Vision positive

printemps/été 2010 

L’extraordinaire aventure olympique de Tom

Une PVVIH. Un flambeau olympique. Un rêve exaucé.

par Tom Hammond

EN AVRIL 2009,  j’ai eu une chance inouïe : je me suis inscrit à un concours pour participer au relais de la flamme olympique pour les Jeux d’hiver de 2010 à Vancouver. Pour gagner, il fallait que j’écrive une promesse par laquelle je m’engageais à faire du Canada un pays où il fait encore meilleur vivre. Étant atteint du VIH depuis 18 ans et offrant mon soutien aux personnes vivant avec le VIH (PVVIH) depuis une dizaine d’années, j’ai tout de suite su que ma promesse consisterait à lutter sans relâche contre la stigmatisation et la discrimination liées au VIH, tant dans ma communauté locale (Guelph, Ontario) qu’à l’échelle nationale.

Lorsque j’ai appris que j’étais séropositif, ma phobie du sida m’a empêché de solliciter le soutien et les soins dont j’avais besoin. J’ai perdu le contrôle de ma vie. Plusieurs années plus tard, lorsque j’ai repris ma vie en main, je me suis rendu compte que je souhaitais raconter mon expérience afin que les autres PVVIH ne souffrent pas comme j’avais souffert.

Dans le cadre de mon travail à l’AIDS Committee of Guelph & Wellington County, je m’efforce d’amener les personnes vivant avec le VIH à prendre elles-mêmes le contrôle de leur situation et à leur donner de l’espoir. Mes collègues, mes clients et moi suivons le mantra suivant : « Imaginez les possibilités ». Ce mantra occupait tout mon esprit lorsque j’ai rempli mon inscription en ligne. Et cela a fonctionné! Je serai porteur du flambeau 010 et mon segment du relais, qui fait 300 mètres de long, longe le bord de la route à partir d’Owen Sound en Ontario.

Il fallait que je me prépare. Quelques mois avant le relais, mes collègues, dont l’une est une coureuse passionée, ont suggéré d’entreprendre des entraînements réguliers. Ils ont conclu aussi que nos entraînements seraient une excellente manière d’amasser des fonds. Je me suis donc engagé à courir 100 kilomètres dans l’espoir de réunir 1 000 $ pour Centraide Canada au nom de notre agence. Je ne me croyais même pas capable de courir 300 mètres, mais nous nous sommes entraînés trois fois par semaine durant notre heure de dîner, parcourant chaque fois une distance de cinq kilomètres. Plus l’été avançait, plus j’attendais nos séances d’entraînement avec impatience et, malgré mes blessures, qui étaient nombreuses, j’ai atteint mon objectif.

Le jour J est finalement arrivé. Le matin du 29 décembre était froid comme les autres matins d’hiver : -20°C à 7 heures. Au moment où je descendais de la navette, les personnes qui étaient venues voir la flamme s’approchaient pour être prises en photo avec moi. Je les ai invitées à tenir le flambeau de trois livres pendant que je répondais à leurs questions. Alors que les flashs des appareils photo éclairaient la noirceur matinale, j’arborais un sourire permanent. De nombreux véhicules se sont approchés, et j’ai vu le porteur du flambeau qui me précédait se préparer à me passer la flamme. Des gardiens de sécurité m’encerclaient pendant que les bénévoles des Jeux olympiques me guidaient sur le parcours. Nos flambeaux se sont touchés et le mien s’est allumé. Le moment que j’avais tant attendu était arrivé. J’ai pris une grande respiration, je me suis tourné vers la foule et j’ai réfléchi quelques instants à ma promesse. Ensuite, j’ai couru.

Tom Hammond est directeur exécutif de l’AIDS Committee of Guelph & Wellington County.

Photographie: © 2009 The Vancouver Organizing Committee for the 2010 Olympic and Paralympic Winter Games