Vision positive

hiver 2015 

Signaux de fumée

Avec la présente impasse pour les lois sur la marijuana médicinale, qu’en est-il pour les personnes qui comptent dessus? Peter Carlyle-Gordge tranche dans la fumée.

 

Des milliers de personnes vivant avec le VIH, au Canada, considèrent la marijuana comme étant essentielle à la prise en charge de leur maladie — pour stimuler leur appétit, prendre du poids, soulager la nausée, la douleur, l’anxiété et la dépression. Rosa Colavito-Palao, thérapeute au Nine Circles Community Health Centre du centre-ville de Winnipeg, compte de nombreux clients qui vivent avec le VIH et d’autres troubles de santé et pour lesquels la marijuana s’avère un cadeau du ciel. « Des gens tirent de grands bienfaits médicinaux et un grand soulagement physique de leur consommation de cannabis », dit-elle.

Un de ses clients, Chris, un homme séropositif de 49 ans fume du pot à des fins médicinales depuis des dizaines d’années. Il travaillait comme cuisinier dans des camps de forage minier du nord du Manitoba, mais a dû quitter son emploi et devenir prestataire de l’assurance-emploi pour cause de maladie et de fatigue débilitantes. Diagnostiqué séropositif en 1986, alors qu’il n’avait que 21 ans, Chris se sert du pot pour soulager ses nausées, ses problèmes intestinaux et d’autres effets secondaires liés au traitement anti-VIH. « Sans celui-ci, je ne pense pas que je serais capable de manger », dit-il. Plus récemment, l’herbe l’a aidé avec de nouveaux problèmes de santé. En raison du système immunitaire de Chris qui est « totalement à plat », il a développé de graves lésions cérébrales il y a sept ans qui ont causé une douleur neurologique et des problèmes d’équilibre et de mobilité. Fumer de la marijuana a aidé avec tous ces symptômes. « J’ai besoin de mon pot pour la douleur chronique, dit-il, ça me donne de l’appétit et de l’énergie — sans cela, je suis complètement léthargique et je mets une heure ou plus pour marcher jusqu’à la clinique. » Chris paie environ 10 $ le gramme et, vu son faible revenu, il le rationne minutieusement.

Pour les personnes comme Chris, qui utilisent la marijuana à des fins thérapeutiques, les manchettes changeantes et les reportages ont embrouillé la situation : difficile de savoir où les choses en sont pour la marijuana médicinale dans ce pays. Que savons-nous donc des changements apportés aux lois et des conditions à venir?

La marijuana comme médicament

À proprement parler, il est illégal d’acheter, d’utiliser, de produire ou de posséder du cannabis — aussi appelé herbe, mari, pot au Canada. En 2000, cependant, la Cour suprême a ordonné au gouvernement fédéral d’établir un système qui permettrait à certaines personnes d’utiliser cette drogue à des fins médicinales. En réponse à ce jugement, Ottawa a créé un système prévoyant que les gens puissent demander à Santé Canada une autorisation qui leur permettrait de posséder des quantités limitées de marijuana médicinale achetées auprès d’un fournisseur approuvé par le gouvernement ou obtenir un permis pour faire pousser leur propre pot pour consommation personnelle ou désigner quelqu’un pour le faire.

Lorsque l’on a commencé à autoriser des Canadiens à posséder de la marijuana à des fins médicinales, moins de 500 personnes sont devenues utilisatrices en toute légalité; aujourd’hui, Santé Canada estime leur nombre à environ 40 000. Une foule de centres de compassion ont germé, à travers le Canada, pour satisfaire le besoin en fournissant un approvisionnement sécuritaire du produit. Ils affirmaient que le pot approuvé par le gouvernement était coûteux, la qualité douteuse et que toute la paperasse à remplir pour obtenir un permis était décourageante.

Ainsi, des dizaines de centres de compassion ont servi de dispensaires de marijuana médicinale à des personnes ayant des troubles de santé d’une grande diversité, comme le VIH, la neuropathie périphérique, le cancer, la sclérose en plaques, l’épilepsie. Ils ont opéré dans un flou juridique et, le plus souvent, la police a fermé les yeux (bien que certains centres de compassion ont fait l’objet d’arrestations — lisez « Cultiver la compassion » dans le numéro d’été 2007 de Vision positive).

Santé Canada n’accorde pas d’autorisation aux centres de compassion et ne les appuie pas; il considère encore la marijuana comme une substance dangereuse et dont les bienfaits ne sont pas démontrés. Pourtant, il y a plus de dix ans, le Sénat a vivement reproché au gouvernement canadien de faire fi de l’expérience et de l’expertise considérables des centres de compassion. Un rapport du Sénat a affirmé que les règlements gouvernementaux échouaient à faciliter l’accès à la marijuana médicinale et que « la continuation de la prohibition met la santé et le bien-être des Canadiens davantage en danger que la substance elle-même ». Il a recommandé que Santé Canada prenne des mesures pour faciliter le développement de centres de compassion.

Nouvelle réglementation

Saut en avant : 2014. En avril, Ottawa a déposé une nouvelle réglementation. On a retiré aux individus le droit de cultiver leur propre marijuana; on a ouvert la porte à ce que des entreprises commencent à en fournir. Plusieurs entreprises souhaitent vivement le faire et se tailler une part du marché de la marijuana légale : on estime que cette industrie générera 1,3 milliard $ d’ici 2024.

Selon la nouvelle réglementation, les producteurs doivent respecter des normes strictes de sécurité et de qualité et aviser la police locale, dans le cadre de leur demande de licence de producteur.

Selon les estimations de Santé Canada, le nombre de personnes autorisées à faire usage de marijuana médicinale décuplera, au cours de la prochaine décennie, pour atteindre les 309 000, à mesure que se développera le corpus de données sur l’efficacité de la drogue et que les médecins disposés à la prescrire seront plus nombreux.

En vertu du nouveau Règlement sur la marihuana à des fins médicales (RMFM), les médecins sont devenus en fait les gardiens de l’accès. Ils ont à déterminer qui peut avoir accès légalement à la substance. Or c’est un rôle à l’égard duquel plusieurs médecins sont réticents.

Par le passé, les personnes qui faisaient une demande au programme de marijuana médicinale devaient faire signer leur formulaire de demande par leur médecin, ce qui démontrait que celui-ci était informé de la consommation de marijuana médicinale par son patient; mais Santé Canada avait le dernier mot. En vertu de la nouvelle réglementation, on demande simplement un document à son médecin, un peu comme on obtient une ordonnance.

Questions brûlantes

Ces changements ont soulevé des questions brûlantes. La nouvelle loi signifie-t-elle que les actuels producteurs privés qui détiennent un permis devront détruire leurs récoltes et se débarrasser du matériel onéreux qu’ils ont acquis pour la culture? Les entreprises commerciales seront-elles capables d’emboîter le pas et de fournir des quantités adéquates aux personnes qui en ont besoin ou les personnes qui comptent sur la marijuana médicinale ont-elles à craindre une pénurie?

Autre inquiétude : en vertu du nouveau régime de réglementation, si la marijuana n’est vendue qu’en feuilles séchées pour fumer, que feront les utilisateurs qui ne sont pas capables de la fumer pour des raisons de santé — comme les personnes atteintes de cancer du poumon ou de maladie respiratoire obstructive chronique — qui doivent adopter d’autres modes de consommation? Contrairement aux centres de compassion qui offrent la marijuana sous forme de capsules, de crèmes, de teintures, de produits alimentaires, d’extraits et de concentrés, les entreprises détentrices de permis ne peuvent vendre que des bourgeons séchés.

Les centres de compassion sont capables d’offrir ces divers produits ainsi que du counseling sur la marijuana et les questions de santé. Plusieurs médecins n’ont pas cette expertise, mais ils seront les uniques décideurs quant à qui peut consommer de la marijuana médicinale.

Et, dernière préoccupation, mais non la moindre : le prix. Le prix de la marijuana séchée provenant d’entreprises commerciales ayant un permis varie, mais il est généralement plus élevé que celui de la marijuana séchée achetée auprès de Santé Canada ou cultivée chez soi. Comme Chris, de nombreux utilisateurs de marijuana médicinale ont un revenu limité et n’ont pas les moyens de payer des prix plus élevés.

Contestations judiciaires

Le nouveau règlement, qui interdit la production individuelle, devait entrer en vigueur en avril 2014, mais en raison de contestations judiciaires, les personnes qui sont autorisées à cultiver, à acheter et à consommer de la marijuana en vertu de l’ancien règlement peuvent continuer de le faire pour l’instant. L’ancien système demeure légal jusqu’à la conclusion d’une poursuite en cours à Vancouver.

Un juge en Colombie-Britannique a pris le parti d’une coalition de patients qui affirme que le nouveau règlement viole les droits constitutionnels des patients à la santé et à la liberté. Il a accordé une injonction permettant aux patients actuels de continuer leurs cultures jusqu’à la conclusion de l’affaire. Le juge a accepté l’argument voulant que le nouveau programme n’offre pas un accès adéquat et que certains patients seront incapables de se payer de la marijuana aux prix demandés par les producteurs autorisés.

Dans une autre affaire, quatre plaignants contestent le caractère arbitraire et restrictif du nouveau règlement. Il s’agit d’une affaire déposée à la cour fédérale; on s’attend à ce qu’elle dure trois semaines, et s’ouvre à Vancouver le 23 février. Certains des quatre plaignants cultivent leur propre marijuana pour s’assurer de sa qualité, de son innocuité et de son efficacité, et ils ont investi des sommes considérables pour le faire. Ils affirment avoir constaté que le marché noir ainsi que l’unique producteur présentement autorisé par le gouvernement, Prairie Plant Systems, ne sont pas des sources fiables pour ce qui concerne la constance de la qualité. De plus, ils affirment que le nouveau règlement est arbitraire et peu fiable.

Le gouvernement Harper entend s’opposer à cette contestation constitutionnelle.

Quelles que soient les décisions des cours, on peut s’attendre à ce que plusieurs personnes continuent de se procurer leur marijuana sur le marché noir, parce qu’ils sont soit incapables de payer les prix demandés par les futurs producteurs soit de trouver un médecin disposé à leur donner une ordonnance. Il y a peu de chances que les personnes qui achètent actuellement leur marijuana illégalement se ruent pour utiliser le nouveau système.

La résolution de cette situation pourrait bien être de nature politique. Le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, est en faveur de légaliser la marijuana, ce qui gagnera certainement des appuis électoraux de la part d’utilisateurs. « J’ai beaucoup écouté, beaucoup lu et me suis intéressé de près aux études qui sont sorties sur la question, dit Trudeau, et j’ai réalisé que la légalisation est la voie responsable ». A l’approche d’une élection fédérale, les leaders des partis seront probablement en première ligne pour expliquer précisément ce qu’ils comptent faire à propos de la marijuana médicinale.

Perspectives sur le pot

« Je crois que ça devrait être décriminalisé, puisque les utilisateurs de marijuana médicinale ont assez de soucis sans devoir craindre que la police frappe à leur porte… Au Canada nous semblons aller en arrière. Le gouvernement complique la tâche des gens malades qui ont besoin de s’en procurer.

Le pot m’aide énormément à continuer à vivre. Je ne crois pas que le gouvernement a le droit de se mêler de ma façon de me procurer un médicament d’efficacité démontrée qui aide bon nombre d’entre nous à surmonter nos douleurs. »

—Chris, qui vit avec le VIH depuis 28 années

« Nous voulons rappeler aux Canadiens que la marihuana n’est pas une drogue ou un médicament homologué au Canada. Santé Canada n’approuve pas son utilisation. »

—Santé Canada, communiqué de presse du 31 mars 2014

« La solution simple est de décriminaliser cette drogue. Cela éliminerait les obstacles à son obtention et la crainte d’être arrêtées pour les personnes qui font déjà face à des défis majeurs. Il y a des gens qui cultivent eux-mêmes leur pot et sont très à l’aise de l’ingérer ou de le fumer, car ils savent exactement de quoi il s’agit et d’où il vient. Peut-être qu’il pourrait être possible de permettre à la fois que l’on achète sa marijuana réglementée et qu’on la fasse pousser soi-même. »

—Rosa Colavito-Palao, thérapeute, Nine Circles Community Health Centre

« L’Association médicale canadienne maintient toutefois catégoriquement sa position : elle n’appuiera pas l’utilisation médicale de cette drogue tant que les nombreuses questions au sujet de son innocuité, de son efficacité, de la posologie et du mode d’administration resteront sans réponse. »

—Association médicale canadienne

Pour savoir comment faire une demande de marijuana médicinale selon le nouveau RMFM, visitez www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/marihuana/access-acceder-fra.php

Le Winnipégois Peter Carlyle-Gordge est un ancien rédacteur de Macleans, Time Canada et The Financial Post. Il a également travaillé comme annonceur à la radio et réalisateur pour CBC et est un ancien correspondant du R.-U pour The Toronto Star. Dans les années 80, il était le président de la clinique Village (maintenant appelée Nine Circles Community Health Centre).