Vision positive

printemps/été 2005 

Lettre de la rédactrice

par RonniLyn Pustil

L'ARTISTE VANCOUVÉROIS JOE AVERAGE— dont la photo orne notre couverture en compagnie d’une toile de sa série d’études de palmiers — a dit une chose frappante pendant notre entretien qui est resté avec moi : « Le VIH m’a sauvé la vie parce qu’il m’a poussé à vivre de mon art ». (Il a peint la série de palmiers à un moment où il avait désespérément besoin de vacances mais trop peu d’argent pour partir.) Faisant face à sa mortalité, Joe a décidé de passer son temps à faire ce qui lui plaisait, alors il a pris un risque. Pinceau en main, il a transformé son hobby en gagne-pain.

Le reste appartient à l’histoire. Aujourd’hui, les lignes audacieuses et les images enjouées des oeuvres de Joe se reconnaissent facilement, tant au Canada que partout dans le monde. Plusieurs ont eu un premier aperçu de son talent lors de la Conférence internationale sur le sida de Vancouver en 1996. Joe a créé l’image du logo de la conférence, ce qui a lancé sa carrière. Il a gagné de nombreux prix et son oeuvre a été comparée à celle du regretté Keith Haring, artiste populaire américain décédé des suites du sida.

Joe n’a cependant rien peint depuis cinq ans. La prise en charge de sa santé est devenue un emploi à temps plein et il ne lui reste plus de temps ou d’espace cérébral pour produire de l’art. Sa santé est devenue son chef d’oeuvre le plus exigeant.

Si le VIH a autrefois incité Joe à vivre de son art, il l’oblige maintenant à faire de sa vie une oeuvre d’art. Il y a là un message profond pour chacun d’entre nous. Au bout du compte, bien que la lutte contre le VIH soit largement une question de résultats de laboratoire, de chiffres et de données scientifiques, vivre avec le virus est un art en soi.

Dans Vision positive, nous espérons vous fournir quelques outils pour vous aider à créer votre propre chef d’oeuvre. Dans ce numéro, le diététiste Doug Cook vous sert des conseils nutritionnels pour combattre l’insulinorésistance; la physiothérapeute Kelly O’Brien vante les bienfaits de l’exercice, et Greg Robinson raconte l’odyssée de son foie. Vous trouverez aussi des articles sur le rôle des pharmaciens et les essais cliniques.

Comme toujours, il nous ferait plaisir de recevoir vos commentaires, donc ne soyez pas timide. Prenez votre plume (ou pinceau) et envoyez-nous un mot, ou faites parvenir vos courriels à info@catie.ca.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.