Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

La communication des risques

Points clés

  • La communication précise et pertinente des risques est importante pour aider les gens à comprendre les risques de transmission du VIH et à prendre des décisions éclairées.
  • Plusieurs facteurs peuvent contribuer au degré de risque, notamment le risque d'exposition, la fréquence d'exposition et les moyens préventifs utilisés.
  • L'information sur les risques peut être véhiculé à l'aide d'expressions ou de chiffres qualitatifs.

La communication précise et pertinente des risques est importante pour aider les gens à comprendre les risques de transmission du VIH et à prendre des décisions éclairées. Il peut cependant être difficile d'évaluer et de communiquer les risques parce que le risque que court chaque personne de contracter le VIH est unique lors de chaque exposition et varie au fil du temps. En ce qui concerne la transmission du VIH, le niveau de risque dépend des facteurs suivants :

  • Les types d’expositions qu'a la personne (y compris les différents types d’activités sexuelles et de matériel partagé pour l’injection de drogues)
  • la fréquence de ces activités
  • la présence de facteurs biologiques pouvant accroître le risque de VIH
  • l'utilisation de stratégies de prévention pour réduire le risque de VIH

Pour bien évaluer et communiquer les risques, il faut comprendre comment ces facteurs influencent le risque global de transmission du VIH que court chaque personne.

Type et fréquence d’exposition

Discuter avec les clients de la nature et de la fréquence de leurs comportements à risque pour la transmission du VIH est un excellent point de départ pour une conversation au sujet des risques.

La recherche a permis d'estimer le risque moyen de transmission du VIH associé à une seule exposition au virus ayant lieu lors de différentes activités. Ces chiffres révèlent que certaines activités sexuelles comportent un degré de risque bien plus élevé que d'autres. Cependant, ces chiffres représentent le risque moyen de transmission du VIH associé à un seul acte, et ne tiennent pas compte des autres facteurs qui peuvent augmenter ou réduire le risque, tels que les facteurs biologiques et les stratégies de prévention possiblement utilisées. De plus, ces chiffres ne reflètent que le risque associé à un seul acte sexuel, alors que nous savons que le risque de transmission du VIH s'accumule à mesure que le nombre d'expositions augmente. Autrement dit, la probabilité globale de transmission du VIH augmente en fonction de la fréquence des expositions au virus (on parle de risque cumulatif).

Lorsqu’une personne prépare de la drogue pour l’injection et qu’elle le fait au moyen d’instruments partagés (seringue, aiguille ou autre matériel), il est possible que du sang pénètre dans l’aiguille ou la seringue qu’elle utilisera pour se faire l’injection. Alors, lorsqu’elle s’injecte la drogue, le sang qui peut contenir du VIH entre directement dans son flux sanguin, à travers la peau. Il s’agit d’une voie très efficace de transmission du VIH, puisque le VIH n’a pas à traverser la membrane muqueuse et la couche de cellules épithéliales. Les cellules immunitaires sont la seule défense naturelle contre ce type de transmission du VIH.

Prise en compte des facteurs pouvant influencer le risque

Lors de n'importe quelle conversation au sujet des risques, il est important de parler aux clients des facteurs biologiques qui peuvent augmenter le risque de transmission du VIH et des stratégies de prévention qui peuvent réduire le risque.

La recherche nous révèle que certains facteurs biologiques peuvent augmenter le risque de transmission du VIH. À titre d'exemple, notons qu'une charge virale élevée chez le partenaire séropositif est le facteur le plus déterminant quant à savoir si une exposition au VIH entraînera la transmission lors d'une relation sexuelle.

Une personne peut réduire son risque de transmission du VIH en utilisant une stratégie de prévention hautement efficace de façon régulière et correcte. L'efficacité des différentes stratégies de prévention peut varier énormément, mais il existe quatre stratégies de prévention hautement efficaces qui peuvent réduire ou éliminer le risque de transmission du VIH (les condoms, la PrEP, la prise d'un traitement antirétroviral par les personnes vivant avec le VIH pour maintenir une charge virale indétectable, et les stratégies de réduction des méfaits).

Il est impossible d'estimer le risque avec précision parce que le risque de transmission du VIH (par exposition et au fil du temps) est différent pour chaque personne. Il n'empêche qu'une discussion éclairée abordant tous les facteurs en jeu peut aider une personne à déterminer l'ampleur de son risque global.

Si elle comprend dans quelle mesure son risque est élevé ou faible, la personne peut prendre des mesures pour réduire son risque global de contracter le VIH en modifiant ses facteurs biologiques et en utilisant régulièrement et correctement des stratégies de prévention.

Stratégies pour communiquer les risques

La compréhension et la perception qu'ont les clients à l'égard du risque peuvent différer selon la façon dont on parle.

On peut généralement communiquer le risque de deux façons :

  1. Utilisation d'expressions numériques (méthode quantitative). Par exemple, le risque moyen de transmission du VIH lors d'une relation sexuelle anale réceptive non protégée est de 1,4 %. Lorsqu'on parle de chiffres, il est important de fournir un contexte additionnel, notamment en mentionnant les facteurs susceptibles de changer le risque.
  1. Utilisation d'expressions qualitatives. Par exemple, le risque de transmission du VIH lors d'une relation sexuelle anale réceptive non protégée est « très élevé ». Lorsqu'on communique le risque de cette façon, il est important de définir clairement les expressions comme « risque élevé » et de discuter des facteurs susceptibles de changer le risque.

Certaines personnes parlent plus aisément des risques en utilisant des expressions numériques, tandis que d’autres préfèrent utiliser des expressions qualitatives. Il est important de s’assurer de communiquer l’information sur les risques à chaque client d’une manière qu’il est capable de comprendre.

Ressources

Défis liés à la communication des risques de transmission du VIHPoint de mire sur la prévention

Points de vue des premières lignes : communiquer les risquesPoint de mire sur la prévention

Sources

  1. Heise LL, Watts C, Foss A, et al. Apples and oranges? Interpreting success in HIV prevention trials. Contraception. 2011;83:10–5.
  2. Wilton J. Défis liés à la communication des risques de transmission du VIH. Point de mire sur la prévention. Été 2012. Disponible à l'adresse : http://www.catie.ca/fr/pdm/ete-2012/incertitude-certaine-defis-lies-communication-risques-transmission-vih

 

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.