Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

La prophylaxie post-exposition (PPE)

Points clés

  • La prophylaxie post-exposition (PPE) consiste à prendre des médicaments antirétroviraux après une exposition au VIH pour réduire le risque de transmission du VIH.
  • La PPE fonctionne en aidant à prévenir la réplication du VIH après que celui-ci s’est introduit dans le corps.
  • La PPE peut réduire le risque de transmission du VIH de plus de 80 % lorsqu’elle est utilisée régulièrement et correctement.
  • La PPE est destinée uniquement à répondre à des cas urgents.

La prophylaxie post-exposition (PPE) consiste à prendre des médicaments antirétroviraux après une exposition au VIH pour réduire le risque de transmission du VIH. On doit la débuter dès que possible après une exposition connue ou soupçonnée au VIH et au moins dans les 72 heures suivant l’exposition. Une combinaison de trois médicaments antirétroviraux est généralement prescrite pour l’utilisation de la PPE. Ces médicaments doivent être pris tous les jours pendant quatre semaines, et une personne ne devrait pas s’exposer davantage au VIH pendant cette période.

La PPE fonctionne chez une personne séronégative lorsque le VIH s’est introduit dans le corps. S’il y a du VIH dans le corps, les médicaments contenus dans la PPE pourraient prévenir la multiplication et la propagation du virus à l’intérieur du corps ainsi que l’infection permanente.

La recherche a permis de constater que la PPE peut réduire le risque d’infection par le VIH de plus de 80 %. Dans ces études, la PPE n’a pas été utilisée de façon régulière et toujours correcte; le taux de succès est probablement plus élevé lorsque la PPE est utilisée aux fins prévues. Les facteurs qui peuvent limiter l’efficacité de la PPE sont la faible observance thérapeutique (incapacité de prendre les pilules pendant quatre semaines), un retard dans le début de la PPE et les expositions continues au VIH pendant la prophylaxie (précisons que la PPE est destinée à réduire le risque associé à une seule exposition).

La PPE est généralement bien tolérée et n’est associée qu’à de minimes effets secondaires. D’autres risques potentiels de la PPE incluent la toxicité des médicaments, les interactions avec d’autres médicaments et le développement de souches pharmacorésistantes du VIH (si l’infection se produit pendant que la personne prend la PPE). Toute personne qui souhaite utiliser une PPE devra faire évaluer son profil de risques par un fournisseur de soins de santé, puisque ce traitement n’est recommandé qu’après une exposition à risque élevé. La personne sera dépistée pour le VIH afin de confirmer qu’elle est séronégative avant l’amorce de la PPE.

La PPE n’est destinée qu’à des urgences; elle n’est pas destinée à une utilisation par des personnes qui sont continuellement exposées au VIH. Les personnes qui ont des comportements à risque de façon régulière ou qui ont fréquemment recours à la PPE devraient considérer de se tourner plutôt vers la prophylaxie pré-exposition (PrEP), pour prévenir le VIH.

Ressources

Prophylaxie post-exposition en guise de prévention (PPE)

La prophylaxie post-exposition (PPE) – Feuillet d’information de CATIE

Lignes directrices canadiennes sur les prophylaxies pré-exposition et post-exposition non professionnelle en VIH

HIV Post-Exposure Prophylaxis (PEP) Guidelines – British Columbia Centre for Excellence in HIV/AIDS

 Alberta guidelines for post-exposure management and prophylaxis: HIV, Hepatitis B, Hepatitis C and sexually transmitted infections – Alberta Health Services

Guide pour la prophylaxie et le suivi après une exposition au VIH, au VHB et au VHC –ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

Sources

  1. Tan DHS, Hull MW, Yoong D, et al. Canadian guideline on HIV pre-exposure prophylaxis and nonoccupational postexposure prophylaxis. CMAJ. 2017; November 27;189:E1448–E1458. Disponible à l’adresse : http://www.cmaj.ca/content/189/47/E1448
  2. Beymer MR, Kofron RM, Tseng CH, et al. Results from the post-exposure prophylaxis pilot program (P-QUAD) demonstration project in Los Angeles County. International Journal of STD & AIDS. 2018 May;29(6):557–562.
  3. Bryant J, Baxter L, Hird S. Non-occupational postexposure prophylaxis for HIV: a systematic review. Health Technology Assessment. 2009 Feb;13(14):1–60.
  4. Cardo DM, Culver DH, Ciesielski CA, et al. A case-control study of HIV seroconversion in health care workers after percutaneous exposure. Centers for Disease Control and Prevention Needlestick Surveillance Group. New England Journal of Medicine. 1997 Nov 20;337(21):1485–90.
  5. Schechter M, do Lago RF, Mendelsohn AB, et al. Behavioral impact, acceptability, and HIV incidence among homosexual men with access to postexposure chemoprophylaxis for HIV. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2004 Apr 15;35(5):519–25.
  6. Barber TJ, Benn PD. Postexposure prophylaxis for HIV following sexual exposure. Current Opinion in HIV and AIDS. 2010 Jul;5(4):322–6.
  7. Poynten IM, Jin F, Mao L, et al. Nonoccupational postexposure prophylaxis, subsequent risk behaviour and HIV incidence in a cohort of Australian homosexual men. AIDS. 2009 Jun 1;23(9):1119–26.
  8. Heuker J, Sonder GJB, Stolte I, et al. High HIV incidence among MSM prescribed postexposure prophylaxis, 2000-2009: indications for ongoing sexual risk behaviour. AIDS. 2012 Feb 20;26(4):505–12.
  9. Roland ME, Neilands TB, Krone MR, et al. A randomized noninferiority trial of standard versus enhanced risk reduction and adherence counseling for individuals receiving post-exposure prophylaxis following sexual exposures to HIV. Clinical Infectious Diseases. 2011 Jul;53(1):76–83.