouveaux arrivants au Canada

De récentes données démontrent qu’à peine un peu plus d’un tiers des personnes séropositives pour les anticorps à l’hépatite C au Canada sont nées dans un autre pays. De nouveaux développements concernant le dépistage de l’hépatite C et son traitement ont le potentiel d’accroître l’accès des immigrants et des nouveaux arrivants aux soins; cependant, le défi est de créer des programmes et des services qui arrivent à joindre cette population. En gardant ces points à l’esprit, des professionnels de la santé publique, des cliniciens et des chercheurs présenteront des recherches clés et traiteront de défis spécifiques pour répondre au faible taux de dépistage et aux lacunes de l’arrimage aux soins parmi les immigrants et nouveaux arrivants au Canada.

Modératrice : Melisa Dickie, CATIE

Conférenciers :

  • Naveed Janjua, British Columbia Centre for Disease Control, Vancouver, C.-B.
  • Christina Greenaway, Université McGill et Hôpital général juif, Montréal, QC
  • Fozia Tanveer, CATIE, Toronto, ON
  • Brian Chen, Toronto Public Health, Toronto, ON
  • Sheryl Wolfstadt, Brampton Civic Hospital, Brampton, ON

Le défi de la santé mentale : Développer des services de santé mentale pour les gbHARSAH dans le cadre d’une réponse efficace de prévention combinée du VIH

Notre compréhension évolutive du rôle et de l’impact de facteurs syndémiques sur l’épidémie du VIH parmi les hommes gais, bisexuels et les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (gbHARSAH) a mis en évidence la rareté des programmes et services de santé mentale pour cette population. Considérant les maigres ressources et la capacité limitée du secteur du VIH de mettre en œuvre des services de santé mentale, et le manque de compétence culturelle du secteur de la santé mentale pour aborder la santé mentale des gbHARSAH, comment pouvons-nous répondre à ce défi? À qui le secteur du VIH devrait-il faire appel pour de nouveaux partenariats ou pour renforcer les partenariats existants? Quelle contribution devrait-on demander du secteur de la santé mentale? Et quel rôle le secteur du VIH peut-il jouer dans le développement d’interventions structurelles et individuelles qui répondent aux enjeux de la santé mentale chez les gbHARSAH afin d’appuyer des objectifs de prévention et de soins pour le VIH? Cette séance examinera ces enjeux, présentera des programmes qui abordent la santé mentale et facilitera la discussion sur ce que le secteur du VIH peut faire pour répondre au défi de la santé mentale chez les gbHARSAH.

Modérateur : Phillip Banks, Peel HIV/AIDS Network, Mississauga, ON

Conférenciers :

  • Lance McCready, University of Toronto, Toronto, ON
  • Alexandre Dumont Blais, RÉZO, Montréal, QC
  • Matt Harding, MAX, Ottawa, ON

Autochtoniser la réduction des méfaits

Alors que les services de réduction des méfaits s’efforcent d’améliorer leur sensibilité culturelle, les pratiques, programmes et recherches dans ce domaine continuent de s’appuyer en grande partie sur des principes occidentaux issus de la colonisation. Comment pourrait-on adapter les services de réduction des méfaits de manière à mieux servir les personnes autochtones qui consomment des drogues et qui sont affectées par le VIH et le VHC?

Modératrice : Alexandra King, University of Saskatchewan

Conférenciers :

  • Trevor Stratton, Réseau canadien autochtone du sida, Mississaugas of the New Credit First Nation, ON
  • Shelda Kastor, Western Aboriginal Harm Reduction Society, Vancouver, C.-B.
  • Delilah Gregg, Western Aboriginal Harm Reduction Society, Vancouver,  C.-B.
  • Shohan Illsley, Manitoba Harm Reduction Network, Winnipeg, MB
  • Wanda Whitebird, Stratégie ontarienne de lutte contre le VIH et le sida à l’intention des Autochtones, Toronto, ON

15 h 30

Pause

15 h 45

Le rôle de la réponse au VIH et à l’hépatite C devant la crise des surdoses

Cette séance améliorera la compréhension de la crise des surdoses aux opioïdes au Canada, de ses racines et de son impact sur les personnes vivant avec le VIH et touchées par l’hépatite C. Elle mettra les participants au défi de réfléchir à leur rôle, en tant que fournisseurs de services liés au VIH et au VHC, pour répondre à cette crise.

Modérateur : Liam Michaud, CATIE

Conférenciers :

  • Shelda Kastor, Western Aboriginal Harm Reduction Society, Vancouver, C.-B.
  • Delilah Gregg, Western Aboriginal Harm Reduction Society, Vancouver,  C.-B.
  • Jordan Westfall, Canadian Association of People Who Use Drugs, Vancouver, C.-B.
  • Mark Tyndall, British Columbia Centre for Disease Control, Vancouver, C.-B.
  • Yvette Perreault, AIDS Bereavement and Resiliency Project of Ontario, Toronto, ON

16 h 45 – 17 h

Remerciements et mot de la fin