Vision positive

hiver 2008 

Nouvelles du front : Sociable adj. 1. Qui recherche la compagnie de ses semblables…

Certains jours, on aurait envie de sortir, question d’interagir un peu avec les autres… mais rencontrer d’autres personnes vivant avec le VIH avec qui tisser des liens peut parfois s’avérer difficile. Alex McClelland a recensé, dans différentes régions du Canada, cinq programmes uniques et novateurs destinés à favoriser l’interaction sociale entre les personnes vivant avec le VIH.

ATLANTIQUE

PHA Learning Club

Les PVVIH d’Halifax retournent sur les bancs d’école et en sont fort contents. Le PHA Learning Club n’a rien d’une cour de maths, pas d’odeur de craie caractéristique ni de casse-têtes algébriques. En fait, les séances de formation ressemblent davantage au moment que préfèrent tous les étudiants — l’heure du lunch. On y discute tout en prenant son repas et inversement, mais interdit de parler la bouche pleine!

Le PHA Learning Club a vu le jour en 2006 à titre de programme de formation en art oratoire à l’intention des personnes vivant avec le VIH de la grande région d’Halifax. Le club a été créé dans le but d’aider les intervenants séropositifs à se préparer à présenter leur histoire personnelle à des auditoires composés de professionnels de la santé et d’étudiants en médecine des quatre coins de la province. Le programme a toutefois rapidement transcendé sa fonction première qu’est la formation de conférencier pour prendre la forme d’un réseau social pour les participants.

Les membres du groupe se réunissent régulièrement au centre-ville d’Halifax, à l’occasion de repas-partages, qui sont généralement suivis d’une réunion et d’activités de formation. L’heure du repas est un moment privilégié pour tisser des liens, se renseigner au sujet des événements à venir et échanger des conseils pratiques sur la vie avec le VIH. Pendant le volet réunion, les membres s’exercent à parler en public, ce qui leur permet de prendre de l’assurance. Lors d’une séance récente, une formation a été donnée par des instructeurs de Toastmasters, un programme d’art oratoire réputé. Vous êtes d’un naturel discret et réservé? Ne vous tracassez pas, il n’est pas nécessaire d’aspirer à devenir un orateur enflammé pour être membre du Club. Tous sont les bienvenus.

Le Club prévoit bientôt offrir plusieurs autres cours. « Nous entendons prendre de l’expansion et élargir notre champ d’intervention; nous n’en sommes qu’à nos débuts », affirme Marg, membre du Club. « Le fait de rencontrer des gens, de partager de bons repas, et d’offrir et de recevoir du soutien permet de briser l’isolement dont souffrent souvent les personnes séropositives et leur redonne confiance en elle. »

Pour savoir comment vous rendre à la cafétéria, communiquez avec Larry Baxter, par écrit à larrybaxter@ns.sympatico.ca ou par téléphone au 902.454.5158.

ONTARIO

Pozitive Hetero Socials de Toronto

Être straight et séropositif dans la plus grande ville canadienne peut parfois être difficile. Toronto a une communauté homosexuelle dynamique qui, en 20 ans de lutte contre l’épidémie, s’est dotée d’un réseau de soutien aux personnes vivant avec le VIH/sida fort bien développé. Toutefois, pour les hétéros, la situation est quelque peu différente.

Karl Jennrich sait, pour en avoir fait l’expérience, combien il peut être difficile de rencontrer d’autres hétéros séropositifs. C’est pourquoi en 2002, il a pris les choses en main et a créé Pozitive Hetero Socials de Toronto. Un groupe qui, comme son nom l’indique, a pour vocation de favoriser les contacts entre hétéros séropositifs en leur offrant un environnement décontracté où partager des repas, bavarder et nouer de nouvelles amitiés. Depuis, Karl a fait la connaissance d’Angela (sur un site de rencontres pour personnes séropositives), et les nouveaux mariés planifient et organisent maintenant conjointement les activités du groupe.

Les événements du groupe attirent en moyenne de 10 à 20 personnes et, à chaque rencontre (c’est-à-dire toutes les six à huit semaines), de nouveaux visages se joignent aux habitués. Le groupe va bien au-delà de la formule habituelle qui consiste le plus souvent à organiser des rencontres sociales dans des bars ou des cafés — les membres sont conviés à un BBQ estival sur Centre Island, ainsi qu’à une fête d’Halloween intimiste (points boni pour ceux qui parviennent à ne pas perdre leur postiche à la Sarah Palin en se penchant sur le bac d’eau pour attraper avec leurs dents les pommes qui y flottent!).

La plupart des membres du groupe connaissent déjà les multiples services liés au VIH/sida offerts dans la ville, mais Pozitive Hetero Socials réussit tout de même à combler un vide en créant un endroit propice aux échanges. « Les rires fusent et les gens se détendent et s’amusent vraiment, affirme Karl. Et, bien que nous n’ayons pas la vocation d’un groupe de soutien, nos rencontres fournissent tout de même l’occasion de discuter de questions de santé, de médicaments, de problèmes personnels et, bien entendu, de la vie en général. »

Prêts à passer de bons moments en agréable compagnie? Écrivez à pozitiveheterosocials@gmail.com!

QUÉBEC

Jeunes Adultes Séropositifs Ensemble (JASE)

Une fois par mois, des jeunes séropositifs de Montréal se rassemblent à une seule fin : jaser et échanger entre eux. Bien que les conversations portent souvent sur le dernier film visionné ou sur les prouesses de ceux qui ont enflammé la piste de danse le week-end précédent, des sujets plus sérieux sont également abordés. « Les jeunes rencontrent d’autres personnes qui vivent une situation semblable à la leur, partagent avec elles leurs sentiments, se créent un réseau social et se renseignent sur ce qu’est réellement le VIH et sur les traitements possibles », explique Pascal, qui organise et facilite les activités du groupe depuis cinq ans.

Des questions importantes sont soulevées lors des discussions, telles que les relations de couple (et les peines d’amour!), la sexualité (quelles que soient les préférences de chacun) et les traitements anti-VIH. Les rencontres sont animées par un jeune séropositif, de sorte que les participants se sentent à l’aise de s’exprimer, et l’information transmise est toujours adaptée à la réalité des jeunes. Cela est particulièrement important, soutient Pascal, compte tenu du manque de ressources liées au VIH/sida destinées à ce segment de la population. Il est fréquent, lors des soirées organisées, que des conférenciers-invités, tels des médecins ou des spécialistes, donnent des présentations sur les sujets de l’heure, permettant ainsi aux participants d’en apprendre toujours un peu plus sur la maladie.

Si vous avez moins de 30 ans et que vous voulez jaser un peu, écrivez à jase1629@hotmail.com.

PRAIRIES

Programme de nutrition d’AIDS Calgary : Positive Living Lunches

« Rien de tel pour créer des liens que de partager un repas », estime Capri Rasmussen, membre de l’équipe d’AIDS Calgary. C’est sans doute ce qui explique pourquoi le programme de nutrition de l’organisme, qui a été créé dans le but d’aider les personnes vivant avec le VIH à s’alimenter sainement, a aujourd’hui une fonction beaucoup plus vaste. « Le programme aborde la question de la nutrition chez les PVVIH, et favorise la création d’un réseau social et de liens entre les pairs. »

Les « Positives Living Lunches » constituent la pierre angulaire du programme de nutrition. « Deux vendredis par mois, nous organisons un repas autour duquel plusieurs personnes vivant avec le VIH se rassemblent et discutent tout en dégustant des mets sains et nutritifs. Si elles le souhaitent, elles peuvent également participer à la préparation du repas, à titre de cuisinier ou aide-cuisinier », précise Capri . « Il s’agit d’une expérience valorisante qui contribue à renforcer l’autonomie des participants et les aide à tisser des liens dans leur communauté ». Alors, sortez votre tablier et préparez-vous à nouer de nouvelles amitiés tout en approfondissant vos connaissances en nutrition.

Le programme de nutrition d’AIDS Calgary comprend également un BBQ annuel, qui se déroule à même le site du Stampede de Calgary (n’oubliez pas votre chapeau Stetson!) et un événement social intitulé « Coffee Connection », qui favorisent les rencontres dans un environnement décontracté où sont servis goûters et café.

Veston et cravate non requis. Pour réserver, composez le 403.508.2500 ou écrivez à info@aidscalgary.ca.

PACIFIQUE

Average Joes

Sortir dans les bars ne vous dit rien qui vaille? Vous préféreriez une randonnée pédestre en pleine nature ou, encore, une partie de quilles amicale? (Enfin, peut-être pas amicale, si vous jouez contre mon ami Mark — qui a des chaussures de quilleur professionnel et déteste perdre plus que tout!)

Dans ce cas, le club social Average Joes, qui s’adresse aux hommes gais et bisexuels de la région de Vancouver, est peut-être pour vous. « Average Joes a été créé dans le but de combler un besoin de se faire des amis et des rencontres dans un contexte où le fait d’être séropositif ne pose pas de problème », affirme Richard Harrison de la Positive Living Society of British Columbia (Positive Living BC), organisme qui soutient les activités du club.

Chaque mercredi, les membres se rassemblent pour jouer au billard et manger de la pizza. Si cela ne suffit pas à vous faire sortir de votre cocon, sachez que des prix sont aussi remis chaque semaine. Et, si vous sentez que vous avez abusé de la pizza, pourquoi ne pas vous inscrire à l’une des nombreuses activités physiques proposées? En septembre dernier, environ 30 membres du club ont gravi le sentier de Lynn Canyon à North Vancouver et ont pu contempler, du haut du pont suspendu, le paysage magnifique qui s’offrait à eux. Vous avez peur des hauteurs? Average Joes organise également un tournoi de quilles, une soirée de Noël et un rassemblement estival.

Prêt à devenir un « Average Joe »? Communiquez avec support@positivelivingbc.org ou composez le 604.893.2200.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.