Un guide pratique du traitement antirétroviral pour les personnes vivant avec le VIH

2.1 Le système immunitaire

Le système immunitaire protège le corps contre les microbes qui causent des maladies, y compris les bactéries, les virus, les champignons et les parasites, ainsi que les cellules cancéreuses.

En temps normal, le système immunitaire peut distinguer entre ce qui appartient à votre corps et ce qui ne lui appartient pas. Il « se souvient » de ses rencontres antérieures avec des microbes pathogènes (par exemple, le virus qui a causé la varicelle de votre enfance) et il sait comment se défendre. Il apprend aussi à répondre aux envahisseurs qu’il n’a jamais vus auparavant en développant des défenses spécifiques contre eux.

À l’extérieur du corps

La peau est la première ligne de défense de votre système immunitaire. Elle fournit une barrière physique qui empêche les bactéries et les virus de pénétrer dans le corps. Il est à souligner que le VIH ne peut pas traverser une peau saine et intacte.

Par contre, le VIH et d’autres pathogènes peuvent être transmis à travers les muqueuses du corps. Celles-ci sont les revêtements humides qui couvrent les cavités et les organes du corps, tels que le vagin, le rectum et l’urètre (tube par lequel l’urine sort du pénis ou de la vulve). Il n’est pas nécessaire que ces tissus soient endommagés ou qu’ils saignent pour être infectés : le VIH peut infecter les cellules de la muqueuse du vagin, du rectum ou du pénis, même si ces tissus sont en bonne santé.

À l’intérieur du corps

Lorsque des microbes pathogènes parviennent à entrer dans le corps, les composants internes du système immunitaire passent à l’action. Après avoir repéré les envahisseurs, leur rôle consiste soit à les détruire soit à les rendre inoffensifs. Le système immunitaire se compose des globules blancs, des ganglions lymphatiques et d’autres tissus corporels comme les amygdales et l’intérieur des intestins. Le système immunitaire compte d’autres éléments aussi, tels que la moelle osseuse, le thymus, la rate et l’appendice. Chacun de ces composants joue un rôle différent dans la lutte contre les infections.

Le système lymphatique revêt une importance particulière pour les personnes vivant avec le VIH. Il se compose d’un réseau de vaisseaux qui ressemblent aux veines, aux artères et aux capillaires qui transportent du sang dans toutes les parties du corps. Cependant, à la place du sang, les vaisseaux lymphatiques transportent un liquide clair et aqueux appelé lymphe.

Celui-ci achemine les corps étrangers loin des cellules du corps. Les vaisseaux lymphatiques traversent les tissus et les ganglions lymphatiques. À l’intérieur de ceux-ci, les cellules du système immunitaire attrapent et filtrent les corps étrangers—bactéries, virus et autres microbes—afin de les détruire.

Il y a entre 500 et 1 000 ganglions et tissus lymphatiques dispersés à travers le corps. On trouve de grandes grappes de ganglions dans le cou, les aisselles et au niveau de l’aine, mais c’est dans l’abdomen où ils sont les plus nombreux. Parfois, lorsque vous avez une infection, vous pouvez constater que vos ganglions sont enflés dans ces régions. Cette enflure est signe que vos ganglions lymphatiques répondent à la présence de microbes indésirables.

Chaque ganglion lymphatique contient des millions de cellules immunitaires qui identifient et détruisent les microbes qui causent des maladies. On appelle ces cellules anti-infectieuses des globules blancs ou leucocytes, et elles jouent un rôle de premier plan dans la réponse immunitaire.

Les cellules immunitaires

Il existe de nombreuses catégories de globules blancs. Ne vous inquiétez pas si vous avez de la difficulté à vous rappeler la fonction particulière de chacune d’entre elles. Les cellules CD4 revêtent une grande importance pour les personnes séropositives, mais les autres sortes de globules blancs seront rarement mentionnées lors de vos consultations médicales. Pourtant, si le sujet vous intéresse, la liste suivante devrait vous donner une bonne idée de ce que sont les différentes cellules.

Les leucocytes constituent la catégorie la plus nombreuse car elle regroupe toutes les sortes de globules blancs. (Leuco veut dire blanc et cytes veut dire cellules.)

Les lymphocytes sont une catégorie de leucocytes qui comprend les cellules T. Les lymphocytes se distinguent les uns des autres par des molécules appelées récepteurs qui se trouvent à leur surface. Les fonctions particulières des cellules T dépendent de ces récepteurs.

Il existe une catégorie de cellules T appelées cellules CD4 qui sont particulièrement importantes pour les personnes vivant avec le VIH. Les cellules CD4 portent le nom d’une protéine qui se trouve à leur surface comme une empreinte digitale. Ces cellules dirigent l’attaque contre les infections. Elles libèrent des messagers chimiques appelés cytokines qui incitent d’autres cellules immunitaires à fabriquer des anticorps ou à détruire les cellules infectées. Les cellules CD4 sont parfois comparées au capitaine d’une équipe de sport ou à un chef d’orchestre parce qu’elles dirigent la réponse immunitaire.

Parfois, je fais semblant d’encourager mes cellules CD4 pour qu’elles se dirigent vers une coupure au bout de mon doigt. C’est ma façon de me rappeler que mes cellules CD4 sont encore là pour me garder en santé.
—André

Les cellules CD8 sont des cellules T dont la surface est dotée d’une protéine appelée CD8. Lorsque les cellules CD8 reconnaissent un envahisseur spécifique, tel que le VIH, elles produisent des lymphocytes T cytotoxiques (LTC), couramment appelés cellules T tueuses. Les LTC recherchent et détruisent d’autres cellules qui sont déjà infectées ou cancéreuses.

Les cellules B sont des lymphocytes qui fabriquent et sécrètent des anticorps. Un anticorps est une protéine qui s’accroche aux bactéries ou aux virus. Une fois accroché à l’envahisseur indésirable, l’anticorps envoie un signal aux autres cellules immunitaires pour qu’elles viennent détruire l’ennemi. Chaque cellule B est programmée de sorte à fabriquer un anticorps spécifique. Par exemple, il existe une cellule B qui fabrique l’anticorps qui combat le virus de la varicelle, alors qu’une autre produit l’anticorps contre la bactérie causant la pneumonie. Le système immunitaire produit des anticorps contre le VIH, mais ceux-ci sont incapables de protéger le corps contre la transmission du virus.

Les macrophages sont des cellules immunitaires qui exercent de nombreuses fonctions, comme avertir le système immunitaire de la présence de microbes indésirables ou aider à combattre et à détruire les cellules infectées par le VIH ou cancéreuses.

Les cellules dendritiques sonnent l’alarme lorsqu’un envahisseur est présent, afin d’inciter le reste du système immunitaire à passer à l’action et à intensifier sa réponse aux microbes.

Les cellules tueuses naturelles sont des lymphocytes qui aident à prévenir la propagation des infections en tuant les cellules déjà infectées. (Elles détruisent les cellules cancéreuses aussi.) Les cellules tueuses naturelles contribuent aussi à gérer la production d’autres cellules immunitaires. Elles semblent contribuer grandement au combat que livre le corps contre le VIH.