Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

Le traitement du VIH et la charge virale indétectable pour prévenir la transmission du VIH

Points clés

  • L’utilisation correcte et régulière du traitement antirétroviral (TAR) par les personnes vivant avec le VIH pour maintenir une charge virale indétectable est une stratégie hautement efficace pour réduire le risque de transmission du VIH pendant les relations sexuelles, le partage de matériel servant à l’injection de drogues, la grossesse et l’accouchement.
  • La recherche indique que les personnes séropositives sous TAR qui maintiennent une charge virale indétectable ne transmettent pas le VIH à leurs partenaires sexuels.
  • La recherche indique aussi que les personnes ayant le VIH qui maintiennent une charge virale indétectable ne transmettent pas le VIH lors de la grossesse ou de l’accouchement si elles maintiennent une charge virale indétectable pendant toute la durée de la grossesse et de l’accouchement; il existe cependant un faible risque de transmettre le VIH au bébé par l’allaitement et ce, même si la charge virale est indétectable.
  • Des données de recherche limitées indiquent que le maintien d’une charge virale indétectable réduit énormément le risque de transmettre le VIH par le partage d’aiguilles et d’autre matériel servant à l’injection de drogues, mais l’ampleur du risque résiduel est inconnue. 

Non seulement le traitement du VIH améliore la santé globale des personnes vivant avec le virus, mais il constitue aussi une stratégie hautement efficace pour aider à prévenir la transmission du VIH.

Le traitement du VIH, également appelé traitement antirétroviral (TAR), agit en empêchant la réplication du VIH dans le corps; autrement dit, le TAR réduit la capacité du VIH à faire des copies de lui-même. Chez la plupart des personnes, le virus est tellement bien supprimé après trois à six mois de traitement que la quantité de virus dans le sang devient indétectable par les tests de routine utilisés. Au Canada, la plupart des tests de la charge virale ne peuvent pas détecter le VIH s'il y a moins de 40 ou 50 copies virales dans chaque millilitre de sang.

Lorsque la réplication du VIH est bien maîtrisée, la charge virale diminue dans le sang et les autres liquides corporels (tels que le sperme et les sécrétions vaginales et rectales). Nous savons maintenant que l'utilisation régulière et correcte du TAR par les personnes ayant le VIH pour maintenir une charge virale indétectable est une stratégie hautement efficace pour aider à prévenir la transmission du VIH pendant les relations sexuelles, le partage de matériel servant à la consommation de drogues, la grossesse et l'accouchement. La recherche révèle que les personnes sous TAR qui maintiennent une charge virale indétectable ne transmettent pas le VIH à leurs partenaires sexuels. De plus, le fait d’avoir une charge virale indétectable réduit énormément le risque de transmettre le VIH lorsqu’on partage des aiguilles et d’autre matériel pour s’injecter des drogues, mais l’ampleur du risque résiduel est inconnue. Les personnes qui maintiennent une charge virale tout au long de leur grossesse ne transmettent pas non plus le VIH au bébé pendant la grossesse ou l’accouchement. Toutefois, même si le risque est très faible, il est encore possible de transmettre le VIH au bébé par l’allaitement, même si la charge virale est indétectable. Les lignes directrices canadiennes recommandent que les parents séropositifs utilisent une préparation pour nourrissons pour nourrir leur bébé afin de prévenir la transmission. Cependant, les experts recommandent aussi que les parents sous traitement qui maintiennent une charge virale indétectable et qui désirent fortement allaiter aient la possibilité de recevoir un soutien clinique afin de pouvoir le faire de la façon la plus sécuritaire possible.   

Pour que le TAR et une charge virale indétectable réduisent le risque de transmission du VIH, cette stratégie doit être utilisée régulièrement et correctement. Ceci comprend :

  • Une observance élevée du TAR est essentielle pour atteindre et maintenir une charge virale indétectable au fil du temps; et
  • Des visites régulières à la clinique pour contrôler la charge virale et recevoir un soutien lié à l’observance, s’il y a lieu.

Lorsqu'on utilise cette stratégie, il est important de savoir ce qui suit :

  • Lorsqu'une personne commence son traitement, la charge virale met habituellement trois à six mois à devenir indétectable.
  • La charge virale devrait être indétectable depuis au moins six mois avant que l'on puisse se fier à cette approche comme stratégie de prévention du VIH efficace.
  • Certaines personnes ont de la difficulté à atteindre ou à maintenir une charge virale indétectable sous l'effet du traitement. Le plus souvent, cela se produit parce que la personne en question ne prend pas fidèlement ses médicaments, mais cela peut également être causé par des résistances médicamenteuses ou la toxicité des médicaments.
  • La recherche indique que la transmission du VIH peut se produire lorsqu'une personne sous TAR n'a pas une charge virale indétectable.
  • La seule façon de savoir si la charge virale reste indétectable à long terme consiste à passer régulièrement des tests de la charge virale.
  • Le dépistage régulier des infections transmissibles sexuellement (ITS), et le traitement de celles-ci si nécessaire, sont également importants parce que cette stratégie n'offre aucune protection contre les ITS.

Ressources

Déclaration de CATIE sur l’utilisation du traitement antirétroviral (TAR) pour maintenir une charge virale indétectable comme stratégie hautement efficace pour prévenir la transmission sexuelle du VIH

Le traitement du VIH et la charge virale indétectable pour prévenir la transmission du VIH – Feuillet d'information de CATIE

La grossesse et l'alimentation des nourrissons : Est-ce qu'on peut dire I=I au sujet du risque de transmission du VIH à un bébé?  – Point de mire sur la prévention

La prévention du VIH pour les personnes qui s'injectent des drogues : nouvelles approches biomédicales et stratégies qui ont fait leurs preuvesPoint de mire sur la prévention

Traiter le VIH pour prévenir le VIH

Consensus d’experts : charge virale et risque de transmission du VIH – Institut national de santé publique du Québec

Antiretroviral Treatment as Prevention (TasP) of HIV and TB – Organisation mondiale de la Santé (OMS)

Sources

  1. Waitt C, Law N, Van de Perre P, Lyons F, Loutfy M, Aebi-Popp. Does U=U for breastfeeding mothers and infants? Breastfeeding by mothers on effective treatment for HIV infection in high income settings. The Lancet. June 27, 2018.
  2. Quinn TC, Wawer MJ, Sewankambo N, et al. Viral load and heterosexual transmission of human immunodeficiency virus type 1. Rakai Project Study Group. New England Journal of Medicine. 2000 Mar 30;342(13):921–929.
  3. Baeten JM, Kahle E, Lingappa JR, et al. Genital HIV-1 RNA predicts risk of heterosexual HIV-1 transmission. Science Translational Medicine. 2011 Apr 6;3(77):77ra29.
  4. Cohen MS, Chen YQ, McCauley M, et al. Prevention of HIV-1 infection with early antiretroviral therapy. New England Journal of Medicine. 2011 Aug 11;365(6):493–505.
  5. Cohen MS, Chen YQ, McCauley M, et al. Antiretroviral therapy for the prevention of HIV-1 transmission. New England Journal of Medicine. 2016;375:830–9. Disponible à l'adresse : http://www.nejm.org/doi/pdf/10.1056/NEJMoa1600693
  6. Eshleman SH, Hudelson SE, Redd AD, et al. Treatment as Prevention: Characterization of partner infections in the HIV Prevention Trials Network 052 trial. Journal of Acquired Immune Deficieny Syndromes. 2016 Aug 16. [in press]
  7. Reynolds S, Makumbi F, Nakigozi G, et al. HIV-1 transmission among HIV-1 discordant couples before and after the introduction of antiretroviral therapy. AIDS. 2011;25:473–­477.
  8. Melo MG, Santos BR, Lira RD, et al. Sexual Transmission of HIV-1 among serodiscordant couples in Porto Alegre, Southern Brazil. Sexually Transmitted Diseases. 2008;35:912­–915.
  9. Donnell D, Baeten J, Kiarie J, et al. Heterosexual HIV-1 transmission after initiation of antiretroviral therapy: a prospective cohort analysis. Lancet. 2010;6736(10):20922098.
  10. Rodger A et al. HIV transmission risk through condomless sex if HIV+ partner on suppressive ART: PARTNER study. In: Program and abstracts of the 21st Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections, March 3 to 6th, 2014, Boston, U.S., abstract 153LB.
  11. Rodger AJ, Cambiano V, Bruun T, et al. Sexual activity without condoms and risk of HIV transmission in serodifferent couples when the HIV-positive partner is using suppressive antiretroviral therapy. Journal of the American Medical Association. 2016;316(2):171–81. Disponible à l'adresse : http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2533066
  12. Rodger AJ, Cambiano V, Bruun T, et al. Risk of HIV transmission through condomless sex in MSM couples with suppressive ART: The PARTNER2 Study extended results in gay men. 22nd International AIDS Conference (AIDS 2018). Amsterdam, the Netherlands, 2018. Oral Abstract WEAX0104LB.
  13. Bavinton, BR, Pinto, AN, Phanuphak, N et al. Viral suppression and HIV transmission in serodiscordant male couples: an international, prospective, observational, cohort study. Lancet. 2018; (publié en ligne le 16 juillet)
  14. Sturmer M et al. Is transmission of HIV-1 in non-viraemic serodiscordant couples possible? Antiretroviral Therapy. 2008;13:729-32.
  15. Anglemyer A, Rutherford GW, Horvath T, et al. Antiretroviral therapy for prevention of HIV transmission in HIV-discordant couples. Cochrane Database Systematic Reviews. 2013;4:CD009153.
  16. Lu Wang, Zeng Ge, Jing Luo, et al. HIV transmission risk among serodiscordant couples: A retrospective study of former plasma donors in Henan, China. Journal of Acquired Immune Deficieny Syndromes. 2010;55:232–238. Disponible à l'adresse : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3058178/
  17. Birungi J, Min JE, Muldoon KA et al. Lack of effectiveness of antiretroviral therapy in preventing HIV infection in serodiscordant couples in Uganda: An observational study. Plos One. 2015 July 14: 10(7):e0132182.
  18. Ward H, Rönn M. The contribution of STIs to the sexual transmission of HIV. Current Opinion in HIV and AIDS. 2010 Jul;5(4):305–10.
  19. Fraser H, Mukandavire C, Martin NK, et al. HIV treatment as prevention among people who inject drugs – a re-evaluation of the evidence. International Journal of Epidemiology. 2017 Apr 1;46(2):466–478.
  20. Bispo S, Chikhungu L, Rollins N, et al. Postnatal HIV transmission in breastfed infants of HIV-infected women on ART: a systematic review and meta-analysis. Journal of the International AIDS Society. 2017 Feb 20;20(1):1–8.
  21. Mandelbrot L, Tubiana R, Le Chenadec J, et al. No perinatal HIV-1 transmission from women with effective antiretroviral therapy starting before conception. Clinical Infectious Diseases. 2015;61:1715–1725.
  22. Luoga E. HIV transmission from mothers on antiretroviral therapy to their infants during breastfeeding in Rural Tanzania. In: Program and abstracts of the 16th European AIDS Conference, 25–27 October, Milan, 2017. Abstract PS5/5.
  23. Shapiro RL, Hughes MD, Ogwu A, et al. Antiretroviral regimens in pregnancy and breast-feeding in Botswana. New England Journal of Medicine. 17 June 2010;362(24):2282–2294.
  24. Palombi L, Pirillo MF, Andreotti M, et al. Antiretroviral prophylaxis for breastfeeding transmission in Malawi: drug concentrations, virological efficacy and safety. Antiviral Therapy. 2012;17:1511–1519.
  25. Kahlert C, Aebi-Popp K, Bernasconi E, et al. Is breastfeeding an equipoise option in effectively treated HIV-infected mothers in a high-income setting? Swiss Medical Weekly. 2018 Jul 23;148:w14648. Disponible à l’adresse : https://smw.ch/article/doi/smw.2018.14648

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.