TraitementActualités
206

janvier 2015 

Comprendre les risques d’hypospadias

Dans les articles précédents de ce numéro de TraitementSida, nous avons mentionné que certaines études ont permis de constater un lien possible entre l’utilisation de certains médicaments pendant la grossesse et un risque accru d’anomalies congénitales des organes génitaux masculins, soit l’hypospadias. Dans cet article, nous parlons de l’hypospadias et des résultats de recherches menées auprès de femmes séronégatives enceintes. Cette information servira à mettre le risque d’hypospadias en contexte.

Qu’est-ce que l’hypospadias?

Chez les mâles, l’ouverture de l’urètre par laquelle l’urine sort du corps est située au bout du pénis. Cependant, dans les cas d’hypospadias, cette ouverture peut apparaître sur d’autres parties de la verge du pénis, le scrotum ou même près de l’anus. La chirurgie peut corriger ce problème chez les nouveau-nés.

Points à considérer

1. Incidence de l’hypospadias

L’hypospadias touche environ un garçon sur 300 nés de mères séronégatives. Des rapports en provenance de l’Asie de l’Est, de l’Europe occidentale et des États-Unis semblent indiquer que l’hypospadias est devenu plus courant au cours des deux dernières décennies.

Les raisons de cette tendance ne sont pas claires, mais il est possible qu’elle soit attribuable à l’amélioration du suivi des nouveau-nés, du signalement des cas et de la collecte de données en matière d’anomalies congénitales. De plus, des études laissent croire que plusieurs facteurs pourraient influencer le risque potentiel d’hypospadias, dont les suivants :

  • certains médicaments
  • certains produits chimiques et pesticides
  • certains problèmes de santé éprouvés par les femmes enceintes et le fœtus
  • gènes

Nous examinons ensuite certains de ces points.

2. Complications et enjeux liés à la grossesse

En raison de la grossesse, certaines femmes ont temporairement une tension artérielle supérieure à la normale (hypertension) et souffrent de dysfonction rénale. Ces problèmes font partie d’un syndrome appelé prééclampsie et doivent être surveillés de près, et un traitement s’avère nécessaire dans certains cas. L’hypertension pendant la grossesse peut limiter le flux sanguin vers le fœtus et restreindre potentiellement sa croissance.

Des chercheurs britanniques ont exploré la question des anomalies congénitales lors d’une étude menée auprès de 12 821 bébés nés de femmes séronégatives entre 1998 et 2010. Ils ont constaté que l’utilisation de médicaments pendant le premier trimestre de la grossesse pour réduire la tension artérielle chez des femmes souffrant d’hypertension était associée à un risque accru d’hypospadias. Les chercheurs ont également constaté que les femmes ayant reçu un diagnostic de prééclampsie, que celle-ci ait été traitée ou pas, couraient un risque accru d’accoucher d’enfants atteints d’anomalies congénitales, y compris l’hypospadias.

Une autre étude menée aux États-Unis a permis de constater un risque accru d’hypospadias parmi les enfants nés de mères séronégatives ayant une tension artérielle supérieure à la normale, qu’elles aient été traitées pour celle-ci ou pas.

L’ensemble des résultats de ces deux études souligne le fait que les changements dans l’environnement du fœtus peuvent influencer son développement.

La recherche a également révélé que les bébés de sexe masculin qui naissent prématurément et/ou qui ont un poids insuffisant à la naissance courent un risque accru d’hypospadias. Cela pourrait être lié à une affection où le placenta, soit la connexion physique entre la mère et le fœtus qui fournit de l’oxygène et des nutriments à ce dernier tout en aidant à éliminer les déchets, ne fonctionne pas correctement. Les chercheurs ne savent pas avec certitude pourquoi cela pourrait causer l’hypospadias.

3. Médicaments anticonvulsivants

Des chercheurs australiens ont passé en revue des rapports de cas d’anomalies congénitales recensés entre 1999 et 2012 auprès de femmes traitées par médicaments anticonvulsivants. Ils ont trouvé que les femmes qui prenaient en moyenne des doses élevées du médicament valproate (acide valproïque) pendant le premier trimestre de leur grossesse couraient un risque accru d’accoucher de bébés atteints d’anomalies congénitales, et plus particulièrement l’hypospadias. Chez les femmes dont le médecin a réduit leur dose de valproate, le risque d’accoucher de bébés présentant des anomalies congénitales a diminué. L’acide valproïque peut interférer avec les hormones masculines.

4. Obésité

Plusieurs études ont permis de constater que les femmes ayant un surplus de poids important couraient un risque accru d’accoucher de bébés de sexe masculin atteints d’hypospadias. Notons, toutefois, que tous les chercheurs ne s’accordent pas en ce qui concerne l’impact de l’obésité sur le risque d’hypospadias.

5. Gènes et environnement

L’hypospadias peut se produire chez les bébés dont les parents ont des antécédents familiaux de cette affection, ce qui laisse soupçonner un lien génétique.

Dans certains cas, les gènes en question sont en lien avec les récepteurs de l’hormone estrogène ou encore la sensibilité à l’hormone testostérone. Certains chercheurs soupçonnent qu’il existe des interactions possibles entre les gènes du fœtus et des produits chimiques ou des composés ressemblant aux hormones présents dans l’environnement.

Selon une théorie, des polluants environnementaux appelés modulateurs endocriniens ou hormonaux interagiraient avec le fœtus. En voici quelques exemples :

  • PCB (diphényle polychloré)
  • PCDF (dibenzofuranne polychloré)
  • dioxines (dibenzo-p-dioxines ou PCDD)
  • certains pesticides

L’hormone testostérone est essentielle à la formation des organes génitaux masculins. Or il est possible que certains des polluants mentionnés ou autres produits chimiques imitent l’effet de l’estrogène et compromettent le développement et la formation du pénis. Cette théorie au sujet de l’impact des contaminants environnementaux est controversée. En effet, même si les résultats de certaines expériences menées sur des animaux semblent confirmer le lien entre certains polluants et les malformations génitales, aucune preuve concluante n’a été trouvée en ce qui concerne les humains.

Point à souligner

Comme nous l’avons déjà mentionné dans ce numéro de TraitementSida, la TAR joue un rôle précieux pour aider les femmes séropositives à accoucher de bébés séronégatifs en bonne santé qui connaissent généralement un développement normal dans l’enfance.

Remerciement

Nous tenons à remercier Jason Brophy, MD et spécialiste des maladies infectieuses, pour ses commentaires, son expertise et son assistance à la recherche.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCES :

  1. Williams PL, Crain MJ, Yildirim C, et al. Congenital anomalies and in utero antiretroviral exposure in human immunodeficiency virus-exposed uninfected infants. JAMA Pediatrics. 2014; in press.
  2. Watts DH, Williams PL, Kacanek D, et al. Combination antiretroviral use and preterm birth. Journal of Infectious Diseases. 2013 Feb 15;207(4):612-21.
  3. Siberry GK, Williams PL, Mendez H, et al. Safety of tenofovir use during pregnancy: early growth outcomes in HIV-exposed uninfected infants. AIDS. 2012 Jun 1;26(9):1151-9.
  4. Chou R, Cantor AG, Zakher B, et al. Screening for HIV in pregnant women: systematic review to update the 2005 U.S. Preventive Services Task Force recommendation.  Annals of Internal Medicine. 2012 Nov 20;157(10):719-28.
  5. Antiretroviral Pregnancy Registry Steering Committee. Antiretroviral Pregnancy Registry International Interim Report for 1 January 1989 through 31 January 2014. Wilmington, NC: Registry Coordinating Center; 2014. Available at: www.APRegistry.com [accessed 19 November 2014]
  6. Nelson CP, Park JM, Wan J, et al. The increasing incidence of congenital penile anomalies in the United States. Journal of Urology. 2005 Oct;174(4 Pt 2):1573-6.
  7. Foster PM. Disruption of reproductive development in male rate offspring following in utero exposure to phthalate esters. International Journal of Andrology. 2006 Feb;29(1):140-7.
  8. Sharpe PM. Pathways of endocrine disruption during male sexual differentiation and masculinization. Best practice & research. Clinical Endocrinology & Metabolism. 2006 Mar;20(1):91-110.
  9. Agras K, Willingham E, Liu B, et al. Ontogeny of androgen receptor and disruption of its mRNA expression by exogenous estrogens during morphogenesis of the genital tubercle. Journal of Urology. 2006 Oct;176(4 Pt 2):1883-8.
  10. Giwercman YL, ,Kleist KE, Giwercman A, et al. Remarkably low incidence of hypospadias in Greenland despite high exposure to endocrine disrupters; possible protective effect of androgen receptor genotype. Pharmacogenetics and Genomics. 2006 May;15(5):375-7.
  11. Townsend CL, Tookey PA, Cortina-Borja M, et al. Antiretroviral therapy and congenital abnormalities in infants born to HIV-1-infected women in the United Kingdom and Ireland, 1990 to 2003. Journal of Acquired Immune Deficiency Syndromes. 2006 May;42(1):91-4.
  12. van Gelder M, Van Bennekom C, Louik C, et al. Maternal hypertensive disorders, antihypertensive medication use, and the risk of birth defects: a case-control study. BJOG. 2014; in press.
  13. Jensen MS, Anand-Ivell R, Nørgaard-Pedersen B, et al. Amniotic fluid phthalate levels and male fetal gonad function. Epidemiology. 2014; in press.
  14. Rignell-Hydbom A, Lindh CH, Dillner J, et al. A nested case-control study of intrauterine exposure to persistent organochlorine pollutants and the risk of hypospadias. PLoS One. 2012;7(9):e44767.
  15. Nelson DB, Chalak LF, McIntire DD, et al. Is preeclampsia associated with fetal malformation? A review and report of original research. Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine. 2014; in press.
  16. Geller F, Feenstra B, Carstensen L, et al. Genome-wide association analyses identify variants in developmental genes associated with hypospadias. Nature Genetics. 2014 Sep;46(9):957-63.
  17. Shih EM, Graham JM Jr. Review of genetic and environmental factors leading to hypospadias. European Journal of Medical Genetics. 2014 Aug;57(8):453-63.
  18. van Rooij IA, van der Zanden LF, Brouwers MM, et al. Risk factors for different phenotypes of hypospadias: results from a Dutch case-control study. BJU International. 2013 Jul;112(1):121-8.
  19. Marengo L, Farag NH, Canfield M. Body mass index and birth defects: Texas, 2005-2008. Maternal and Child Health Journal. 2013 Dec;17(10):1898-907.
  20. Carmichael SL, Witte JS, Ma C, et al. Hypospadias and variants in genes related to sex hormone biosynthesis and metabolism. Andrology. 2014 Jan;2(1):130-7.
  21. Van Zutphen AR, Werler MM, Browne MM, et al. Maternal hypertension, medication use, and hypospadias in the National Birth Defects Prevention Study. Obstetrics and Gynecology. 2014 Feb;123(2 Pt 1):309-17.
  22. Vajda FJ, O’Brien TJ, Graham JE, et al. Dose dependence of fetal malformations associated with valproate. Neurology. 2013 Sep 10;81(11):999-1003.
  23. Agopian AJ, Lupo PJ, Canfield MA, et al. Case-control study of maternal residential atrazine exposure and male genital malformations. American Journal of Medical Genetics. Part A. 2013 May;161A(5):977-82.
  24. van der Zanden LF, Galesloot TE, Feitz WF, et al. Exploration of gene-environment interactions, maternal effects and parent of origin effects in the etiology of hypospadias. Journal of Urology. 2012 Dec;188(6):2354-60.