Vision positive

automne/hiver 2005 

10 choses que vous ignorez à propos du VIH et des femmes

River Huston s’exprime au nom de la gent féminine séropositive

IL EXISTE UNE MULTITUDE de suppositions à propos des femmes atteintes du VIH, du genre : nous formons rapidement une dépendance ou nous manquons de jugement lorsqu’il s’agit de choisir un partenaire. Certaines, voire toutes ces hypothèses, peuvent se révéler vraies pour certaines d’entre nous, et puis alors? Comme n’importe quel groupe, nous sommes des individus et faisons partie de la catégorie des femmes séropositives. Nous venons de tous les milieux et avons des origines ethniques, religieuses et socio-économiques différentes, ce qui rend notre histoire unique. Une chose est certaine à propos de nous : le VIH est un problème de nature médicale et non pas un adjectif qui nous décrit.

 1  Nous ne sommes ni héroïques, ni courageuses ni braves. Nous essayons simplement de vivre de notre mieux. Un héros est une personne qui entre dans un édifice en flammes pour sauver une femme en fauteuil roulant ou qui plonge dans l’eau pour sauver un enfant de la noyade. On a dit de moi que j’étais héroïque, courageuse et brave depuis le début, mais en vérité je trouve que chaque femme vivant avec le VIH que j’ai rencontrée ne laisse pas le virus définir, détruire ou dévaster sa vie et qu’il ne s’agit en fait que d’une femme forte qui vit sa vie au meilleur de ses capacités. En faisant de moi une héroïne, vous me placez sur un piédestal duquel je suis certaine de tomber.

  Nous pouvons encore avoir une belle sexualité. Je dois tout d’abord me remettre de ce qu’on dit être le sexe sécuritaire, en commençant par le condom pour femme. Lorsqu’il est finalement en place, vous ne voulez plus baiser, vous voulez un Valium. La deuxième place des atrocités va à la digue dentaire. Et soit dit en passant, je n’ai vraiment pas envie qu’on me touche avec des gants en latex. La sexualité, c’est beaucoup plus que le coït et les relations bucco-génitales. Au bout du compte, ma sexualité s’est améliorée parce que j’ai appris à communiquer en parlant du sexe sécuritaire et en explorant d’autres options, comme les jouets, les fantasmes et les costumes.

 3  Nous pouvons avoir une vie bien remplie, y compris une carrière. C’est un choix que je peux faire. L’accès au traitement m’a permis d’avoir un avenir, qui comprend des objectifs de carrière à long terme.

 4  Nous pouvons donner naissance à des enfants séronégatifs. Le savoir médical a grandement réduit le risque de transmettre le virus à mes enfants et m’a donné la possibilité de les voir grandir et devenir adultes.

 5  Nous ne sommes pas le visage du VIH. Je n’ai pas besoin d’être la tête d’affiche d’une maladie. Que je le dévoile publiquement ou non, je ne suis pas définie par ma maladie. Le VIH est un virus, et je suis pas mal plus jolie que ça.

 6  Nous recherchons toujours un peu de romance. J’ai besoin d’être traitée avec respect et adoration et de recevoir des cadeaux. Le VIH n’a pas fait disparaître mon désir d’être courtisée et charmée.

 7  Notre partenaire peut être séronégatif. La plupart des gens présument que mon mari est séropositif. J’ai des nouvelles pour eux : il est négatif et le VIH joue un rôle très mineur dans notre vie. Les femmes séropositives n’excluent pas les partenaires séropositifs, mais ne se limitent pas exclusivement à ce groupe.

 8  Nous pouvons vivre le moment présent. Le VIH n’est pas un cadeau; si ce l’était, je m’empresserais de le retourner au magasin. Il m’a toutefois montré à ne pas m’attarder sur le passé et à ne pas m’inquiéter de l’avenir. Nous allons tous mourir un jour ou l’autre. Je sens maintenant que je dois vivre ma vie pleinement à chaque jour, alors je ne songe pas à la musique qui jouera lors de mon service commémoratif.

 9  Nous n’avons pas à nous contenter de quoi que ce soit. Je ne suis pas de la « marchandise endommagée ». Je suis une femme formidable, sexy et séduisante. Je peux choisir la personne avec qui je partage ma vie. Je n’ai pas à vivre avec un partenaire qui me maltraite, qui n’a pas un bon emploi ou qui ne me convient vraiment pas parce que personne d’autre ne veut de moi.

 10  Nous sommes heureuses. Le fait d’être séropositive ne doit pas compromettre mon bonheur. J’ai le droit à une vie heureuse. J’ai accepté le fait d’avoir un virus dans le sang qui me cause des problèmes, mais qui peut être géré. Je peux vivre ma vie, qui comprend beaucoup de rires, des amis, une famille et du bonheur. Je vis en supplémentaire et j’apprécie chacune de mes magnifiques minutes.

River Huston est poète, journaliste et artiste lauréate. Elle est l’auteure de cinq livres, dont A Positive Life: Portraits of Women Living with HIV. Elle présente actuellement son spectacle solo Sex, Cellulite and Large Farm Equipment: One Girl’s Guide to Living and Dying partout aux États-Unis. Pour plus d’infos, consultez le www.riverhuston.com.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.