Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

Les approches de prévention en voie de développement : microbicides et vaccins

Points clés

  • Les chercheurs travaillent sur de nouvelles approches visant la prévention du VIH, y compris les microbicides et les vaccins; cependant, ces approches n’ont pas encore fait preuve d’une efficacité suffisante.
  • Les microbicides sont des produits expérimentaux qui sont appliqués dans le vagin ou le rectum et qui ont le potentiel d’aider à prévenir la transmission sexuelle du VIH.
  • Les vaccins sont des produits expérimentaux qui sont administrés aux personnes séronégatives et qui ont le potentiel d’aider à éviter de contracter le VIH.

Il existe plusieurs approches de prévention du VIH qui sont hautement efficaces et d’autres qui se sont révélées partiellement efficaces. En plus de ces approches établies, les chercheurs travaillent à la mise au point de nouveaux outils qui pourraient également aider à prévenir le VIH, dans le but d’accroître l’ensemble des options disponibles. Un nombre important de recherches ont tenté de développer des microbicides et des vaccins préventifs, mais aucun d’entre eux ne s’est révélé suffisamment efficace jusqu’à présent.

Les microbicides

Les microbicides sont des produits expérimentaux qui ont le potentiel de prévenir la transmission sexuelle du VIH et/ou d’autres infections transmissibles sexuellement (ITS). Les microbicides existent sous un éventail de forme – gels, crèmes, suppositoires, pellicules, éponges ou anneaux – et sont appliqués ou insérés au niveau du vagin ou du rectum. Les microbicides agissent soit comme une barrière physique pour empêcher le VIH de pénétrer dans le corps soit pour prévenir la réplication du virus une fois que celui-ci est entré dans le corps.

Six des premiers microbicides à être testés lors des essais cliniques ont été utilisés par voie vaginale par des femmes et ils ont échoué à prévenir l’infection par le VIH. De fait, certains d’entre eux auraient même augmenté le risque d’infection à cause des dommages infligés à la muqueuse vaginale.

Les chercheurs évaluent actuellement les microbicides contenant des médicaments antirétroviraux, qui peuvent être considérés comme un genre de prophylaxie pré-exposition (PrEP). Ces microbicides fonctionneraient une fois que le VIH s’est introduit dans le corps, en aidant à prévenir la multiplication et la propagation du virus dans le corps.

Un gel microbicide vaginal contenant le médicament antirétroviral, ténofovir, a été évalué pour son efficacité. Les résultats ont montré que le gel était plus efficace lorsqu’il était utilisé régulièrement. Cependant, la réduction du risque n’était que de 54 % parmi les utilisatrices régulières d’une étude. D’autres études sur ce gel se poursuivent.

Deux études ont évalué l’efficacité d’un anneau vaginal mensuel contenant le médicament antirétroviral dapivirine, montrant une protection modeste. L’essai ASPIRE a révélé qu’un anneau vaginal mensuel réduisait le risque global de transmission du VIH de 27 % parmi les femmes inscrites à l’étude, peu importe la régularité avec laquelle elles ont utilisé l’anneau. De façon similaire, l’étude intitulée The Ring Study a révélé une réduction de 31 % de la transmission du VIH. Lors des deux études, l’anneau a été le plus efficace chez les femmes qui s’en servaient régulièrement et l’essai ASPIRE a révélé que le risque de VIH était réduit de 56 % parmi les femmes de plus de 21 ans, et qui étaient aussi plus susceptibles d’utiliser l’anneau régulièrement. Dans ces études, les femmes ne savaient pas si elles utilisaient l’anneau de dapivirine ou encore un anneau placebo ne contenant aucun médicament. Les deux études se sont poursuivies sous forme d’essais de prolongation ouverts (appelés respectivement HOPE et DREAM), et l’anneau de dapivirine a été offert à toutes les participantes et on les a informées qu’il contient le médicament de l’essai. Dans l’essai HOPE, le risque de transmission du VIH a été réduit de 39 % et dans l’essai DREAM, le risque a été réduit de 63 %. Ces deux essais ont révélé une augmentation modeste de l’utilisation régulière de l’anneau par rapport aux études précédentes.

Un gel destiné spécifiquement à l’usage rectal est également en cours de développement, quoiqu’il n’ait pas encore été évalué quant à son efficacité contre l’infection par le VIH.

Aucun microbicide n’est approuvé à ce jour pour la prévention du VIH dans quelque partie du monde que ce soit. Cependant, l’anneau de dapivirine est le premier microbicide à faire l’objet d’une soumission pour approbation réglementaire, et celle-ci est actuellement en instance d’approbation en Europe et en Afrique.

Les vaccins

Le terme vaccin est le plus souvent utilisé pour décrire les produits conçus pour empêcher les gens de contracter une maladie (on parle alors de vaccins préventifs). Les vaccins ont également des bienfaits sur le plan de la santé publique : si un nombre suffisant de personnes sont vaccinées, cela donne lieu à l’immunité collective; dans pareil cas, les membres vaccinés de la collectivité confèrent une protection au reste de la collectivité.

Un vaccin préventif contre le VIH serait utilisé par une personne séronégative pour réduire son risque de contracter le VIH. Les tentatives de mise au point d’un vaccin contre le VIH se sont révélées difficiles en raison de la complexité du virus et de la réaction de l’organisme au virus. En premier lieu, le VIH s’attaque immédiatement au système immunitaire, donc le système immunitaire n’a pas assez de temps pour déclencher une réponse pour prévenir l’infection. En deuxième lieu, le point de contact initial avec le VIH se trouve habituellement dans les tissus humides de la muqueuse rectale, pénienne ou vaginale. Or, les chercheurs commencent à peine à comprendre le fonctionnement du système immunitaire au niveau des tissus muqueux, et il s’écoulera de nombreuses années avant qu’ils puissent élucider complètement les changements complexes que le VIH déclenche dans ces tissus. En troisième lieu, comme le virus subit constamment des mutations qui modifient sa couche externe, il est particulièrement difficile pour le système immunitaire de suivre le fil de ces changements. Un autre problème réside dans le fait que le VIH infecte les cellules du système immunitaire et d’autres situées dans les profondeurs du corps, ce qui lui permet essentiellement de se cacher du système immunitaire.

Tous les vaccins étudiés ont échoué à conférer une protection contre le VIH, à l’exception d’une combinaison de deux vaccins connue sous le nom de Thai prime-boost vaccine (le vaccin thaï). Lors de l’étude qui a mis ce vaccin à l’épreuve, les participants recevaient six injections sur une période de six mois, et ils étaient suivis pendant trois ans. À la fin de la première année, on recensait 60 % moins d’infections par le VIH parmi les personnes vaccinées comparativement aux personnes du groupe placebo. Toutefois, cette différence a ensuite diminué pour se situer à 31 % à la fin de la troisième année. Un tel niveau de protection était insuffisant pour justifier l’approbation et l’utilisation de ce vaccin dans quelque pays que ce soit.

Il se déroule à l’heure actuelle plusieurs essais cliniques d’envergure qui mettent à l’épreuve l’efficacité de vaccins. Des chercheurs ont mis au point une version modifiée du vaccin utilisé lors de l’essai thaïlandais, et un grand essai appelé HVTN 072 a été lancé en Afrique du Sud pour tester son efficacité. Des essais menés sous le nom d’Antibody Mediated Prevention (AMP) sont en train de tester l’efficacité d’un anticorps anti-VIH donné par voie intraveineuse chez des hommes et des personnes trans ayant des relations sexuelles avec des hommes (HVTN 074/HPTN 085) et chez des femmes (HVTN 073/HPTN 081). Une autre étude d’envergure est en cours pour éprouver l’efficacité d’une combinaison de deux vaccins expérimentaux chez des femmes (HVTN 705). Toutes ces études en sont encore aux stades précoces et les résultats préliminaires n’ont pas encore été publiés.        

Aucun vaccin anti-VIH n’a été approuvé dans quelque partie que ce soit du monde.

Ressources

Microbicide

Microbicides for HIV prevention – Feuillet d’information d’AVAC

Les vaccins

HIV vaccines: An introductory fact sheet – Feuillet d’information d’AVAC

Sources

  1. Hillier SL, Moench T, Shattock R, et al. In vitro and in vivo: the story of nonoxynol 9. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2005;39(1):1.
  2. McCormack S, Ramjee G, Kamali A, et al. PRO2000 vaginal gel for prevention of HIV-1 infection (Microbicides Development Programme 301): a phase 3, randomised, double-blind, parallel-group trial. The Lancet. 2010 Oct 16;376(9749):1329–37.
  3. Carraguard Phase II South Africa Study Team. Expanded safety and acceptability of the candidate vaginal microbicide Carraguard® in South Africa. Contraception. 2010;82:563–71.
  4. Feldblum PJ, Adeiga A, Bakare R, et al. SAVVY vaginal gel (C31G) for prevention of HIV infection: a randomized controlled trial in Nigeria. PloS One. 2008;3(1):e1474.
  5. Abdool Karim SS, Richardson BA, Ramjee G, et al. Safety and effectiveness of BufferGel and 0.5% PRO2000 gel for the prevention of HIV infection in women. AIDS. 2011 Apr 24;25(7):957–66.
  6. Obiero J, Mwethera PG, Hussey GD, et al. Vaginal microbicides for reducing the risk of sexual acquisition of HIV infection in women: systematic review and meta-analysis. BMC Infectious Diseases. 2012;12:289.
  7. Abdool Karim Q, Abdool Karim SS, Frohlich JA, et al. Effectiveness and safety of tenofovir gel, an antiretroviral microbicide, for the prevention of HIV infection in women. Science. 2010 Sep 3;329(5996):1168–74.
  8. Friend DR, Kiser PF. Assessment of topical microbicides to prevent HIV-1 transmission: concepts, testing, lessons learned. Antiviral Research. 2013 Jul 8;99(3):391–400.
  9. Baeten JM, Palanee-Phillips T, Brown ER, et al. Use of a vaginal ring containing dapivirine for HIV-1 prevention in women. New England Journal of Medicine
  10. Nel A, van Niekerk N, Kapiga S, et al. Safety and efficacy of a dapivirine vaginal ring for HIV prevention in women. New England Journal of Medicine. 2016 Dec 1;375(22):2133–2143.
  11. Baeten J, Palanee-Phillips T, Mgodi N, et al. High adherence and sustained impact on HIV-1 incidence: Final results of an open-label extension trial of the dapivirine vaginal ring. Oral presentation at: International AIDS Society Conference 2019, Mexico City, Mexico, 2019. Abstract TUAC0203. Disponible à l’adresse : http://programme.ias2019.org/Abstract/Abstract/3219.
  12. Nel A, Malherbe M, Mans W, et al. Safety, adherence and HIV-1 seroconversion in DREAM – An open-label dapivirine vaginal ring trial. Oral presentation at: 9th South African AIDS Conference, Durban, SA, 2019. Disponible à l’adresse : https://www.ipmglobal.org/content/final-results-open-label-study-ipm’s-dapivirine-vaginal-ring-show-increased-use-and-suggest
  13. Rerks-Ngarm S, Pitisuttithum P, Nitayaphan S, et al. Vaccination with ALVAC and AIDSVAX to prevent HIV-1 infection in Thailand. New England Journal of Medicine. 2009 Dec 3;361(23):2209–2220.
  14. Haynes BF, Liao H-X, Tomaras GD. Is developing an HIV-1 vaccine possible? Current Opinion in HIV and AIDS. 2010 Sep;5(5):362–367.
  15. Hankins CA, Glasser JW, Chen RT. Modeling the impact of RV144-like vaccines on HIV transmission. Vaccine. 2011 Aug 18;29(36):6069–6071.
  16. Abbasi J. Large HIV vaccine trial launches in South Africa. Jam. 2017 Jan 24;317(4):350.
  17. HVTN and HPTN announce initiation of antibody mediated prevention (AMP) study. Seattle, WA and Durham, NC: HVTN and HPTN; 2016.
  18. National Institute of Allergy and Infectious Diseases , 2017. NIH and Partners Launch HIV Vaccine Efficacy Study. Bethesda, MD: NIAID.