Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

Les interactions médicamenteuses

Points clés

  • Les médicaments sur ordonnance, les médicaments en vente libre, les drogues, les produits à base de plantes médicinales et les suppléments peuvent tous interagir les uns avec les autres.
  • Il est important que les professionnels de la santé soient au courant de tous les médicaments/drogues/produits de santé que leurs patients prennent afin de pouvoir prévenir les interactions médicamenteuses.

Parmi les genres de médicaments sur ordonnance et en vente libre qui sont susceptibles d'interagir avec la thérapie antirétrovirale, mentionnons certains antifongiques et antibiotiques, les antiacides et certains anticonvulsivants. Des interactions peuvent aussi se produire avec les antidépresseurs, les antihistaminiques, les régulateurs du rythme cardiaque, les analgésiques dérivés de l'opium, les sédatifs, les anticoagulants (médicaments pour éclaircir le sang), les médicaments utilisés pour le traitement de la dépendance aux opiacés (tels que la méthadone et la buprénorphine), les médicaments utilisés pour traiter la dysfonction érectile (tels que le Viagra, le Cialis et le Levitra) et certains antituberculeux, surtout la rifampine (aussi appelée rifampine). Soulignons aussi que certains médicaments anti-VIH peuvent compromettre l'efficacité d'autres médicaments, notamment la pilule anticonceptionnelle; cette interaction risque de donner lieu à une grossesse non désirée.

La consommation de drogues peut aussi causer des interactions avec les médicaments anti-VIH. Peu d'études ont examiné ce genre d'interactions, mais on a signalé des cas de surdose et de décès observés chez des personnes suivant une thérapie antirétrovirale qui faisaient l’usage de drogues.

Peu de recherches ont été menées sur les interactions entre les produits à base de plantes médicinales et les médicaments anti-VIH. Les lignes directrices indiquent que le millepertuis devrait être évité par les personnes recevant n'importe quel inhibiteur de la protéase ou inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse. Comme l'impact de cette plante sur les autres classes de médicaments est inconnu, il vaut mieux éviter le millepertuis si l'on suit une thérapie antirétrovirale. D'autres plantes, comme le chardon-Marie, peuvent également interagir avec les médicaments anti-VIH ou d'autres médicaments sur ordonnance.

Les professionnels de la santé se doivent de connaître tous les médicaments et substances — médicaments sur ordonnance ou en vente libre, drogues, produits à base de plantes médicinales et suppléments — que leurs patients vivant avec le VIH prennent, afin de pouvoir les conseiller quant à la prévention des interactions médicamenteuses. L'inclusion systématique par le médecin de questions exemptes de jugement se rapportant à l'usage de toute autre drogue, plante et supplément pourrait constituer une méthode simple d'encourager la divulgation lors des consultations. Les pharmaciens jouent également un rôle important pour éviter les interactions médicamenteuses.

Ressources

HIV/HCV Drug Therapy Guide – Toronto General Hospital

 

HIV drug interactions – University of Liverpool (en anglais seulement)

Sources

  1. Furler M, Einarson T, Walmsley S, et al. Use of complementary and alternative medicine by HIV-infected outpatients in Ontario, Canada. AIDS Patient Care and STDs. 2003;17(4):155–68.
  2. AIDS Infonet. Fact sheet 407. 2008. Disponible à l’adresse : http://www.aidsinfonet.org/fact_sheets/view/407 [consulté le 1er avril 2014]

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.