Vision positive

hiver 2013 

Emportés mais pas oubliés

Tour d’horizon des monuments commémoratifs du sida d’un océan à l’autre

par Melissa Egan, Barb Panter et Debbie Koenig

 

Monument commémoratif du sida de Vancouver

Monument commemoratif du sida de Vancouver

Emplacement : Sunset Beach West
Artiste : Bruce Wilson

Niché au bord de la colline au pied de la rue Broughton dans le quartier West End de la ville, le Monument commémoratif du sida de Vancouver rend hommage aux résidents de C.-B. décédés de maladies liées au sida.

Soutenu par l’initiative du Dr Joss de Wet, médecin spécialiste de la lutte contre le sida, ce monument commémoratif a pris une décennie avant d’être réalisé tout en touchant la vie de nombre de personnes partout dans la province. C’est en 1994, après avoir vu mourir du sida de nombreux patients et amis, que le Dr de Wet lança une campagne pour la construction du mémorial. Après avoir choisi Sunset Beach comme emplacement, un concours a été organisé afin de déterminer le concept du monument. Parmi plus de 70 soumissions, le ruban d’acier avec vue de la baie English a été sélectionné. La construction a été terminée en 2004.

C’est dans la patine rouillée aux tons cuivrés de la structure ondulante en acier que sont gravés les noms de ceux qui sont décédés. Chaque jour, les noms inscrits sur le monument commémoratif sont ornés de fleurs et de messages glissés entre les lettres — témoignages d’amour, de souvenir et du manque laissé par les personnes disparues. L’artiste Bruce Wilson a dédié ce monument « à la mémoire de ceux qui ont péri par le VIH/sida, aux soignants qui ont soulagé leur décès, et à tous ceux qui continuent à vivre avec la présence de leur absence ».

L’organisme Positive Living BC organise une veille aux chandelles annuelle au cours de laquelle les vagues de l’océan à proximité servent de fond sonore.

 

Parc de l’espoir

Parc de l'espoir

Emplacement : rues Ste-Catherine et Panet, à Montréal
Artiste : Marc Pageau

Le 1er décembre 1990, une manifestation de ACT UP (AIDS Coalition to Unleash Power) à Montréal s’est terminée par 1 400 rubans noirs attachés à des branches d’arbres dans un terrain vide du Village gai de Montréal, afin de commémorer les vies des personnes mortes du sida au Québec. Quelques jours plus tard, la Ville a entrepris d’enlever les rubans. Ce janvier-là, des rubans de toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ont été attachés à ces mêmes arbres et portaient les noms de personnes décédées du sida. Des ours en peluche et autres objets personnels ont été placés au pied des arbres au cours des plusieurs mois suivants. Ce fut le début d’une campagne pour revendiquer que le site devienne un parc commémoratif du sida.

Des années plus tard, la bataille a finalement été gagnée quand la municipalité a accepté de désigner ce lieu comme parc commémoratif : à l’été 1996, le parc a été officiellement inauguré le Parc de l’espoir.

De grands blocs de granite noir poli (censés symboliser la mort) sont juxtaposés au jardin (qui représente la vie) à l’arrière de l’espace public. Les jours ensoleillés, les gens se rassemblent sur les blocs pour regarder circuler les foules sur la rue Sainte-Catherine.

 

Monument commémoratif du sida

Monument commemoratif du sida

Emplacement : Cawthra Park, à Toronto
Concepteur : Patrick Fahn
Paysagiste : Alex Wilson

Le Monument commémoratif du sida de Toronto fut l’idée originale d’un groupe d’hommes gais mené par l’activiste de lutte contre le sida Michael Lynch. En 1988, Lynch a fondé un comité d’action bénévole pour concrétiser son idée première. Au début, un monument commémoratif temporaire était érigé chaque année lors de la Journée de la fierté gaie et lesbienne. Deux ans plus tard, un concours de design a été organisé afin de créer un monument permanent, qui a été inauguré en 1993 devant le centre communautaire 519, rue Church.

Le monument commémoratif offre à toutes les personnes touchées par le sida un espace pour faire le deuil, se souvenir et célébrer tous ceux qui sont décédés de maladies liées au sida. Quatorze piliers triangulaires en béton, disposés en demi-cercle, comportent des plaques en acier inoxydable sur lesquelles sont gravés les noms des défunts. Patrick Fahn a conçu le monument afin que les plaques soient mises à jour.

Chaque mois de juin, une veille est organisée dans le parc, et les noms de ceux qui sont morts dans l’année sont ajoutés. Il est triste de dire que les noms de Michael Lynch, qui a été emporté avant que le monument ne soit terminé, et d’Alex Wilson, qui a conçu le paysage autour de la structure, sont maintenant parmi eux.

Les visiteurs sont accueillis par des poèmes de Michael Lynch et de Shoshanna Addley. Le poème de Shoshanna Addley rend hommage à ceux qui sont sans nom (« To those unnamed ») :

Our strength, though withered and sapped, regenerates here.
Each name on each standing stone remarks thousandfold
upon those unmarked from sea to sea…
(Notre force, bien que flétrie et minée, se régénère ici.
Chaque nom sur chaque pierre érigée rappelle mille fois
Ceux qui sont inconnus d’une mer à l’autre…)

 

Monument commémoratif du sida de Terre-Neuve-et-Labrador

Monument commemoratif du sida de Terre-Neuve-et-Labrador

Emplacement : CSTNL, à St. John’s, Terre-Neuve
Artiste : Don Short

L’artiste Don Short a conçu et créé ce panneau multimédia avec l’aide du personnel et de bénévoles du Comité sida de Terre-Neuve-et-Labrador (CSTNL), qui l’abrite. Inauguré en été 2010, le panneau rend hommage aux vies des personnes ayant vécu avec le VIH et qui ont été soit des clients, soit des bénévoles du CSTNL, depuis que l’organisme de lutte contre le sida a ouvert ses portes en 1988. Selon les mots de Don Short, le monument « rend hommage au courage de ceux qui ont affronté le sida de plein fouet, malgré les obstacles, la stigmatisation et l’isolement auxquels ils ont été confrontés durant leur lutte contre la maladie ».

Le montage sculptural comprend un socle de bois avec un faux fini et une peinture d’un monument commémoratif du sida situé en bord de plage. La peinture est entourée de plaques portant les noms de personnes qui ont été emportées par des maladies liées au sida. Le bas du montage exhibe une rangée de photos et de descriptions qui met en évidence des commémorations qui ont eu lieu à Terre-Neuve-et-Labrador depuis le début de l’épidémie. L’esprit de l’œuvre est résumé par ces mots situés en haut du panneau :

We light a candle for those we have lost.
They have shown courage in the fight against HIV and AIDS.
Their light cannot be extinguished.
(Nous allumons une chandelle pour ceux que nous avons perdus.
Ils ont fait preuve de courage dans leur lutte contre le VIH et le sida.Leur lumière ne s’éteindra jamais.)

 

La Courtepointe commémorative canadienne du sida

La courtepointe commemorative canadienne du sida

Emplacement : Ce projet national, anciennement sous l’égide du projet des NOMS à Halifax, est actuellement hébergé par la Société canadienne du sida à Ottawa

La Courtepointe commémorative du sida a vu le jour à San Francisco en 1985. Lors de sa première exposition — en octobre 1987 au National Mall dans le parc national de Washington, D.C. — ses 1 920 panneaux recouvraient un espace plus grand qu’un terrain de football. Cela a provoqué une effusion d’intérêt et de soutien, ce qui a entraîné 35 pays à créer leurs propres courtepointes. À ce jour, toutes celles-ci combinées représentent le plus grand projet artistique communautaire du monde.

La Courtepointe commémorative canadienne du sida a débuté en 1989. Elle comprend maintenant plus de 600 panneaux de 3 pieds sur 6, dont chacun a été cousu en commémoration d’une personne emportée par une maladie liée au sida. Des groupes de huit panneaux sont cousus ensemble pour former des sections de 12 pieds sur 12. Lorsqu’elle est exposée dans sa totalité, la courtepointe canadienne comprend plus de 18 000 pieds carrés; elle rend hommage à la vie des défunts tout en attirant l’attention sur l’ampleur de l’épidémie. Les dessins colorés et les messages personnels affectueux commémorent des gens jeunes et âgés, issus de tous les milieux sociaux et de tout le pays. La couverture piquée est porteuse de fortes émotions.

On peut voir tous les panneaux canadiens en ligne à www.quilt.ca. Le site indique également la façon dont vous pouvez contribuer au projet en créant votre propre panneau.

 

Nous tenons aussi à exprimer notre reconnaissance envers les personnes vivant dans les zones urbaines et rurales du pays et qui ont d’innombrables manières commémoré leurs êtres chers emportés par le VIH/sida. Si vous avez une photo ou un mémorial que vous aimeriez voir publié en ligne, veuillez nous envoyer un courriel à contribuez@visionpositive.ca.

Au cours des dernières années, certaines personnes ont également créé des monuments commémoratifs en ligne afin de rendre hommage à leurs amants, à leurs amis et à leurs proches. Le www.aidsmemorial.info (www.memorialsida.info) est un catalogue qui rassemble des monuments permanents, des monuments numériques et des cérémonies existant dans le monde entier.