Vision positive

Hiver 2016 

Les jalons du traitement

1981
  • On fait état des premiers cas de ce que l’on nommera plus tard le sida parmi des hommes gais et des personnes qui s’injectent des drogues.
1984
  • Des scientifiques français dirigés par Françoise Barré-Sinoussi identifient le virus à l’origine du sida : le VIH.
1987
  • La Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis approuve le premier médicament antirétroviral, l’AZT.
  • Le militant Kevin Brown de Vancouver réclame l’accès à l’AZT auprès du gouvernement canadien.
1990
  • Le ministre de la Santé du Canada annonce le financement d’une stratégie nationale de lutte contre le sida.
  • Le Programme de médicaments d’urgence du Canada permet l’accès à des traitements non approuvés pour combattre des affections liées au sida.
1993
  • On découvre que le VIH de certaines personnes est résistant à l’AZT même si elles n’ont jamais pris ce médicament. Cela veut dire que les souches résistantes du virus peuvent se transmettre d’une personne à une autre.
1994
  • Les chercheurs découvrent que l’AZT réduit de deux tiers le risque de transmission du VIH d’une mère à son bébé pendant la grossesse.
1995
  • La FDA approuve le premier des inhibiteurs de la protéase, une nouvelle classe de médicaments antirétroviraux.
1996
  • La trithérapie, également appelée thérapie antirétrovirale hautement active (HAART) et subséquemment la TAR, devient le traitement standard contre le VIH.
1997
  • Le nombre de décès liés au VIH chute considérablement pour la première fois au Canada.
1998
  • La prophylaxie post-exposition (PPE), soit l’usage de médicaments anti-VIH par une personne séronégative pour prévenir l’infection dans les 72 heures suivant l’exposition au virus, voit le jour.
1999
  • On découvre qu’une seule dose de névirapine réduit efficacement la transmission mère-enfant pendant la grossesse. Cela entraîne une chute vertigineuse du nombre de bébés nés avec le VIH.
2006
  • Atripla, le premier comprimé trois-en-un, est approuvé.
  • Le Dr Julio Montaner introduit le concept de traitement comme outil de prévention lors de la Conférence internationale sur le sida : il s’agit du dépistage à grande échelle du VIH et de l’administration de la TAR aux personnes séropositives, afin d’améliorer leur qualité de vie et de prévenir la transmission. Lancée en Colombie-Britannique, cette stratégie « dépister et traiter » est maintenant utilisée dans de nombreuses régions.
2009
  • L’ONUSIDA réclame la mise sur pied de programmes visant l’élimination quasi totale de la transmission mère-enfant du VIH avant 2015.
2011
  • L’essai HPTN 052 révèle que le traitement du VIH réduit énormément le risque de transmission du VIH.
2012
  • La FDA approuve l’utilisation du médicament anti-VIH Truvada pour prévenir le VIH (prophylaxie pré-exposition ou PrEP).
2014
  • L’étude PARTNER révèle que le traitement du VIH réduit le risque de transmission du VIH parmi les hommes gais.
2015
  • L’essai START confirme que le risque de maladies graves et de décès diminue énormément quand une personne commence la TAR lorsque son compte de CD4 est encore élevé. Cela confirme la pertinence d’offrir le traitement le plus tôt possible à tout le monde. Les lignes directrices thérapeutiques sont révisées en conséquence.