Le VIH au Canada : Guide d'introduction pour les fournisseurs de services

Le virus du papillome humain

Points clés

  • Il est estimé qu’environ 70 % des Canadiens sexuellement actifs contracteront le virus du papillome humain (VPH) au moins une fois dans leur vie.
  • Il existe un vaccin qui confère une protection contre certaines souches du virus du papillome humain.
  • Certaines souches du virus du papillome humain peuvent causer le cancer du col utérin, du pénis ou de l’anus.

Il existe plus de 100 souches du papillome humain (VPH). Environ 40 % des souches du VPH  se transmettent par voie sexuelle. Certaines souches causent les verrues anogénitales, alors que d’autres risquent de provoquer des cancers (du col utérin, du pénis, de la gorge ou de l’anus). D’autres encore n’ont aucun effet connu.

Il n’existe pas de données nationales sur l’incidence et la prévalence du virus du papillome humain (VPH), car il ne s’agit pas d’une maladie à déclaration obligatoire au Canada. On estime cependant qu’environ 75 % de tous les Canadiens sexuellement actifs contracteront le VPH au moins une fois dans leur vie. La Société des obstétriciens et gynécologues du Canada estime qu’entre 10 % à 30 % de la population adulte du pays vit avec le VPH.

Il existe des programmes de vaccination scolaires universels destinés aux jeunes enfants (filles et garçons) dans chaque province et territoire du Canada. Les vaccins sont hautement efficaces pour prévenir les souches du VPH pour lesquels ils sont indiqués, mais les personnes vaccinées risquent encore de contracter d’autres types de VPH. C’est pourquoi il est important que les hommes et les femmes continuent de se prêter à des tests (comme le test PAP et le toucher rectal) pour le dépistage de lésions précancéreuses ou cancéreuses.

Il n’existe pas de traitement curatif contre le VPH, mais l’infection se résorbe souvent d’elle-même. Si cela ne se produit pas, il existe des options de traitements. À l’heure actuelle, le traitement du VPH est principalement axé sur les symptômes de l’infection. Ces derniers incluent les verrues génitales associées à certaines souches du VPH (qui n’entraînent pas généralement le cancer) et les changements précancéreux parfois associés à d’autres souches du VPH.

Les personnes vivant avec le VIH courent un risque accru de co-infection par le VPH. Les personnes séropositives sont également plus vulnérables aux complications liées au VPH.

Ressources

Le VPH, la dysplasie cervicale et le cancer du col utérin – Feuillet d'information de CATIE

Le VPH, la dysplasie anale et le cancer anal – Feuillet d'information de CATIE

Sources

  1. Agence de la santé publique du Canada. Programmes de vaccination systématique (et de rattrapage) des provinces et des territoires pour les nourrissons et les enfants au Canada. Disponible à l’adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/renseignements-immunisation-provinces-et-territoires/programmes-vaccination-systematique-provinces-territoires-nourrissons-enfants.html
  2. Agence de la santé publique du Canada. La prévention du virus du papillome humain (VPH) et le vaccin contre le VPH : Questions et réponses. Disponible à l’adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-infectieuses/sante-sexuelle-infections-transmissibles-sexuellement/prevention-vaccin-contre-vph-questions-reponses.html
  3. Agence de la santé publique du Canada. Virus du papillome humain (VPH). Disponible à l’adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies-infectieuses/sante-sexuelle-infections-transmissibles-sexuellement/virus-papillome-humain-vph.html
  4. Hosein S. Une étude française découvre un risque accru de cancer anal malgré la multithérapie. Nouvelles CATIE. 2012. Disponible à l’adresse : https://www.catie.ca/fr/nouvellescatie/2012-12-19/etude-francaise-decouvre-risque-accru-cancer-anal-malgre-multitherapie
  5. Maclean D, Ollner A, Hosein SR. Le VPH, la dysplasie cervicale et le cancer du col utérin. Feuillet d’information de CATIE. 2016. Disponible à l’adresse : https://www.catie.ca/fr/feuillets-info/infections/vph-dysplasie-cervicale-cancer-col-uterin
  6. Houlihan CF et al. HPV infection and increased risk of HIV acquisition. A systematic review and meta-analysis. AIDS. 2012 Nov 13;26(17):2211–2222.
  7. Société des obstétriciens et gynécologues du Canada. Tout sur le VPH . Disponible à l’adresse : http://hpvinfo.ca/fr/prevention-fr/